•  

    Grâce à ma liseuse, j'ai beaucoup lu ces derniers mois.

    Tant de livres que je ne vais pas vous parler de tous. Avec le recul, je m'aperçois que certains ne laissent pas de grandes traces dans mon petit cerveau. Mais d'autres...

    J'avais lu, il y a quelques années "Ravages" de Barjavel, et cet ouvrage m'avait beaucoup plu, bien que je ne sois pas attirée par la science-fiction.

    Dans ma liseuse, j'ai "Le grand secret" publié en 1973 par ce même Barjavel. Ce grand secret, une chose absolument inimaginable, aux conséquences encore plus inimaginables, est partagé par De Gaulle, Khrouchtchev, la Reine d'Angleterre (la seule survivante, elle qui ne quitte jamais son sac à main), Nehru, Kennedy, et même Mao (je les ai mis de mémoire, il suffit de réunir tous les grands chefs d'état des années 60 partageant un secret sans en parler à leur entourage...).

    J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce livre : étrange mais pas de sensation angoissante, malgré l'importance du secret. Il y a par moments (à mon avis) quelques longueurs, mais elles permettent de réfléchir sur le génie humain.

     

    René BARJAVEL ( 1911-1985  ) parle lui même de son livre et de son œuvre dans ce document de l'INA.

     

     

    Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas dévoiler le sujet. Je peux juste ajouter que l'on pense différemment à la vie après cette lecture. Tout le monde devrait lire ce livre. Par contre, ne regardez pas ce qui traîne sur Internet, gardez-vous la surprise avant de partir dans l'aventure du grand secret.

     


    4 commentaires
  •  

     

    Fin août, sous une chaleur accablante (surtout pour nous habitués à la fraîcheur de nos montagnes ) nous étions invités à un mariage en Charente.

    Il a fallu marcher pas mal dans la vieille ville d'Angoulême, chercher notre chemin pour arriver à temps à l'église, marcher encore...

    Mes genoux n'en pouvaient plus en arrivant au restaurant. Mais mon regard fut attiré par le reflet des cailloux du parking sous la voiture du tonton anglais du marié.

    Je lui ai fait remarquer (au tonton) que ce rouge évoquait plutôt une célèbre italienne, et que son allemande avait des habituellement des couleurs plus discrètes.

    Gagné !

     

    Gagné !

     

     

    Gagné !

     

    Vous êtes deux de mes lectrices vraiment très fortes. Claire a proposé des nuages sur une carrosserie. Bonne idée, approchant de la réalité.

    Et Emmanuelle a trouvé, sauf pour la marque de la voiture, rouge non pas Ferrari, mais BMW.

    J'adore vous poser ce genre de colle, mais je ne serais pas capable de trouver si on me posait les mêmes. Bravo les copinettes !

     

    L'Ours m'a dit que j'aurais pu photographier la voiture entière, mais il me tardait surtout de me mettre à l'ombre. J'ai juste pensé en vitesse à un "cékoissa".

     

    Gagné !

    On n'était pas mieux là que sur les gravillons brûlants du parking ?

     

    Gagné !

     

    Gagné !

     

    De plus, après l'effort, le réconfort : un magnifique apéritif servi sur l'herbe et sous les arbres nous fut proposé, et toute la suite du mariage se passa magnifiquement bien.

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Odile m'avait écrit en avril qu'il fallait compter 6 mois pour redevenir parfaite après une pose de prothèse du genou.

    Dans mon cas, au bout de six mois (enfin presque, c'est dans deux jours), je suis à peine "normale".

    Mon genou opéré ressent encore une sorte de pression (j'ai la sensation qu'il est dans un étau ne serrant pas fort) et est moyennement performant pour franchir certains obstacles. Je passe encore avec quelques difficultés la marche de 23cm entre la cuisine et le reste de la maison (celle où j'étais tombée avec ma soupe de potimarron). Je m'oblige à faire travailler le genou opéré, ce qui est assez facile les mains vides, un peu plus difficile si j'ai un plateau, et très stressant si je transporte bols ou tasses contenant du liquide : beau blocage psychologique. Encore deux mois avant le deuxième genou, il faut que je progresse pour être au top à la mi-novembre.

    Les gens qui me voient disent que je marche bien, seul mon kiné roumain critique : "vous fait comme ça, c'est pas bien, je veux que vous fait autrement, c'est mieux". Il parle français comme je marche... Ce matin, quelqu'un m'a dit que, avant, je faisais de la peine à voir. Avec mes petits pas et mes jambes raides, je semblais prête à finir en fauteuil roulant. Ouf ! le danger est écarté.

     

    Presque normale

     

     

     

    Non, vous ne rencontrerez pas ça sur votre chemin, car je vais enfin pouvoir marcher comme il faut.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand je suis passagère en voiture, même sur les longs trajets, je ne souffre plus.

    J'ai enfin réappris à allonger complètement les jambes quand je suis allongée, assise au lit ou debout, après tant d'années en flexion légère permanente.

     

    Presque normale

     

     Je peux aussi les plier : talon/fesse on oublie, mais je plie suffisamment pour la vie de tous les jours.

    Je me surprends parfois dans cette drôle de posture, les jambes bien pliées : la station assise n'est plus inconfortable.

     

     

     

     

     

    J'ai recommencé à grattouiller mon jardin : j’ai des montagnes d'herbe à arracher, et je vais donner plein de pieds de lupins et de pavots aux copines. Je continue à récolter des graines pour les copinautes et pour augmenter ma collection.

     

    Et pour finir, une petite devinette : cékoissa ?

     

    Presque normale

     

    Presque normale

    Et là, vous voyez mieux ?

    Ces photos n'ont pas été prises chez moi, mais j'ai trouvé ça joli et amusant. Bien que mon sujet soit assez "rare", il est facile de faire ce genre de cliché, il suffit de regarder au bon endroit.

    La réponse est .

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Dans ma liseuse, il y a un peu de tout, ce qui me permet de découvrir des auteurs que je n'avais jamais lus.

    Je connaissais Agnès LEDIG par son premier livre "Marie d'en haut" qui fut un très grand succès, et qui m'avait été prêté par une de mes filles. J'ai encore plus aimé "Juste avant le bonheur". Ces derniers jours, je viens de m'apercevoir que j'avais aussi "Pars avec lui" du même auteur. Un vrai bonheur pour moi. De la tendresse, de l'amour, de la drôlerie malgré les drames, et plein de choses sur la vie, écrites très joliment.

    Je vous conseille très vivement de lire Agnès LEDIG si vous ne la connaissez pas encore. Il faut savoir qu'elle s'est mise à l'écriture pendant la maladie qui a emporté un de ses enfants. Chaque livre est plein d'espoir. Bien que la situation semble souvent désespérée, il y a toujours du positif, la vie l'emporte.

     

     

    Puis Agnès DESARTHE "Ce cœur changeant", grand prix littéraire du "Monde" en 2015. Je n'ai rien lu d'autre de cet auteur. Elle écrit très bien, mais je ne suis pas vraiment entrée dans cette histoire de fille de famille riche qui vient vivre une vie de pauvresse en France au début du XXe siècle. On voit très bien la misère du peuple, la vie (trop) aisée des riches, le gouffre qui sépare ces deux mondes. Il faudrait que je lise un autre ouvrage d'Agnès Desarthe pour profiter de son écriture dans une histoire plus à mon goût.

     

    J'avais envie de lire quelque chose d’Éliette ABÉCASSIS. Pas d’Éliette, mais une Agnès dans ma bibliothèque. Va pour une troisième Agnès. Des petits livres sympathiques, avec des héroïnes fofolles "Toubib or not toubib"  et "Chouette, une ride !". Très décalés par rapport à notre réalité de gens raisonnables : ça fait du bien de changer d'air. Agnès Abécassis, c'est une bouffée d'oxygène dans ce monde trop sérieux.

     

    Dans ma liseuse, il y a quantité de titres pour m'occuper une éternité. J'ai déjà lu assez pour continuer à jouer à la chroniqueuse littéraire. Maintenant que la position assise ne m'est plus inconfortable, je vais revenir plus souvent vous raconter ma vie et mes lectures.

    À bientôt donc.

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Gilles LEGARDINIER est un auteur dont je vous avais déjà parlé ici à propos de "Demain, j'arrête"

    J'avais vraiment adoré ce premier livre lu de lui, et c'est chaque fois un plaisir de se laisser porter par ses personnages. Il ne m'a jamais déçue. Des amis à qui j'en ai parlé sont devenus accros eux aussi, et nous faisons des échanges.

     Nous avons lu Complètement cramé ! (2012), Et soudain tout change (2013), ça peut pas rater! (2014), Quelqu'un pour qui trembler (2015).

     

     

    Avec joie, j'ai vu que j'avais dans ma liseuse "Le premier miracle".

    Cet ouvrage (Flammarion 2016) est dans un style différent des cinq premiers que j'ai lus. Il est beaucoup plus gros, et il mélange allègrement la mythologie, l'histoire, l'espionnage, l'alchimie, l'ésotérisme, etc... le tout agrémenté de son humour habituel.

    Tout au long de ma lecture, je pensais au mythe de la toison d'Or, à la quête du Graal, et aussi un peu à James Bond ! Plus j'avançais dans ma lecture, plus je me réjouissais qu'il me reste encore beaucoup de pages à lire.

    J'ai abandonné toute idée de démêler les faits historiques réels et la fiction. Mais l'auteur a pensé à tout, et après avoir fini le livre, on peut trouver des explications.

     

    Encore de la lecture

     

    Récemment Gilles Legardinier a écrit, avec Mimi Mathy, un livre sur la différence.

     

    D'après l'éditeur, c'est un roman. Connaissant les deux auteurs, je me dis que ce livre doit être fort intéressant à lire.

     

     

     

     

     

     

    Gilles Legardinier est l'un des auteurs français les plus lus, mais il n'est pas très connu du public : comment comprendre ça ?

    Je vous souhaite plein de lectures dans un bel été.

     

     

     

    Pin It

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique