•  

    En cherchant je ne sais plus quoi, je suis tombée tout à fait par hasard sur une information qui m'a paru tout à fait ahurissante : le flux instinctif libre. Stupéfiant : nous les femmes, pouvons retenir notre flux durant quelques heures, et...plus besoin de s'encombrer des garnitures traditionnelles avec leurs risques de fuites. Lire ici, sur le blog de Jack PARKER, un article de 2015.

     

    J'ai vu ici des avis soi-disant sérieux qui me hérissent les poils. Ces gens que cette méthode dérange, que prônent-ils ? Que les femmes doivent se soumettre aux obligations (serviettes ou tampons gênants) et en subir tous les inconvénients comme toutes les générations précédentes ?

    Les anti parlent de prolifération bactérienne si on retient son sang. Et l'introduction d'un tampon ou d'une coupe menstruelle ?

    Ont-ils peur que les femmes deviennent trop puissantes en maîtrisant un truc qui a toujours semblé incontrôlable ?

    Si on a appris à faire "pipi-caca" au bon endroit, si on réfrène nos envies de chocolat, si on pratique les règles de la vie en société, si on se plie à des tas d'obligations, si on s'oblige à faire du sport, pourquoi ne pas contrôler ça ? Et se débarrasser des protections ?

    Ah si j'étais jeune, comme j'aimerais essayer ! Comme on doit se sentir libérée !

     


    2 commentaires
  •  

    Quel drôle de mot, nouveau pour moi, mais très ancien dans les dictionnaires.

    Depuis quelques mois, une petite copine a ouvert une librairie pas loin de chez nous. L'Ours a entrepris de nous ruiner, car il lui commande tous les livres dont il a envie, et du coup moi aussi je m'en achète.

    Mon dernier, c'est celui-ci :

     

     

    Aboulie

     

    Le premier mot, c'est cette fameuse aboulie. Sur le moment j'ai cru que j'en étais atteinte (tout comme j'ai imaginé qu'on avait inventé le mot "procrastination" exprès pour moi). On se donne les bonnes raisons qu'on peut...

     

    Aboulie

    Ce mot est défini ainsi dans mon petit Larousse illustré de 1992.

     

    Mais dans le corps de l'article, on constate que c'est beaucoup plus grave que ce que je croyais. C'est la perte de TOUTE envie, n'avoir envie de RIEN. Et c'est vraiment dramatique.

    Moi, au contraire, j'ai envie de me promener, de manger des bonnes choses, de voir des gens, de profiter. Donc, je ne suis pas atteinte de cette maladie grave (voir sur le Net, on en parle abondamment).

    Il faut juste que je trouve le moyen d'aller au bout de mes idées. Les idées, elles, elles se bousculent : j'ai une kyrielle d'articles commencés, sur des sujets très variés, et il me manque juste le petit truc final pour que je clique sur "publier" au lieu de "enregistrer sans publier". Pourquoi ? Mes institutrices disaient que je manquais de persévérance. Nous étions trois élèves à nous partager toutes les premières places, et elles trouvaient que je n'en faisais pas assez... M'ont-elles marqué du symbole de fainéante ou m'ont-elles fait perdre toute confiance en moi ? Suis-je en train d'essayer de leur donner raison ?

    J'en reviens au livre du jour.

    Au hasard des pages, on trouve baler (danser au bal), jobarder, et un particulièrement étrange : kakemphaton. Il est bien joli celui-ci.

     Ce mot désigne une association de mots à l'assemblement vraiment raté, ou sonnant très mal.

    Il paraît que l'un des plus célèbres est l’œuvre tout à fait involontaire de Pierre Corneille, dans Polyeucte :

     

    Et le désir s'accroît quand l'effet se recule

    que l'on peut entendre ainsi :

    Elle désire sa croix quand les fesses reculent

     

    C'est pas mes profs de français qui m’auraient parlé de ça !

    Ce livre de Jean-Christophe TOMASI et François ROLLIN est très bien écrit, leurs commentaires sont un régal.

    Allez, en deux mots, un dernier sujet qui donne à réfléchir.

    La clérocratie est une forme de gouvernement dans lequel ceux qui représentent le peuple sont tirés au sort.Cela se faisait ainsi autrefois dans la démocratie athénienne.

    Et la kakistocratie ? c'est un gouvernement exercé par des personnes médiocres.

    Il y a aussi ce qui se passe en Ukraine actuellement, où le comédien Volodymyr Zelensky a fait un excellent score au premier tour. Si un chef d'état ne connaît rien à la politique, son bon sens ne vaut-il pas toutes les formations de l'ENA, s'il a des ministres compétents ? Quelqu'un proche du peuple n'est-il pas mieux armé qu'un chef d'état qui ne fréquente que les "élites" et n'entend ni ne comprend les citoyens ?

    Allez, je replonge dans mon livre pour trouver d'autres mots intéressants.

    Pin It

    4 commentaires
  •   

     

    Jour des voeux

     

    Bonjour à toutes et à tous,

    Il est passé depuis longtemps le jour traditionnel des vœux. Les miens n'ont rien de très original, mais ils sont vraiment sincères, tout comme l'étaient ceux de l'an dernier.

    Et pourtant, la vie n'est pas sympa avec tout le monde. Certaines personnes de ma connaissance traversent des moments très durs, et je suis impuissante pour les aider, ce qui me chagrine beaucoup.

     

    Je vais vous faire un résumé du dernier mois écoulé.

     

    Nous avons passé Noël en Gironde  avec toute notre famille. Mais de photos, point. Nous nous sommes contentés de profiter de ces moments tous réunis. (quoique....il faudrait peut-être que je vous parle un jour de notre repas de Noël....)

     

    Le 26 décembre, l'Ours et moi avons fêté nos 50 ans de mariage. Pas de cadeaux en or pour ces noces d'or, juste un repas au restau avec quelques amis de Bordeaux.

     

    Jour des voeux

    Photo Nicole P.

    Pour nos 30 ans, nous avions fait un super voyage de trois semaines au Mexique, pour nos 40 ans c'était la motoneige au Québec, pour les 50, c’est le tour de France en plusieurs périodes. Mon récit du voyage vers l'Aisne est encore en cours. Le prochain voyage sera du côté de la côte atlantique.

     

    Je rappelle aux brodeuses-patcheuses-couseuses qu'il fallait commencer un ouvrage le 1er janvier. Je suis modeste, j'ai juste entrepris le premier sachet (en espérant lui en faire toute une série) commandé par Malicette pour la lavande de son jardin. 

          Ce n'est pas la saison, mais les modèles foisonnent sur le Net, et j'avais rassemblé tout le nécessaire :

     

    Jour des voeux

     

    Jour des voeux

     

     

     

     

    Et voilà le premier : c'est juste une application d'un tissu imprimé. Je broderai certains autres avec quelques brins de lavande.

     

     

     

     

     

     

     

    Il y avait toujours très peu de neige sur ma montagne. Le ciel était désespérément (pour les professionnels de la neige) bleu depuis une éternité. Un léger voile blanc de temps en temps, et enfin des températures négatives qui ont permis de fabriquer de la neige artificielle.

    Il y a peu, après la fin des vacances scolaires, l'Ours et moi étions montés sur la montagne derrière chez nous. Ah ! si notre funiculaire fonctionnait, il y aurait eu un peu plus de monde sur le chemin : monter en funi, descendre à pied, c'est super agréable et pas trop fatigant.

     

     

    Jour des voeux

     

    Dès qu'on levait le nez, on voyait les trainées des avions à travers les mélèzes tout nus. C'est fou toute cette circulation aérienne.

     

    Jour des voeux

     

    Arrivée d'un téléski à 2000 mètres : plus d'herbe et de cailloux que de neige.

     

    Jour des voeux

    Photos du 6 janvier 2019

    Nous avons constaté que les investissements, très coûteux et destructeurs de nature, sont souvent inutiles : cette piste récente, pourtant bordée de canons à neige (les points orange que l'on devine), est inutilisable quand les températures sont trop élevées.

     

    Il y a pile un an, je sortais de la salle d'opération avec un deuxième genou tout neuf : j'ai assez végété, il faut que je me secoue. J'accusais les deux anesthésies en moins d'un an de m'avoir "endormie", et je considère qu'un an pour se réveiller, ça suffit. je manque peut-être de quelque chose (vitamine D ou autre)

     

    J'ai des quantités d'articles commencés, il suffisait que je commence par le début : vous souhaiter une bonne année et présenter mes excuses aux copinettes qui se demandent ce que je deviens.

    Je vais bien, mais je n'arrive toujours pas à me concentrer. je m'installe devant mon ordi et, devinez ce que je fais : des réussites.

     

     

     

    Jour des voeux

     

    La vraie neige est enfin arrivée.

    Les grosses chutes vont continuer durant plusieurs jours, et je vais me consacrer à mon passe-temps favori de cette période : l'étude des oiseaux à la mangeoire.

    Je vais essayer de respecter mes souhaits pour cette année : être un peu plus assidue ici, et sur les blogs amis, ainsi que nettoyer ma messagerie riche de plus de 5000 messages à regarder, et surtout à jeter. J'étais complètement bloquée, comme prise de vertige. j'espère que je viens de prendre un nouveau départ.


     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Hier, j'ai fait quelques achats, mais je n'ai pas fini, dure la vie de Mère Noël !

    Dans un très grand magasin que j'ai visité, je me suis "amusée" à chercher la provenance de beaucoup des produits qui étaient en rayons. Presque tout venait de Chine, que cela soit du plastique, du textile, du métal, ou autre. De même pour le style : classique, moderne, campagne, sobre ou pailleté, les chinois font tout ce que les européens achètent. (j'ai tout de même vu un soupçon d'espagnol, d'italien et de néerlandais, juste un soupçon)

    Et on ose s'étonner qu'ils polluent... Le souci premier des pays dits "en voie de développement ",  c'est de faire entrer des devises. Peu importe le reste. Et ceux qui achètent là-bas n'ont qu'un but : payer le moins cher possible.

    Je me disais que :

    - on devrait consommer moins (résister à la pub)

    - on devrait consommer mieux (privilégier le durable)

    - si on fabriquait chez nous, ça serait peut-être un peu plus cher, mais

                             - les emplois reviendraient chez nous

                             - il y aurait beaucoup moins de transports inutiles

                             - on arrêterait d'exploiter la misère

                             - et comme on achèterait moins de bêtises "jetables" on pourrait se payer la qualité du "made in France"

                              - et tout ça cumulé, ce serait bon pour la planète.

    Et si les fabricants chinois, bengalis, pakistanais, et j'en passe, payaient mieux leurs ouvriers, les habitants de ces pays pourraient acheter eux-mêmes les productions locales.

     

    J'ai vu des choses que je trouve apparentées à de l'arnaque :

     

    Made in ailleurs

    Vu de face : "produit conçu et développé en France". Mais vu de dos, en tordant bien l'étiquette, " made in P.R.C ".

     

    Made in ailleurs

     

    Notez, au passage, qu'il faut une bonne fois pour toutes oublier cette légende qui dit que les codes-barres commençant par 3 signifient que le produit est français.

     

    J'ai vu des trucs ahurissants venant de Chine : des sachets de petites rondelles de branches de bois, des grosses tranches de tronc style dessous de plat, bien rustiques, que n'importe quel bûcheron peut faire... Comme si on n'avait pas de forêts chez nous, ou tout simplement des branches et des scies dans TOUS les jardins !

    De ce magasin que j'ai visité comme une exposition, je suis ressortie presque bredouille, et très fière de moi. J'ai juste trouvé, au rayon mercerie, le thermocollant double face dont j'avais besoin (fabriqué où ? je ne sais pas).

    Je disais un peu la même chose en novembre 2015 au moment de la COP 21 qui se passait en France. L'accord signé n'était pas très glorieux, et personne ne l'a respecté, même pas la France donneuse de leçons. La COP 24 se finit aujourd'hui, et il me semble qu'elle n'accouche même pas d'une souris.

     

    PS on apprend aujourd'hui que l'usine Ford de Bordeaux va fermer : Ford refuse le repreneur....

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Depuis des jours, je me demande...

    Je vous fais rire ? Je continue mon carnet de voyage ? Je prépare Noël ? Je parle des gilets jaunes ?

    Finalement, c'est "la vie de maintenant" qui occupe surtout mes pensées en ce moment.

    Dans le temps, quelques riches possédaient tout, le peuple n'avait rien.

    Maintenant, "le peuple" a (ou devrait avoir) en général le minimum pour vivre normalement. Finis les haillons, les pieds nus dans les sabots, le seau d'eau puisé à la rivière, et les famines, du moins sous notre climat tempéré.

    Nous apprécions d'avoir un confort de vie supérieur à celui de nos ancêtres. Pour ma part, je me dis tous les jours que j'ai de la chance de vivre plutôt facilement. MAIS ce progrès est menacé...

    Je ne suis pas la plus à plaindre, mais je remarque que :

    - depuis 15 ans que je suis retraitée, ma pension a moins augmenté que le coût de la vie. Vous pouvez vérifier ici l'évolution du coût de la vie* et comparer avec vos propres revenus.

    - depuis un an, ma retraite de fonctionnaire a diminué de 22,86 € par mois. L'Ours gagne plus que moi, mais nos prélèvements supplémentaires sont très très supérieurs à la petite diminution de taxe d'habitation dont gouvernants et médias disent tant de bien.

    - avec le désengagement de la sécu, mes cotisations de mutuelle ont augmenté.

    - ma poste a fermé, et mon agence postale ne la remplace pas. (usage de notre carburant)

     - ma gendarmerie a fermé

    - ma mairie ne fait plus les cartes d'identité : il faut aller à 8 km (usage de carburant)

    - on doit se serrer la ceinture, mais un luxe ostentatoire nous est montré sous les ors de la république. Huissiers de l'Elysée "déguisés" avec de grands colliers, ouvreurs de portes, "avanceurs" de chaises lors des réunions, parlement décentralisé à Versailles, etc... Qu'on utilise les monuments historiques voulus par les roi, OK. Qu'il y ait service d'ordre et sécurité, c'est normal. Mais qu'on gaspille notre argent : NON. Parfois je me dis que ça fait des emplois, et aussitôt me vient la réponse : il manque tellement de personnel dans les hôpitaux, l'éducation nationale, l'administration en général. Tout cet argent, gaspillé en tape à l’œil inutile, serait bien plus utile ailleurs.

    Était-ce bien le moment de refaire la salle des fêtes de l’Élysée avec toutes ses dorures et ses magnifiques tissus et moquettes ?

     

    J'hésite

    Chez moi, on se contente des dorures du ciel.

     

    (Petite diversion :

    (il était une grenouille que l'on plongea dans une marmite d'eau (très chaude. Aussitôt, d'un bond, la voilà ressortie de la marmite.

    (Une autre fois, on a augmenté très progressivement la (température de l'eau. Et quand ce fut vraiment trop chaud, trop (tard. La grenouille était morte car elle ne s'est pas rendu compte (de la menace fatale qui pesait sur elle.

     

    Tout ça pour en arriver aux gilets jaunes. J'en ai rencontré quelques jours avant la première manif prévue pour le 17 novembre. Je leur ai dit que je n'irais pas, car je milite depuis toujours pour les salaires, les retraites, la sécu, le climat, l'école et tout et tout. Je réagis à la première goutte trop chaude. Je ne ratais pas une occasion de manifester à un appel des corps intermédiaires (même si je ne connaissais pas cette expression).

    Ces électrons libres avec leurs gilets me hérissaient le poil, car ils n'avaient jamais bougé auparavant, malgré tous les sales coups de nos gouvernements successifs. Enfin, là, la goutte de trop a fait déborder le vase. Mieux vaut tard que jamais.

    Puis les jours et les manifs ont passé, et devant le manque de réponse du gouvernement, le refus de discuter avec qui que ce soit, j'ai fini par me rendre à l'avant-dernière dernière manif.

     

    La vie aujourd'hui

     

    Des slogans sympas

     

     

     

     

    La vie aujourd'hui

     

     

     

     

     

     

    Une foule calme, mais décidée.

     

    La vie aujourd'hui

     

     

     

     

    Samedi dernier, j'étais à la manif pour le climat, où il y avait pas mal de monde. Certains arboraient leurs gilets jaunes, ce qui n'est pas incompatible.

    La fontaine avait, elle aussi, pris des couleurs :

     

     

    J'hésite

     

    Et le ciel arborait de jolies rayures non taxées :

     

    J'hésite

     

     Je donne ci-dessous quelques détails de ma retraite. Petite retraite, car pour des raisons diverses, je n'ai qu'une carrière incomplète.

    J'étais fonctionnaire, donc payée par l'état. Ils n'osent même plus indiquer les % des prélèvements sur nos bulletins de pension. Ça fait moins mal quand on ne sait pas ? J'ai tout calculé :

                         2003            2015            2017            2018

     CSG dé              2,40 %          2,40 %          2,40%      2,40%

    CSG non dé        3,80              4,20              4,20         5,90

    CRDS                 0,50              0,50               0,50         0,50

    CASA                   --                0,30               0,30         0,30

    Total                  6,7%             7,4%              7,4%        9,1%

     

    Retraites de base bloquées, cotisations à foison en augmentation constante : comment se satisfaire d'une baisse incessante de nos revenus ? Surtout qu'il est question de -peut-être- revoir à la baisse la pension de réversion.

     

    Autre souci dans mes montagnes. On reporte de semaine en semaine l'ouverture de la station de ski, qui était initialement prévue pour le 1er décembre. Regardez comment elle se présentait hier :

     

    J'hésite

    Les ronds blancs ? Le peu de neige produite par les enneigeurs (nom plus élégant des canons à neige).

    Aujourd'hui, encore grand bleu. J'ai profité de la luminosité pour faire de la couture dans ma véranda.

     

    J'hésite

     

    J'ai fait quelques secrets pour Noël et aussi des pseudo-coquelicots que j'arborerai lors des rassemblements des 1ers vendredis de chaque mois, et peut-être aussi tout le temps.

     

     

     

     

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique