•  

    Bonjour tout le monde

     

    Hier, nous avons commencé notre descente vers la vallée, après la transhumance estivale. Quelle affaire ! Seulement huit kilomètres, mais trop de choses à gérer en même temps !

    Dimanche, nous partons pour plusieurs semaines, quatre au moins, jusqu'à huit si tout se passe bien. Réorganisation de notre vie en appartement, nettoyage du jardin pour l'hiver (tailles multiples, bien qu'on attende toujours l'été, tant nous avons eu froid et pluie depuis trois mois), préparation des bagages et des petits cadeaux pour famille et amis, nécessaire pour quelques semaines en gîtes...

     

    Redescendue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un matin, alors qu'il ne pleuvait pas chez nous.

     

     

     

    Redescendue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     Un autre matin, grand bleu au dessus de nous, mais noir noir juste en face.

     

     

    Redescendue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Récolte produite par quelques pommes de terre qui commençaient à germer. Vu cet essai encourageant, nous achèterons peut-être quelques semences l'an prochain.

     

     

    Redescendue 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mes anémones du Japon roses se multiplient à l'envi. Mais les blanches se contentent d'un seul et unique pied depuis des années. Dommage, car je les trouve très jolies. 

     

     

    Redescendue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Redescendue

     

    Mes chenilles de machaon ont dévoré même la rue (ruta graveolens).

     

     

    Redescendue

     

     

    Redescendue

     

    J'ai taillé mes pieds de goji. Voilà la hauteur de ce qui dépassait au dessus de ma tête. J'ai mis un mètre-étalon. En regardant de très près, je me suis aperçue qu'il y avait des boutons de fleurs. À la mi-septembre, c'est vraiment trop tard pour faire des fruits.

     

    Redescendue

     

    Si vous cherchez bien, vous verrez les boutons.

     

     

    Nous ne sommes pas les seuls à descendre. On commence à rencontrer les troupeaux.

     

    Redescendue

    Redescendue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ça va mieux en se faufilant... 

     

     

    Redescendue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà pour cet aperçu de fin d'été. Je reviendrai de nouveau régulièrement, car je ne pars pas dans le désert, j'aurai plus souvent une connexion que durant l'été passé.

     

    Voilà la raison qui nous pousse à partir :

     

    Redescendue

     

     

    Vous voyez le petit bout rouge de ce graphique ? 12 kilomètres que l'on fait en 15 minutes en temps normal. Regardez du 27 septembre au 15 octobre ! ! ! Il faudra faire un grand tour de 100 kilomètres par le col du Tourmalet, en à peu près deux heures, sans compter les risques de brouillard (fréquent). Tous ceux qui n'ont pas d'obligations ici font comme nous : ils fuiront.

     

     Et pour finir, les fleurs du cyclamen que m'a offert Sylvie 79 l'an dernier.

    Cyclamen coum, hederiflorum ou purpurascens ? Il y en a dans beaucoup de jardins en Gironde, mais ça n'a jamais survécu dans mon jardin en montagne. Alors je suis très fière d'avoir pu garder celui-ci sur mon balcon.

     


     

     

    Redescendue

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Bonjour les copinautes,

    je n'ai pas Internet, mais j'ai reçu de la famille, je jardine, je prépare sur le papier mon voyage de octobre-novembre et je me promène un peu.

    Hier, j'ai baladé des amis girondins du côté de Bagnères-de-Bigorre où nous avons visité une ancienne carrière de marbre.

    À l'Espiadet, on nous explique comment on extrayait le marbre, comment on le transportait, et où on l'utilisait. Vous savez où ? En particulier à Versailles où il en a beaucoup et où il s'appelle marbre de Campan.

    À Versailles, il y a aussi du marbre de Sarrancolin, où nous irons l'an prochain.

    Revenons à Campan.

     

     

    J'ai toujours vu ce bâtiment au bord de la route, sans savoir que l'exploitation avait cessé en 1992, le marbre n'étant plus à la mode, et qu'une association faisait tout son possible pour faire vivre les souvenirs.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La visite commence par des petits films et une exposition. J'ai cru voir dans certains objet du gratton de Lormont (explication sur mon délire si vous cliquez). Normal, à l'assemblée nationale, il y a du marbre de Campan.

     

     

    La variété des coloris est impressionnante. Quand on se promène sur le site, on nous prête un pulvérisateur, car les couleurs ressortent bien mieux si on mouille le marbre non poli.

     

     

    Sous notre nez, il y avait un bel exemple de rose.

     

     

     

    Les hommes ont été très intéressés par la technique de découpe de ces énormes blocs.

     

     

    On voit bien la trace du câble, nettement plus gros qu'un fil à couper le beurre...

     

     

     

     

    Ci-dessus, il y a aussi du vert. Mais pas poli, ce n'est pas très spctaculaire.

     

     

    Explications techniques et machinerie conservée. C'était du solide !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La charrette qui servait sur place. Du solide elle aussi.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensuite, les blocs de plusieurs tonnes partaient jusqu'à Bordeaux par la Garonne, puis par gros bateaux jusqu'au Havre, et enfin remontaient les méandres de la Seine. Vous imaginez ? Tout ça pour le bon plaisir de sa Majesté Louis XIV.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et voilà le bouquet très rose que j'avais fait pour mes amis : une fleur de chaque, et un peu de la jolie herbe ramenée de chez Marithé.

     

    À bientôt

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Je continue à fouiller dans mes vieux brouillons (non, pas des grimoires, juste dans les archives de la fourmi) et je m'aperçois que je n'ai jamais finalisé une ébauche de compte-rendus de lectures.

    Il s'agit de livres-papiers empruntés à la bibliothèque, ou de livres issus de ma liseuse. Ils ont en commun de parler de pays lointains, un peu mille et une nuits, mais ravagés par le fanatisme des ayatollahs, Talibans et autres fous de dieu.

    J'ai lu ces livres il y a plusieurs années et ils me reviennent en mémoire avec ce qui se passe, de nouveau, en Afghanistan. Je vous fais une liste, sans commentaires, car je n'ai pas de mots pour décrire ce que je ressens. Tous ces livres sont des témoignages, du vécu.

     

    Un enfant afghan  "Kaboul était un vaste jardin"  par Quais AKBAR OMAR

    Un autre afghan  "Les cerfs-volants de Kaboul" par Hosseini Khaled

     

    Shirin EBADI "Iranienne et libre" qui était juge et a vécu le traumatisme de l'arrivée de l'islamisme.

    L'autobiographie de Farah Diba, un témoignage touchant du changement.

    L'Iran encore, avec "Désorientale" de Négar Djavadi

    En Europe, il y a eu le nazisme, ailleurs encore autre chose : l'homme est vraiment mauvais, ça me désespère.

    Et pendant ce temps, le climat s’affole, la terre brûle, et d'autres s'envoient en l'air à coup de millions de dollars... et de pollution à grande échelle.

    Bon, je remonte dans ma montagne et je repasse vous dire bonjour dès que possible.

     


    6 commentaires
  •  

    Il y a plusieurs années que nous connaissons (par la radio essentiellement) Audrey Dussutour, chercheuse au CNRS, et passionnée de champignons (non, pas les cèpes, morilles ou girolles de nos assiettes) et de blobs. Ces fameux blogs dont elle parle avec passion, nous ignorions qu'on pouvait en trouver un beau matin dans nos jardins.

    D'où notre surprise de l'autre jour.

     Regarder ici un article sur ces fuligo septica qui ressemblent à du vomi de chien.

    Le premier jour, ils étaient comme ça :

     

       Le Blob et les insectesLe Blob et les insectes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le deuxième jour, un peu tassés, comme de la meringue au café :

     

    Le Blob et les insectesLe Blob et les insectes

     

       

     

     

     

     

     

     

     

    Puis très raplaplas, comme de vieux cacas de chat après quelques averses :

     

    Le Blob et les insectesLe Blob et les insectes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est curieux ces machins-là. Ça pousse très vite, et ça disparait on ne sait pas pourquoi.

     

    Dans mon jardin, j’accueille une très (trop ?) grande variété de plantes, tellement que je n'arrive pas à tout entretenir : tendinites aux deux poignets ! Or les plantes attirent les insectes. Là aussi, la variété est grande.

    Le moro sphinx ne se laisse pas photographier, les libellules non plus. Mais d'autres bestioles prennent la pose pour le plaisir de l'Ours qui s'offre des pauses entre deux séances de travail.

     

    Vous avez déjà pu admirer une chenille de machaon, mais j'ai découvert qu'il y en a deux. Il faut être attentif, car ces demoiselles maîtrisent l'art du camouflage :

     

    Le Blob et les insectes

     

    Une en haut à droite, l'autre en bas à gauche.

     

     

    Le Blob et les insectes

     

     

    Le Blob et les insectes

     

     

    Le Blob et les insectes

     

    Le Blob et les insectes

     

    Celui-ci était au fond de la brouette : 

     

    Le Blob et les insectes

     

    Le Blob et les insectes

     

    Et pour finir, quelques-unes de nos amies les coccinelles :

     

    Le Blob et les insectes

     

     Que les copinettes dont je ne commente rien en ce moment me pardonnent. Je me rattraperai dès que possible. L'an prochain, on ne fera pas ces économies de bouts de chandelle : la vie est trop dure sans Internet. C'est curieux de vivre sans ce réflexe de chercher tout et n'importe quoi, et d'avoir la réponse immédiatement. Nous voilà revenus au temps du bon vieux Quid de l'an 2000 et du petit Larousse illustré.

    Par contre, mes recherches généalogiques sont en panne, et ça me manque.

    Je vous souhaite un meilleur temps que le mien et vous dis à bientôt.

     

     

     Ci-dessous, un commentaire que m'a gentiment laissé Geneviève Tavernier au sujet de mes drôles de trucs du jardin :

    Geneviève T
    Dimanche 25 Juillet à 07:16   Supprimer le commentaire
     

    POur avoir eu la même chose deux années de suite dans le jardin  : Voici la réponse d'une chercheuse du CNRS (dans le domaine des blobs) : "C'est un Fuligo septica, un petit cousin de Physarum polycephalum, et oui c'est un blob.

    Cette espèce produit des spores à l'intérieur de sa cellule et non à l'extérieur comme Physarum.

    Fuligo est inoffensif et dépollue même parfois les sols !" Cela provient de la décomposition du bois, la 1° année il était dans un massif la 2° dans le compost. Voir ma photo ici : https://www.facebook.com/genevieve.tavernier.1/posts/10217586174230413

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Depuis deux ou trois jours, il fait chaud, même dans ma montagne. Aujourd'hui vent très fort de séchoir à cheveux. Je suis descendue à notre appartement de "la ville" :  34° dehors, 24° dedans. Je vais rester un moment pour une longue séance ordi-téléphone-paperasses.

     

    Quelques mots sur le jardin. J'ai enfin pu admirer mes roses "Music Hall". Un peu pâlichonnes à mon goût, mais très jolies.

     

    Chaud, chaud, chaud

     

    J'ai ramassé mes cassis. Ils sont très bons dans un quatre-quarts. Pas de photo, car on a dévoré le premier sans penser à l'immortaliser, et j'ai sorti le deuxième du four juste avant de partir. Au retour peut-être...

    Chaud, chaud, chaud

     

    Je cultive du fenouil pour attirer les machaons, et... ça marche ! Ce matin j'ai découvert une jolie chenille toute jeunette.

     

    Chaud, chaud, chaud

     

    Dans mon jardin, tout pousse trop vite (sauf, bien sûr, ce qui se casse en hiver). Mon bébé sureau panaché me bouche la vue sur l'Ardiden, même par beau temps.

     

    Chaud, chaud, chaud

     

     

    Chaud, chaud, chaud

     

    Mais il est coincé entre un noisetier pourpre et un méli-mélo de lilas-seringat et rosier-églantier. J'ai donc pris mes outils, et me suis aventurée dans cette jungle pour tailler un peu. Et qu'ai-je trouvé en levant le nez ?

     

    Chaud, chaud, chaud

     

    Un joli nid de je ne sais qui. Alors pas question de tailler, il va falloir attendre l'automne.

     

    Peut être une image de route et texte

     

    Photo volée à Aline : souvenir de notre occupation du soir du 14 juillet. Le tour passait chez nous, et il fallait rappeler au monde entier que notre funiculaire est toujours à l'arrêt.

     

    Et maintenant, la question du jour : cékoissa ?

     

    Chaud, chaud, chaud

     

    Chaud, chaud, chaud

     

    Je compte sur vous, car l'Ours et moi sommes perplexes devant ces trucs arrivés dans la nuit. Hier soir, il n'y avait rien. Ce matin, ces deux masses ayant chacune le volume d'un gros œuf, jaunâtres, ressemblant à mi-oeuf en neige/ mi-semoule.

    Ça se trouve à l'emplacement de notre ancien tilleul géant, un endroit où même l'herbe ne pousse pas bien.

    Chacun de notre côté, nous avons pensé "Blob". Momentanément reliée à Internet, je jette un œil, je trouve cette photo. Je trouve que ça ressemble bien...

    Pin It

    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires