•  

    Après avoir parlé de tout et d'oiseaux, si je revenais à mon voyage dans (vers) l'Aisne ?

    Après Reims et les faux de Verzy, nous y voilà enfin, chez nos hôtes de l'autre bout de la France.

     

    Cliquez ci-dessous afin de poursuivre votre lecture en musique :

     

    Quelle drôle d'idée d'aller dans l'Aisne ! Tout le monde était étonné de cette destination. Mais pourquoi mépriser ce département ?

    Au premier abord, la région ne paraît pas vraiment belle. il faut regarder au delà des champs de betteraves et de pommes de terre.

    Pour nous, habitués à notre Gascogne vallonnée, un pays plat est un vrai dépaysement. Le remembrement ayant un peu trop frappé là-bas, les surfaces cultivées sont immenses. L'Ours n'avait pas envie de s'arrêter, mais j'aurais bien aimé faire quelques photos des paysages. Je vous aurais fait quelques "cékoissa" de ce qui me semblait original, et qu'on ne voit que dans cette région.

    - les champs de betteraves à perte de vue

    - les tas de betteraves récoltées et empilées au coin des parcelles (c'était le début de la récolte, il n'y en avait pas autant qu'à certains moments)

    - les tas de marne que je prenais pour de drôles de cailloux blancs sortis des champs, et qui servent à enrichir la terre.

    Que du bonheur là-bas. Nous étions invités par Jo et J. que nous avions hébergés le soir de la crue de 2013, alors qu'ils étaient en panique devant la fureur du torrent, et que nous ne nous étions encore jamais vus de notre vie. Nous n'avons rien fait d'héroïque, nous avons juste proposé des lits dans une maison sans eau, sans électricité, et sans téléphone. Puis nous avons sympathisé, car ils reviennent chaque année dans mon village. Ils voulaient absolument nous inviter à leur tour, et nous ont reçus comme des rois.

     

     L'Aisne (1)

     

      La chaleur des gens du nord de la France, ce n'est pas une légende. Il a fallu aller faire un tour chez la sœur de Jo (et trinquer au champagne), aller prendre l'apéro chez les voisins que nous ne connaissions pas (champagne encore), aller voir les enfants disponibles et même une petite-fille dans sa boutique...  Marine qui peut coudre et broder tout ce qu'on veut.

    Et le parler ! Pour moi qui aime les mots, c'est la joie ! Quand j'entends quelqu'un de l'âge de mes enfants raconter qu'il a vu quelqu'un dans "sa chtiotte carriole" *ça me réjouit. Et "dans eul village, avec eul cousin"*... C'est le film "les ch'tis" en vrai ! Du bonheur pour les oreilles et le dépaysement complet.

    Si vous avez écouté Kamini en me lisant, vous aurez tout compris. Malgré sa couleur de peau, il est un enfant du pays, et tout le monde l'adore.

    Nous avons été si bien baladés et guidés que je n'arrive pas à trier...

    La région ayant subi moult guerres et invasions, les églises sont fortifiées. Il y a tout un circuit à faire pour les visiter.

     

     L'Aisne (1)


     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J. est le président des amis de l'église de leur village, ce qui nous a permis de visiter jusque dans les combles :

     

     L'Aisne (1)

     

    Donjon du XIVe siècle. On n'a pas l'habitude de voir ça.

     

     

     

     L'Aisne (1)

     

     

     Tout d'abord, l'escalier du donjon.

    Merci à mon chirurgien grâce à qui mes genoux me permettent de grimper partout.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     L'Aisne (1)

     

    Une très belle charpente domine un sol que j'ai trouvé bien étrange. Au dessus de quelle partie de l'église sommes-nous ?

     

     L'Aisne (1)

     

     L'Aisne (1)

     

    Je me croyais plus dans un château-fort que dans une église.

     

    Assez blablaté pour aujourd'hui, je continue bientôt.

     

    Et pour finir un petit cékoissa qui n'a rien à voir avec l'Aisne. Il me faut un peu de précision pour que je valide la réponse :

     

    L'Aisne

     

     

     

    * son fauteuil roulant

    * l'article "le" ou "la" est remplacé par "eul". D'ailleurs, le rappeur Kamini qui est de là-bas en a fait la chanson que vous écoutez

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Nous avons l'habitude d'avoir des oiseaux au jardin.

    Je connais un peu les plantes, mais je suis nulle en faune. Pendant des années, je me satisfaisais de de voir "des mésanges" sans me rendre compte qu'il y en avait plusieurs sortes. J'ai découvert leur variété grâce à la nouvelle mangeoire.

    Depuis le début, nous étions tout contents de regarder les mésanges charbonnières. Pourquoi ce nom qui évoque le noir, alors qu'elles sont parées de si beaux habits jaune vif, reconnaissables à coup sûr ?

     

    Mésanges & Cie

     

    Mésanges & Cie

     

    Ça bouge tout le temps, ça ne se pose jamais de face : on devine tout de même qu'il y a un gros trait noir au milieu du ventre, dans le prolongement du collier.

    On voit mieux dans le duvet du petit qui s'est gentiment installé face à nous.

     

     

    Mésanges & Cie

     

    Ces petites bestioles sont très très vives, et ce n'est qu'en regardant nos photos que je me suis aperçue qu'il y avait aussi des mésanges bleues. Dire que j'enviais les copines qui nous montraient les leurs !

     

     

    Mésanges & Cie

     

     

    Mésanges & Cie

     

    J'adore ce portrait :

    Mésanges & Cie

     

    La tête est vraiment bleue, le dos gris bleuté, et le noir est à peine marqué sous le ventre.

     

    Les mésanges noires ont été difficiles à identifier. Elles ressemblent aux autres, mais ont le ventre beige, au lieu du jaune caractéristique des mésanges charbonnières et bleues.

     

    Mésanges & Cie

     

    Petites mais costaudes ! Regardez comme elles sont culottées : les autres mésanges n'osent pas affronter M. Bouvreuil qui s'installe pour manger tranquillement.

     

    Mésanges & Cie

     

    Mésanges & Cie

     

    Mésanges & Cie

     

    Aujourd'hui, ça va encore être neige et neige. Nous allons pouvoir ravitailler en graines de tournesol, car tout ce petit monde a un appétit féroce.

     

    Mésanges & Cie

     

     

     

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  •   

     

    Jour des voeux

     

    Bonjour à toutes et à tous,

    Il est passé depuis longtemps le jour traditionnel des vœux. Les miens n'ont rien de très original, mais ils sont vraiment sincères, tout comme l'étaient ceux de l'an dernier.

    Et pourtant, la vie n'est pas sympa avec tout le monde. Certaines personnes de ma connaissance traversent des moments très durs, et je suis impuissante pour les aider, ce qui me chagrine beaucoup.

     

    Je vais vous faire un résumé du dernier mois écoulé.

     

    Nous avons passé Noël en Gironde  avec toute notre famille. Mais de photos, point. Nous nous sommes contentés de profiter de ces moments tous réunis. (quoique....il faudrait peut-être que je vous parle un jour de notre repas de Noël....)

     

    Le 26 décembre, l'Ours et moi avons fêté nos 50 ans de mariage. Pas de cadeaux en or pour ces noces d'or, juste un repas au restau avec quelques amis de Bordeaux.

     

    Jour des voeux

    Photo Nicole P.

    Pour nos 30 ans, nous avions fait un super voyage de trois semaines au Mexique, pour nos 40 ans c'était la motoneige au Québec, pour les 50, c’est le tour de France en plusieurs périodes. Mon récit du voyage vers l'Aisne est encore en cours. Le prochain voyage sera du côté de la côte atlantique.

     

    Je rappelle aux brodeuses-patcheuses-couseuses qu'il fallait commencer un ouvrage le 1er janvier. Je suis modeste, j'ai juste entrepris le premier sachet (en espérant lui en faire toute une série) commandé par Malicette pour la lavande de son jardin. 

          Ce n'est pas la saison, mais les modèles foisonnent sur le Net, et j'avais rassemblé tout le nécessaire :

     

    Jour des voeux

     

    Jour des voeux

     

     

     

     

    Et voilà le premier : c'est juste une application d'un tissu imprimé. Je broderai certains autres avec quelques brins de lavande.

     

     

     

     

     

     

     

    Il y avait toujours très peu de neige sur ma montagne. Le ciel était désespérément (pour les professionnels de la neige) bleu depuis une éternité. Un léger voile blanc de temps en temps, et enfin des températures négatives qui ont permis de fabriquer de la neige artificielle.

    Il y a peu, après la fin des vacances scolaires, l'Ours et moi étions montés sur la montagne derrière chez nous. Ah ! si notre funiculaire fonctionnait, il y aurait eu un peu plus de monde sur le chemin : monter en funi, descendre à pied, c'est super agréable et pas trop fatigant.

     

     

    Jour des voeux

     

    Dès qu'on levait le nez, on voyait les trainées des avions à travers les mélèzes tout nus. C'est fou toute cette circulation aérienne.

     

    Jour des voeux

     

    Arrivée d'un téléski à 2000 mètres : plus d'herbe et de cailloux que de neige.

     

    Jour des voeux

    Photos du 6 janvier 2019

    Nous avons constaté que les investissements, très coûteux et destructeurs de nature, sont souvent inutiles : cette piste récente, pourtant bordée de canons à neige (les points orange que l'on devine), est inutilisable quand les températures sont trop élevées.

     

    Il y a pile un an, je sortais de la salle d'opération avec un deuxième genou tout neuf : j'ai assez végété, il faut que je me secoue. J'accusais les deux anesthésies en moins d'un an de m'avoir "endormie", et je considère qu'un an pour se réveiller, ça suffit. je manque peut-être de quelque chose (vitamine D ou autre)

     

    J'ai des quantités d'articles commencés, il suffisait que je commence par le début : vous souhaiter une bonne année et présenter mes excuses aux copinettes qui se demandent ce que je deviens.

    Je vais bien, mais je n'arrive toujours pas à me concentrer. je m'installe devant mon ordi et, devinez ce que je fais : des réussites.

     

     

     

    Jour des voeux

     

    La vraie neige est enfin arrivée.

    Les grosses chutes vont continuer durant plusieurs jours, et je vais me consacrer à mon passe-temps favori de cette période : l'étude des oiseaux à la mangeoire.

    Je vais essayer de respecter mes souhaits pour cette année : être un peu plus assidue ici, et sur les blogs amis, ainsi que nettoyer ma messagerie riche de plus de 5000 messages à regarder, et surtout à jeter. J'étais complètement bloquée, comme prise de vertige. j'espère que je viens de prendre un nouveau départ.


     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    La semaine dernière, je vous suggérais d'offrir des trousses faites maison. Et devinez : quand j'ai voulu faire des petites pochettes réversibles à coutures invisibles.... j'en étais incapable ! ! ! !

    Pourtant je connaissais "le truc" qu'Isa Miaou m'avait appris il y a très longtemps. Et j'en avais déjà fait plusieurs fois. Encore une preuve que j'ai du mal avec la géométrie dans l'espace.

    J'ai donc cherché sur le net, et j'ai regardé cette vidéo de Rebecca Gillot, "Une fée dans l'Atelier". Ce tuto de pochette à lingerie est très précis, très clair, et celles qui n'osent pas se lancer dans la couture peuvent y aller "les yeux fermés". Tous les détails y sont.

    Si le pliage des angles vous intéresse, regardez bien à la fin : elle nous explique un" truc" que je ne savais pas faire.

     

     

     

    Si vous n'avez pas le courage de tout visionner, je vous montre un peu à quoi ça ressemble :

     

    Coutures invisibles et jolis angles

     

    Au moment de retourner, il faut plier à l'intérieur comme quand on couvre un livre, et finir de retourner sans perdre les plis.

    Ça marche presque tout seul à tous les coups. Et fin de l'énervement avec la pointe des ciseaux ou l'aiguille à tricoter pour essayer de tasser le vilain pâté qui fait une horrible bosse.

     

    Je ne peux plus m'arrêter, j'en suis à au moins 20, dans un but bien précis que vous connaîtrez en Janvier.

    De plus, j'ai appris à m'appliquer pour les coutures invisibles :

     

    Coutures invisibles et jolis angles

     

    Coutures de finition invisibles, et angles les plus jolis de tous ceux que j'ai pu faire dans toute ma vie. Pourtant, j'avais commencé à coudre à l'école primaire, et j'ai même choisi l'option couture au bac (ça date pas mal, il n'y avait que des filles dans mes classes). Mes tout petits cadeaux sont prêts à être distribués.

     

     

    Pin It

    18 commentaires
  •  

    Hier, j'ai fait quelques achats, mais je n'ai pas fini, dure la vie de Mère Noël !

    Dans un très grand magasin que j'ai visité, je me suis "amusée" à chercher la provenance de beaucoup des produits qui étaient en rayons. Presque tout venait de Chine, que cela soit du plastique, du textile, du métal, ou autre. De même pour le style : classique, moderne, campagne, sobre ou pailleté, les chinois font tout ce que les européens achètent. (j'ai tout de même vu un soupçon d'espagnol, d'italien et de néerlandais, juste un soupçon)

    Et on ose s'étonner qu'ils polluent... Le souci premier des pays dits "en voie de développement ",  c'est de faire entrer des devises. Peu importe le reste. Et ceux qui achètent là-bas n'ont qu'un but : payer le moins cher possible.

    Je me disais que :

    - on devrait consommer moins (résister à la pub)

    - on devrait consommer mieux (privilégier le durable)

    - si on fabriquait chez nous, ça serait peut-être un peu plus cher, mais

                             - les emplois reviendraient chez nous

                             - il y aurait beaucoup moins de transports inutiles

                             - on arrêterait d'exploiter la misère

                             - et comme on achèterait moins de bêtises "jetables" on pourrait se payer la qualité du "made in France"

                              - et tout ça cumulé, ce serait bon pour la planète.

    Et si les fabricants chinois, bengalis, pakistanais, et j'en passe, payaient mieux leurs ouvriers, les habitants de ces pays pourraient acheter eux-mêmes les productions locales.

     

    J'ai vu des choses que je trouve apparentées à de l'arnaque :

     

    Made in ailleurs

    Vu de face : "produit conçu et développé en France". Mais vu de dos, en tordant bien l'étiquette, " made in P.R.C ".

     

    Made in ailleurs

     

    Notez, au passage, qu'il faut une bonne fois pour toutes oublier cette légende qui dit que les codes-barres commençant par 3 signifient que le produit est français.

     

    J'ai vu des trucs ahurissants venant de Chine : des sachets de petites rondelles de branches de bois, des grosses tranches de tronc style dessous de plat, bien rustiques, que n'importe quel bûcheron peut faire... Comme si on n'avait pas de forêts chez nous, ou tout simplement des branches et des scies dans TOUS les jardins !

    De ce magasin que j'ai visité comme une exposition, je suis ressortie presque bredouille, et très fière de moi. J'ai juste trouvé, au rayon mercerie, le thermocollant double face dont j'avais besoin (fabriqué où ? je ne sais pas).

    Je disais un peu la même chose en novembre 2015 au moment de la COP 21 qui se passait en France. L'accord signé n'était pas très glorieux, et personne ne l'a respecté, même pas la France donneuse de leçons. La COP 24 se finit aujourd'hui, et il me semble qu'elle n'accouche même pas d'une souris.

     

    PS on apprend aujourd'hui que l'usine Ford de Bordeaux va fermer : Ford refuse le repreneur....

    Pin It

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires