•  

    Lundi matin, joie :

     

    Et rose elle a vécu

     

    Et rose elle a vécu

     

    Mon petit rosier "Rose de Provins" acheté au Conservatoire des plantes à parfum, médicinales et aromatiques de Milly-la-Forêt, pourtant miniature, a ouvert une superbe fleur. Mon rosier est tout riquiqui, car à Milly ils ne font que des plantes en godets. Mais il a vaillamment  passé l'hiver dans mon jardin. N'empêche que j'ai bien fait de l'acheter, car à Provins la roseraie était en rupture de stock de rosiers de Provins !

     

    Mardi matin, tristesse :

     

    Et rose elle a vécu

     

    Il a plu, et mon rosier n'a pas fière allure.

     

    Mercredi matin, poésie :

     

    Et rose elle a vécu

     

    Et rose elle a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin.

     Grâce à Internet, cultivons aussi notre esprit. J'ignorais tout de ce poème, à part deux lignes prises en plein milieu.

    Consolation à M. Du Périer sur la mort de sa fille :

    Ta douleur, Du Perrier, sera donc éternelle ?
     Et les tristes discours
    Que te met en l'esprit l'amitié paternelle
     L'augmenteront toujours ?

    Le malheur de ta fille au tombeau descendue
     Par un commun trépas,
    Est-ce quelque dédale où ta raison perdue
     Ne se retrouve pas ?

    Je sais de quels appas son enfance était pleine,
     Et n'ai pas entrepris,
    Injurieux ami, de soulager ta peine
     Avecque son mépris.

    Mais elle était du monde, où les plus belles choses
     Ont le pire destin ;
    Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
     L'espace d'un matin.

    Puis quand ainsi serait que, selon ta prière,
     Elle aurait obtenu
    D'avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
     Qu'en fût-il avenu ?

    Penses-tu que plus vieille en la maison céleste
     Elle eût eu plus d'accueil,
    Ou qu'elle eût moins senti la poussière funeste
     Et les vers du cercueil ?

    Non, non, mon Du Perrier ; aussitôt que la Parque
     Ôte l'âme du corps,
    L'âge s'évanouit au-deçà de la barque,
     Et ne suit point les morts.

    Tithon n'a plus les ans qui le firent cigale ;
     Et Pluton aujourd'hui,
    Sans égard du passé, les mérites égale
     D'Archemore et de lui.

    Ne te lasse donc plus d'inutiles complaintes :
     Mais, sage à l'avenir,
    Aime une ombre comme ombre, et des cendres éteintes
     Eteins le souvenir.

    C'est bien, je le confesse, une juste coutume
     Que le cœur affligé,
    Par le canal des yeux vidant son amertume,
     Cherche d'être allégé.

    Même quand il advient que la tombe sépare
     Ce que nature a joint,
    Celui qui ne s'émeut a l'âme d'un barbare,
     Ou n'en a du tout point.

    Mais d'être inconsolable et dedans sa mémoire
     Enfermer un ennui,
    N'est-ce pas se haïr pour acquérir la gloire
     De bien aimer autrui ?

    Priam, qui vit ses fils abattus par Achille,
     Dénué de support
    Et hors de tout espoir du salut de sa ville,
     Reçut du réconfort.

    François, quand la Castille, inégale à ses armes,
     Lui vola son Dauphin,
    Sembla d'un si grand coup devoir jeter des larmes
     Qui n'eussent point de fin.

    Il les sécha pourtant, et, comme un autre Alcide,
     Contre fortune instruit,
    Fit qu'à ses ennemis d'un acte si perfide
     La honte fut le fruit.

    Leur camp, qui la Durance avait presque tarie
     De bataillons épais,
    Entendant sa constance, eut peur de sa furie,
     Et demanda la paix.

    De moi déjà deux fois d'une pareille foudre
     Je me suis vu perclus ;
    Et deux fois la raison m'a si bien fait résoudre,
     Qu'il ne m'en souvient plus.

    Non qu'il ne me soit grief que la terre possède
     Ce qui me fut si cher ;
    Mais en un accident qui n'a point de remède
     Il n'en faut point chercher.

    La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles :
     On a beau la prier ;
    La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles,
     Et nous laisse crier.

    Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre,
     Est sujet à ses lois ;
    Et la garde qui veille aux barrières du Louvre
     N'en défend point nos rois.

    De murmurer contre elle et perdre patience
     Il est mal à propos ;
    Vouloir ce que Dieu veut est la seule science
     Qui nous met en repos.

    Stances sur la mort de sa fille. 1599.

    François de Malherbe.

     

     Ce poème n'est pas drôle du tout. Alors, pour finir sur une note plus légère,  je vous pose la question que je me suis posée moi-même en trouvant ça posé sur l'herbe en plein milieu du jardin :

     

    Et rose elle a vécu

    Cékoissa ?

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    L'Ours viens de me nettoyer un rectangle de terre abandonné depuis des années. Il a creusé, ajouté du compost, remis la terre et calé des bordures en ardoise pour que tout ça reste bien en place. 

    Une copine, qui passait par là pendant le chantier, a trouvé que ça ressemblait à une tombe. Et maintenant ? C'est pire. tant pis pour le look, mes plantations y seront bien.

    J'ai l'intention d'y regrouper (par lots bien identifiés) une partie de mes iris qui n'ont pas été dédoublés depuis trop longtemps, et qui ne fleurissent plus très bien. Je vais intercaler des boutures de mes plantes ou arbustes préférés.

     

    Semis et faux semis

     

    J'ai posé quelques repères pour voir si les "cases" avaient des dimensions convenables.

     

    MAIS LÀ, je vais pratiquer la technique du faux semis : je vais attendre  (en arrosant si le ciel ne m'aide pas)  le temps qu'il faut, pour que les milliers de graines indésirables lèvent, et quand tout sera bien vert, je grattouillerai sans pitié pour faire mes plantations dans une terre "propre".

     

     

     J'ai déjà parlé d'un semis que j'ai fait il y a quelques semaines. Ça pousse, ça pousse, je n'en viens pas à bout. Au milieu, j'ai éparpillé un sachet que j'avais eu à Milly-la-Forêt pendant mon voyage de l'automne dernier.

     

    Semis et faux semis

     

    J'ai également mis des graines offertes par des copines, ou récoltées par mes soins. Je n'ai rien noté, espérant me souvenir...

     

    Les graines semées germent (ou pas) et j'ai toujours du mal à m'y retrouver avec toutes les adventices et les semis spontanés de mes plantes.

     

    Semis et faux semis

     

     

     

    J'ai reconnu, parmi tout ce mini-monde, des bébés ancolies, lupins, misère, marguerites, mufliers, camomille, bourrache, sauge de Jérusalem, népéta, vipérine, trèfles, mélilot, orties, pensées sauvages, plantain, absinthe, chélidoine, pissenlits, bouillon blanc, euphorbes, rumex,  impatience de l'Himalaya, myosotis, alliaire, boutons d'or, véroniques, épilobes, cardamines hérissées, et encore beaucoup d'autres herbes que j'appelle simplement "herbes". C'est les joies de la biodiversité !

    Il y a aussi quelque chose, qui ressemble à une monarde ou une agastache, et qui sent la citronnelle. Je ne vois pas d'où ça peut venir. Je ne me souviens pas d'avoir eu une plante qui ressemble à ça.

    Et aussi un pourpier.... Il m'intrigue beaucoup celui-là, car je n'en ai jamais vu ici, ce que je regrette, car j'aimais bien en manger quand j'avais un jardin dans le Médoc.

     

    Semis et faux semis

     

    Je n'ai pas tout identifié, mais parmi il y a du fenouil (à moins que ce ne soit de l'aneth) et quantité d'autres choses, cultivées ou sauvages. Comme je suis une grande sentimentale, je n'arrache que ce qui gêne vraiment, ou que je déteste. Et je repique certains pieds qui me plaisent particulièrement.

     

    Il a plu hier soir. Combien, je ne sais pas, mais ce matin tout était avachi sous le poids de cette eau qu'on attendait depuis un moment.

     

    Semis et faux semis

     

    Semis et faux semis

     

    Semis et faux semis

     

    Même les feuilles de l'érable en sont toutes retournée.

     

     

    Seul un bébé coing, le premier de mon cognassier issu d'un pépin semé, se dresse fièrement :

     

    Semis et faux semis

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    En janvier 2014, je vous racontais comment nous avions supprimé notre énorme tilleul durant l'automne précédent.

     

    Notre tilleul

     

    Notre tilleul

     

     

    Il abritait une terrasse en ardoise très agréable en été, mais il assombrissait beaucoup la maison aux demi-saisons..

    Depuis qu'il n'est plus là, plein de plantes se plaisent ici grâce à l'ensoleillement gagné.

     

    Quelques fleurs du jardin

     

     

    D'année en année, j’enlevais une ou deux dalles par-ci par-là, au fur et à mesure que je plantais de nouvelles pensionnaires et que ma plate-bande s'agrandissait.

    J'ai fini par trouver que les dalles restantes faisaient plutôt bizarre, et nous avons décidé de toutes les enlever.

     

    Notre tilleul

     

    Mais les racines sont toujours là, et régulièrement des pousses de tilleul surgissent. Vous les voyez là, dans la terre ?  Et le gros tas que l'Ours a déjà exhumé ?

    Alors, les grands moyens : il a fallu creuser.

     

     

    Notre tilleul

     

    Ces fichues racines allaient de la gauche jusqu'à la droite, toute la partie désherbée l'a été par obligation.

    Entre les traces de dalles et la recherche des racines, nous n'avons plus qu'à semer de l'herbe. J'en ai trouvé un vieux paquet périmé depuis des années, et on va voir si ça pousse.

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    Nous avons l'habitude d'avoir des oiseaux au jardin.

    Je connais un peu les plantes, mais je suis nulle en faune. Pendant des années, je me satisfaisais de de voir "des mésanges" sans me rendre compte qu'il y en avait plusieurs sortes. J'ai découvert leur variété grâce à la nouvelle mangeoire.

    Depuis le début, nous étions tout contents de regarder les mésanges charbonnières. Pourquoi ce nom qui évoque le noir, alors qu'elles sont parées de si beaux habits jaune vif, reconnaissables à coup sûr ?

     

    Mésanges & Cie

     

    Mésanges & Cie

     

    Ça bouge tout le temps, ça ne se pose jamais de face : on devine tout de même qu'il y a un gros trait noir au milieu du ventre, dans le prolongement du collier.

    On voit mieux dans le duvet du petit qui s'est gentiment installé face à nous.

     

     

    Mésanges & Cie

     

    Ces petites bestioles sont très très vives, et ce n'est qu'en regardant nos photos que je me suis aperçue qu'il y avait aussi des mésanges bleues. Dire que j'enviais les copines qui nous montraient les leurs !

     

     

    Mésanges & Cie

     

     

    Mésanges & Cie

     

    J'adore ce portrait :

    Mésanges & Cie

     

    La tête est vraiment bleue, le dos gris bleuté, et le noir est à peine marqué sous le ventre.

     

    Les mésanges noires ont été difficiles à identifier. Elles ressemblent aux autres, mais ont le ventre beige, au lieu du jaune caractéristique des mésanges charbonnières et bleues.

     

    Mésanges & Cie

     

    Petites mais costaudes ! Regardez comme elles sont culottées : les autres mésanges n'osent pas affronter M. Bouvreuil qui s'installe pour manger tranquillement.

     

    Mésanges & Cie

     

    Mésanges & Cie

     

    Mésanges & Cie

     

    Aujourd'hui, ça va encore être neige et neige. Nous allons pouvoir ravitailler en graines de tournesol, car tout ce petit monde a un appétit féroce.

     

    Mésanges & Cie

     

     

     

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    j'ai une vie un peu bousculée ces derniers temps. Fille aînée est en train de vendre sa maison, qui a été la nôtre de 1972 à 1996. Comme on avait laissé quelques trucs dans le garage, et qu'il fallait faire quelques bricolages, nous avons fait deux allers et retours en Gironde.

     

    Fin octobre

     

    Les futurs propriétaires sont charmants et ont été ravis de faire la connaissance de toute la famille.

     

    Fin octobre

     

    Chez nous, un matin, la lune brillait sur le ciel rose.

    Et pendant ce temps, bien que prévenue (comme tous ceux qui ont été prisonniers de la neige), je n'ai presque rien fait pour préparer mon jardin. Résultat, voilà ce que nous avons trouvé à notre dernier retour :

     

    Fin octobre

     

    Le passage barré par les roses trémières et l'arbuste écroulés.

     

    Fin octobre

    Un peu plus tard après secouage.

     

     

    Fin octobre

     

     

    Le revoilà après taille, ficelage et amarrage, pour passer sagement l'hiver à la verticale.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De l'autre côté, c'est l'hydrangea Annabelle qui faisait triste mine :

     

    Fin octobre

     

     

    Fin octobre

    Après secouage, il se redresse un peu.

     

    Fin octobre

     

    Et, après taille, la voie est libre pour les prochaines chutes. L'Ours ne me dira plus qu'on ne peut pas passer.

    Il faut que je me fasse une raison : l'été indien est vraiment fini, et je vais tailler tout ce qui doit l'être (heliantus, perovskia, rosiers, seringats, et d'autres encore).

    Quand je pense à tous ces beaux jardins que je suis allée visiter il y a un mois, j'ai honte de constater un tel laisser-aller.

    Je dois aussi continuer mon récit de voyage. Pour ça, je suis sur la bonne voie : j'ai préparé plusieurs brouillons par thème.

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique