•  

    Pour les rameaux, j'ai évoqué notre petit voyage de 2007 en Catalunya, en parlant de la Sagrada familia de Barcelona.

    Je dois vous parler de mon histoire d'amour ratée avec Barcelona. Quand j'ai commencé à étudier l'espagnol (première moité des années 60 !) je suis tombée amoureuse de Gaudí et de cette ville méditerranéenne où il a tant construit.

    I À Pâques 1967, je suis allée avec mes parents sur la Costa Brava, chez des amis qui ont une superbe maison sur la falaise. Je n'ai pas réussi à obtenir une journée pour descendre jusqu'à Barcelone : trop loin, trop fatigant... Frustration, car je savais que c'était possible.

    II Puis je me suis mariée, et en juin 1969, l'Ours et moi sommes allés aux Baléares. Nos dates de séjour ne correspondant pas aux charters de l'époque, nous sommes revenus par des avions de ligne, avec trois heures d'attente à Barcelone. Nous voulions faire un tour de ville en taxi, juste pour avoir une vue d'ensemble : cela nous a été déconseillé car nous risquions rater notre avion à cause des embouteillages.

    III Au début des années 90, l'Ours et moi sommes allés jusqu'en Andalousie, par la route. Le jour de notre départ, le premier mars, la météo annonçait des intempéries du côté Atlantique. Nous sommes donc partis par la Méditerranée, pensant faire étape à Barcelone. Et la NEIGE nous a surpris sur l'autoroute entre Lézignan-Corbières et Narbonne. Il nous a fallu des heures pour arriver jusqu’à la frontière. Vous m'auriez vue au col du Perthus, avec mes petites chaussures de ville, aller jusqu'au bureau de change pour avoir quelques pesetas ! (c'était avant l’euro et les cartes bancaires internationales). Nous avons été obligés de nous arrêter à Gerona, devenue Girona, où il neigé pendant la nuit. Au matin, nous avons été obligés d'opter pour l'autoroute où nous avons roulé jusqu'à Valence. Cette neige de mars a vraiment perturbé notre voyage.

    IV Enfin, en 2007, les copains nous proposent un séjour à Barcelone. Quatre jours de pluie.

    Nous n'avons pas visité les maisons Gaudí, car faire la queue dans le vent et la pluie ne nous tentait pas du tout. Moi qui rêvais depuis depuis plus de quarante ans de la "Casa Batlló et de la Pedrera !

    Nous avons tout de même flâné dans le Park Güell, conçu par Gaudí (je vous ai mis le site officiel écrit dans un français parfois un peu étrange) évidemment sous la pluie.

    Ce temps pourri avait un avantage : il n'y avait pas de problèmes pour faire des photos. Pas besoin de poireauter pour attendre que les piétons sortent du cadre.

     

    Les rameaux

     

    Les rameaux

     

    Les rameaux

     

     

    Dans notre malheur mouillé, nous avons eu la chance de bien profiter de la vue sur cet immense banc, zigzaguant comme un serpent, sans badauds.

     

    Les rameaux

     

     

    Les rameaux

     

    Qu'y avait-il là, planqué derrière un pilier ? Un marchand de parapluies...

     

    Les rameaux

     

    Ce disque magnifique est une déco du plafond du lieu où se tient le marchand précité.

     

    Nous avons un peu flâné dans les rues de Barcelone, souvent le nez en l'air, car il y a de magnifiques vieux immeubles.

     

     

    Barcelone

     

    Barcelone

     

     

    Barcelone

     

    L'"Arc de Triomf", porte d'entée de l'expo universelle de 1888.

     

    Barcelone

     

    Sur les quais, nous avons admiré la Langosta de Mariscal : belle bête.

     

    Barcelone

     

    Nous n'avons pas étés tentés par le transport aérien : vous avez vu le ciel ?

     

    Barcelone

     

     

     

    Nous avons adopté pour le bus panoramique, mais c'était vraiment trop mouillé et venté, nous sommes restés à l'intérieur. Et avons piqué un sprint pour aller de l'arrêt de bus jusqu'au musée Miró. Nous avions trouvé un bon moyen pour être à l'abri quelques heures.

     

    Depuis mes années-lycée, je rêvais des Ramblas, cette fameuse avenue animée par des marchands de fleurs et d'oiseaux : que de la déception, il n'y avait rien, rien de rien.

    Nous avons même raté ce marché. Arrivés trop tard, il fermait.

     

    Barcelone

     

     Nous sommes montés jusqu’au monastère de Montserrat. L'endroit est majestueux, ça aurait bien mérité quelques photos, mais l'appareil étant resté dans la voiture ! Nous avons pris un très beau train à crémaillère, très impressionnant, et là-haut il faisait très froid. J'aimerais bien y revenir, un jour ensoleillé, à la demi-saison, car en été il doit y faire trop chaud, et à Pâques trop de monde et temps incertain.

    En vous préparant cet article, je me disais que, un jour, si nous pouvons de nouveau voyager, j'irai bien visiter Barcelona comme il faut. Avec des si...

     

    Après ces quelques jours sur la mer, nous sommes revenus par Andorre et l'Ariège. Que s'y passait-il pendant qu'il pleuvait sur la côte  ? Il neigeait dans les montagnes, et nous avons été obligés de prendre le tunnel pour quitter l'Andorre. On était début avril.

     

     

     

    Barcelone

    Pin It

    3 commentaires
  •  

     Il y a 14 ans, avec quatre amis, nous avons passé quelques jours à Barcelone, juste avant Pâques. Le souci avec notre petit groupe c'est que, chaque fois que nous faisons quelque chose tous ensemble, nous attirons la pluie. Nous n'avons pas été déçus... Barcelone vaut le voyage, mais quand il pleut, il pleut.

     

    Nous voulions voir le chantier de l'incontournable Sagrada familia, (le lien est sur le site officiel en Catalan, pour un dépaysement total). Ce célèbre "Temple expiatoire de la sainte famille"  commencé en 1882 par l'architecte Francisco de Paula de Villar y Lozano, puis continué dès 1884 par le bien plus célèbre Antoni Gaudí, et qui devrait être achevé, tout au moins le gros œuvre, en 2026.

     

     

    Les rameaux

     

    Les rameaux

     

    Les rameaux

     

    Nous n'avons pas visité l'intérieur : trop de monde, trop cher. Mais, entre deux averses, nous avons fait une découverte. Le jour des rameaux, les barcelonais portent d'immenses "trucs" (du palmier jaune ?) :

     

    Les rameaux

     

     

    Les rameaux

     

     

    Les rameaux

     

     

    Les rameaux

     

    Je me suis souvenue d'une tradition (tombée aux oubliettes, je pense) qui perdurait dans mon enfance bordelaise. Le dimanche des rameaux, tous les croyants du quartier allaient à la messe, et les enfants étaient très fiers de leurs branches de laurier garnies de diverses friandises. Je les enviais, moi qui n'était pas baptisée, tous ces bonbons !

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    En l'an 2013 désastreux pour ma vallée, j'ai eu envie d'aller faire ma cure thermale sous d'autres cieux, en avril, à Vernet-les-Bains. En ce temps-là, je ne bloguais pas encore, et je ne vous ai rien montré de ce séjour catalan. Nous nous sommes évadés pour trois semaines dans les Pyrénées orientales. Que fait-on quand on a une après-midi libre dans ces contrées, et qu'on ne peut guère marcher ? Une balade en Train jaune.

     

     

    Balade dépaysante

     

    Vous voyez ? C'est la montagne. Mais le train jaune ne circule pas tout à fait en fond de vallée : il suit sa trajectoire quel que soit l'obstacle. C'est une succession de ponts, tunnels et viaducs. C'est vraiment à voir, passionnés d'architecture ou pas.

     

     

    Balade dépaysante

     

     

    Balade dépaysante

     

     

    Balade dépaysante

     

     

    Balade dépaysante

     

     

    Balade dépaysante

     

    On voit défiler villages et vieilles pierres.

     

     

    Balade dépaysante

     

     

    Le Canari

     

     

    Balade dépaysante

     

    Balade dépaysante

     

    Balade dépaysante

     

    Et aussi le centre de réadaptation fonctionnelle de Thuès qui semble émerger de nulle part, mais sur une source thermale.

     

    Le Canari

     

     

    Arrivés en Cerdagne, en ce début avril, entre hiver et printemps, je pensais aux immenses steppes du film Docteur Jivago.

     

    Balade dépaysante

     

     

    Le Canari

    Voilà le côté de Eyne, où nous avions passé des vacances dans un appartement du comité d'entreprise de l'Ours quand nos enfants étaient très jeunes, et que nous n'avions pas les moyens de nous payer des loisirs : pendant deux semaines nous avions regardé passer ce train trop cher pour nous cinq.

     

    Et vous savez pas ? Même pas une photo de Font-Romeu qui était le but du voyage. Nous y avons fait un petit tour, puis le voyage du retour nous attendait. C'est très agréable de voir ces magnifiques endroits dans les deux sens.

     

    À part la mauvaise volonté des "hommes décideurs" qui le trouvent non-rentable, et qui parlent régulièrement de fermer cette ligne, rien ne l'arrête, même pas la neige. Regardez comment on l'équipe pour l'hiver :

     

    Balade dépaysante

     

    Pour tout savoir sur ce Canari, regardez ici.

     

    Demain c'est le printemps, mais ce matin il neige à 700 mètres, mon jardin qui est à 1250 mètres va de nouveau disparaître, nos sorties sont limités cause Covid, je vais encore avoir le temps de fouiller dans mes souvenirs et le passé de ma famille.

    Portez-vous bien et prenez soin de vous (ça fait un an qu'on le dit, et ça va durer...)

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Je suis en train de re-regarder mes photos des Calanques, et donc de Marseille.

    J'étais avec un groupe de randonneurs, et pendant qu'ils crapahutaient, j'avais du temps libre pour flâner à ma guise. Un jour, j'ai pris les bus (oui, les bus, trois successifs, ça fonctionne très bien) pour me balader en liberté.

    Je suis allée en ville une fois seule, une fois avec l'Ours, ce qui explique la différence dans qualité de mes photos-souvenirs.

    J'ai profité, pas joué les reporters photo. J'ai eu chaud : quel contraste avec ma montagne !

     

    Promenades dans Marseille

     

                     Une vue du quartier du "Panier".                   

     

     

    Promenades dans Marseille

     

    Le choc des siècles : la cathédrale de La Major, tout près du Mucem que l'on aperçoit sur la droite, et cet énooorme bateau de croisière. la Major est très étrange, surprenante. Quant au Mucem, nous n'avons pas eu envie de nous enfermer. Nous avons préféré flâner.

     

     

    Promenades dans Marseille

    Le Mucem et le Fort Saint-Jean.

     

    Promenades dans Marseille

     

    Nous ne sommes pas montés jusqu'à Notre Dame de la Garde, dite la Bonne Mère.

     

     

    Promenades dans Marseille

     

    Souvenir du passé : cette stèle réalisée par Antoine Bourdelle est érigée devant l’ancien Hôtel-Dieu transformé en hôtel de luxe.

     

    Promenades dans Marseille

     

    Surprise ! Je suis du pays des chocolatines, que d'autres appellent pain au chocolat (chez moi du pain au chocolat, c'est du vrai pain et une bille de chocolat qui fond dans les doigts), et j'ai découvert qu'à Marseille la chocolatine est un gâteau qui m'a paru plutôt attrayant, bien que l'on croie voir de la ventrèche et du boudin sur ma photo.

     

     

    Promenades dans Marseille

     

    Je suis passée par le superbe parc Borelli, et j'ai regretté de ne pas avoir un bon APN pour l'hommage à Jean-Michel Folon : l'ambiance de ce personnage dans le bassin est très réussie. Le soleil m'a beaucoup gênée.

     

    Promenades dans Marseille

     

    En bordure du parc Borelli, une résidence qui m'a semblé luxueuse : contraste avec les immenses cités des alentours.

     

    Promenades dans Marseille

     

    On construit encore à Marseille !

    Et j'ai marché, marché, pour enfin trouver ce que je cherchais :

     

    Promenades dans Marseille

     

    C'est quoi ce bâtiment pas du tout mis en valeur, ni annoncé par une quelconque signalisation ? Il a fallu que je cherche l'accès. La caissière du supermarché édifié presque à son pied ne connaissait pas. Une vendeuse du centre ville ne comprenait pas ce que je lui demandais, au prétexte qu'il n'y avait que deux ans qu'elle était là. Alors que l'Europe entière en a entendu parler. Nous n'avons pas tous les mêmes valeurs !

     

    Édifiée entre 1947 et 1952 par Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier, la "maison du fada" est toujours bien là, contrairement à certaines constructions des années 60 qui ont été rasées car devenues impossibles à réhabiliter.

     

    Promenades dans Marseille

     

     

    Promenades dans Marseille

     

    La Cité Radieuse est toute pimpante, peintures "nickel", comme neuve. 

     

    Promenades dans Marseille

     

    Vous reconnaissez le cékoissa du 27 février ? J'ai trouvé ce bâtiment assez élégant, et ses pieds surprenants. Là, on peut passer à travers la barre. Je n'avais plus le temps , ni la force pour visiter, car je n'en pouvais plus de marcher sous le soleil méditerranéen.

     

    Pour rentrer à Callelongue, la Régie de Transports de Métropolitains nous offre le choix de prendre le bateau. Vive la croisière pour le prix d'un ticket de bus ! Et vive les embruns qui nous cachent le château d'If !

     

    Promenades dans Marseille

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Confinement, déconfinement, reconfinement, re-re-confinement possible.... surtout pour les papis et les mamies. Les jeunes, ils vont au boulot, et nous ? Mon moral commence à être en berne. Je n'arrive pas à aller vers les autres. Je m'enferme par sécurité, alors je continue à me replonger dans mes souvenirs de voyage (du bon vieux temps où on pouvait sortir librement), et ça fait travailler mes méninges, d'autant plus que je ne sais pas où j'ai rangé les petits carnets où j'avais pris des notes.

     Après Calais, nous avons continué notre chemin des écoliers pour revenir de l'Aisne. À mon grand regret, nous n'avons pas pris le temps de passer une journée dans le parc du Marquenterre. Nous étions partis depuis presque deux semaines et avions envie de retrouver notre maison. J'avais décidé de faire étape à la mer. Notre choix s'est porté sur le Tréport, et nous avons été ravis de ce passage par la Côte Picarde.

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    À nos pieds, la ville du Tréport, et de l'autre côté de l'eau, celles de Mers-les-Bains et Eu (le Eu des mots croisés). Nous n'avons pas traîné, mais j'aurais pris plaisir à voir le mini golf dont Miaou m'a toujours parlé.

    Je rajoute, après le commentaire de Miaou : à nos pieds, entre le Tréport et Mers-les-Bains/Eu il y a la Bresle qui fait la frontière entre Picardie au Nord et Normandie au Sud.

     

                          

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    La falaise et les superbes maisons de Mers : si on m'en donne une, je la garde. Elles sont toutes si belles !  

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

     

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Après le Tréport by night et une bonne nuit dans notre hôtel délicieusement rétro, nous voilà partis pour la visite du Tréport de jour.

     

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    C'est une ville charmante, pleine de vieilles maisons.

     

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Pas de doute : nous sommes bien au bord de la mer.

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Les toits de la ville, jolis comme un patchwork, vus d'en haut. Comment fait-on pour dominer ainsi ?

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    On utilise le super adorable funiculaire. Nous qui désespérons de retrouver l'usage du nôtre...

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Ne sont-elles pas mignonnes ces petites cabines ?

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

    Libre-service gratuit : que demander de mieux ?

     

    Tout en haut, sur le plateau, il y a la ville nouvelle. C'est bien pratique pour les habitants de pouvoir aller si facilement au port.

    Il y a aussi un grand bureau de l'Office de tourisme, mais fermé en la saison où nous étions. Dommage ! Il y avait une expo sur tous les funiculaires de France, mais impossible de faire des photos à travers les vitres, il y avait trop de reflets. Pourtant, nous avions essayé le soir, et re-essayé le matin.

     

    Le Tréport-Mers les Bains

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Là, le nôtre avant l'automne 2000.

    On voit autant le reflet de la mer qui est dans notre dos que le sujet.

     

     

     

     

     

     

    Après Le Tréport, nous avons repris la route vers le sud, jusqu'à Poitiers. Là-bas, impossible de trouver une chambre dans le centre. Et moi qui me réjouissais de passer quelques heures à flâner dans la vieille ville. Embouteillages, signalisation pas terrible, nous sommes partis vers le Futuroscope où hôtels et restaurants foisonnent.

    Le lendemain, voyage vraiment fini : route directe vers les Pyrénées. C'était en septembre/octobre 2018 et j'ai la tête encore pleine de bons souvenirs. J'aurai encore peut-être encore quelques trucs à vous montrer.

    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique