•  

    Ça y est ! je suis revenue après 4 semaines d'absence.

    Tout s'est bien passé, retour sans encombre, mais un peu coupée du monde car la Box était aux abonnés absents. Vous imaginez ça, en 2018 ? Ni téléphone fixe, ni messagerie, ni Internet de jeudi à tout à l'heure. Vous savez pourquoi ? Il paraît qu'un chasse-neige aurait coupé un fil un peu plus bas, au bord de la route.

     

    la fourmi : le retour

     

     

     

    De l'hôpital où j'étais en rééducation, je pensais à vous.

     

    Cékoissa ? voulais-je vous demander.

     

     

     

     

     

     

     

    Ci-dessous, je vous raconte en bref ma rééducation.

     

    la fourmi : le retourla fourmi : le retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pliage et dépliage sur le Kinétec. ce genou a été plus fort que l'autre : il a été jusqu'à 120, le maximum possible !

    Puis drainage car il était très enflé.

     

     

    la fourmi : le retourla fourmi : le retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Travail avec la cacahuète géante, puis repos sous la vessie de glace.

     

    la fourmi : le retourla fourmi : le retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Séance photo au gymnase, et portait de mes deux genoux.

     

    la fourmi : le retour

     

    Ce soir-là, salade en entrée, et salade en légume (rassurez-vous, j'avais un garde-manger dans ma chambre).

     

     

    la fourmi : le retour

     

    Au retour à la maison, un chocolat au lait de riz et une part de gâteau. Je vous raconte le cékoissa du jour : mes filles sont venues voir leurs parents pendant mon hospitalisation. Elles ont osé étrenner un de mes fours de ma nouvelle cuisine (chaleur tournante, et plein d'étages), et m'ont envoyé une photo de leur essai. Le lendemain, ils sont tous venus me voir en OUBLIANT MON gâteau à la maison. Ils l'ont donc congelé (étrennant par la même occasion mon petit congélateur) et l'Ours me l'a donné à mon retour.

     

    J'ai retrouvé ma place favorite, avec vue sur le jardin enneigé, l'Ardiden et les mésanges. 

    la fourmi : le retour

     

    Et je continue les exercices dans mes escaliers : monter, ça va, mais descendre... Je vais aussi aller chez le kiné.

     

    la fourmi : le retour

     

    J'ai trouvé ça affiché à Bagnères : un peu d'optimisme ne fait pas de mal.

    À bientôt

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Il a neigé presque partout, vous vous doutez bien que chez moi aussi. Mais pas tant que ça, pas de perturbations dans ma région.

    Un matin, j'ai trouvé un drôle de bonhomme de neige au jardin :

     

    On n'hiberne pas

     

    La station de ski n'a ouvert que le 7 décembre, mais dès les premiers flocons, des inconscients ont investi les rues du village.

     

    On n'hiberne pas

     

    Et à la maison ? Nous ne vivons pas que de citrouilles et croulons sous nos diverses occupations.

    Je suis en pleine couture. J'entreprends des choses archi-simples qui me prennent vraiment la tête (ne pas se fier aux apparences), je refais d'autres choses un peu plus délicates. J'ai aussi découvert, grâce à une copine lointaine, un modèle de petit sac que j'adore (attendre janvier...).

    Et l'Ours ? Il joue du tournevis, et du niveau et de plein d'autres outils, et il dit fréquemment "tu viens m'aider". L'aider, je veux bien... mais vous me connaissez maintenant. Si il me demande le pied à coulisse, je connais l'outil, mais je ne sais pas comment m'en servir. L'Ours n'imaginait pas que j'étais nulle à ce point.

     

    On n'hiberne pas

     

    Il me demande aussi, alors qu'il tient à bout de bras un élément mural en hauteur, de visser. Ça, en général, je sais faire. Sauf quand il veut que je le fasse avec un tournevis à cliquet, outil que je n'avais jamais remarqué, et encore moins utilisé. Et en plus, en haut, et de la main gauche ! Et ce machin qui fait clic clic comme un fou, et moi qui ne comprends même pas dans quel sens il visse, ni ce qu'il fait dans l'autre sens.

    Il me demande aussi de mettre des rondelles sur les paumelles d'une fenêtre pendant qu'il tient la fenêtre soulevée. Ça, je comprends, sauf que là, c'est pas de ma faute, mais le trou des rondelles est plus petit que les "tiges" de fer où je dois les enfiler... Nous remettons la fenêtre en place, l'Ours vérifie, agrandit les trous, et on recommence.

     

    Pour pouvoir faire ces travaux, il nous a fallu aller plusieurs fois chez le grand suédois aux magasins bleu et jaune. Nous sommes à mi-chemin entre Bayonne et Toulouse, donc pas mal de km lors de chaque voyage. La dernière fois, c'était Toulouse. Nous devions prendre plusieurs colis grands et très lourds (aïe mes bras, mon dos et mes genoux !). Toulouse étant un vieux magasin, il est trop petit et certains colis, les plus grands et les plus lourds, sont à récupérer dans un dépôt un peu plus loin, alors que les autres paquets moins volumineux sont déjà dans la voiture..

    Devinez ce qu'on a découvert en arrivant chez nous, à la nuit, dans la neige ? Qu'on avait oublié, sur le quai de chargement du fameux dépôt, un paquet de 2,20 m... On l'avait mis de côté pour le charger en dernier, car c'était assez léger et fragile. Il est resté de côté.

    On n'hiberne pas

     

    Sur l'autoroute du retour, j'étais assise derrière l'Ours (les grands colis étant allongés dans tout le côté droit de la voiture. J'ai pu admirer le coucher de soleil. Sur ma photo, on ne voit pas la différence entre le doré des nuages, et le blanc des traînées d'avions. sur tout mon côté gauche, j'avais les Pyrénées, mais aussi des arbres, dommage.

     

    On n'hiberne pas

     

    Chez nous, le chèvrefeuille est utilisé comme garde-manger par de nombreux oiseaux. Le merle s'y installe confortablement, comme dans un canapé.

     

    Les petits zozios sont très dynamiques, et j'ai du mal à les saisir :

     

    On n'hiberne pas

     

    Là, nous avons eu la visite de Mme Bouvreuil. Où donc était passé Monsieur ? D'habitude ils sont ensemble.

     

    On n'hiberne pas

     

    Je continue à engranger des photos, et j'essaie de revenir bientôt.

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    que vous dire ?

    QUE JE VAIS BIEN, mais que je n'arrive pas à mettre mes idées en ordre, et que je ne sais pas par quel bout commencer sans faire trop de blablabla.

    Jeudi, je devais entrer à l'hôpital pour faire faire mon deuxième genou hier.

    Mais voilà que la cardiologue s'est opposée : elle veut d'abord trouver la cause de ma super-hypertension.

    Je pourrais écrire que je ne savais plus sur quel pied danser depuis cette mauvaise nouvelle mais cette expression me paraît inadaptée pour quelqu'un comme moi qui n'a jamais su danser et qui en serait bien incapable en ce moment.

    Comme j'ai du temps libre, je fais de petits bricolages pour Noël et le premier de l'an. Bien sûr je vous montrerai tout plus tard, mes idées vous serviront peut-être l'année prochaine.

     

    Mais surtout, pour une raison que je ne comprends pas, je n'arrive pas à me concentrer sur mon ordi. Je fais un rejet inexpliqué. J'ai envie de faire des articles, mais comme je ne lis pas trop les Copinettes en ce moment, et que je ne leur laisse plus de commentaires, j'ai honte. Tout le monde me croit absente, alors que je regarde bêtement ma montagne habituelle. Je délaisse également ma messagerie, ce qui me vaut ennuis et remontrances.

    J'ai regardé tomber la neige :

     

     

    puis le soleil se lever :

     

     

    et le soleil se coucher :

     

     

    puis fondre la neige

     

     

     

     Neige fondue ? Tant mieux. On a enfin pu recevoir une grosse livraison annulée la semaine dernière pour cause d'accès impraticable : les joies de la montagne !

    L'Ours avait  bien préparé la place :

     

     


     

    La livraison attendue a pu arriver hier.

     

    Trois énormes cartons dont vous verrez le contenu plus tard.

     

    Mon gentil facteur a mis dans ma boîte au lettres une enveloppe très sympa qui contenait devinez quoi :

     

    Cela venait de chez Marithé et Alain, pour que j'aie moi aussi l'impression de vivre dans un jardin de Paradis. Vivement le printemps : deux genoux neufs et plein de graines !

     

    J'ai aussi essayé d'identifier un petit oiseau qui ressemblait à un moineau, ou à un rouge-gorge sans couleurs :

     

    L'accenteur mouchet ? ? ?  Il était loin de moi et n'arrêtait pas de se déplacer.

     

    J'ai enfin une nouvelle date pour mon deuxième genou : le 26 janvier. D'ici là, il faudrait que je me donne des coups de pied au cul pour ne plus procrastiner. Autre expression idiote, car mes genoux ne me permettent plus cette gymnastique : ils ne pourront plus jamais plier comme avant.

     

    Je vais essayer de retrouver ma vie habituelle et :

    - de ne plus me laisser dépasser par des centaines de messages     non lus

    - de répondre aux amis dans des délais raisonnables

    - de me tenir un peu plus sérieusement aux ouvrages que je me programme

    - de bien faire les exercices prescrits par mes kinés

    Je vous souhaite un bon dimanche et un bon début de semaine, tout en vous disant "à bientôt".

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

     

    Monsieur X

    C'était un vieux hibou
    affreux comme un pou
    avec son caillou
    nu comme mon genou.

    Mais comme il était chou
    quand il faisait joujou
    avec son chien BIJOU !

    Jean l'Anselme

     

    Nu comme mon genou, c'est même pas vrai. Je ne sais pas à qui faire part de ma découverte. Depuis quelques mois (3 ou 4 ), mon genou opéré n'est plus tout à fait nu : il est POILU

     

    Aux poils !

    Bon, je reconnais que ce n'est pas une belle toison, mais il y a des poils. Là, ils sont enduits de crème, et tous orientés dans le même sens (sinon, ils poussent en ordre dispersé). Je vous accorde qu'il faut regarder avec beaucoup d'attention.

    Il n'y a RIEN sur l'autre genou. Quel est ce mystère ? Sont-ce les multiples crèmes pour nourrir la cicatrice ? Les désinfectants passés pendant les trois premières semaines ? Il y a peut-être une piste à explorer pour traiter la calvitie ...

     

    Ci-dessous, un autre mystère.

    Aux poils !

     

    Ce mini-tortillon blanc poussait sur ma tête parmi mes cheveux normaux. Que faisait cet intrus ? Comment un cuir chevelu normal peut-il fabriquer un crin si étrange ?

    Aux poils !

    Là, il est posé sur mon coeur-boîte à épingles. On voit qu'il est minuscule, ce petit poil frisé.

     

    Et maintenant une série de vues de mon paysage.

     

    Aux poils !

    10 Juillet 2014 : quelques névés encore bien visibles.

     

    Aux poils !

    13 octobre 2014 : il a déjà commencé à neiger sur les sommets, et les névés n'ont pas encore tout à fait disparu. Nous parlons des "moustaches" pour désigner les petits restes qu'il y a sur la droite. 

     

    Aux poils !

    2 juillet 2017 : les moustaches sont bien nettes

     

     

    Aux poils !

     3 août 2017 : plus un poil de moustache.

    Dans les années 70/80 il restait carrément de la neige au moment de la rentrée des classes, alors que le temps commençait déjà à se refroidir. Maintenant, c'est souvent fini avant la fin de l'été.

    Réchauffement climatique ou pas ? Déficit de chûtes de neige ?

     

    J'évoquais récemment les cheveux de Raiponce, voilà comment ça se passe chez moi :

    Aux poils !Aux poils !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une bonne averse, un grand coup de vent, et les roses trémières se trouvent mal. Je m'arme de ficelle et de ciseaux, et j'attache comme je peux à la ferraille de mon volet. Le chèvrefeuille a un nouveau support pour grimper.

     

    Aux poils !

     

    Cet angle de maison serait "au poil" si les roses trémières étaient moins pâles.

     

    Aux poils !

     

    Et pour finir, le bouquet à poils et épines que ma locataire a trouvé en arrivant.

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    pas de balade aujourd'hui, mais un état des lieux trois mois après mon opération. Ça va bien, quoique j'aie encore des progrès à faire.

     

    Au moment de ma sortie du deuxième hôpital, il a fallu que je bataille pour obtenir une de mes radios. Il paraît qu'on ne les donne pas. " M'enfin, c'est de MON genou qu'il s'agit, j'ai bien le droit de savoir ce qu'on a mis dedans, non ? " 

    Je n'aurais pas le droit de ramener une photo-souvenir à la maison (ni même de regarder de près) ?

     

    Bilan des 3 mois

     

    Ce n'est pas bien beau, et avec ça on fait klaxonner dans les aéroports.

    Pour installer ces trucs-là, on martyrise un peu tout autour. Voilà pourquoi je continue ma rééducation chez les kinés et à la maison.

     

    Vous voyez les petits tirets sur l'os en haut à gauche ? Il s'agit seulement des agrafes. On les a enlevées au bout de trois semaines. Je mourais de trouille à l'idée que la couture s'ouvre !

     

    Je vous présente un bilan provisoire :

    POSITIF :

    - je marche de plus en plus

    - je plie de mieux en mieux le genou

    - au lit, je bouge sans même y penser, alors que les premières semaines je me calais comme je pouvais et je restais immobile. Ensuite, je m'asseyais presque pour changer de position.

    - la sensation de brûlure que j'avais sur tout un côté a enfin disparu

    - j'oublie de prendre un paracétamol avant la séance de torture chez le kiné.

    - je monte les escaliers tout naturellement

    - je peux descendre tous les escaliers, en "m’appliquant" et sans quitter le contact de la rampe (mais pas cramponnée comme au début où je me faisais mal au dos et aux épaules)

    - je tiens de plus en plus longtemps assise sur une chaise

    - je peux allonger complètement les deux jambes, alors que j'étais toujours un peu fléchie depuis tant d'années...

    - je peux faire du vélo d'appartement (mais la selle très très haute. On verra plus tard pour le vrai vélo)

     

    Bilan des 3 mois

     - mes exercices imposés sont moins difficiles qu'au début. Celui-ci, par exemple : assise sur ma table de cuisine, avec des bracelets de 750g, laisser tomber, lever en étendant bien.

    Il y a aussi, toujours sur la table : plier le plus possible (normalement, je ne vois plus ma jambe qui est sous la table)

     

     

    NÉGATIF :

    - mon genou opéré ne plie pas suffisamment

    - je ne peux toujours pas passer quelques marches très raides au jardin

    - la position debout devant mon fourneau ou l'évier m'épuise (non, ce n'est pas pour que l'Ours fasse tout, c'est vrai)

    - je vis très mal les trajets en voiture. La position en tant que passagère m'est particulièrement inconfortable. Je ne sais pas quoi faire de ma jambe.

     

    Bilan des 3 mois

     

     

    - il me reste, par moments, une douleur passagère très vive juste ici

     

     

     

     

    -  je fatigue très vite (mon jardin et ma maison ne sont pas satisfaits de mes services) Dès 17h, il me tarde que ça soit l'heure de se coucher. Je commence tout juste à supporter une soirée TV avec l'Ours, et le matin je n'ai pas très envie de me lever. Avant, je me couchais la dernière et me levais la première. Il me manque des heures pour l'ordi...

     

    À PART ÇA :

    Je suis très satisfaite. Quand je dis "aïe" c'est en général à cause du genou non opéré. Il me tarde que l'opéré soit au top pour pouvoir faire réparer l'autre.

    J'ai rendez-vous avec le chirurgien début août. Radios programmées : l'opéré pour la surveillance normale, les deux jambes pour voir les niveaux, l'équilibre ou je ne sais plus quoi (si j'ai bien compris pour étudier le terrain en prévision de la deuxième opération : ça serait dommage de n'aller bien que d'un côté, non ?)

    Dans les trois mois qui viennent j'espère faire suffisamment de progrès pour redevenir "normale" (Odile m'a écrit qu'il fallait six mois, alors ça devrait aller), et rebelote, on remet ça de l'autre côté.

     

    Maintenant que je vous ai tout raconté de ma prothèse, je vais reprendre mes petites habitudes de fourmi des montagnes : très bientôt je vous ramène dans le Gers.

     

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique