•  

    Bonjour,

    ici la maison des mangeurs de pain. Avant, nous avions un bon boulanger qui nous faisait de gros pains au levain comme autrefois. Puis, il prit sa retraite et vendit à des nouveaux qui ne nous satisfaisaient pas. Nous allâmes donc à quelques km acheter du vrai pain bio.

    Enfin, nous décidâmes de manger sans gluten, donc nouvelles complications car les farines sans gluten sont difficilement panifiables.  La crue de notre torrent ayant ravagé notre route, le ravitaillement en pain devenait vraiment très difficile. Nos boulangeries bio qui faisaient soit du pain de petit épeautre, soit un mélange châtaigne/maïs/ sarrasin étaient devenues bien trop lointaines. Il fallut vraiment que je m'y mette.

    J'avais fait quelques essais pas très satisfaisants. Pour faire lever le pain, il faut un endroit assez chaud. Dans ma maison du 18ème siècle, même en pleine canicule ailleurs, on dépasse rarement les 20°.

    Vous vous demandez ce que viennent faire ces casiers dans mon histoire. Ils ont été achetés pour ranger la vaisselle de mes parents sauvée du déluge. (voir ici).

    En les regardant, j'ai trouvé LA solution. Depuis des semaines, je tentais de faire lever mes pains au soleil et je cherchais le moyen de protéger mes moules. Et je vois, là, devant mes yeux, pile la bonne dimension.

    J'ai regardé un peu sur le Net, j'ai acheté un "pack" tout inclus, j'ai cogité, et j'ai décidé que je mettrais 2/5èmes de farine de riz, 2/5èmes d'autres choses, 1/5ème de fécule de manioc pour faire office de colle.

    ATTENTION pour le manioc: l'asiatique me va très bien, mais l'africain a parfois une odeur pas possible pour le goût européen. Quant aux "autres choses", la liste des possibles est longue, je n'ai pas encore tout essayé car les magasins de ma région n'ont pas un grand choix. Il faut naviguer entre commerces bio et commerces asiatiques ou exotiques.

    Il suffit d'éliminer blé, orge, avoine, épeautre (et si possible maïs pour d'autres raisons).

    Il reste: riz blanc et complet, sarrasin, pois chiche, châtaigne, quinoa, mil, millet, amaranthe, lupin, soja, chanvre, manioc, fécule de pomme de terre et peut-être encore d'autres. Vous ne trouvez pas ça plus attrayant que du blé, encore du blé, toujours du blé?

    Alors, vite un saladier:

    750 g de farines (300 de riz complet, c'est la plus neutre en goût, 300 g de sarrasin, ou un mélange châtaigne sarrasin, 150 de farine de manioc ou de fécule de pomme de terre)

    650 g d'eau                                                                            

    7 g de sel                                                                           

    30 g d' huile                                                                              

    1 sachet de levure Saf-instant (si vous avez une autre marque, lisez sur l'emballage et regardez par rapport à votre poids de farine)                                                           

                                                          

    Une cuillère en bois suffit. Il faut plus d'eau que pour un pain "normal", c'est donc beaucoup plus aisé à remuer. En plus, c'est rapide.

     

    Je verse dans 2 grands moules graissés et farinés. J'installe sur un plateau, je recouvre du fameux casier qui est promu couvercle protecteur

     

    Et j'installe le tout au soleil, muni d'une protection anti-brûlures. Au soleil, mais pas faire cuire prématurément. Il faut à peu près une heure. En fait, je regarde régulièrement.

    Quand ça commence à bien lever, je chauffe mon four th7. Dès que ça arrive en haut des moules, j'enfourne sans trop secouer pour éviter que ça ne retombe comme un soufflé. Je laisse cuire aux environs de 45 minutes.           

                                                                                                                   

    Et voilà mes 2 pains, pas très légers, mais bien goûteux et qui nous conviennent très bien. Ces jours-ci, nous étions 5 à la maison. Alors, entre le petit déjeuner, le goûter et les repas, c'était tous les jours. Moins cher et plus pratique que de prendre la voiture et de jongler avec les jours d'ouverture et les horaires de la route et de la boulangerie (oui, la route ayant été comme bombardée, les ouvriers nous ont fabriqué une sorte de piste ouverte à certaines heures car le chantier doit durer longtemps).

     

    Comment vais-je faire les jours de pluie?

    Petit ajout : il est dit un peu partout que, pour les pains sans gluten il faut ajouter de la gomme de guar ou de xanthane. J'ai fini par en trouver, j'ai testé : c'est beaucoup plus difficile à remuer, peut-être que le dessus du pain s'effrite moins, mais la différence n'est pas vraiment spectaculaire.

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    Je suis d'une gourmandise à toute épreuve, mais aussi très paresseuse.

    J'ai toujours mangé (et ma famille avec) énormément de légumes frais de saison, mais à force de me gaver aussi de gâteaux et sucreries, j'avais pris pas mal de kilos superflus.

    Weight Watchers m'a sauvée, mais j'ai recommencé à grignoter... Et je me suis aperçue, en côtoyant des curistes, en assistant à des conférences, et en écoutant les copines de la France entière (qui ne se connaissent pas entre elles) que l'alimentation actuelle n'était pas du tout adaptée à l'être humain. Il évolue, certes, mais pas aussi vite que son alimentation. Le changement a été hyper rapide, tandis que l'homme est quasiment le même qu'il y a quelques millénaires.

    Depuis un an, j'ai donc supprimé (et là encore, ma famille avec) tous les produits laitiers (lait, beurre, fromage, crème de tous les animaux) et le gluten. Résultat des courses : je suis obligée de cuisiner encore plus qu'avant. Eh bien, oui, si je veux des gâteaux, je les fais. Je fais aussi mes pains car dans ma montagne, c'est plus facile d'avoir des provisions de farines que de compter acheter tout fait. Je vous montrerai un jour comment je fais mon pain!!!

     

    En attendant de vraies recettes, voilà des salades. C'est facile, rapide, amusant, ça agrémente les conversations.

     

     

    Quelques pétales de pavot des Pyrénées (toutes les fleurs de pavot sont comestibles) et un peu de vipérine. D'habitude j'ai de la bourrache qui est vraiment magnifique, mais les hasard des semis spontanés ont voulu qu'il n' en ait pas cette année.

     

    Roses trémières. Un peu grosses et mucilagineuses, mais tellement prolifiques, ça serait dommage de s'en passer. En plus, les coloris sont variés, et je m'amuse avec les couleurs des saladiers et des couverts à salade.

     

    Dernière cueillette: roses, pavot mystérieux, ciboulette, thym et vipérine.

     

     

    Il y a plein de fleurs comestibles. J'ai un livre que j'adore "Mangez vos soucis" de François COUPLAN. Facile à lire, à utiliser, avec des plantes ordinaires de jardin.

    J'aime aussi ses livres plus "sérieux" et ceux de Bernard et Anniejeanne BERTRAND, des Pyrénéens qui sont à quelques vallées de chez moi.

    Et tous les livres qui parlent de plantes, comestibles ou pas, mais surtout sauvages.

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique