• L'éclopée aux Gloriettes

     

    Jeudi, j'ai osé la grande aventure : ma première balade au barrage des Gloriettes depuis mon opération. Il faisait grand bleu, pas trop chaud. Ma sortie aurait pu être parfaite si mes genoux avaient bien voulu m'obéir...

    Mais voilà : il y a de la résistance. Celui qui est opéré est encore en rodage et pas très performant. Celui qui n'est pas opéré me fait souffrir.

     


     À 1668m, les lis martagon ne sont toujours pas ouverts.

     

     

     

    Les grandes astrances (Radiaires) commencent tout juste. Il faudrait y revenir pour voir leur jolie forme étoilée.

     

    C'était le bon moment pour l'arnica.

     

    Une orchidée (je ne sais toujours pas les nommer : la famille est beaucoup trop grande).

     

     

     Une autre orchidée.

     

     

    Un pigamon à feuille d'ancolie (thalictrum aquilegifolium). c'est une renonculacée, comme le bouton d'or et l'ancolie. À les voir, il n'y a pourtant guère de ressemblance.

     

     

    Une belle étendue de genévriers d'où émergent quelques lis, rosiers, rhododendrons et autres qui ne se voient pas sur ma photo.

     

     

    Je vous montre les baies, que l'on ramasse quand elles sont noir-bleuté. Attention, ça pique.

     

     

    Je suis revenue mécontente de ma non-performance et déçue de n'avoir pas vu plus de fleurs, car je n'ai pas pu aller où je voulais. De plus le lac était à son niveau le plus bas, donc pas très beau.

    Si vous ne me lisez pas depuis longtemps, je vous montre ici le lac. Vous pouvez aussi taper "Gloriettes" dans "rechercher" de la colonne de gauche, et vous trouverez la liste de toutes mes promenades là-bas. Au fil des années, j'ai déjà montré beaucoup de fleurs.

     

    Je vous parle de l'altitude, qui a une importance certaine dans les montagnes. La route est interdite en hiver.

     

     

    Quand la neige est là, la barrière est fermée, et le panneau découvert.

    Impossible d'aller au cirque de Troumouse et à Héas, et défense de résider dans ce village en hiver.

     

     

    Le gave d'Héas vu depuis le pont. En arrivant à Gèdre, un peu plus bas, il se jette dans le gave de Gavarnie, qui lui-même rencontre le Bastan qui passe chez moi, et ils forment le gave de Pau. Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, il y a, plus loin la fusion avec le gave d'Oloron (ils deviennent "les gaves réunis"), et tout ça finit dans l'Adour qui arrive à l'Océan.

    Je me suis toujours demandé combien il fallait de temps pour faire ce voyage, mais je ne me risquerai pas à essayer, même avec une combinaison protectrice.

     

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    7
    Mardi 27 Juin à 19:13

    C'est pourtant une belle balade à voir tes photos mais je pense comprendre ta déception si tu as l'habitude de faire plus...Belles fleurs sauvages pourtant !

    6
    myriam.masselin
    Lundi 26 Juin à 12:55

    de bien jolies photos !

     quelle chance de vivre dans un tel endroit , j'en ai marre de la ville avec cette chaleur insupportable et sa pollution qui va avec 

    courage pour le genoux , de la patience !!!

    bonne journée

    5
    Lundi 26 Juin à 09:27

    Ce sont de bien jolis paysages. Merci pour la balade !

    4
    Dimanche 25 Juin à 22:45

    Une très jolie balade, merci pour le partage de photos. Ne sois pas mécontente après toi, l'opération est encore récente, et c'est déjà bien de parcourir autant... laisse du temps au temps...

    Tes photos sont très réussies.

    Bises, bonne fin de dimanche.

      • Lundi 26 Juin à 09:46

        Il faut que je vous détrompe toutes : je n'ai presque pas marché. l'obstacle infranchissable (une sorte d'escalier dans les rochers) est très près du parking. L'avantage de cet endroit, c'est que la route arrive directement dans un site magnifique.

        Ne t'inquiète pas pour moi, je suis très prudente.

        Bonne journée

    3
    Dimanche 25 Juin à 21:05
    CathyRose

    Je trouve que c'est déjà très bien pour une première grande balade ! Bon moi toutes ces fleurs m'auraient grandement suffi, car hélas nous n'avons pas tout ça chez nous ! Surtout les orchidées, j'en ai déniché une seule fois ! La montagne, qu'est-ce que c'est beau l'été !
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

      • Dimanche 25 Juin à 21:11

        Tu sais, les orchidées, il y en a partout. J'en voyais dans le pré à côté de mon bureau en banlieue bordelaise. Tu vis dans une région bénie pour les jardiniers : il doit y avoir aussi de belles fleurs sauvages.

        Bises des montagnes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :