•  

    Je vous ai parlé plusieurs fois de mes chaussettes tricotées main.

    Sachant qu'il faut acheter 100g de laine pour une paire, mais que l'ouvrage terminé ne pèse que 80g, il reste 20g par paire. Vous suivez ?

    Voilà une partie de mes restes :

     

    Vingt grammes par-ci, vingt grammes par-là

     

     

    Les laines de maintenant étant très jolies, j'ai du mal à résister, j'ai donc plein de restes de 20g chacun.

    Ma dernière paire a été faite avec un lot -très bon marché- de quatre pelotes : deux rayées et deux unies. Je me suis dit que j'allais en faire deux paires : le pied uni, c'est pas gênant puisqu'il est dans la chaussure.

     

    Vingt grammes par-ci, vingt grammes par-là

     

    Une idée (géniale ? ou farfelue ?) m'est venue : et si j'utilisais tous mes restes pour faire des chaussettes dépareillées, en panachant au hasard ?

     

    Vingt grammes par-ci, vingt grammes par-là

     

    Je n'ai pas encore fermé les pointes. Le grafting demande un peu d'attention et un bon éclairage. Je ferai ça en série le jour où je serai disposée.

     

    Le temps gris aidant, j'ai pris l'habitude de m'installer très souvent avec mon ouvrage devant des films à l'eau de rose. Depuis la semaine dernière, le Tournoi des cinq nations a démarré : je regarde ça d'un œil très très distrait. Pourtant cet œil a été frappé par, non pas les chaussettes, mais les chaussures des joueurs. Fini le temps où elles étaient noires. Elles sont aussi belles que mes chaussettes :

     

     

    Vingt grammes par-ci, vingt grammes par-là

     

    Mais, que c'est difficile de photographier ces pieds qui bougent tout le temps !

     

    Dans l'appareil, j'ai trouvé cette photo faite par l'Ours : cékoissa ?

     

    Vingt grammes par-ci, vingt grammes par-là

     

    Je vous souhaite une bonne semaine (chez moi, le soleil est revenu, ouf !)

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Bien qu'ayant passé ma vie dans le sud de la France, j’ai toujours entendu parler de Calais qui est pourtant tout tout en haut de notre pays : le Pas de Calais, les Bourgeois, la dentelle, le tunnel, toussa...

    À l'automne 2018, après l'Aisne, j'avais tenu à passer par Calais pour la dentelle : on n'était plus à quelques kilomètres près.

    Nous avons beaucoup aimé notre trop court séjour. Nous avions trouvé un hôtel à quelques pas du centre, ce qui nous a permis de visiter un peu et de flâner dans les rues. Bien qu'aux infos on nous parle toujours de "la jungle" et des migrants, rien n'apparaît dans la ville qui nous a paru très agréable.

     

    Calais

               Il y a plusieurs monuments à la gloire du général. Celui-ci est le plus original, surtout la nuit.

     

    Au matin, nous sommes revenus faire quelques photos.

     

    Calais

    Calais

     

     

    Calais

    Calais

     

    Puis nos pas nous ont menés vers le but du voyage :  "La cité de la dentelle et de la mode". Nous n'avons pas de photos de l'extérieur, ni de la salle du restaurant, dommage.

    Ce qui m'attirait, c'était la dentelle elle-même, j'y allais en égoïste amoureuse des fils et des chiffons. Il y avait beaucoup de visiteurs et, chose incroyable, les hommes (dont l'Ours) étaient aussi intéressés que les femmes. Il faut dire que, question mécanique, on est servis.

     

    Calais

     

     

    Calais

     

     

    Calais

     

     

    Calais

     

    Il y a toute une salle de grands métiers aménagée pour le public, et quand ça fonctionne, c'est impressionnant. Ça "déménage", tout tremble très fort. Grosses machines et fines dentelles, le contraste est saisissant. Je ne vous raconte pas l'histoire, ni pourquoi cette dentelle est intimement liée aux anglais.

     

    Et aussi, beaucoup de vraies pièces de musée :

     

    Calais

     

     

    Calais

     

     

    Calais

     

    Des rouleaux de fils de toutes sortes : 

     

    Calais

     

    Et enfin, une immense exposition d’œuvres très variées, aussi bien anciennes que créations récentes. J'ai beaucoup trop de photos pour faire un choix. Il faut aller sur place, avancer à son propre rythme, et s'attarder devant ce que l'on préfère. Et Eklablog qui me limite à 15...

     

     

     

    Calais

     

     

    Calais

     

    Nous étions presque à la fin de notre voyage (dont le but initial était d'aller chez des amis dans l'Aisne), et je suis fière de moi, car j'ai épaté l'Ours avec Guédelon et Calais, et nos amis nous ont fait connaître le Familistère de Guise. Nous avons pris tous les deux beaucoup de plaisir dans ces visites originales, originales pour nous car, en général, nous nous intéressons plutôt aux paysages naturels.

    Je reviens bientôt vous voir, peut-être avec quelques images de Corse ou de Calanques. Puisqu'on est obligés de voyager sur place, rêvons... et restons sages.

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

     

    Bonjour tout le monde,

    j'espère que vous avez bien commencé cette nouvelle année, et que vous allez bien la continuer

    Je vous raconte un peu notre Noël. Cette année, il y a eu un tirage au sort : chacun devait faire un cadeau à un membre de la famille.

    Comme nous sommes restés chez nous, pour être un peu présents parmi nos jeunes (qui eux se retrouvaient tous ensemble), j'avais envoyé un colis contenant, en plus des deux vrais cadeaux, trois paquets : un par maisonnée de chacun de nos enfants. Là, c'était du n'importe quoi, histoire de les amuser un peu : quelques babioles, des marshmallows à griller, et quelques ouvrages maison.

     

    J'ai cousu des tabliers de Noël, tous différents. J'avais déballé mes restes de tissus des chaises de notre maison et mes tissus de Noël :

     

     

      J'ai crocheté, mais mes photos sont...plutôt moches : mauvais éclairage, sur fond de housse de couette qui ne flatte pas. C'est grand comme un châle, en plus pratique car il y a des trous pour les bras.

     

     

                   

     

    Je voulais copier Marykrys,... J'avais trouvé un modèle fait avec un crochet n° 8. J'ai trouvé ce petit napperon. Et j'ai fait comme j'ai pu, car je voulais utiliser un crochet 3,5, et faire avec mes stocks. J'ai joué à l'artiste qui travaille sans filet, mais j'ai défait plus d'une fois, car mon cercle gondolait.

     

     J'ai bricolé, car à ce niveau d'improvisation et de difficulté de maniement des matériaux, (je vous montrais, le 9 décembre un morceau de l'isolant utilisé dans notre maison) ce n'est plus tout à fait de la couture :

     

     

     

    Vue de l'intérieur :

     

     

    Vue du dessus :

     

    Vue de profil :

     

    Dans le lien, j'avais glissé un petit papier (comme les pépiniéristes) disant "je suis un prototype, explications à l'intérieur".

    Tous mes paquets logeaient dedans, mais l'objet n'est pas un sac de transport. C'est une...marmite norvégienne. Cékoissa ? Regardez le site et vous saurez tout. Je vais me bricoler la même chose, car cette découverte fut une révélation. J'ai fait un essai avec les moyens du bord : ça marche ! ! !

     

    Et à part ça ? Nous sommes encore semi-confinés, il neige un jour sur deux, rien qui donne envie de sortir. Je vais mettre de l’ordre dans mes affaires de couture, finir quelques travaux en cours, achever ça :

     

    (Il a progressé depuis cette photo prise en novembre).

     

      L'Ours m'a donné cette photo : cékoissa ?

     

     

    Réponse ici

    Cette couleur a le mérite de nous changer du blanc qui devient notre décor habituel en ce début d'année.

    Prenez soin de vous, protégez-vous du froid et du virus, et passons une bonne année ensemble.

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Noël 2020

     

     

    Aujourd'hui, 11 novembre. Si vous voulez savoir ce que j'en pense, je le disais en 2018. Je n'ai rien à rajouter.

     

     

    À part le portrait du jeune frère de mon grand-père paternel, reconnu comme victime de la guerre. C'est la grippe espagnole qui l'a emporté, car son organisme délabré par la guerre n'a pas pu lutter.

     

     

    Ce portait a été fait par mon grand-père, et a atterri dans mon ordinateur le jour où une de mes petite-filles m'a appelée pour savoir si son nom me disait quelque chose. Sa classe travaillait sur les victimes de la guerre, et ce nom l'avait interpellée.

     

     

     

     

     Nous ignorons où en seront les mesures sanitaires fin décembre. Les réunions de famille seront peut-être trop risquées, voire impossibles... Nous sommes dans les Pyrénées, nos enfants et petits-enfants éparpillés en Gironde, alors, pour ne pas rêver inutilement, nous avons déjà décidé : chacun chez soi. 

    Nous ne sommes pas les seuls dans le doute. Alors je vous propose de vous mettre, malgré tout, la tête à la fête en préparant quelques décos nouvelles pour le sapin, ou la maison, ou encore à envoyer à vos "proches éloignés" pour être avec eux malgré les circonstances.

    Tous les modèles qui suivent sont très faciles à faire et vous épaterez tout le monde par votre créativité.

     

     

    Noël 2020

     

     

     

     J'ai "piqué" cette photo sur le blog de l'Atelier papillon.

     

    Et les explications sont données ici (par Caro ?).

     

    C'est tout simple : des triangles aux pointes repliées, plus des boutons et de petits rubans.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chez Miaou, j'ai photographié un très mignon sapin en hexagones, (mais je ne retrouve pas ma photo, Miaou est en train de déménager et ne retrouve pas son sapin...) : il ressemblait à ça, en plus joli, car bien fini et réalisé dans des tissus mieux choisis :

     

    Noël 2020

     

    Quelques hexagones dans le vert et rouge, plus un pied marron. Vous pouvez faire vos hexagones en papier, il y a sur le Net des planches à découper. Parce que, les dessiner au compas et à la règle...eh bien c'est pas terrible, et si la découpe est trop aléatoire, l'assemblage devient vraiment trop difficile. Je précise, pour les non-patcheuses que ces hexagones se font en repliant le tissu autour d'un support que l'on récupère au fur et à mesure que l'ouvrage avance)

     

     

     

     Céline Martineau, sur deavita.fr propose une quantité d'idées de petites décos à faire en feutrine : rien qu'en regardant les images vous trouverez des tas d'idées simples, faciles à réaliser pour utiliser des petits bouts de tissus qui traînent au fond d'une boîte ou d'un tiroir.

     

     

     

    Noël 2020

     

     

     

    Le petit moulin de Manos inquietas : ça vient de Bolivie, c'est en espagnol, mais il y a suffisamment de photos explicatives pour comprendre.

     

     

     

     

     

     

    Noël 2020

     

     

    Le dernier sapin de Vick, le dernier car sa vie s'est arrêtée brutalement le 21 mars 2010, mais son blog est toujours là, et il est encore plein des ouvrages, des explications, et de la joie de vivre qui la caractérisait...

     

    Les yoyos sont très faciles à faire grâce aux "moules", mais un simple fil passé autour d'un disque de tissu vous donnera à peu près le même résultat.

     

     

     

     

     

    Alors, tout le monde s'y met et raconte aux autres ? Il faut s'occuper et se distraire mutuellement pour tenir le coup. Téléphone, Whatshapp, Zoom, blogs, messagerie, etc... on a quand même plus de chance que lors des grandes épidémies d'autrefois.

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Qui a été fille ou a des filles dans sa famille connaît ces trucs en tissu avec un élastique dedans.

    Mais tout le monde ne s'est pas amusé à en faire. Du temps où j'avais les cheveux longs, il m'est arrivé d'en assortir à mes chemisiers faits-maison. Mais voilà, les années ont passé, et mon savoir-faire s'est envolé.

    Encore une fois, j'ai eu la preuve que je suis pire que nulle en géométrie dans l'espace. Je me fais honte toute seule.

    J'ai trouvé un tuto avec une vidéo, très bien faits, chez Marie-Claire idées. J'ai dû visionner plusieurs fois, et j'ai réussi.

    Pour bien m'imprégner de la méthode, au cas où MCI enlèverait sa vidéo, j'ai fait des photos :

    On coupe une bande de 12X50cm :

     

                                                1

    Les chouchous

     

     

    On plie dans le sens de la longueur et on coud, tout en laissant la future ouverture au milieu :

                                              2                       

    Les chouchous

     

    Avec une épingle double, on retourne partiellement, de façon à avoir un tuyau de 25cm, endroit sur endroit :

                                                   3

    Les chouchous

    4

    Les chouchous

     

     

    On assemble (main ou machine) les extrémités du tuyau :

     

                                              5

    Les chouchous

     

    6

    Les chouchous

     

    Par le trou restant (la partie non cousue de la photo 2, on retourne le tuyau de façon à avoir l'endroit à l'extérieur :

     

                                        7

    Les chouchous

     

    On ne comprend pas toujours, mais ça marche !

     

                                               8

    Les chouchous

     

    Avec l'épingle double, on passe l'élastique à l'intérieur. J'utilise, en ce moment de pénurie, un élastique noir pas très adapté pour les masques, mais utile tout de même :

                                              9

    Les chouchous

     

    Attention à ne pas le perdre : maintenir l'autre bout avec les doigts ou une épingle. Puis, selon l'élastique que vous avez vous assemblez vos deux bouts en cousant ou en nouant.

     

    Il ne vous reste qu'à fermer la fente, main ou machine, peu importe, ça ne se voit pas :

     

    Les chouchous

     

     

    ( Petit aparté pour celles qui cousent : vous savez combien il est difficile de raccorder les motifs. Eh bien, là que ça m'était complètement égal, regardez la photo suivante :c'est presque parfait, sans la moindre intention de réussir...

     

    Les chouchous

     

     

    Tant qu'à faire, faites ça à la chaîne. Si vous en faites plusieurs, vous maîtriserez mieux la technique.

     

    Les chouchous

     

    Pour la coquette qui m'a demandé des chouchous, je fais des masques assortis : n'est-ce point le comble de la mode du printemps 2020 ?

     

    Les chouchous

     

    Et pour changer de la couture et des écharpes queue de dragon, j'ai entrepris un grand gilet en une seule pièce. Rangs raccourcis tous les 20 rangs, petites torsades tous les 4 rangs, augmentations de chaque côté des torsades, grosses torsades tous les 8 rangs, boutonnières tous les 8 cm. J'ai eu tellement de mal avec la mise en route que j'ai tout recommencé. En plus, ça coince sur les aiguilles (2 circulaires vu le nombre de mailles) et c'est lourd.

     

    Les chouchous

     

    Je suis allée à la lumière dehors pour la photo, car ma laine est marron foncé et je n'y vois rien.

    Plusieurs films par jour, plein de reportages sur la nature, des ouvrages à foison : ma vie de confinée est parfaite.

    Je vous souhaite d'aller aussi bien que moi. Restez bien chez vous, patientez en vous occupant au mieux.

     

     

    Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique