•  

    Evasion fiscale : ISF, IFI, CICE, etc...

    Lumière du matin, un peu froide, comme le temps : je viens d'acheter cette pelote que j'adooore. Laine Plassard Mandala, 150g pour 9€99 au magasin de laines-et-tissus.com à Tarbes.

     

     

    Il y a quelque temps j'ai regardé cash investigation, une émission proposée par Elise LUCET. Quelle horreur ! Tous ces millions et milliards d'euros qui sont offerts aux plus riches au détriment des plus pauvres et de notre économie...

    Il faut que je vous avoue une chose, dont je ne suis pas honteuse pourtant : dans ma vie, je fus 10 ans contrôleur des impôts, et 10 ans contrôleur des douanes. Je n'étais pas une fine analyste des décisions ministérielles, mais j'ai retiré de mon expérience qu'il ne fallait surtout pas gêner le commerce (international surtout) ni les entreprises (les grosses évidemment).

    J'ai vu comment, en 1993 lors de l'ouverture des frontières européennes, la fraude avait été facilitée, (voire organisée) par le gouvernement. J'ai oublié les détails mais nous les agents, l'avions vue venir. Les grands chefs ont assuré que tout allait bien se passer. Et on a vu ce qu'on devait voir : quand les chiffres des échanges internationaux sont sortis l'année suivante, il a bien fallu admettre que de très grosses sommes avaient échappé à l'impôt.

    J'ai connu une brigade de marins des douanes sans bateau ! Et on s'étonne que le trafic de drogue augmente.

    J'ai connu la suppression d'une brigade côtière car "trois douaniers dans les dunes c'est bien joli, mais ça ne sert à rien". Et quand, en 2004, des ballots de drogue sont arrivés, justement sur les plages abandonnées, il a fallu sonner le rappel des douaniers et gendarmes pour les récupérer avant les "usagers". Et ces échouages ont repris de plus belle cette année.

    Mes collègues ont vu un gros contrôle fiscal, qui commençait par un inventaire-surprise des entrepôts, saboté par une intervention venant d'en haut-lieu. Ils préparaient leur affaire depuis des semaines... et ont été écœurés de voir leur travail anéanti.

    J'en arrive à mon titre : vous êtes contribuable (je dirais presque taillable et corvéable à merci), et vous payez, vous payez. Mais si vous êtes trèèèès riche, donc trèèèèès puissant, on vous crée non pas des niches fiscales, mais de trèèèès grands avantages pour que vous puissiez défiscaliser. Il paraît que, grâce à ce que vous ne donnerez pas aux impôts, vous allez investir dans les entreprises et aider à la création d'emplois. Eh bien non : grâce au dernier né, l'Impôt sur la Fortune Immobilière les dix plus gros avantagés ont économisé 16 000 000 euros, 1 600 000 en moyenne chacun. Ils ont fait quoi avec ces sous ? Ils ont voyagé, se sont offert quelques cadeaux, ont dépensé mais PAS investi dans les entreprises.

    Une bonne nouvelle : il paraît qu'il y a eu moins de départs des plus fortunés vers des paradis fiscaux. Moi, je vois là la preuve que notre gouvernement fait tout pour eux, et que notre président n'est pas le président des riches, mais celui des très riches.

    Et pendant que les "gros" s'enrichissent, défiscalisent, cassent l'emploi chez nous, délocalisent les usines vers les pays sans code du travail, on nous explique qu'il faut baisser nos retraites....

    Jeudi dernier, à la manif, quelqu'un m'a rappelé l'existence du Verrou de Bercy. Lisez ce sujet édifiant. Vous verrez comment la politique interfère dans la vie des administrations.

    Mardi prochain, on remet ça : manifs, manifs. Surtout, ne vous avisez pas de remplir le questionnaire gouvernemental sur les retraites : répondre à la moindre question, c'est entrer dans leur jeu et accepter que tous les salariés y perdent.

     

    Evasion fiscale : ISF, IFI, CICE, etc...

     

    Et pendant que j'tricote, je regarde la montagne. Là, c'est le Mount Agut (nommé Montaigu par les gens d'ici) dont la base, en bas à gauche de la photo, se détache et tombe vers le côté du village de Viella : cela provoque des poches d'eau et un glissement progressif. La décision n'est pas encore arrêtée, mais certaines maisons de ce village devront être rasées. Le village glisse inexorablement vers la vallée.

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Et hop ! Juste un mois avant Noël, je vous termine enfin un article commencé en 2014 ! ! !

    C'est juste un récapitulatif de choses  faciles à faire pour égayer votre maison ou votre table de Noël, ou pour de petits cadeaux.

     

      Je vous propose, avec tous les liens pour les explications :

     

    Le vide-poche de Josy :

     

    Décos de Noël

     

    C'est mignon, facile à faire, mais je les trouve un peu trop petits. J'ai fait ça hier soir, en vitesse, juste pour la photo. Pour mémoire, un triangle équilatéral a des angles de 60°, faciles à faire avec un rapporteur, si on n'a pas les outils de patcheuse.

     

    Les sapins de Milou :

     

     Sapinière

     

     

     

    Les étoiles de Marykrys :

     

    Merci Marykrys

     

    On ne se rend pas bien compte sur la photo qu'elles sont très épaisses, comme rembourrées.

     

     

    Le centre de table de la fourmi et les Pères Noël en bois :

     

    Atelier des Pères Noël

     

     

     Et plein de petits vide-poche sur un modèle tout simple (par exemple Dodynette ) :

     

    Décos de Noël

     

    J'ai pu constater que la flemme ne paie pas : les tissus de Noël sont fins, et celui que je n'ai pas renforcé au thermocollant est un peu trop mou)

     

    Aujourd'hui, nous sommes invité chez des amis qui ont un commerce. On leur porte donc toute ma petite production pour leurs vitrines.

     

    Entre deux chutes de neige ou de pluie, j'ai fait une photo de notre nouvelle carte postale : à gauche le Mount Agut, à droite le Bergons, et derrière le Létious. Au pied de tout ça, c'est Luz-Saint-Sauveur.

     

    Décos de Noël

     

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde !

    Je suis descendue dans la vallée, car je n'en pouvais plus de passer des mois et des mois dans la neige.

    Et voilà ! À peine arrivés dans notre nid douillet, elle est là elle aussi ! Elle a fait comme nous et comme les moutons : elle est descendue.

    Hier matin, je n'en croyais pas mes yeux en me levant et en voyant les palmiers tout blanchis :

     

    Encore elle !

     

    Moi qui ne supportais plus de voir mon jardin esquinté par la neige, je vais maintenant souffrir pour celui de ma gentille voisine :

     

    Encore elle !

     

    Encore elle !

     

    Le beau pied de cucurbitacée n'a pas apprécié ce cadeau du ciel.

     

    Encore elle !

     

    La montagne dont je ne connais pas encore le nom. C'est tout près d'où je vivais, mais la perspective est différente.

     

    Encore elle !

     

    Dans la journée, la neige avait fondu en bas, mais un autre blanc l'a remplacée : les moutons, qui passaient sur un chemin les jours précédents, sont maintenant installés sur le pré juste en face. Nous avons le concert de clochettes à temps complet.

     

    L'Ours a dû braver les éléments, car les pneus-neige étaient restés à la maison et le chemin n'était pas déneigé. Pourtant c'est le moment d'équiper la voiture. On croyait à l'éternel été...

    Et moi ? Je suis restée au chaud, entre couture et tricot.

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    J'avais prévenu : je suis restée sans connexion un bon nombre de jours. Nous avons de nouveau accès au téléphone fixe et à Internet.

    Tout ça après avoir parcouru à peu près 8 kilomètres, et descendu à peu près 550 mètres d'altitude (oui, oui : c'est bien 8 km et 550 m).

    Je n'en pouvais plus de vivre dans l'isolement et le froid, alors j'ai tanné l'Ours jusqu'à ce qu'il accepte qu'on descende vivre sous des cieux plus cléments, et plus près de la civilisation.

     

    Me revoilà !

     

    Nous avons loué un appartement au premier étage de cette maison, avec un assez long balcon où j'ai pu transporter quelques plantes de mon jardin.

     

    Me revoilà !

     

    Voilà ce que je vois au dessus des palmiers que je vous montrais la dernière fois.

     

    Me revoilà !

     

    Et une première idée de notre nouveau cadre de vie, juste après livraison de nos premiers meubles (à peu près le même endroit que sur la photo de la fois précédente où le lit n'était pas encore monté, et les cartons pas encore vidés)

     

    Me revoilà !

     

    À travers les palmiers, on voit les moutons passer deux fois par jour. Ils ont fait comme nous : ils sont descendus de la montagne.

    Nous avons réussi à bien nous installer, et à soigner la déco. Suite au prochain numéro.

    Maintenant, il me reste à espérer que l'Ours se trouvera bien "à la ville", qu'il voudra bien que l'on vende notre maison, et qu'on puisse en acheter une autre dans cette vallée accueillante.

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Je ne m’en vais pas loin, mais il se peut que pendant 3 ou 4 (ou plus) jours je n'aie pas de connexion Internet et pas de téléphone fixe.

    Je serai au soleil (mais non, je crois que la météo est mauvaise) et je contemplerai ce décor qui me changera de ma montagne habituelle :

     

    Petite absence

     

     

    Mon absence a un rapport avec ça :

     

    Petite absence

     

    J'emporte mon tricot et ma machine à coudre, ainsi que de bonnes lectures.

    En attendant, je profite du soleil, de la vue sur les sommets légèrement enneigés, et je vous dis "à bientôt".

     

     

    Pin It

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires