• L'avantage de la neige de printemps, c'est que quand elle tombe, le temps est doux et elle fond plus vite.

    Je vous parle encore de neige, car hier je suis allée à la ville. La ville (Tarbes) est souvent une des plus chaude de France. Et moi j'ai l'impression de changer de monde quand je vois des feuilles sur les arbres et tous ces parterres magnifiques. C'est pourquoi je vous fais faire le voyage en sens inverse, c'est exotique non ?

    Regardez cette masse informe immortalisée  mercredi 26 :

    Neige de printemps

     

    Qu'avais-je donc posé sur ma table ? Naïve que je suis encore, voyant des fleurs partout ailleurs, et profitant de la chaleur qui touchait aussi ma montagne, j'ai fait comme si l'été était presque arrivé. J'ai remis le fraisier sur la table. Fraisier, c'est le nom de ce genre  de pots, mais le mien est plutôt un artichautier :

    Neige de printemps

     

    Vu de loin, aujourd'hui 29, 3 jours après la première photo, vous constatez que c'est encore bien blanc tout autour :

    Neige de printemps

     

    Pourtant, dès qu'un coin se découvre, je sais que ça a poussé depuis la fois dernière :

    Fraisier

     

    Je ne vous fais pas les gros plans des détails, mais je les vois, moi, les boutons de pavots mystérieux, de jonquilles, de pervenches et de benoîtes.

     

    Je suis allée voir les progrès de cette fleur sauvage qui intrigue Emmanuelise:

    Fraisier

                                                                                                     Pulmonaire

     

    C'est le premier pied visible, pas encore tout à fait remis du poids qui lui pesait depuis des mois. C'est une borraginacée, comme myosotis, bourrache, vipérine, consoude, brunnera, et d'autres encore. Celle-là est spontanée ici et s'appelle pulmonaire. Les fleurs éclosent roses, puis deviennent très bleues, couleur assez rare. Son nom lui vient de la théorie des signatures: les taches blanches sur ses feuilles (qui sont très velues) évoquant les poumons, les anciens ont pensé qu'elle soignait les poumons, et cela est confirmé par la phytothérapie moderne. Mais elle est tellement jolie que je la laisse vivre tranquillement. Elle ressemble, par son allure, à une primevère, un coucou plutôt.

    Je vous en montrerai d'autres quand elles auront plus fière allure.

     

    Fraisier

    Le bain d'oiseau s'est rempli de neige qui a fondu, mais je ne crois pas que les oiseaux  du ciel aient bien envie d'en profiter pour le moment.

    Bonne fin de journée, et bon dimanche.

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Vous avez remarqué que les premières fleurs du printemps sont en général jaunes ( mimosa, crocus, jonquilles, forsythia ) ou mauves (crocus encore, violettes). À part le chaenomeles ou les tulipes (si mulots pas trop actifs), il n'y a pas beaucoup de rouge :

     

    Un petit coup de rouge ?

    Pour obtenir cette mosaïque pas terrible, il a fallu que l'Ours m'explique encore une fois le maniement de SON appareil photo (trop gros, trop lourd et trop compliqué pour moi ).

    J'ai scruté les bourgeons de pivoines, de spirée, l'herbe à Robert, et aussi la sauge ananas et les cactus de Noël de ma véranda (je sais, on est en mars, même à l'abri on est en retard).

    Tout ça regroupé, c'est quand même assez peu rouge.

     

    Mais  Claire, une lectrice discrète de mon blog, certainement bien plus calée en botanique que moi, m'a donné hier un conseil: il a fallu que j'arpente de nouveau le jardin, le nez en l'air cette fois. Je devais trouver (et beaucoup chercher auparavant) des fleurs femelles rouges sur mes noisetiers :

     

    Un petit coup de rouge ?

    Depuis toujours, j'ai vu des noisetiers comme celui-ci, avec leurs longs chatons jaunes. Je viens d'apprendre que ce sont les fleurs mâles. Et les fleurs femelles ? Elles poussent sur le même arbre, un peu plus tard. Donc elles sont fécondées par un autre arbre plus tardif. Raison pour laquelle les noisetiers ne sont pas auto fertiles.

     

    Comment sont ces fleurs femelles ? Elles sont ROUGES, mais microscopiques. C'est pas l'APN de l'Ours qu'il faudrait, mais un microscope :

    Un petit coup de rouge ?

    Un petit coup de rouge ?

    Ces tout petits plumets rouges qui ressemblent à des micro-anémones de mer sont disséminés au hasard dans l'arbre. Il y en a peu, et ils sont presque invisibles. Pourtant, c'est là que vont se former les noisettes.

    Pour mieux les voir, souvenez vous, pour l'année prochaine: en fin de floraison des noisetiers, allez mettre vos nez au ras des branches, installez bien vos lunettes, et zieutez soigneusement. Vous découvrirez de petites merveilles de la nature.

    Chez nous, il y un énorme noisetier, trop haut et mal placé pour voir de près les bourgeons. L'autre, notre sujet d'étude (photo plus haut), est au bord du GR10, sur le terrain de la Vallée. Nous étions donc, l'Ours et moi,  sautant de marche en marche sur l'escalier qui longe le mur de clôture, pour trouver la perle rare. Si quelqu'un nous a vus, il doit encore se demander ce que nous faisions.

    PS je fus obligée de corriger mon article, car j'avais tout emmêlé. Claire, qui me surveille bien, me l'a signalé. Je pense que, maintenant, mon histoire de noisetiers est exacte. J'espère qu'il n'y a pas eu trop de visiteurs pendant mes quelques heures d'errance.

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  • J'habite sur la rive gauche du torrent, le côté ombragé de la vallée. un aperçu pris de la maison, là il y a des raquetteurs et des skieurs:

    Fleurette sauvages

     

    Et la rive droite, le côté ensoleillé ? C'est un pays différent, vu également de la maison (j'ai juste changé de pièce par rapport à la 1ère photo), tout est sec,:

    Fleurette sauvages

     

    Hier, j'ai voulu voir ce que font les ouvriers dans notre torrent dévasté par la crue de juin 2013. Il m'a fallu passer le pont pour regarder les engins de chantier, et j'ai pu constater une fois de plus que la nature.... n'est y pas comme chez moi !!!

    Sur place, c'est le printemps! des fleurs !

    Fleurette sauvages

    Des petites violettes

     

    Fleurette sauvages

    De grandes hellébores.

     

    Fleurette sauvagesFleurette sauvages

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des quantités d'anémones hépatiques blanches ou mauves.

     

    Et des promesses de sous-bois fleuris à l'automne:

    Fleurette sauvages

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Quand je me promène, j'ai toujours le nez et les yeux tournés vers le sol. Je ne me rends pas compte que l'arrière plan est moche, je ne vois que ce qui pousse.

    L'ours se demandait pourquoi cette herbe m'intéressait: il a fallu que je lui explique que ces feuilles de printemps, qui vont disparaître en été, sont celles des colchiques qui égaient la montagne en fin d'été.

    Je n'ai fait que quelques pas, mais je sais qu'il y a plein d'autres jolies surprises. Un autre jour, je mettrai les bonnes chaussures et je partirai un peu plus longtemps.

    À bientôt

     

    Pin It

    2 commentaires
  • J'ai eu la surprise de voir enfin apparaître les premières fleurs de plumbago. Je l'avais dorloté tout l'hiver dans ma véranda, sorti aux beaux jours, mais je m'aperçois que ce n'est vraiment pas une plante pour mon climat. Pourtant, j'aurais bien aimé voir mon jardin égayé de nuages bleus, au lieu de m'extasier sur ce petit échantillon le 27 septembre

    Fin septembre

     

    Mes althaeas ont 13 ans, vous ne rêvez pas, ils ont bien 13 ans, et j'ai failli avoir des fleurs. Oui, l'un d'eux est plein de jolis boutons, mais l'autre commence à jaunir, signe que l'été est fini. Enfin, aujourd'hui 1er octobre, je vois poindre la couleur:

    Fin septembre

    Ce n'est pas une couleur extraordinaire, mais j'aime le voir depuis 2 ou 3 ans. Cette année, il est tellement en retard que je n'en profiterai pas. Et l'autre? Encore un peu de patience, il n'a pas fini son adolescence.  Il sera peut-être blanc au coeur rouge.                                                                                            

     

    Et les pavots somnifère arborent depuis peu de jours quelque couleur.  Aurais-je le plaisir de pouvoir ramasser quelques graines?

    Fin septembre

    Quand je vous dis que tout est décalé chez moi...

    Selon les "normes", on perd 1° par 200 m d'altitude et on a un retard de 4 jours par 100 m. Si l'on considère que j'habite à 1250 m du côté "ombreta" (ubac en français) j'ai un très grand décalage par rapport à tous les jardiniers que je connais.

    Je ris encore en me remémorant la tête de mes collègues devant les bouquets que je ramenais au bureau! La phrase dont je me souviens: "où as-tu trouvé ça?" Ils n'ont jamais pu se mettre en tête que mon jardin était en montagne, et que si on y skie l'hiver, il faut attendre le printemps plus longtemps qu'à Bordeaux, et voir arriver l'hiver plus tôt.

    Pour finir en riant, je vous montre les tomates que j'ai récoltées, une autre année, les seules de cet été là:

    Fin septembre

    J'avais mis des objet pour montrer que c'étaient des tomates cerises. Une autre année, il y en avait beaucoup, mais elles n'avaient pas mûri non plus. J'en avais fait de la confiture, mais elle n'était pas bonne: les peaux étaient trop épaisses, à cause du blindage anti-froid. Eh oui, fréquemment 6° le matin en août, c'est trop frisquet pour des solanacées. J'ai définitivement abandonné les cultures de tomates !

    Mais, vous verrez, en début d'été, comme j'ai de belles fleurs !

    Pin It

    5 commentaires
  • Récoltes estivales

    C'est tous les ans la même chose: je dis "cette année, je ne ramasse pas de graines". Et, c'est plus fort que moi, mes mains ramènent toujours quelque trésor à la maison. Je les pose dans tous les petits récipients disponibles, jusqu'au jour où je les range enfin (il faut bien qu'elles soient très sèches pour ne pas moisir).

    C'est rigolo comme tout cette cueillette. Je m'amuse à reconnaître les différents modèles de graines, parfois je me trompe. Pour celles que je vous montre aujourd'hui, il vaut mieux les étiqueter tout de suite, tant elles se ressemblent.

    Les capsules sont toutes allongées, mais elles ont des systèmes de fermeture différents. Je trouve fascinant de voir toutes ces différences pour des fleurs qui se ressemblent.            

     Et voilà ci dessous les fleurs d'où elles proviennent, disposées dans le même ordre.

    Mes photos sont trompeuses: en réalité, toutes ces fleurs ont à peu près la même taille, grosso modo celle d'un beau coquelicot. De gauche à droite:  

    - Pavot des Pyrénées meconopsis cambrica                                                           

    -hybride "made in jardin de la fourmi" qui ressemble au pavot de l'Atlas                 

    -Pavot d'Islande papaver naudicaule  

                       

    -pavot de l'Himalaya meconopsis betonicifolia                                                        

    Pour finir, voilà des têtes qui ne ressemblent pas aux précédentes, bien arrondies, avec le même système de "salière".                                                                                             

    Vous voyez que, dans tous les cas, les graines sont de toutes petites billes très foncées, il n'y a pas intérêt à les mélanger!                                                                                       

    Il s'agit du classique coquelicot papaver rhoeas et du bien connu pavot d'orient papaver orientale                                                                                                         

    Les coquelicots poussent très mal chez moi, par contre les énormes pavots d'orient font bien des jaloux dans mon entourage. J'ai eu des fleurs jusqu'à 18 cm de diamètre.               

     

    Là, c'est un semis que j'ai fait il y a quelques années. La variété des coloris m'a permis de transplanter les couleurs que je voulais exactement où je le souhaitais.                          

    Et maintenant, je vais finir de ranger tout ça.                                

                                       

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique