•  

    Il faut que je vous dise, pour commencer, pourquoi je ne suis pas très présente ici. En plus de marcher au ralenti, d'avoir besoin de beaucoup d'heures dans mon lit, d'avoir des occupations diverses, j'ai maintenant un spectacle permanent et tout à fait captivant juste devant mes yeux. Je vous explique.

    Depuis que nous vivons ici, nous offrons aux oiseaux des boules de graisse et des graines pour oiseaux du ciel. Notre mangeoire est près de la "vieille" cuisine, mais mal placée pour que nous profitions du spectacle.

     

    À table !

     

    Nous y voyions fréquemment des mésanges, et aussi le rouge-gorge qui ne voulait pas partager.

     

     

    Cette année, l'Ours a bricolé autre chose, et l'a installé devant la véranda, près de mon fauteuil de convalescente.

     

    À table !

     

    À gauche, le montant de la véranda. Puis, tout près, le support pour écuelle en terre. Enfin, à droite, une enfilade d'arbustes (lilas, seringats, cornus et aubépine,) qui sont devenus salle d'attente et salle à manger. Les zozios prennent place dans le lilas le plus proche, et vont piocher leur graine quand la voie est libre.

     

    Ça a marché : au bout de deux jours, les mésanges avaient déjà pris possession des lieux. Sur les conseils d'une copine, qui nous a dit que cela plaisait beaucoup aux oiseaux, nous avons acheté un sac de 2,5 kg de tournesol. Les mésanges ont-elles aimé ? Non, elles en raffolent. Il faut voir la foule à notre nouvelle mangeoire.

    Elles ont passé le tam-tam dans la forêt, et plus le temps est pourri, plus il y a foule. On n'arrive pas à avoir de bonnes photos, mais souvent elles sont 4 ou 5 dans le même lilas, à dépiauter leurs graines.

     

    À table !

    Elles coincent la graine entre leurs pattes, et font marteau-piqueur avec le bec. C'est impressionnant.

     

     Nous nous sommes aperçus qu'il n'y avait pas que des mésanges charbonnières, mais aussi des mésanges bleues que nous n'avions jamais remarquées.

     

    À table !

     

    Les mésanges bleues sont plus petites et moins habiles. Elles perdent souvent leur graine. Par chance d'autres oiseaux, que nous ne connaissions pas, aiment bien "faire les poubelles" au sol ou sur le bord du mur. Ils arpentent sans cesse le terrain, que ce soit neige, terre, herbe ou mousse.

     

    À table !

     

    Plus ou moins roux dessous, tête grise, et stries sur les ailes.

     

    À table !

     

    Il nous semble qu'il s'agit des pinsons des arbres. Au bout d'une semaine, ils revendiquent parfois une place à la mangeoire.

     

    Le tam-tam a résonné jusqu'aux oreilles d'autres oiseaux. C'est ainsi que nous avons, plusieurs fois par jour, la visite de M. et Mme Bouvreuil :

     

    Tam-tam pour la horde affamée

     

    Autant les mésanges font vite, autant les bouvreuils prennent leur temps. Ils s'installent, le temps de bien casser la graine (l'expression vient-elle de là ?) et M. fait la police : personne n'a le droit de s'approcher. Il montre le bec grand ouvert et semble très méchant.

     

    Tam-tam pour la horde affamée

     

    M. a posé pour que l'Ours le voie bien de face et de dos.

     

    Tam-tam pour la horde affamée

     

    La couleur est un peu fausse : les bouvreuils sont rouge, pas orange comme le rouge-gorge.

     

    Et même mieux : nous n'avons pas UN couple de bouvreuils comme d'habitude, mais plein de bouvreuils :

     

    À table !

    Un mâle dans la mangeoire, un autre sur le cerisier à droite.

     

    Toutes nos photos d'oiseaux sont de qualité moyenne, car les conditions sont difficiles. Il y a foule les jours de neige, mais la luminosité n'est pas terrible, les flocons gênent. Et quand il fait beau, nous sommes à contre-jour, éblouis par le soleil en face, ou la montagne trop blanche.

    Devant tous ces oiseaux qui tourbillonnent dans tous les sens, nous ne savons comment faire. Il nous faudrait une caméra fixe, et nous extrairions quelques images de notre film.

     

    À table !

     

    Quand c'est plein, les mésanges prennent très vite leur graine pour la manger ailleurs. Quand c'est vide, elles sont obligées de s'arrêter un moment. Mais comme elles s'enfoncent dans le plat, on n'arrive pas à les photographier.

    Or, nous avons repéré une autre variété : je pense qu'il s'agit des mésanges huppées, mais il va falloir d'autres clichés pour pouvoir bien les identifier.

     

    Nous habitons "passage des Oiseaux" : au moment de nommer la rue, personne ne devait savoir qu'il y en aurait autant dans ce jardin. Il nous a fallu 17 printemps pour découvrir l'existence d'"arbres à oiseaux" aussi garnis que des arbres de Noël, sauf que ces boules de plumes sont très agitées et voltigent sans arrêt.

     

     

     

     

    Pin It

    13 commentaires
  •  

    Hier matin, il faisait froid (-9°), j'étais à l'abri dans ma véranda, absorbée dans ma lecture, quand j'ai entendu un bruit.

    Subitement, je me suis dit "un oiseau s'est fracassé sur la vitre". J'ai appelé l'Ours et on a vu la pauvre bestiole KO sur la neige gelée : clic en vitesse

     

     

    Une visiteuse inconnue

     

    Ne sachant quoi faire, on a tenté de l'isoler un peu du froid. Une petite serpillère en coton nous a semblé convenir : clac toujours en vitesse

     

     

    Une visiteuse inconnue

     

    Notre oiseau inconnu s'est laissé attraper et semblait assez choqué. On s'est dit qu'on allait lui donner quelques graines. Le temps de choisir les plus petites, l'oiseau s'était envolé.

    On l'a vu cramponné sous les branches du cerisier, puis, pftttt ! il est parti. Nous n'avons même pas eu le temps de faire quelques jolies photos

    On a plongé le nez dans notre livre sur les oiseaux, et nous savons maintenant que notre visiteuse est une sitelle torchepot.

    C'est un oiseau rigolo qui aime se tenir la tête en bas et qui s'accroche souvent sous les branches. Nous étions très contents de voir que notre première sitelle avait un comportement normal malgré son traumatisme.

     

    Ce soir, aux infos on ne parlait que du froid et de la neige partout en France, et chez nous il pleut depuis des heures...

     

     

    Pin It

    12 commentaires
  •  

    Quel drôle de temps cette année !

    Mercredi, grand bleu sur ma montagne, et quelques taches de couleur sur mon jardin. Regardez-moi ça :

     

    Temps de Toussaint

    Ce n'est pas l'opulence de juin mais, pour la Toussaint, je trouve que c'est plutôt pas mal.

     

    Temps de Toussaint

    Juste un soupçon de gelée blanche, et la surprise :

     

    Temps de Toussaint

    Que dire ? Que je n'y comprends rien, car mes pavots fleurissent habituellement en juin.

    Un rose en premier plan, et un presque blanc un peu plus loin. Très bien formés tous les deux, comme si c'était normal de fleurir maintenant.

     

     

    Temps de Toussaint

     

    Temps de Toussaint

     

    Je profite de ce beau temps pour faire mes foins. J'ai de quoi édifier une belle meule si je rattrape le temps perdu : je peux passer des jours et des jours à arracher et couper toute l'herbe qui est installée partout.

     

    Temps de Toussaint

     

    Vendredi dernier, pour ma Grande qui est arrivée chez nous à la nuit, j'avais fait un petit bouquet. Cri d'horreur quand elle arriva dans sa chambre : "c'est quoi ce bouquet en plastique que tu m'as mis ?". Cri scandalisé de la mère : "non mais, regarde mieux !". Elle n'en revenait pas que j'aie encore autant de variété en fleurs pas de saison.

     

    Temps de Toussaint

    LA nigelle de 2017 : une seule fleur, bien tardive. Dire que, chez tout le monde, quand on en eu une fois, ça se resème partout pour la vie... et que je m'extasie quand une graine arrive à passer l'hiver dans mon jardin.

     

     

    Temps de Toussaint

     

    Les arbres de la forêt derrière chez moi.

     

    Temps de Toussaint

    Le cerisier issu de noyau qui pousse joliment devant ma véranda.

     

    Vous ai-je déjà parlé de ce qui se dit ici ? Il paraît que, quand il y a un tremblement de terre, il neige juste après. Eh bien ça a tremblé samedi ( force 4) et la neige est annoncée pour dans deux jours. L'Ours ne croit pas ces histoires, et pourtant...

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Je me posais des questions, mais j'en suis certaine maintenant : l'automne est là. Hier, profitant d'un temps magnifique, et de ma relative bonne forme physique, j'ai repris mes outils et j'ai entrepris le nettoyage du jardin. Pauvre jardin à l'abandon depuis presque deux étés à cause de mes genoux.

    Il y a de quoi arracher, tailler, déménager... Quand je vois tout ce que fait Marithé chez elle et tout ce qui est à faire chez moi... les bras m'en tomberaient presque (mais j'ai trop besoin d'eux, ils faut qu'ils restent solides).

    J'ai pris l'APN, et je me suis fait quelques photos-souvenir.

     

     

    C'est l'automne

     

    Les feuillages changent de couleur, mais il reste des fleurs.

    Mon amie qui est en cure me dit que mon jardin est très fleuri vu des thermes qui sont en contrebas de chez nous.

     

     

     

     

     

     

     

    C'est l'automne

     

    Pas que des fleurs.

     

     

    C'est l'automne

     

    C'est l'automne

     

    Je n'aime pas les fleurs jaunes, mais ces helianthus me plaisent bien avec leur couleur citron.

     

    C'est l'automne

     

    J'ai taillé le côté gauche de la spirée : elle passe ainsi du rouge au jaune pour ressembler aux hostas.

     

    C'est l'automne

     

    Il y a de plus en plus de colchiques aux abords de l'appartement.

     

    C'est l'automne

     

    Et le paysage que j'admire depuis la table où je passe beaucoup de temps (repas, couture, ordinateur).

     

     

    Je me disais que j'avais de la chance : l'été n'a pas été sec chez moi, et les plantes se portent bien.

     

    ( Ouverture d'une grande parenthèse :

    Mais, tout en grattouillant mon jardin,  je ruminais sur un sujet qui me fâche. Il m'a été rapporté que je suis considérée, par quelqu'un que je trouve pourtant sympa, comme étant une retraitée nantie, et qu'il est anormal que je conteste les ordonnances Macron.

    Nantie, moi, avec seulement 20 ans de service dans l'administration ? Nantie alors que, habitant à l'époque un village sans cantine et sans garderie pour les petits, j'ai dû rester 15 ans en "disponibilité pour charges de famille" ou pour "convenances personnelles" car je n'avais plus de poste dans mon département ?

    C'était au temps où la méthode Ogino n'était pas fiable, où la pilule ne se délivrait que de façon presque confidentielle, et où les stérilets n'offraient pas autant de garanties que maintenant. Je me suis retrouvée avec trois bébés sur les bras à 25 ans. Mais j'ai préféré rester avec eux, tranquillement, plutôt que de travailler et leur imposer une vie de bousculade à sans cesse courir après le temps. Je trouvais sympa de cueillir des fleurs sur le chemin de l'école, de leur coudre des vêtements, d'avoir le plaisir de cuisiner.

    À 25 ans, on ne se pose pas de questions pour la retraite, on assure le quotidien. Je regarde avec tristesse les jeunes d'aujourd'hui pas plus inquiets que moi pour leur avenir. Les "petits boulots" leur conviennent, ils comprendront plus tard.

    Hier soir donc, la retraitée nantie a sorti ses papiers et s'est livrée à quelques calculs. Je ne fais pas ça d'habitude, car je suis résignée. Quel est le pouvoir d'un retraité ?

    J'ai comparé mes bulletins de pension de décembre 2003 et de février 2015 (je n'en reçois qu'en cas de changement, et le dernier est mal rangé, car ma banque me dit que je perçois actuellement 1,04€ de moins qu'en février 2015, donc pas d'augmentation depuis 31 mois.

    Pas d’augmentation depuis 31 mois, vous avez l'impression que le coût de la vie est aussi stationnaire que ma retraite ?

    Entre décembre 2003 et février 2015 donc, ma retraite de base a augmenté de 17,78% pendant que l'inflation était de 19,6%. Dans le même temps, le pourcentage total des prélèvements (CSG, RDS + CADA créé plus récemment) est passé de 6,70% à 7,40%. Ma mutuelle a, elle aussi, bien augmenté à cause du désengagement de la sécu.

    Il faut que je décrive aussi mes autres revenus, pour lesquels j'ai attendu d'avoir 65 ans, car j'ai plus qu'en les faisant liquider à 60 ans.

    Pendant 3 ans je fus mercière. J'ai juste gagné un stock de fils, boutons, fermetures éclair, etc ... pendant que je cotisais beaucoup pour que le fameux RSI me verse 25,05€ par mois. 25,05 pour 3 ans, ça ferait 250€ pour 30 ans ?

    Pendant mes années de dispo, les allocations ont cotisé pour moi pour le "minimum-vieillesse". J'étais tranquille, mes années ne seraient pas financièrement perdues. Je ne savais pas que le minimum était si minime que ça : pour 12 ans validés, plus quelques heures de travail à temps partiel, je perçois 102,57€.

    Alors, nantis les retraités ? À mon avis, bien moins que ceux qui "jouent" en bourse, qui sont dans la finance, ou qui sont parlementaires.

     

    C'est l'automne

     

    Je re-manifesterai, car le bon air de la montagne ne suffit pas pour bien vivre. Il faut aussi payer les impôts (qui augmentent, eux), du chauffage (la planète se réchauffe, mais les hivers sont toujours longs), de la nourriture (mon climat ne permet guère de cultures pour faire des conserves), et aussi un voyage pour nos 50 ans de mariage l'année prochaine.

    Heureusement, l'Ours a une retraite plus convenable que la mienne. Dans sa branche, il a cotisé à une complémentaire qui lui double sa retraite de base. Mais, qui a travaillé les dimanches et jours de fête, qui a eu des horaires du matin tôt ou du soir tard, qui a eu ses congés d'été n'importe quand entre mai et octobre même quand les enfants étaient petits ?

    Globalement, nous ne nous plaignons pas, mais NOUS NE SOMMES PAS DES NANTIS !

     

    fermeture de la grande parenthèse).

     

     Quand des locataires arrivent, j'ai l'habitude de faire un bouquet pour les accueillir. En ce moment, c'est des amis de très longue date. j'ai opté pour ce que je trouvais le plus joli en vase :

    C'est l'automne

     

    La monnaie du pape épluchée de frais, ornée d'un papillon en tissu.

     

    C'est l'automne

     

    Devinez comment s'appelle ma complice de Croix Rouge (ah, les postes de secours le dimanche, un plan ORSEC en vrai, etc...), de parents d'élèves au collège et de couture ? Nous avons tant de souvenirs communs depuis 35 ans...

     

     

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Il y a peu, je vous montrais quelques unes de mes fleurs.

    Un matin, quelle surprise ! Tous mes géraniums vivaces étaient taillés en étoiles.

     

    Mon beau Magnificum :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    L'érodium de Manescau, une sauvage solide :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Le petit rose très florifère :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

     

    Et celui-ci, très vif, qui pousse comme du chiendent :

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Tous, absolument tous, grignotés. Je n'ai pas vu la bestiole ravageuse. Qui peut autant aimer ce type de fleurs ? Depuis 17 ans que j'en ai, c'est la première fois que je vois ça.

     

    La nature est épargnée, seul mon jardin est touché. Je fais régulièrement des rondes, et je n'ai pas remarqué d'invasion particulière de nuisibles. J'ai juste rencontré une punaise rose et verte (sans photo), un gendarme (qui est aussi une punaise, sans photo non plus), peut-être un hanneton, et un beau scarabée doré (que j'ai toujours appelé ainsi, mais d'après mon livre, il s'agirait d'une cétoine)

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Ce n'est quand même pas lui qui a dévoré tous mes géraniums ! Ni les insectes jaunes qu'on voyait chaque année au printemps, sur le tilleul. Depuis qu'on a abattu le tilleul, plus de bébêtes jaunes, sauf si on regarde de très près :

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    D'habitude, je me plains des rongeurs et des gastéropodes. Cette fois, il s'agit probablement d'autres voraces. Vous avez une idée ?

     

     

     

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique