•  

    Il y a peu, je vous montrais quelques unes de mes fleurs.

    Un matin, quelle surprise ! Tous mes géraniums vivaces étaient taillés en étoiles.

     

    Mon beau Magnificum :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    L'érodium de Manescau, une sauvage solide :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Le petit rose très florifère :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

     

    Et celui-ci, très vif, qui pousse comme du chiendent :

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Tous, absolument tous, grignotés. Je n'ai pas vu la bestiole ravageuse. Qui peut autant aimer ce type de fleurs ? Depuis 17 ans que j'en ai, c'est la première fois que je vois ça.

     

    La nature est épargnée, seul mon jardin est touché. Je fais régulièrement des rondes, et je n'ai pas remarqué d'invasion particulière de nuisibles. J'ai juste rencontré une punaise rose et verte (sans photo), un gendarme (qui est aussi une punaise, sans photo non plus), peut-être un hanneton, et un beau scarabée doré (que j'ai toujours appelé ainsi, mais d'après mon livre, il s'agirait d'une cétoine)

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Ce n'est quand même pas lui qui a dévoré tous mes géraniums ! Ni les insectes jaunes qu'on voyait chaque année au printemps, sur le tilleul. Depuis qu'on a abattu le tilleul, plus de bébêtes jaunes, sauf si on regarde de très près :

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    D'habitude, je me plains des rongeurs et des gastéropodes. Cette fois, il s'agit probablement d'autres voraces. Vous avez une idée ?

     

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Pendant que vous souffriez presque tous de la chaleur, il commençait à pleuvoir sur ma montagne. Pas toute la journée, mais au moins un peu tous les jours. Ça a empiré ces derniers jours.

    Ciel voilé, horizon bouché, (genoux endoloris), énormes averses, il faut se contenter de ce que l'on a. Et en ce moment, j'ai le chèvrefeuille.

    Toute une histoire celui-là. Voisine l'avait planté il y a longtemps dans le jardin que nous allions acheter quelques années plus tard. Mais voisine n'avait pas prévu le support pour le faire grimper.

     

    Grand plaisir

     

    Ci-dessus, voilà comme il était en juillet 2014 : une grosse masse en bas, et des branches qui faisaient ce qu'elles pouvaient avec les fils de fer trop fins mal arrimés aux murs.

    Comme chaque hiver, avec le poids de la neige, tout est tombé. J'ai encore passé un temps fou à faire ce que je pouvais en taillant et démêlant tout ce fatras écroulé au sol.

    Je commençais vraiment à m'agacer, et l'Ours a subitement eu une envie de prendre les choses en main. Les choses ? Non, pas le végétal, il s'est attaqué au métal.

     

    Grand plaisir

     

    Grand plaisir

     

     

     

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

    Résultat : en avril 2015, il ne restait presque rien de la grosse masse écroulée, et j'ai à peine réussi à trouver une petite liane à faire grimper sur la nouvelle déco bien fixée au mur. Je trouvais dommage que l'Ours ait fabriqué ces arabesques juste pour les voir disparaître dans la végétation.

     

    Et, deux ans plus tard ?

     

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ça pousse, ça grimpe et ça parfume tout à l'entour. Chaque matin, je mets les mains dedans. Tant pis si c'est mouillé, c'est un plaisir de trifouiller pour attacher mon volet.

     

    Grand plaisir

     

     

    Nous avons un système particulier. Une pièce plate de métal fixée au mur, avec un trou. Et une chaînette munie d'une tige. Le matin, il faut donc farfouiller dans le chèvrefeuille pour récupérer la chaîne, et planter le poinçon dans le trou.

    Même mouillé, ça embaume.

     

     

     

    Comment cela a-t-il pu monter si haut ? Encore toute une histoire. Il y a une grosse touffe de roses trémières. Ça aussi, ça s'écroule ( avec la pluie). L'an dernier, j'ai donc relié leurs têtes à l'attache du volet avec de la ficelle à rôti. Le chèvrefeuille s'est empressé d'utiliser ce support inespéré, pâle copie des cheveux de Raiponce.

    Je n'ai plus qu'à remettre une autre ficelle cette année.

     

     

     

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     J'ai un autre chèvrefeuille, rose celui-là, issu d'une bouture volée au bord d'un jardin.

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai, en pépinière, d'autres boutures d'un chèvrefeuille encore plus foncé repéré cette année sur une clôture. Début d'une collection ?

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Après avoir visité pendant deux jours des jardins dans le Gers, et passé mon dimanche à en découvrir d'autres à Bagnères de Bigorre, je me dis que je dois vous montrer quelques fleurs de mon jardin des montagnes.

    Maintenant que je connais des célébrités d'un blog de jardinage, qu'ils ont parlé de moi, il faut que je sois à la hauteur pour ne pas décevoir leurs nombreux lecteurs-amis qui passent par ici !

    Toutes les jolies photos du début ont été faites par l'Ours (se promener dans tous ces beaux jardins lui a donné l'idée de regarder chez nous).

     

    Quelques fleurs de juin

    Une unique pivoine sur ce pied. Une année, il avait 4 boutons, tous cassés par la neige. Depuis, il est fâché.

     

    Quelques fleurs de juin

    Ce n'est pas une fleur, mais ce brunnera Jack Frost est très graphique.

     

     

    Quelques fleurs de juin

    Un des rares bouquets de ma viorne "Boule de neige". je vais vous dire un truc : malgré son nom, cet arbuste n'est pas du tout adapté à la vraie neige, car ça casse de partout chaque hiver.

     

     

    Quelques fleurs de juin

    Rose "Rhapsody in blue".

     

    Quelques fleurs de juin

    Encore un feuillage : le saule crevette.

     

    Quelques fleurs de juin

    Un pavot d'Orient tout ébouriffé.

     

    Quelques fleurs de juin

    Une pivoine qui me vient de ma mère.

     

    Quelques fleurs de juin

    Les premières fleurs d'érodium de Manescau.

     

    Quelques fleurs de juin

    Quelques uns des iris du moment

     

    Quelques fleurs de juin

    Ce lupin blanc est arrivé tout seul dans le massif qui devrait être rose et jaune.

     

    Quelques fleurs de juin

    Et là, j'aurais aimé n'avoir que du blanc : mais les ancolies bleues s'installent partout, l'hosta panachée reste naine, et je n'ai pas mis la bonne spirée...

     

    Quelques fleurs de juin

    Vous ne croyez pas que mes yeux auraient pu deviner qu'on verrait les arceaux des cordes à linges et les sièges de jardin en plastoc blanc ?

     

    Quelques fleurs de juin

    Ma glycine qui a repoussé après le gel, mais dont les fleurs disparaissent dans le feuillage. Elle est toute déboussolée.

    Cette année, pour beaucoup de plantes, ce n'est pas l'opulence habituelle : le gel de printemps a dû freiner leurs ardeurs (les iris en particulier qui ne font qu'une fleur par touffe), et comme nous avions refait un grand massif à l'automne, je suis un peu déçue. 

    Bonne fin de soirée.

     

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Je n'ai pas des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches à vous proposer, juste un peu de lilas :

    Quelques branches

     

    Simplement les premières fleurs de trois différentes sortes.

     

    Quelques branches

     

    Un beau blanc double et un autre double d'un beau violet foncé.

     

    Et le tout simple, sur les quelques fleurs ouvertes m'a offert ça :

    Quelques branches

    Quand j'étais ado, une copine m'avait dit que les fleurs à trois ou cinq pétales étaient des porte-bonheur. Alors à huit ...

    Et pourtant, regardez la triste mine qu'il montrait le 27 avril :

     

    Quelques branches

    Il est incroyable le lilas. Si la neige d'hiver atteint le haut de ses branches, c'est rare que l'une d'elles casse. La neige de printemps fait tout pour l'esquinter avec le poids de son humidité, mais le lilas se requinque à chaque fois.

     

    La glycine a moins de chance. L'hiver ne lui fait aucun mal. Mais ce printemps lui a été fatal.

    Quelques branches

    Les gros bourgeons sont tous morts. Pas une fleur ni même une feuille en perspective. Ma fille m'a dit que dans ce cas, on retaille la vigne, et elle repart (même modérément, car ce qui est perdu est vraiment perdu).

    Alors, jolie canne dans une main et sécateur dans l'autre, j'ai taillé l'extrémité de chaque branche, et on verra.

    Quelques branches

    Photo de juin 2015.

    Ailleurs, les glycines font une deuxième floraison. J'aurai peut-être la mienne en automne ...

     

    Une amie m'a gentiment reproché que la fourmi ne vous écrit pas beaucoup. C'est vrai, mais la fourmi a l'esprit encombré par différentes choses : elle n'arrive pas à se concentrer, et elle repousse plus que jamais tout au lendemain, autant l'écriture que les lectures.

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Malgré toute cette neige, certains n'ont pas froid.

    L'Ours manie la pelle avec force et dextérité :

     

    Même pas froid !

     

    Il dégage un peu l'escalier du jardin. Cela nous permettra de pouvoir aller d'un portail à l'autre sans passer par l'intérieur de la maison.

     

     

     

     

     

     

     

    Même pas froid !

     

     

     

    Il a fini l'escalier, et attaque le passage vers la véranda.

     

    Vous connaissez le "geste auguste du semeur" ?

    Ici, c'est le geste du jeteur de neige.

     

     

     

     

     

    Quand je vois ça, je me souviens d'un hiver passé. L'Ours s'était fait une entorse du poignet en bricolant. Je devais dégager le passage, et il neigeait sans cesse. Je passais au moins trois fois par jour pour ne pas en avoir trop à la fois.

    Mais à la fin, la sorte de tranchée que je faisais, entre deux remparts de neige compacte, était plus haute que moi et je n'arrivais pas à jeter ma pelletée assez haut !

    Je peux vous assurer que le travail physique, ça réchauffe.

     

    Regardez maintenant le bâtiment en face de chez nous :

    Même pas froid !

     

    De la neige partout, et une température avoisinant zéro. Que croyez-vous que certains occupants laissent jour et nuit sur la coursive ?

     

    Même pas froid !

     

    Ce n'est pas très visible à cause du lilas, mais je vous l'assure : les chaussures n'entrent jamais dans l'appartement, quel que soit le temps. Brrrr, j'en ai froid aux pieds, rien que d'y penser. Pourtant, cet immeuble a des casiers à skis avec chauffe chaussures de ski (ou sèche-chaussures, je me trompe peut-être)

     

    Et maintenant, une idée de mes bonheurs de février : le soleil vient de nouveau taper sur la véranda après trois mois d'absence. Il fait une brève apparition et se couche juste en face de moi.

    Hélas, la neige s'appuie sur la baie coulissante que je ne peux donc pas ouvrir. Je vous fais donc profiter de tous les reflets et de mes vitres pas nettoyées.

    Même pas froid !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Même pas froid !

     

    Je trouve que c'est bien la neige quand on est à l'abri !

     

    Les deux photos avec le soleil ont été prises le 9 février.

    Voilà ci-dessous à quoi ça ressemble le 14, cinq jours plus tard :

     

    Même pas froid !

     

    L'Ours a fait l'allée, ça aide à fondre. Mais sur les côtés, malgré le soleil, ça va durer encore un moment.

    Pin It

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique