• Skieurs contre habitants

     

    Vous connaissez le film "les bronzés font du ski ? " Je ne l'ai pas vu depuis longtemps, mais j'en ai gardé quelques souvenirs.

    Je vis dans un village envahi par les skieurs quelques semaines par an. J'espère que vous ne faites pas partie de cette race, car nous les estimons assez peu. S'il ne nous gênaient pas, nous nous amuserions autant que dans le film.

    Notre vie quotidienne est pleine d'anecdotes.

    Quand nous marchons dans la rue, ou plus exactement sur un trottoir, il n'est pas rare que l'un d'eux sorte d'un immeuble avec les skis sur l'épaule : surprise du piéton désarmé quand il se trouve nez à nez avec une paire de skis !

    Les mêmes, quand ils marchent dans le village, n'hésitent pas à regarder derrière eux pour voir un copain ou le paysage. Et comment font-ils ? Ils ne tournent pas seulement la tête, mais le buste entier. Et comme ils ont les skis sur l'épaule, voilà un moulin qui tourne à l'horizontale, tant pis pour les piétons qui ont la malchance d'être trop près. Pour ma part, je suis toujours sur le qui-vive.

    Quand nous sommes en voiture, méfiance aussi, car le skieur en vacances se croit tout permis : il est le roi.

     

    Skieurs contre habitants

    Vous ne devinez pas ici qu'il s'agit d'une rue. Le skieur qui tire son petit ne le sait pas lui non plus. La neige le fait exprès : elle tombe PARTOUT, même sur le seul itinéraire qui nous permet de monter chez nous. Et nous, nous sommes les gêneurs empêchant de skier librement, les dérangeurs de vacanciers. Notre voiture est capable de passer partout, à condition que les humains respectent un minimum le code de la route.

     

     

    Skieurs contre habitants

     

    Skieurs contre habitants

     Et là, que voyez-vous ? Un employé communal qui passe la fraise pour que nous puissions descendre au village. Mais les skieurs ont aussi des enfants et tout le monde (sauf nous) trouve très pratique de transformer notre ruelle en piste de luge.

    Les vacanciers n'arrivent pas à comprendre que la neige "lugée" et tassée devient une véritable patinoire inutilisable par les piétons. Ils s'en fichent car ils logent ailleurs.

    La solution ? Déneiger jusqu'au goudron. Mais il faut faire vite avant que les sans-gêne n'attaquent.

    La forêt est à quelques pas, mais c'est trop loin pour eux...

     

    Il y a aussi ceux qui se promènent sur la route qui monte chez nous. Ils sont sympas, dès qu'ils voient ou entendent la voiture, ils se mettent sur le côté...mais chacun du leur : quand ils sont trois, il y en a toujours un sur un côté, et deux de l'autre.

     

    Skieurs contre habitants

    Là, on oblique à droite, ce qui les surprend. Ils n'imaginent pas qu'on habite si haut. Et nous devons prendre notre élan.

     

    Skieurs contre habitants

     

    Et là, il y a un virage, on ne voit pas si des piétons traînent par là. Et il y a surtout plein de skieurs qui descendent, alors que c'est une rue où passent des chasse-neige, pas des dameuses.

    Mais le skieur ne respecte rien, ne comprend rien.

    Un copain dameur en a vu (et entendu un) qui croyait que la neige tombait en faisant de petites vagues; Il fut stupéfait de découvrir que des machines, conduites par des hommes, faisaient cela.

    Skieurs contre habitants

    Photo prise un soir à la lueur de la lune et de mon téléphone au retour d'un repas au restaurant, peu après le passage de la dameuse.

    Je suis pendant trois semaines hors des soucis de la vie quotidienne. Avant de partir, je me suis amusée à faire le tour des petites choses auxquelles j'allais échapper.

    Par contre, je me doute bien que la rééducation n'est pas un moment des plus agréable, mais j'espère vivre dans un cocon d'attentions loin du quotidien.

     

    À bientôt

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    4
    Mercredi 15 Mars à 07:34

    J'ai bien peur que le sans-gêne ne se développe un peu partout, et pas seulement sur les pistes enneigées...

    Bon courage pour la rééducation, bises.

    3
    Sylvie79
    Mardi 14 Mars à 23:39
    Comme c'est beau tout de même vers chez toi avec la neige! J'arrive à reconnaitre grâce à quelques points de repères mais comment veux-tu qu'un skieur pense que quelqu'un emprunte en voiture un endroit aussi sauvage! Il faut être doué au volant; en tout cas je ne m'y risquerais pas. J'espère que tu es bien arrivée à ton centre de rééducation et sans encombres. Bises
    2
    Mardi 14 Mars à 21:15

    Coucou Jolie Fourmi! Comment vas-tu ma jolie? Tout se passe bien! Je pense bien à toi! Est-ce-que l'Ours s'en sort? Le printemps vient! Les soucis vont se dissiper comme neige au soleil et cet été , tu courras comme un lapin!Je t'embrasse très fort! Prends soin de toi! Laure. biggrin!

    1
    Mardi 14 Mars à 20:13

         Coucou mais que fait donc une petite fourmi dans cet endroit enneigé?J'ai vécu 20 ans à 1000M en montagne et là pareil ,une montée parfois raide et gênée par des skieurs(du dimanche,des m'as tu vu) alors que notre chemin est privé!Quand tu montes ou amorces un virage en épingle à cheveux et que tu trouves des luges sur ton chemin........la crise!

    bisous et fais toi un peu dorlotée même si ce ne sera pas le club Med(que je déteste par ailleurs).

    Bisous

    Sabine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :