•  

    Notre funiculaire tant aimé gêne la Mairie. Nos élus, poussés par la station de ski, voudraient installer un télécabine au départ du village, mais l'endroit qu'ils ont choisi correspond pile avec la gare de départ du funiculaire....

    Voudraient-ils sournoisement le saboter, en le faisant démolir "accidentellement" ?

     

    Il gêne

     

    En septembre 2015, un malheureux chauffeur a coincé son camion sous la rampe du funiculaire.

     

    Il gêne

     

    Il était très étonné, car il savait pertinemment que son camion faisait moins des 4,10m indiqués. Or, la chaussée avait été refaite quelques mois auparavant. Bravo tout le monde ! Il est beau le goudron, mais le niveau avait été remonté de façon non anodine.

     

    Il gêne

     

    Le dégagement de ce camion jaune a pris l'après-midi. Tronçonnage de la poutre cassée.

     

    Il gêne

     

    Enlèvement par camion-grue.

     

    Il gêne

     

    Évacuation par "Manitou".

     

    Il gêne

     

    Pas mal de mois plus tard (on laissé du temps, au cas où un deuxième camion pourrait achever l’œuvre du premier) on a enfin mis un nouveau panneau d’avertissement.

     

    Il gêne

     

    Mais on l'a mal fixé. Vous voyez ? Il y a 25 cm de différence par rapport à la hauteur d'avant. C'est bien, un panneau retourné. Si un chauffeur, ne sachant pas lire à l'envers, et n'ayant pas le temps de réfléchir, faisait tomber une deuxième poutre ? Ça aiderait bien la mairie, qui pourrait nous expliquer que ce funiculaire gêne vraiment trop.

    Je vous précise que le funi est arrêté depuis l'automne 2000, et qu'une association s'est créée pour sa réouverture.

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Hier, le ciel étant favorable, L'Ours est allé en balade du côté de Gavarnie avec son club de marcheurs. J'aurais bien aimé les accompagner (quitte à rester près des voitures avec ma lecture) mais j'étais bloquée dans la vallée par diverses occupations.

     

    Balade de l'Ours

    La lune tardait à se coucher

     

    Ils étaient partis "à la rencontre des lis martagon". Raté pour ceux-ci, car ils n'étaient qu'en boutons.

     

    Balade de l'Ours

     

    Par contre, les autres fleurs...un vrai festival. Il m'a ramené plein de photos, et je vous en montre quelques unes.

     

    Balade de l'Ours

    Rosier de chien ? (rosa canina)

     

    Balade de l'Ours

    Ça vous dirait de randonner parmi les rhododendrons ?

     

    Balade de l'Ours

    Anémone à fleurs de narcisse

     

    Balade de l'Ours

    À près de 1800m, pas besoin de les réintroduire.

     

    Balade de l'Ours

    Phalangère (anthericum liliago)

     

    Balade de l'Ours

    Myosotis et gentianes printanières

     

    Balade de l'Ours

     Œillets (une autre fois, je saurai peut-être de quelle espèce)

     

    Balade de l'Ours

    Asphodèles

     

    Balade de l'Ours

     

    Une des gardiennes des fleurs. Elles sont plus sauvages que dans les Alpes, mais il est assez facile de les rencontrer.

     

    Ils ont vu beaucoup d'autres fleurs, mais je vous en avais déjà parlé lors de mes nombreuses balades au barrage des Gloriettes (cliquez sur Gloriettes dans les Tags en haut de la colonne de gauche).

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Après avoir visité pendant deux jours des jardins dans le Gers, et passé mon dimanche à en découvrir d'autres à Bagnères de Bigorre, je me dis que je dois vous montrer quelques fleurs de mon jardin des montagnes.

    Maintenant que je connais des célébrités d'un blog de jardinage, qu'ils ont parlé de moi, il faut que je sois à la hauteur pour ne pas décevoir leurs nombreux lecteurs-amis qui passent par ici !

    Toutes les jolies photos du début ont été faites par l'Ours (se promener dans tous ces beaux jardins lui a donné l'idée de regarder chez nous).

     

    Quelques fleurs de juin

    Une unique pivoine sur ce pied. Une année, il avait 4 boutons, tous cassés par la neige. Depuis, il est fâché.

     

    Quelques fleurs de juin

    Ce n'est pas une fleur, mais ce brunnera Jack Frost est très graphique.

     

     

    Quelques fleurs de juin

    Un des rares bouquets de ma viorne "Boule de neige". je vais vous dire un truc : malgré son nom, cet arbuste n'est pas du tout adapté à la vraie neige, car ça casse de partout chaque hiver.

     

     

    Quelques fleurs de juin

    Rose "Rhapsody in blue".

     

    Quelques fleurs de juin

    Encore un feuillage : le saule crevette.

     

    Quelques fleurs de juin

    Un pavot d'Orient tout ébouriffé.

     

    Quelques fleurs de juin

    Une pivoine qui me vient de ma mère.

     

    Quelques fleurs de juin

    Les premières fleurs d'érodium de Manescau.

     

    Quelques fleurs de juin

    Quelques uns des iris du moment

     

    Quelques fleurs de juin

    Ce lupin blanc est arrivé tout seul dans le massif qui devrait être rose et jaune.

     

    Quelques fleurs de juin

    Et là, j'aurais aimé n'avoir que du blanc : mais les ancolies bleues s'installent partout, l'hosta panachée reste naine, et je n'ai pas mis la bonne spirée...

     

    Quelques fleurs de juin

    Vous ne croyez pas que mes yeux auraient pu deviner qu'on verrait les arceaux des cordes à linges et les sièges de jardin en plastoc blanc ?

     

    Quelques fleurs de juin

    Ma glycine qui a repoussé après le gel, mais dont les fleurs disparaissent dans le feuillage. Elle est toute déboussolée.

    Cette année, pour beaucoup de plantes, ce n'est pas l'opulence habituelle : le gel de printemps a dû freiner leurs ardeurs (les iris en particulier qui ne font qu'une fleur par touffe), et comme nous avions refait un grand massif à l'automne, je suis un peu déçue. 

    Bonne fin de soirée.

     

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    pas de balade aujourd'hui, mais un état des lieux trois mois après mon opération. Ça va bien, quoique j'aie encore des progrès à faire.

     

    Au moment de ma sortie du deuxième hôpital, il a fallu que je bataille pour obtenir une de mes radios. Il paraît qu'on ne les donne pas. " M'enfin, c'est de MON genou qu'il s'agit, j'ai bien le droit de savoir ce qu'on a mis dedans, non ? " 

    Je n'aurais pas le droit de ramener une photo-souvenir à la maison (ni même de regarder de près) ?

     

    Bilan des 3 mois

     

    Ce n'est pas bien beau, et avec ça on fait klaxonner dans les aéroports.

    Pour installer ces trucs-là, on martyrise un peu tout autour. Voilà pourquoi je continue ma rééducation chez les kinés et à la maison.

     

    Vous voyez les petits tirets sur l'os en haut à gauche ? Il s'agit seulement des agrafes. On les a enlevées au bout de trois semaines. Je mourais de trouille à l'idée que la couture s'ouvre !

     

    Je vous présente un bilan provisoire :

    POSITIF :

    - je marche de plus en plus

    - je plie de mieux en mieux le genou

    - au lit, je bouge sans même y penser, alors que les premières semaines je me calais comme je pouvais et je restais immobile. Ensuite, je m'asseyais presque pour changer de position.

    - la sensation de brûlure que j'avais sur tout un côté a enfin disparu

    - j'oublie de prendre un paracétamol avant la séance de torture chez le kiné.

    - je monte les escaliers tout naturellement

    - je peux descendre tous les escaliers, en "m’appliquant" et sans quitter le contact de la rampe (mais pas cramponnée comme au début où je me faisais mal au dos et aux épaules)

    - je tiens de plus en plus longtemps assise sur une chaise

    - je peux allonger complètement les deux jambes, alors que j'étais toujours un peu fléchie depuis tant d'années...

    - je peux faire du vélo d'appartement (mais la selle très très haute. On verra plus tard pour le vrai vélo)

     

    Bilan des 3 mois

     - mes exercices imposés sont moins difficiles qu'au début. Celui-ci, par exemple : assise sur ma table de cuisine, avec des bracelets de 750g, laisser tomber, lever en étendant bien.

    Il y a aussi, toujours sur la table : plier le plus possible (normalement, je ne vois plus ma jambe qui est sous la table)

     

     

    NÉGATIF :

    - mon genou opéré ne plie pas suffisamment

    - je ne peux toujours pas passer quelques marches très raides au jardin

    - la position debout devant mon fourneau ou l'évier m'épuise (non, ce n'est pas pour que l'Ours fasse tout, c'est vrai)

    - je vis très mal les trajets en voiture. La position en tant que passagère m'est particulièrement inconfortable. Je ne sais pas quoi faire de ma jambe.

     

    Bilan des 3 mois

     

     

    - il me reste, par moments, une douleur passagère très vive juste ici

     

     

     

     

    -  je fatigue très vite (mon jardin et ma maison ne sont pas satisfaits de mes services) Dès 17h, il me tarde que ça soit l'heure de se coucher. Je commence tout juste à supporter une soirée TV avec l'Ours, et le matin je n'ai pas très envie de me lever. Avant, je me couchais la dernière et me levais la première. Il me manque des heures pour l'ordi...

     

    À PART ÇA :

    Je suis très satisfaite. Quand je dis "aïe" c'est en général à cause du genou non opéré. Il me tarde que l'opéré soit au top pour pouvoir faire réparer l'autre.

    J'ai rendez-vous avec le chirurgien début août. Radios programmées : l'opéré pour la surveillance normale, les deux jambes pour voir les niveaux, l'équilibre ou je ne sais plus quoi (si j'ai bien compris pour étudier le terrain en prévision de la deuxième opération : ça serait dommage de n'aller bien que d'un côté, non ?)

    Dans les trois mois qui viennent j'espère faire suffisamment de progrès pour redevenir "normale" (Odile m'a écrit qu'il fallait six mois, alors ça devrait aller), et rebelote, on remet ça de l'autre côté.

     

    Maintenant que je vous ai tout raconté de ma prothèse, je vais reprendre mes petites habitudes de fourmi des montagnes : très bientôt je vous ramène dans le Gers.

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

     

    Jardins dans le Gers

     

     

    Je vous disais il y a quelque temps que, pour les "Rendez vous aux jardins", j'irais dans le Gers, patrie des Trois Mousquetaires. Ce soir, on regarde le film d'André Hunebelle, et je commence par ces personnages vus samedi à Condom.

    J'avais enfin trouvé comment fonctionnait le site du ministère de la culture, et je me cogitais un programme de six jardins (dont la plupart sont privés et n'ouvrent au public qu'une fois par an) et peut-être deux villes qui proposaient des animations dans les jardins publics.

    C'était sans compter sur les caprices du ciel et la gentillesse de Marithé et Alain qui m'avaient fait une promesse de gascons l'an dernier. Depuis le temps que je leur écrivais que leur jardin était un paradis et qu'ils devraient participer à ces journées... ils m'ont invitée à aller les voir, c'est à dire le jardin, Noé et eux. Mais n'étant pas de vrais gascons, ils n'ont pas oublié et ont tenu leur promesse. Ils m'ont téléphoné il y a quelques jours pour m'expliquer comment aller chez eux.

     

    Marithé se plaint qu'il n'y a plus rien dans son jardin, que la pluie et la grêle ont tout abîmé, que c'était plus joli avant, etc... Moi, je me contenterais de ses restes. pas vous ?

     

     

    Jardins dans le Gers

     

    Jardins dans le Gers

     

     

    Jardins dans le Gers

     

     

    Jardins dans le Gers

     

    Nous avons peu de photos de notre visite, il vaut mieux aller sur leur blog. Si vous ne le connaissez pas encore, n'hésitez pas à vous y balader, je vous assure que vous passerez un bon moment.

    Marithé maîtrise parfaitement l'appareil photo. Elle choisit le bon moment et les fleurs au mieux de leur forme. Vous ferez connaissance avec Noé le geai.

     

    Jardins dans le Gers

    Vous voyez Noé le geai vers le haut sur l'arceau ? C'est un sacré personnage.

     

    Jardins dans le Gers

     

    IL nous a accompagnés partout, changeant de support à chaque coup d'aile. Il adore la compagnie et nous a fait le spectacle.

     

     

    Jardins dans le Gers

     

    Nous étions surveillés par les ânes du voisin. c'est le grand calme chez Marithé et Alain, mais pas le désert, c'est plein de vie !

     

    Jardins dans le Gers

     

    Marithé n'a pas le temps de s'ennuyer. Elle continue à acheter et multiplier des plantes. Elle a tout ça ci-dessus et ci-dessous en  réserve, à mettre en place. Heureusement, j'avais pensé, à tout hasard, à porter quelques "plantounes" (comme dit Zeph, une copine commune à nous deux) de chez moi, juste pour qu'elle ait un peu plus de travail...

    Et je suis repartie dans mes montagnes avec d'autres plantounes que j'ai installées hier. Nous n'avons pas souvent l'occasion de faire des échanges, car autour de nous il n'y a guère d'amoureux des jardins (dans le Gers ils font dans l'utile pour se nourrir, et ici ils cultivent plutôt le touriste)

     

    Jardins dans le Gers

     

     

     

    Jardins dans le Gers

    De face,                               de dos                   

    Marithé a inventé un nouveau modèle de pancarte à plantes. Ingénieux, non ?

     

    Je ne vous ai pas encore dit : non contents de nous proposer d'aller voir leur jardin, ils nous ont invités à manger chez eux. Repas tout simple annoncé : super repas réunionnais en réalité.

    Marithé a même trouvé le temps de chercher une recette de gâteau sans lait et sans gluten, spécialement pour me faire plaisir. Voyez-vous comment elle a découpé le papier en suivant les instructions de la recette du tôt fait ?

     

    Jardins dans le Gers

     

    Pour ma première rencontre avec des copinautes, je suis on ne peut plus ravie. Et l'Ours lui aussi est très content des heures (pas mal d'heures) passées en si bonne compagnie. Vive les blogs !

    Mille mercis à Marithé et Alain. En plus d’occuper un paradis, ils sont des amours et nous ont vraiment épatés..

    La météo fut elle aussi sympathique : le ciel n'a pas arrosé notre journée de dimanche.

     

     

    Pin It

    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires