•  

    Vous savez que, dans la presse, un sujet qui revient régulièrement est un marronnier. je ne vais pas vous parler de kilos à perdre avant la plage, ni de la rentrée des classes.

    Non, je vous rappelle seulement que c'est le moment de faire les fuseaux de lavande et le vinaigre des quatre voleurs.

     

    C'est aussi le moment de vous organiser un petit voyage près de chez moi (voire carrément chez moi) pour le festival de Gavarnie. C'est toujours une soirée magique, et cette année le sujet est Orphée et Euridice.

    Il faut marcher un peu vers le cirque, et on se trouve dans une immense "salle de spectacle" à  l'air libre. Il suffit d'être bien chaussé, et de ne pas oublier de se munir de sa petite laine.

     

    Mes marronniers

     

     

    Ces derniers temps, le ciel n'est pas vraiment sympa avec nous, les sentiers étant un peu risqués à cause des orages, je me suis souvenue qu'il y a d'autres sorties à faire dans les environs de chez moi.

     

    Je n'en ai encore jamais parlé, mais j'aime beaucoup le Parc animalier des Pyrénées. Cela s'appelait autrefois la "Colline aux marmottes". Comme son nom l'indiquait, on y voit les marmottes de près, et les enfants adorent aller dans leur enclos et leur donner à manger. Ce parc ne cesse de s'agrandir, toujours plus haut sur la colline (aïe mes genoux !), et la variété d'animaux est impressionnante. Les enclos, ou les cages, sont immenses, et on a l'impression de voir les animaux en liberté.

     

    Mes marronniers

     Les ours, animaux emblématiques de nos montagnes

     

     

    Mes marronniers

    Pandas roux

     

    Mes marronniers

    Le lynx, perché dans son arbre.

     

    Nous y sommes allés hier et nos Pitchounettes étaient ravies de leur balade. Je regrette de n'avoir aucune photo des isards, mouflons, et autres animaux de ce genre (des montagnes du monde) qui sont présents en grand nombre dans le parc.

     

     

    Avant-hier, nous sommes allés visiter les grottes de Bétharram, près de Lourdes. Depuis le temps que nous habitons pas loin, je n'y étais jamais entrée. Je n'ai pas été déçue, c'est grandiose. Et amusant aussi, car, à partir du parking, nous avons utilisé bus (court trajet), bateau (qui ne fait pas peur, car hyper-stable), train (plutôt rigolo) et marche à pied (assez long).

     

    Mes marronniers 

     

     

    À faire un jour de pluie ou de canicule, car il y fait 13/14°.

     

     

     

    Mes marronniers

     

    Et pour finir, un marronnier dont je me passerais bien : le Tour de France. Cette année, il descend par ma route le 27, ça ira vite, mais la circulation sera bloquée une grande partie de la journée.

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Quand nous avons acheté la maison (en 2000) nous avons installé LA boîte aux lettres normalisée réclamée par la poste.

    L'Ours l'a fixée au bord de la ruelle pour éviter au facteur de monter jusqu'à la maison. Depuis 18 ans j'ai donc pris l'habitude de descendre, non pas dans mon jardin, mais à la boîte aux lettres.

     

     

    Ma boîte aux lettres

                       La boîte aux lettres cachée par les fleurs

     

    Cet endroit ne voit jamais le soleil, donc l'éclairage est toujours assez limite pour faire des photos. Mais, d'habitude, mes ancolies et mes benoîtes sont très jolies, et les passants apprécient.

     

    Ma boîte aux lettres

     

    Je vous ai raconté comment l'Ours a décidé de faire de gros travaux dans ce coin, juste au moment où tout allait fleurir.

    Le déménagement de tout l'ensemble a eu lieu le matin du 21.

    Depuis ma fenêtre de cuisine, juste devant l'évier, je surveillais régulièrement l'avancement des opérations, et je voyais l'Ours remuer des pierres, des tuyaux, du ciment, etc....

    Et hier, 26 mai, je suis descendue à la boîte aux lettres. Arrivée sur le goudron de la ruelle, je prends mon virage à gauche, je lève ma main droite armée de la clef, et !!! stupéfaction !!! je me trouve devant un grand vide. Quand je vous dis que mon cerveau vit au ralenti ! Toute préoccupée par ma descente des marches mal fichues, j'en avais oublié la nouvelle, et provisoire, situation de la fameuse boîte. Et pourtant, je l'avais contournée.

     

     

    Ma boîte aux lettres

     

    J'ai éclaté de rire, toute seule dans ma ruelle. Mais, avec le recul, je m'inquiète un peu pour mon cerveau. Comment être aussi distraite ?

     

    Je vous parle de notre boîte aux lettres. Pour tout vous dire, c'est la deuxième, car la première n'avait pas résisté à une énorme chute de neige du toit : neige + ardoises + arrêts de neige =

     

    Ma boîte aux lettresMa boîte aux lettres

     

     

     

     

     

     

     

    Les plantes souffrent, le matériel et nos finances aussi !

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Ça y est ! je suis revenue après 4 semaines d'absence.

    Tout s'est bien passé, retour sans encombre, mais un peu coupée du monde car la Box était aux abonnés absents. Vous imaginez ça, en 2018 ? Ni téléphone fixe, ni messagerie, ni Internet de jeudi à tout à l'heure. Vous savez pourquoi ? Il paraît qu'un chasse-neige aurait coupé un fil un peu plus bas, au bord de la route.

     

    la fourmi : le retour

     

     

     

    De l'hôpital où j'étais en rééducation, je pensais à vous.

     

    Cékoissa ? voulais-je vous demander.

     

     

     

     

     

     

     

    Ci-dessous, je vous raconte en bref ma rééducation.

     

    la fourmi : le retourla fourmi : le retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pliage et dépliage sur le Kinétec. ce genou a été plus fort que l'autre : il a été jusqu'à 120, le maximum possible !

    Puis drainage car il était très enflé.

     

     

    la fourmi : le retourla fourmi : le retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Travail avec la cacahuète géante, puis repos sous la vessie de glace.

     

    la fourmi : le retourla fourmi : le retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Séance photo au gymnase, et portait de mes deux genoux.

     

    la fourmi : le retour

     

    Ce soir-là, salade en entrée, et salade en légume (rassurez-vous, j'avais un garde-manger dans ma chambre).

     

     

    la fourmi : le retour

     

    Au retour à la maison, un chocolat au lait de riz et une part de gâteau. Je vous raconte le cékoissa du jour : mes filles sont venues voir leurs parents pendant mon hospitalisation. Elles ont osé étrenner un de mes fours de ma nouvelle cuisine (chaleur tournante, et plein d'étages), et m'ont envoyé une photo de leur essai. Le lendemain, ils sont tous venus me voir en OUBLIANT MON gâteau à la maison. Ils l'ont donc congelé (étrennant par la même occasion mon petit congélateur) et l'Ours me l'a donné à mon retour.

     

    J'ai retrouvé ma place favorite, avec vue sur le jardin enneigé, l'Ardiden et les mésanges. 

    la fourmi : le retour

     

    Et je continue les exercices dans mes escaliers : monter, ça va, mais descendre... Je vais aussi aller chez le kiné.

     

    la fourmi : le retour

     

    J'ai trouvé ça affiché à Bagnères : un peu d'optimisme ne fait pas de mal.

    À bientôt

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Il a neigé presque partout, vous vous doutez bien que chez moi aussi. Mais pas tant que ça, pas de perturbations dans ma région.

    Un matin, j'ai trouvé un drôle de bonhomme de neige au jardin :

     

    On n'hiberne pas

     

    La station de ski n'a ouvert que le 7 décembre, mais dès les premiers flocons, des inconscients ont investi les rues du village.

     

    On n'hiberne pas

     

    Et à la maison ? Nous ne vivons pas que de citrouilles et croulons sous nos diverses occupations.

    Je suis en pleine couture. J'entreprends des choses archi-simples qui me prennent vraiment la tête (ne pas se fier aux apparences), je refais d'autres choses un peu plus délicates. J'ai aussi découvert, grâce à une copine lointaine, un modèle de petit sac que j'adore (attendre janvier...).

    Et l'Ours ? Il joue du tournevis, et du niveau et de plein d'autres outils, et il dit fréquemment "tu viens m'aider". L'aider, je veux bien... mais vous me connaissez maintenant. Si il me demande le pied à coulisse, je connais l'outil, mais je ne sais pas comment m'en servir. L'Ours n'imaginait pas que j'étais nulle à ce point.

     

    On n'hiberne pas

     

    Il me demande aussi, alors qu'il tient à bout de bras un élément mural en hauteur, de visser. Ça, en général, je sais faire. Sauf quand il veut que je le fasse avec un tournevis à cliquet, outil que je n'avais jamais remarqué, et encore moins utilisé. Et en plus, en haut, et de la main gauche ! Et ce machin qui fait clic clic comme un fou, et moi qui ne comprends même pas dans quel sens il visse, ni ce qu'il fait dans l'autre sens.

    Il me demande aussi de mettre des rondelles sur les paumelles d'une fenêtre pendant qu'il tient la fenêtre soulevée. Ça, je comprends, sauf que là, c'est pas de ma faute, mais le trou des rondelles est plus petit que les "tiges" de fer où je dois les enfiler... Nous remettons la fenêtre en place, l'Ours vérifie, agrandit les trous, et on recommence.

     

    Pour pouvoir faire ces travaux, il nous a fallu aller plusieurs fois chez le grand suédois aux magasins bleu et jaune. Nous sommes à mi-chemin entre Bayonne et Toulouse, donc pas mal de km lors de chaque voyage. La dernière fois, c'était Toulouse. Nous devions prendre plusieurs colis grands et très lourds (aïe mes bras, mon dos et mes genoux !). Toulouse étant un vieux magasin, il est trop petit et certains colis, les plus grands et les plus lourds, sont à récupérer dans un dépôt un peu plus loin, alors que les autres paquets moins volumineux sont déjà dans la voiture..

    Devinez ce qu'on a découvert en arrivant chez nous, à la nuit, dans la neige ? Qu'on avait oublié, sur le quai de chargement du fameux dépôt, un paquet de 2,20 m... On l'avait mis de côté pour le charger en dernier, car c'était assez léger et fragile. Il est resté de côté.

    On n'hiberne pas

     

    Sur l'autoroute du retour, j'étais assise derrière l'Ours (les grands colis étant allongés dans tout le côté droit de la voiture. J'ai pu admirer le coucher de soleil. Sur ma photo, on ne voit pas la différence entre le doré des nuages, et le blanc des traînées d'avions. sur tout mon côté gauche, j'avais les Pyrénées, mais aussi des arbres, dommage.

     

    On n'hiberne pas

     

    Chez nous, le chèvrefeuille est utilisé comme garde-manger par de nombreux oiseaux. Le merle s'y installe confortablement, comme dans un canapé.

     

    Les petits zozios sont très dynamiques, et j'ai du mal à les saisir :

     

    On n'hiberne pas

     

    Là, nous avons eu la visite de Mme Bouvreuil. Où donc était passé Monsieur ? D'habitude ils sont ensemble.

     

    On n'hiberne pas

     

    Je continue à engranger des photos, et j'essaie de revenir bientôt.

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    que vous dire ?

    QUE JE VAIS BIEN, mais que je n'arrive pas à mettre mes idées en ordre, et que je ne sais pas par quel bout commencer sans faire trop de blablabla.

    Jeudi, je devais entrer à l'hôpital pour faire faire mon deuxième genou hier.

    Mais voilà que la cardiologue s'est opposée : elle veut d'abord trouver la cause de ma super-hypertension.

    Je pourrais écrire que je ne savais plus sur quel pied danser depuis cette mauvaise nouvelle mais cette expression me paraît inadaptée pour quelqu'un comme moi qui n'a jamais su danser et qui en serait bien incapable en ce moment.

    Comme j'ai du temps libre, je fais de petits bricolages pour Noël et le premier de l'an. Bien sûr je vous montrerai tout plus tard, mes idées vous serviront peut-être l'année prochaine.

     

    Mais surtout, pour une raison que je ne comprends pas, je n'arrive pas à me concentrer sur mon ordi. Je fais un rejet inexpliqué. J'ai envie de faire des articles, mais comme je ne lis pas trop les Copinettes en ce moment, et que je ne leur laisse plus de commentaires, j'ai honte. Tout le monde me croit absente, alors que je regarde bêtement ma montagne habituelle. Je délaisse également ma messagerie, ce qui me vaut ennuis et remontrances.

    J'ai regardé tomber la neige :

     

     

    puis le soleil se lever :

     

     

    et le soleil se coucher :

     

     

    puis fondre la neige

     

     

     

     Neige fondue ? Tant mieux. On a enfin pu recevoir une grosse livraison annulée la semaine dernière pour cause d'accès impraticable : les joies de la montagne !

    L'Ours avait  bien préparé la place :

     

     


     

    La livraison attendue a pu arriver hier.

     

    Trois énormes cartons dont vous verrez le contenu plus tard.

     

    Mon gentil facteur a mis dans ma boîte au lettres une enveloppe très sympa qui contenait devinez quoi :

     

    Cela venait de chez Marithé et Alain, pour que j'aie moi aussi l'impression de vivre dans un jardin de Paradis. Vivement le printemps : deux genoux neufs et plein de graines !

     

    J'ai aussi essayé d'identifier un petit oiseau qui ressemblait à un moineau, ou à un rouge-gorge sans couleurs :

     

    L'accenteur mouchet ? ? ?  Il était loin de moi et n'arrêtait pas de se déplacer.

     

    J'ai enfin une nouvelle date pour mon deuxième genou : le 26 janvier. D'ici là, il faudrait que je me donne des coups de pied au cul pour ne plus procrastiner. Autre expression idiote, car mes genoux ne me permettent plus cette gymnastique : ils ne pourront plus jamais plier comme avant.

     

    Je vais essayer de retrouver ma vie habituelle et :

    - de ne plus me laisser dépasser par des centaines de messages     non lus

    - de répondre aux amis dans des délais raisonnables

    - de me tenir un peu plus sérieusement aux ouvrages que je me programme

    - de bien faire les exercices prescrits par mes kinés

    Je vous souhaite un bon dimanche et un bon début de semaine, tout en vous disant "à bientôt".

     

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique