•  

    Je ne cesse de vous raconter que, pour jardiner à mon altitude, il faut être très très patient. 

    "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage" a écrit La Fontaine dans Le Lion et Le Rat. Cette phrase est grammaticalement archaïque (on dirait actuellement ou que rage ou et que rage), mais quelle vérité sur le fond ! En arrachant en force les plantes de Zeph dans un accès de rage, je n'aurais pas pu profiter en cette année 2017 de la floraison des hellébores qu'elle m'avait envoyées en mai 2013 ! ! ! Voir l'histoire ici.

    Quatre années de patience à regarder leurs deux misérables feuilles ! Des plants qui ne grossissaient guère et qui restaient si chétifs !

    Un jour, à peine revenue de cinq semaines d'absence, je faisais le tour du jardin que j'avais laissé sous la neige. L'Ours ne m'avait pas dit que les perce neige étaient complètement finis, que les crocus déclinaient, que les jonquilles débutaient, que tous les arbres bourgeonnaient, bref que le printemps était tout à fait arrivé. Je m'extasiais comme chaque année devant chaque mini pousse verte, et tout à coup, que vis-je ? Que les deux hellébores que je croyais éternellement bébés fleurissaient ensemble !

    (Tout ce qui est ci-dessus a été écrit le 11 avril de l'an dernier, après l'opération de mon premier genou mais laissé aux oubliettes car je me perds les chèvres* en ce moment)

     

    Patience et longueur de temps...

             H. Neige et vermeil    Photo 11 avril 2017

     

    Patience et longueur de temps...                       

                                  H. Rubis   Photo 11 avril 2017

     

    Patience et longueur de temps...

    Photo mai 2018, 2 fleurs sur la même tige.

     

    Patience et longueur de temps...

    Autre photo de mai 2018, juste pour vous faire deviner LA feuille de l'hellébore blanche plantée toute seule sur la gauche de la photo : pas de fleurs cette année.

     

    *se perdre les chèvres = perdre la tête, être désorienté en langage local. Cela m'a été confirmé hier par le médecin et la pharmacie : c'est un peu normal après deux anesthésies en moins d'un an. Mais je suis tout de même très choquée : j'avais OUBLIÉ que mes hellébores avaient fleuri l'an dernier. J'ai reçu un grand choc en retrouvant cette ébauche d'article et en voyant les photos.

     

    Je vous rappelle que le weekend prochain 1,2 et 3 juin, c'est les Rendez-vous aux jardins (clic sur le lien pour trouver les jardins autour de chez vous) dans toute la France.

     

    Patience et longueur de temps...

     

     

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Bonjour à tous,

    je suis un peu absente en ce moment, vous savez pourquoi ? Je marche au ralenti. Au ralenti à cause de mon genou, ça c'est au sens propre.

    Au ralenti aussi dans ma tête : je n'arrive pas à me poser (station assise encore un peu inconfortable) devant mon ordi avec un brin de concentration. Je n'aime pas regarder les blogs amis en diagonale, alors pour ne pas mal en profiter, je remets certaines lectures à plus tard. Que les copinettes me pardonnent.

    Mes mains n'ont pas envie de travailler, elles non plus : alors je lis le jour, et je lis aussi la nuit quand mon genou "pourrit" mon sommeil. Vous connaissez probablement ce phénomène : une douleur, même violente, est tolérable la journée, mais une  douleur faible est insupportable la nuit, et on ne sait pas comment s'installer.

    Ma vie est hyper calme, et mon jardin vit lui aussi au ralenti.

     

     

    Vous pouvez constater qu'il reste de la neige.

     

     

    En cherchant bien sur les bords j'ai fini par m'apercevoir que ça poussait : jonquilles, iris et noisetier sont prêts.

     

    Hier, je me suis avancée le long de l'allée déneigée par l'Ours. En me retournant, j'ai vu la première tache de couleur de cette année

     

    Vous la voyez, à gauche, tassée contre la maison ?

    Ça tombait à point car aujourd’hui c'est l'anniversaire d'une amie et je comptais lui envoyer des fleurs.

     

     

     

    J'ai bien fait de faire la photo hier, car ce matin le jardin est de nouveau tout blanc, et je vais recommencer à me lamenter que toute cette neige abime mes fleurs.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les oiseaux ne sont pas gênés, car l'un d'eux est venu jusqu'à la porte pour voir si un nouveau repas était livré.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je vais peut-être me mettre à la recherche de mon APN : il s'est planqué quelque part au fond d'un sac ou d'une poche, et je n'ai, depuis des semaines, que mon téléphone bas de gamme pour faire des photos.

    En fait, il me faudrait une caméra branchée en continu, car je trouve les oiseaux trop amusants. Ils se posent dans les lilas et seringats, et ils en repartent avec élan : chaque fois, ils font tomber plein de neige, mais ils ne semblent pas perturbés.

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Où a-t-elle la tête la fourmi ?

    Elle a beau être en désintox de l'ordi, elle aurait pu vous dire qu'elle partait aujourd'hui à l'hôpital pour son deuxième genou, puis en rééducation pour une durée encore inconnue.

    Ces derniers temps, elle a soutenu, moralement seulement, l'Ours qui installait à grand peine la NOUVELLE CUISINE.

     

    A un de ces joursA un de ces jours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il ne reste qu'à peindre la porte (bleue) et la fenêtre (brute, marron) en blanc, trouver la bonne poubelle, acheter les poignées manquantes, accrocher les torchons et ce sera parfait.

     

    Je vous parlais ici de la livraison du gros électro-ménager et du report de mon opération : tout est OK maintenant.

    Je ne sais quand je vais réapparaître ici, car à l'hôpital il n'est pas très simple d'utiliser un ordinateur, à moins que (on verra) cela puisse se faire dans la chambre.

    Portez-vous bien, et que les copinettes patientent encore : j'ai un retard fou dans mes lectures (je ne vous parle même pas de ma messagerie).

    À bientôt

     

     

    Pin It

    15 commentaires
  •  

     Je suis atteinte d'une drôle de maladie. Bien que mon jardin soit surchargé de plantes, de semis spontanés, de boutures, de tout ce qui peut se multiplier, je passe mon été à ramasser toutes les graines que je rencontre, chez moi ou ailleurs.

     

    Explications

     

    Ici mes grappillages des derniers jours, et c'est ainsi durant des mois. Sur ma table, il y a lupins, pavots de l'Atlas (ou d'ailleurs), pavots d'Orient, bleuets (centaurea montana)blancs, bleuets bleus, ancolies, auxquels j'ai rajouté des soucis de l'an dernier.

     

    Je dépiautais mes gousses de lupins (les grandes tiges à gauche de la photo, avec de grosses cosses grises quand elles sont mûres), et je me disais "ça ressemble aux petits pois mais c'est tout velu, heureusement que ces poils ne piquent pas". Et là, j'ai bien regardé. Ces poils font une jolie fourrure, avec un sens, comme les poils animaux ou humains.

     

    Explications

     

    j'ai juste posé la cosse sur mon agenda orange, car on ne voyait pas bien sur ma toile cirée grise.

     

    Explications

     

    Explications

     

    Et voilà comment, de grossissement en recadrage, et retournement, j'en suis arrivée à "Euréka" ! Un petit jeu à vous proposer.

    Quand Macha se promène dans mon jardin, elle fait plein de jolies photos de détails que je n'avais jamais remarqués. C'est vrai qu'on ne regarde pas bien autour de soi : ça doit faire 16 ans que je ramasse ces graines, et je n'ai bien observé que cette année.

    Il n'y avait rien à gagner, mais si des graines vous intéressent, demandez-moi. J'ai aussi roses trémières, digitales, et plein d'autres.

    Merci à tous d'avoir essayé. Je vous avoue que je n'aurais pas trouvé moi non plus.

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Je reviens juste d'un bref aller et retour dans les Landes. Je n'ai pas pu m'empêcher d'aller, encore une fois, faire un tour à Mimizan pour voir comment était la "Promenade fleurie" en ce début juillet : magique. C'est comme si on allait au spectacle, avec des costumes magnifiques et différents à chaque tableau.

    Je m'aperçois, en regardant mes photos, que je n'ai pas pris les plus belles fleurs, les plus beaux ensembles, mais seulement ce que je ne connais pas, ou ce qui m'étonne le plus. J'en suis à ma cinquième visite, et mes yeux sélectionnent.

     

     

     

    Dès le passage du pont, on est dans l'ambiance. Un bel hydrangea bleuté, au beau feuillage panaché, a attiré mon regard.

     

     

    Une idée générale de la promenade : des arbres en fond, et un habile mélange de plantes plus ou moins hautes, vivaces pour la plupart. Même si, par-ci, par-là, il y a quelques annuelles.

     

     

    Solanum Willandii

     

    Plectranthus ? si c'est ça, encore une découverte. je ne connaissais pas cette variété si florifère.

     

    Arbre inconnu de moi.

     

     

    Je suis fière de conserver un platycodon depuis des années. Mais il m'arrive aux mollets, alors que celui-ci doit bien m'arriver à l'épaule !

     

     

     

     

     

     

    Une des trouées sur le lac.

     

     

    Superbe floraison de l'erythrina crista galli, que je n'avais jamais vu de ma vie.

     

    Des touffes géantes de lis géants...

    CathyRose m'a fait douter. mais Marithé a mis un lien en commentaire : ce sont des crinums (dont j'ignorais l'existence)

     

     

    Quelques fleurs du bassin des nénuphars.

     

     

    Une vue du récent aménagement de plantes d'ombre.

     

     Il y a un monde fou sur les échinops.

     

    Et d'autres bestioles en grand nombre  partout ailleurs. Je rappelle qu'il y a un bel hôtel à insectes dans ce jardin.

     

    Qui a mangé cette plante ?

    Encore une fois, je fus très impressionnée par ma visite. Même jardin, mais toujours différent. Merci à la municipalité qui nous offre cette promenade, et bravo aux jardiniers qui sont très bons.  Il n'y a pas un brin d'herbe, tout est florissant quelle que soit la saison. Et surtout, quelle variété !

    Il faudra que je m'amuse à faire des photos de certains endroits à chaque visite, et que je compare.

     

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique