• Aujourd'hui, quelques flocons, un peu de pluie et du ciel bleu par moments.

    Vous voyez le trait blanc? J'ai pris cette photo dans la véranda, dos au mur et nez en l'air. Ce trait blanc, c'est la neige au bord du toit. Au bout d'un moment, elle tombe...

    On entend un grand badaboum et le ciel de la véranda s'éclaire: ça glisse bien sur le verre.

     

    Après le point météo, je vous raconte ce qu'on a mangé.

    Depuis plus d'un an, nous consommons plus de crudités qu'auparavant. Or, pour certains, le choix semble moins attrayant qu'en été. Je dis ça pour les gens qui connaissent encore les saisons. Finis les concombres, tomates ou melons. En hiver on se nourrit de choux, de racines et des courges qui se conservent bien.

    Je me suis aperçue que, dans notre civilisation, il y a des bizarreries: pourquoi mange-t-on certains légumes toujours crus et d'autres toujours cuits?

    Je fais donc des essais, et ça multiplie agréablement les possibilités de se faire plaisir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ils sont bien mignons ces petits navets. Une fois râpés, avec la peau, et parsemés d'algues en paillettes, ils sont délicieux.

     

     

     

     

     

     

     

     

    On peut traiter de la même manière les grands radis longs blancs, la betterave, le panais (aussi à la mayonnaise), le fenouil (râpe pas trop fine), et d'autres auxquels je ne pense peut-être pas.

     

    Et là-dessous, quelle est cette bouillie?

     

    C'est tout simplement mon quatre quarts hyper facile. En pensant au gâteau aux carottes, je me suis dit: "pourquoi pas à la patate douce?". Je n'avais pas envie de chercher une recette, alors je suis allée au plus rapide.

    Premier saladier

    250 g de margarine sans lait sans graisses hydrogénées fondue                                      

    4 oeufs battus avec  la margarine                                                                                   

     

    Deuxième saladier (grand)

    250 g de farines mélangées (aujourd'hui 100 g de pois chiche, 75 g d'amarante, 75 g de riz)

    250 g de sucre  

    2 poignées de raisins secs                                                                                                            

    1 bonne c à café de bicarbonate                                                                                     

     un peu de cannelle en poudre                                                                                             un peu de gingembre  

     

    Quand toutes les poudres sont mélangées, y ajouter

    une belle patate douce râpée, en veillant à bien séparer les filaments.

     

    Assembler tout ça avec le saladier margarine/oeufs.

    Verser dans un moule de 25 cm bien graissé et fariné.

     

    Placer à four froid et réglez le thermostat sur 5 ou 6. À peu près 3/4 d'h plus tard, vous obtenez ce résultat

                                                                                                   

     

     

    Un gâteau gonflé, moelleux, coloré que l'Ours a trouvé très bon, alors qu'il n'aime pas la patate douce. 

    À bientôt

                                        

                                                                                                   

                                                                                                                                                        

     

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Emmanuelle vient d'écrire que sa cuisine est un antre de sorcière.

    Elle n'est pas la seule. Dans ma famille, on a de tous temps ramassé et cueilli ce que la nature nous offrait: champignons et plantes diverses, pour se nourrir ou se soigner.

    Pétillant de sureau, infusions de bruyère, vin de mai à l'aspérule odorante, frenette, farine de faînes, angélique confite, et, et, et ... que de merveilles connues ou inconnues, déjà testées ou à découvrir!

     

    Je vous ai déjà montré récemment mon vinaigre des 4 voleurs. En cette période de controverse au sujet du vaccin antigrippal, essayez vous aussi. il suffit d'assembler des plantes désinfectantes et antibiotiques naturellement.

     

    Nous utilisons aussi mon sirop de sapin. Mais celui-ci se fait au printemps, je vous expliquerai au bon moment.

     

    Quand quelqu'un est enrhumé, mal fichu, il n'échappe pas à cette autre potion magique. Mes petits-enfants me le réclament, et pourtant les adultes sont horrifiés. Pourquoi ? Il n'y a rien d'extraordinaire :

    -dans une petite casserole d'eau, faire bouillir quelques gousses d'ail coupées en petits morceaux;

    -au bout de quelques minutes, éteindre et ajouter une poignée de thym (ou serpolet, peu importe l'espèce), et laisser infuser avec un couvercle

    -quand ça a commencé à tiédir, en remplir un verre, ajouter miel et jus de citron.

    C'est prêt pour faire un gargarisme avec une partie si la gorge est douloureuse, et on en boit autant qu'on veut. C'est facile, pas cher, et on a tout à la maison, sorcière ou pas.

     

    Contre la grippe, rien de tel que se mettre sous la couette avec une infusion de fleurs de sureau: il faut juste penser à faire sa cueillette au printemps, quand ce n'est pas la saison de la grippe. Il faut être prévoyante quand on est sorcière.

     

    Pensant que je pouvais encore m'améliorer, on m'a offert ce très beau livre:

    Vous imaginez tout ce que je suis capable de faire? (quand j'agis au lieu de procrastiner).

    À bientôt

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Bonjour,

    savez-vous ce qui m'est arrivé il y a 2 ou 3 jours? j'ai reçu un "bon pour un vaccin antigrippe". Il paraît qu'à mon âge il FAUT faire ça. Il faut ? moi, non, non et non.

    Je vais vous dire comment ma famille résiste. Il y a quelques années, dans notre pays riche, une épidémie de je ne sais plus quelle grippe risquait décimer (ou plus) la population. C'était TRÈS grave, on DEVAIT tous se faire vacciner ... Méfiante, la fourmi, comme beaucoup de ses compatriotes. De toute façon, nous avons reçu notre lettre la veille de la fermeture du centre (à 3/4 d'h de route) de vaccination.

    Je me suis souvenue avoir lu, de très longues années auparavant, l'histoire du "Vinaigre des 4 voleurs". C'était aussi dans notre pays, il y a quelques siècles, au moment d'une épidémie de peste. Quatre voleurs avaient détroussé les morts, mais n'avaient pas été atteints. Le tribunal proposa de les gracier s'ils  donnaient leur secret. Et ils ont expliqué qu'ils s'enduisaient de ce vinaigre.

    J'ai cherché dans mes vieux grimoires, mais n'ai pas pu retrouver où j'avais lu ça.

    Donc, ordi, google, etc... et j'ai trouvé plein de recettes. j'ai fait la liste de tous les ingrédients qui apparaissaient, visité mon jardin et mes placards, et, sans rien acheter, avec ce que j'avais sous la main, j'ai fait ma potion magique.

    Anti...vaccin, anti... grippe, anti....tout

    C'était la 1ère année. Depuis, j'utilise du vinaigre de cidre bio, j'en ai toujours une provision à la maison.

    Voilà comment je fais:

    dans un grand bocal en verre de 2 litres, je mets

    30 g d'absinthe fraîche

    30 g d'armoise camphrée fraîche

    30 g de fleurs de lavande fraîche

    30 g de menthe fraîche

    30 g de sarriette fraîche

    30 g de sauge officinale fraîche

    30 g de menthe fraîche

    30 g de thym frais

    4 grains d'ail (pas 4 têtes)

    30 g de cannelle en poudre

    30 g de muscade râpée ou au moins bien concassée

    30 g de clou de girofle.

    Je recouvre le tout d'à peu près 2litres ou 2,5 litres de vinaigre de cidre, et je laisse macérer le plus longtemps possible.

    J'ai précisé plantes fraîches, car c'est ce que j'ai trouvé dans mon jardin. Pour les plantes sèches, c'est le même poids, car elles perdent des vertus en séchant.

    Ma recette n'est pas LA recette, si vous cherchez, vous verrez qu'il y a le choix.

    Puis on utilise ça comme :                                                                                       

    -désinfectant des mains, dans un flacon pulvérisateur qui nous suit partout

    -pour soigner les petits bobos dans la bouche

    -dilué en gargarisme pour les maux de gorge

             -3 cuillères à café par jour dans un peu d'eau comme un vaccin à titre préventif,

     

    Anti...vaccin, anti... grippe, anti....tout

    Mais pas dans la salade ...ça a vraiment trop de goût.

    Sur la dernière photo, ça ressemble à un pot au feu. Juste à cause de la cannelle en bâton, j'étais en panne de poudre. Vous voyez le bocal plein et ce qui reste de mes 3 bouteilles de vinaigre.

    Merci Mme la ministre qui m'avez fait me souvenir de cette mixture !

    Toute la famille a adopté, et mes pitchounettes me réclament leur bouteille quand il n'y en a plus dans leur maison.

     

     

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Ma pâtisserie archi-simple....

    J'ai, comme presque tout le monde des tas de livres de cuisine, des recettes à foison sur le net, mais je fais depuis toujours, très souvent, mes vieilles recettes qui ne me font pas trop réfléchir.

     

    Par exemple le quatre quarts. Recette bien connue: un certain poids d’œufs + le même poids de farine + le même poids de sucre + encore le même poids de beurre, et un peu de levure.

    Or quand on a choisi de vivre sans gluten et sans lait, il faut remplacer tout ce qui est blé et produits laitiers.

    Pas de souci: un tour dans le bac à farineS + quelques souvenirs des réunions TW et   leurs célèbres recettes. J'y avais appris que 1/2 huile et 1/2 eau remplacent le beurre  et sur le plan pratique, on mélange d'un côté les "liquides" et de l'autre les poudres.

    Donc, dans un saladier pas très grand, on mélange farines, sucre et levure.

    Dans un autre plus grand, on mélange eau, huile (ou margarine 100/100 végétale sans graisses hydrogénées) et œufs.

    Il n'y a plus qu'à assembler le tout dans le plus grand des 2 saladiers (et l'autre est prêt à resservir pour une autre recette, car il est à peine "poussiéreux")

                                                                                                              

     

                                                                                                              

      Vous voyez ce qui reste après seulement un goûter de l'ours et la fourmi ? Je vous fournis la preuve que nous ne faisons pas un régime pour maigrir!!!  

    Aujourd'hui, j'avais mis:                                                                                                                                                                         

                - 4 œufs (on va dire que ça fait 250 g)

                -125 g d'eau et 125 g d'huile de tournesol

                - 250 g de farine (150 de riz complet et 100 de châtaigne), tous les mélanges sont permis

                -250 g de sucre blond

               -1/2 sachet de levure chimique (on n'est pas parfaits, la chimie entre encore dans ma cuisine). Je verse dans mon moule graissé et fariné, j'enfourne à four froid th5/6 et je cuis à peu près 40 '

     

     

     

    Quand le four est chaud, j'en profite pour faire autre chose.

    Je fais, assez souvent, de petits sablés que je range dans une boîte en fer. C'est "les gâteaux du café". C'est tout bêtement de la pâte sablée, et je varie à l'infini leur composition.

     Aujourd'hui, l'Ours passait dans la cuisine et a vu ça sur la table.

    Je lui ai demandé de tester. Il a trouvé ça étrange, et a conclu: "on dirait des biscuits apéritif". Gagné !!! C'est juste ce que j'essayais de faire. J'avais vu une chouette recette sur un blog, mais impossible de la retrouver, alors j'ai inventé.

    J'ai mixé 250 g d'olives noires, et j'ai rajouté 200 g de farine de riz complet, puis un peu d'eau et un peu d'huile pour avoir la bonne consistance. Plus une poignée de sésame pour la vue.

    J'ai partagé en 3 et ai pratiqué comme d'habitude : roulage de la boule farinée directement dans la plaque à bûche, sur un papier cuisson, découpage à la roulette avant cuisson, et, si tout va bien, au bout de 5 à 10 minutes, c'est cuit ça se casse facilement.

     

    Mais là, si ça a bien fonctionné du côté esthétique, ça n'a pas été terrible du côté consistance. Quelqu'un aurait-il une recette de biscuits pour l'apéro à base d'olives?

     

     

    Un de mes grands succès, c'est le clafoutis. Ma famille est limousine, et ma recette d'origine, c'est:

    6 cuillères à soupes bien bombées de farine   

    6 cuillères à soupe pas trop bombées de sucre

     5 œufs                                                         

    1/2 litre de lait.                                             

    On verse le mélange dans un plat beurré, dont le fond est recouvert de cerises NON dénoyautées (noyaux indispensables pour le goût).

    On peut remplacer les cerises par des pommes émincées et ça devient une flognarde (le clafoutis est toujours aux cerises)

    Avec mes histoires de sans  sans (lait et gluten), j'ai inventé le "clafoutis exotique".

    Je remplace la farine de blé par n'importe quelle autre farine ou mélange de farine (le riz complet est la plus courante, et la plus neutre en goût), et je remplace le lait par du lait de coco (parfois additionné d'un autre lait végétal pour obtenir le 1/2 litre).

    Pour achever le tout, je remplace nos fruits traditionnels par une boîte d'ananas en morceaux: facile, pas cher et toujours en réserve dans mon placard).

     

    Dans celui-ci, j'ai rajouté une poignée de cassis et groseilles, c'était assez joli.

     

              Et je vous assure que mes invités, soupçonneux à l'idée qu'on fait un "régime" qui leur semble étrange, apprécient beaucoup et sont rassurés.                            

     

     

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  • Quelle cuisine?

    la cuisine du marché, c'est une évidence. Tout l'été, sur mes marchés, des producteurs des environs (dans la plaine plus chaude, évidemment) ou du Gers nous régalent de fruits et légumes poussés en terre et mûris sur pied.

    Depuis des années, ils s'amusent à produire des tomates de toutes sortes, au même prix que les plus classiques.

    Coeur de boeuf, coeur de boeuf japonaise (je crois que c'est bien ça), cornue des Andes, noire de Crimée: un régal.

    Et hier, ça: trop joli pour ne pas essayer

     

    Malgré leur drôle de couleur, elles sont absolument délicieuses.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

               Je n'ai pas pu résister : un peu de vipérine, 3 brins de monarde et une petite pensée pour donner encore plus de couleurs à nos assiettes.

    Cela ne vous étonne peut-être pas, mais je suis épatée que ces beaux produits montent jusqu'ici. Parce que, pour le reste, on est un peu sous développés ici. C'est la galère pour trouver des farines autres que blé (que je ne mange plus), maïs (que j'évite) et sarrasin (on ne va pas manger que ça). Si vous imaginiez comme c'est compliqué de faire une recette élaborée...il manque toujours un ou deux ingrédients introuvables.

    À bientôt

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique