•  

    Je n'avais pas vraiment prévu de plan de route pour notre voyage vers l'Aisne, mais je voulais voir certains endroits. Au fur et à mesure, je choisissais mes itinéraires.

    Le quatrième jour, nous étions "Sur la route".

    Le cinquième, c'était Guédelon que je vous ai déjà présenté ici. Ce soir-là, nous avons dormi à Gien où nous avons revu le château que nous connaissions déjà avant la fin de la rénovation.

    De loin, car nous logions de l'autre côté de la Loire :

     

    Milly-la-Forêt

     

    De près, car le beau temps persistant nous incitait à marcher :

     

    Milly-la-Forêt

     

    Milly-la-Forêt

     

    Ce château avait souffert des bombardements de juin 1940, et le voilà redevenu tout beau.

     

    Le sixième jour, le samedi, nous nous sommes approchés de la région parisienne dans un but bien précis : visiter le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales et aromatiques de Milly-la-Forêt.

    Nous sommes arrivés à Milly en fin de matinée, c'était le bazar dans la ville, car les gens faisaient leurs courses, et il y avait un très beau marché des potiers sous la halle du XV° siècle. Il y avait plein d'exposants très créatifs. J'ai été raisonnable, je n'ai acheté que trois boutons à Lili Pamplemousse :

     

    Milly-la-Forêt

     

    En début d'après-midi, nous étions enfin à un des points phare de mon voyage. L'Ours n'était pas inspiré pour faire des photos. Je vous montre seulement quelques "échantillons" des plantes qui ont retenu mon attention :

     

    Milly-la-Forêt

     le shizo

     

    Milly-la-Forêt

    l'herbe à éternuer : achillea ptarmica pyrenaica.  Trop rigolo, elle pousse peut-être près de chez moi, mais je ne la connais pas.

     

    Ce jardin m'a beaucoup intéressée. Par contre, s'abstenir si on n'est pas passionné de botanique ou phytothérapie. Tout est très bien soigné et étiqueté,mais ce n'est pas un jardin d'agrément, c'est vraiment un conservatoire.

     

    Quand nous voyageons, nous aimons bien laisser le hasard nous mener. C'est facile en été quand on campe, plus difficile quand le temps est un peu frais. Ce samedi, il fut très difficile de trouver un hôtel : proximité de Paris, weekend, mariages, événements en tous genres, tout se liguait contre nous. Nous sommes passés par Barbizon, (très mignon, mais pas pour nous, un peu trop chic), Fontainebleau, Montereau, etc... La "galère" : on se disait qu'on allait passer la nuit dans la voiture...

    C'est ce soir-là que l'Ours a décidé qu'on allait acheter un GPS, et que moi je me suis promis de ne plus partir sans guide des hôtels, et sans internet sur mon téléphone.

    Et alors ? Et alors ? Zorro n'est pas arrivé, mais on s'est offert la nuit la plus chère de notre vie :

     

    Milly-la-Forêt

     

    Milly-la-Forêt

     

    Nos sanitaires, très élégants, vus depuis la porte. Dans l'ordre : le lavabo, la douche et les toilettes.

    Carrelages gris clair magnifiques, mais photo ratée.

    L'ensemble très malpratique, malgré cet air luxueux.

    La douche fermait par deux rideaux très foncés, traversant d'un mur à l'autre.

    Et l'eau ? Elle traversait aussi, ce qui fait qu'on était obligés de patauger.

     

     

     

     

    Milly-la-Forêt

     

     

    Pour éviter que les clients n'inondent la belle moquette, ils trouvaient deux paires de jolies pantoufles très douces et bien agréables.

     

    Il y avait aussi deux peignoirs en éponge dans le placard.

    Mobilier et éclairages très beaux. Les différences de prix ont parfois de bonnes raisons, mais nous n'avons pas mieux dormi pour autant.

     

     

     

    Cette ville-étape était jolie, et nous y avons trouvé un restau sympa. Cela a aidé à nous remettre des moments d'inquiétude que nous avons vécus en cherchant une chambre.

     

    Ça y est : l'Ours a acheté le GPS. Yapluka apprendre à s'en servir.

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

     

    Après toutes ces visites programmées dans le Lochois, nous devions parcourir une assez longue distance pour nous rapprocher de Guédelon dont je vous ai déjà parlé ici.

    Mais sans stress, le voyage, en prenant le temps de flâner. Moins de 300 km, même en évitant les grands axes, et en fuyant les autoroutes, c'est faisable dans la journée.

    Nous n'avons pas hésité à nous arrêter pour regarder de plus près ces magnifiques vestiges romains qui se trouvaient juste au bord de notre route, à Thésée dans le Loir-et-Cher :

     

    Sur la route

     

    Sur la route

     

    Sur la route

     

    Il s'agit du site des Mazelles, autrefois TASCIACA. Parfois, on regrette de ne pouvoir s'arrêter assez longtemps, nous aurions bien aimé faire une visite guidée pour en savoir plus sur ces constructions âgées de 2000 ans. Mais ce site n'est pas ouvert en continu.

     

    Par contre, c'était l'heure du repas, et nous n'avions rien prévu pour pique-niquer. Une petite ville se présenta, et nous y fîmes halte. Comme elle était jolie, comme elle nous a plu, et comme il aurait été dommage de la rater !

     

                

    Sur la route

     

    Voilà comment nos estomacs nous ont poussés à visiter, tout à fait par hasard, Mennetou-sur-Cher, dont la porte était juste au bord de la route, en face du parking.

     

    Sur la route 

     

    Sur la route

     

     

     Sur la route

     

     

     

    Sur la route

     

    La mairie

     

    Sur la route

     

    Sur la route

     

    Que fait cette machine ? Distribue-t-elle des billets ?  Non, non : le charcutier vend ainsi 24h/24 des andouillettes à la ficelle. Après une longue période d'étude, l'appareil a enfin pu être installé. Ne sachant pas ce que l'on ferait le soir, on n'en a pas acheté, et on s'est contentés d'en manger au restaurant.

     

    Sur la route

     

    Dans un mini-jardin coincé entre toutes ces vieilles pierres, nous avons remarqué un superbe poncirus trifoliata (citronnier à trois feuilles) , le seul agrume adapté à la vie en plein air sous un climat tempéré.

     

    En fin de journée, n'ayant toujours rien prévu pour notre étape du soir, j'ai appelé mes cousins que je savais dans les cartons, car ils déménageaient de la région parisienne vers la côte atlantique. Et, surprise, ils étaient dans leur petite maison du fond des bois dans le Cher. Après nous être un peu perdus (comme à chaque fois) dans les petites routes, nous sommes arrivés dans leur havre de paix. 

    Nous étions le 27 septembre, et le camion de déménagement était prévu pour le 15 octobre. Pas trop de temps à perdre !

    Ils étaient là, car un copain parisien (un peu dépassé par ses bestioles) avait donné ses ruches à mon cousin (qui est apiculteur chevronné). Ils avaient voyagé la nuit pour éviter la chaleur, mais les abeilles étaient énervées, et il a fallu aller voir d'un peu plus près.

     

     

    Sur la route

     

    Et nous avons passé une soirée et une nuit tranquilles, dans cette maison qui m'a toujours fait penser à celle des nains de Blanche-Neige. Les seuls visiteurs sont les oiseaux et les chevreuils.

     

    Le lendemain, les cousins repartaient pour leurs derniers jours en ville, et nous pour le moyen-âge (Guédelon).

     

     

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Je vous ai déjà dit que je m'éparpillais, pas moyen de tenir un cap.

    Je reviens donc à mon voyage vers l'Aisne, et je vais reprendre où je m'étais arrêtée.

    Il faut que je vous dise que je n'ai vraiment pas été déçue par le festival des jardins de Chaumont. C'est juste que je ne suis pas très sensible à ce style de création, mais je ne regrette pas mes 18€ (notre visite la plus chère du voyage), car j'ai ressenti ce à quoi je m'attendais.

    Après notre journée dans le parc de Chaumont, nous sommes restés dans les environs. Il y a tant de beaux endroits à admirer dans cette région !

    Nous avons commencé par une balade dans Loches. 

     

    Jolis villages

     

    Jolis villages

     

    Et, surprise, nous avons trouvé l'église St Ours !

     

    Jolis villages

     

    Jolis villages

     

    Avec un tronc pour le moins original : chaque donateur au secours catholique doit planter un clou, depuis 1962.

    Mon Ours à moi, c'est lui qui plante les clous, et il n'attend pas les offrandes.

    On ne savait pas que St Ours existait, et il a même des villages dans le Puy-de-Dôme et en Savoie.

     

     

     

     

    Jolis villages

                              Le gisant d'Agnès Sorel

     

     

    Mais, c'est surtout des villages que je voulais visiter. nous avons passé le reste de la journée avec une "locataire-copine" originaire des environs.

     

    Montrésor est classé "Village remarquable" et 2ème village  préféré des français 2015.

     

    Jolis villages

                     La halle aux laines du XVII°

    Le village est joli, bien sûr, mais pas autant que d'autres, à mon humble avis. Par contre, sa situation au bord de l'Indrois est remarquable. Les bords de rivière forment une très agréable promenade d'où l'on voit très bien le château.

     

    Jolis villages

     

     Et enfin, pour terminer la journée, nous arrivons à Chédigny, le village qui me fait rêver depuis bientôt 20 ans. L'histoire est sympathique. Tout à la fin du XX° siècle, le maire trouvait son village quelconque et a eu l'idée de le transformer en jardin. Oui tout le village de Chédigny ! Et depuis 2014 il a le label "Jardin remarquable", le seul village à avoir obtenu cette distinction.

    André Eve, très grand rosiériste français, s'est pris d'affection pour le maire et son village, et a beaucoup participé. Il y a maintenant plus de 1000 rosiers, et un festival des roses y a lieu chaque année.

     

    Nous n'étions pas à la période la plus fleurie, mais nous avons bien ressenti l'ambiance particulière qui baigne ce lieu. Il n'y a pas que des rosiers, et toutes sortes de plantes assurent le décor toute l'année. Même en fin de saison, c'est très coloré.

     

    Jolis villages

     

    Jolis villages

     

    Jolis villages

     

    À Chédigny il a aussi un superbe jardin de curé, sis contre l'ancien presbytère reconverti récemment en gîte.

     

    Jolis villages

     

    Nous avons fait la visite entre des techniciens, leur matériel et un drone : ils préparaient un épisode des "Carnets de Julie" avec Xavier Mathias.

     

    Je vous ai raconté Chédigny brièvement, juste pour vous donner envie d'y aller. Si vous suivez mes liens, vous comprendrez.

     

     

    Notre guide nous a ensuite fait faire une halte dans un endroit très surprenant : la Corroirie qui dépendait de la Chartreuse du Liget. Nous n'avons pas vu que la visite était payante, et nous sommes promenés tranquillement à travers les bâtiments d'un ancien château-monastère.

     

    Jolis villages

     La "ferme" fortifiée

     

    Jolis villages

    Les bâtiments religieux

     

    Jolis villages

    Bien que classé à l'inventaire des monuments historiques, ce lieu est privé, et le coût des rénovations exorbitant.

     

    Jolis villages

     

    Moi qui ne crois pourtant en rien, je regrette de voir de si beaux endroits souffrir du manque de moyens financiers. J'ai découvert, en regardant le site indiqué plus haut, que le château était devenu une maison d'hôtes. Si je reviens par là-bas, j'irai bien m'y offrir un repas et une nuit. C'est si surprenant de voir le contraste entre le raffinement de l'intérieur et la rusticité de l'extérieur !

    Après cette super-journée, nous devions repartir, mais cette région mérite vraiment qu'on y séjourne. C'est très dommage de n'avoir pu que passer. Je sens que, avant très longtemps, nous y reviendrons pour une semaine entière.

     

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    Pendant mon long voyage à travers la France, j'ai fait un détour pour voir de mes propres yeux le chantier du château fort de Guédelon. Connaissez-vous cette histoire ?

    Lors de travaux sur le terrain de son château de St Fargeau, Michel GUYOT le propriétaire a eu envie de savoir comment on s'y prenait au XIII° pour construire des châteaux. Le plus simple, c'était d'essayer...en vrai.

    Et voilà comment l'association créée en 1997 dans ce but a prévu de mettre 25 ans pour venir à bout de ce projet fou : construire un château fort neuf en n'utilisant que les moyens techniques existant en l'an 1200.

    Maintenant, une société  a pris le relais. Elle fait travailler 70 salariés et s'autofinance grâce au chiffre d'affaires généré par ses 300 000 visiteurs par an et les ventes de la boutique.

     

    Le chantier se trouve à l'emplacement d'une ancienne carrière abandonnée, sur la commune de Treigny, dans l'Yonne. Il est un véritable laboratoire où on teste et où on comprend comment faire ce qui semble impossible.

     

    Guédelon

     

     

    Juste à côté, les carriers sont à l’œuvre. Tout à la main ! Ils fendent la roche pour en faire des pierres pour la construction des murs.

    Guédelon

     

     

    Ni tronçonneuses, ni grues. Tout comme autrefois.

    Guédelon

     

    On est au XXI°, alors quelques règles de sécurité sont inévitables. Les seules concessions au progrès sont les lunettes, les chaussures et les harnais de sécurité. Tout le reste est comme au XIII°.

    Guédelon

     

    Tous ces véhicules à cheval servent aux transports et aux déplacements.

    Guédelon

     

    Une vue d'un four et de la production locale : briques de terre, tuiles, et parements de sol.

    Guédelon

     

    Les outils des forgerons : ils fabriquent et entretiennent tous les outils (des tailleurs de pierre en particulier) et travaillent aussi pour le château.

    Guédelon

     

    Directement du producteur au consommateur :

    Guédelon

     

    La salle à manger du château :

    Guédelon

     

     

    Quelques détails de l'intérieur. Les peintures sont colorées avec les pigments trouvés sur place.

     

    Guédelon

     

    Guédelon

     

     

    Quelques détails de l'extérieur : c'est tellement bien fait que j'ai passé ma journée à m'étonner que cela soit du neuf.

    Guédelon

     

     

    Le cordier qui fabrique tous les cordages utilisés sur le chantier, ainsi que des choses vendues à la boutique telle la célèbre corde à 13 nœuds.

    Guédelon

     

    Les marmites des teinturières, qui utilisent bien évidemment des plantes. On y fait des écharpes aux très jolis coloris.

    Guédelon

     

    Le château ne suffisant pas, l'idée est venue de faire un moulin, grâce à des fouilles précédant des travaux pour une autoroute, et révélant la présence d'un très vieux moulin. Ils ont étudié les vestiges, et les voilà repartis pour une aventure supplémentaire.

    On fait de la farine à la seule force de l'eau.

    Guédelon

     

    Guédelon embauche des œuvriers (oui, œuvriers et non ouvriers) qui doivent connaître leur métier, mais aussi être capables de parler avec le public et d'expliquer.

    Je vous ai fait un bref résumé en 15 photos : c'est le maximum qu'Eklablog me permet, et c'est une prouesse pour moi.

     

    J'ai passé là-bas une journée, mais si j'habitais plus près, j'y reviendrais assez souvent. Par exemple entre le 29 octobre et le 3 novembre où il vont faire cuire des poteries, et également du pain dans le four du château.

     

    Naniland a fait ici un très joli reportage plein de photos.

    Vous pouvez regarder le site du château de Guédelon et aussi Wikipedia. Et si avec tout ça vous n'avez pas envie d'y aller...

    Pin It

    8 commentaires
  •  

     La fourmi et l'Ours étaient partis en voyage, un grand voyage.

    Nous étions invités dans l'Aisne depuis longtemps, et nous avons fini par traverser la France du Sud au Nord en prenant des chemins détournés, et retraverser notre beau pays par d'autres itinéraires.

    Ce voyage m'a fait un bien fou. J'ai la tête pleine de belles images et de bons moments, de quoi enfin passer à autre chose après mes opérations. Et de savourer le plaisir de me balader comme tout le monde sans penser à mes genoux (sauf pour me dire "qu'est-ce que c'est bien de ne pas avoir mal").

    Aujourd'hui, le temps se gâte : ce matin un petit arc-en-ciel. Juste assez pour constater ce que Jamy Gourmaud nous a expliqué hier soir, à savoir que le rouge est toujours en haut.

     

    De retour du grand Nord

     

     

    Cet après-midi, c'est pluie diluvienne. J'en profite pour reposer mon dos et mes cuisses mis à rude épreuve lors de séances de désherbage et plantations.

    Nous allons passer un bon moment à trier les quelques centaines de photos de l'Ours. Moi, je me suis contentée de savourer chaque instant. D'habitude, quand nous voyageons, nous admirons surtout les paysages. Cette fois-ci, nous avons visité des jardins,  des musées, des villes et villages, un chantier, et, et  ...

    Voilà un aperçu :

     

    De retour du grand Nord

     clic pour agrandir

     

    À notre retour, nous avons eu le plaisir d'avoir des soucis avec le nouveau détendeur de la bouteille de gaz qui ne veut pas s'ouvrir, une fermeture de la véranda qui ne fonctionne plus, la messagerie électronique  débordant depuis presque trois semaines, les comprimés du lave-vaisselle tout humides, la machine à laver qui n'essore plus, et pour finir la voiture. Cette dernière, confiée l'autre matin au garage pour une simple révision, a révélé un problème à soigner tout de suite, avant la grosse panne. Nous sommes rentrés à la maison avec une voiture neuve prêtée par le concessionnaire : elle est mignonne, légère, mais nous garderons la nôtre encore un certain nombre d'années.

     

    Il a commencé à neiger sur les hauteurs, mais ça a fondu. Ma montagne et mon jardin ont pris des couleurs en notre absence. Il y a encore quelques fleurs, dont une pas du tout de saison :

     

     De retour du grand Nord

     

    Les moutons sont en train de redescendre : on entend souvent le son des clochettes qui résonne dans la rue.

     

    De retour du grand Nord

     

    Entre deux séances de jardinage j'aurai le temps de me poser devant mon ordi et de lire enfin tout ce que j'ai pas mal négligé ces derniers mois. On a beau dire que les blogs, c'est comme on veut, qu'on regarde, qu'on ne regarde pas, qu'on écrit, qu'on n'écrit pas, j'ai l'impression d'abandonner tout le monde et ça me donne mauvaise conscience. Les "mauvais" jours arrivant, j'espère être plus assidue.

     

     

     

    Pin It

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique