• ASAP

     

    Je pense que l'on peut aimer la pluie, surtout en cette fin d'été si sec. De la même manière, je trouve normal que chaque pays ait sa propre langue :

     

     

    Pourtant, je regrette que notre pauvre langue française soit agressée de toutes parts par des mots anglais. Dans ma jeunesse, je fus 1er prix d'anglais, mais cela m'est nettement insuffisant pour me débrouiller avec le nouveau parler du XXI° siècle. J'ai réussi à saisir le sens de certains de ces mots nouveaux, mais parfois je me demande bien ce que ça veut dire.

    Et pourquoi les jeunes chanteurs français choisissent-ils l'anglais pour leurs propres chansons ?

    Chez moi, on fait des flyers (prospectus autrefois, dans le but de prospecter) et on propose aux touristes français des Pyrénées road trips ( comme "Le voyage aux Pyrénées"  d’Hippolyte TAINE ?).

    Podcast :  Pourquoi, quand c'est nouveau, n'utiliserait-on pas des noms français ? Si les anglophones inventent des mots pour les nouvelles choses, pourquoi les francophones n'en feraient-ils pas autant ? Oui, je sais : dans ce cas le mot français existe, mais personne ne l'utilise.

    Pitch que j'ai mis très longtemps à comprendre (ne disait-on pas résumé, ou sujet pour présenter un film ?).

    Thriller  il m'a fallu des années et Internet pour en saisir le sens.

    Maintenant les voitures sont des SUV (celui-là, je ne faisais vraiment pas exprès, mais je ne devinais pas, j'ai dû chercher une explication sur internet ) ou des cross over...

    Les maisons modernes sont accompagnées non pas d'un abri pour voitures, mais d'un carport.

    Il y a quelques jours, je regardais l'ours (rien à voir avec mon Ours, c'est la liste des gens ayant participé à la création d'un journal, mais mon Ours a travaillé dans un journal, et il m'a appris certains mots techniques de son métier) de ma revue préférée d'ouvrages manuels (française la revue), et j'ai découvert que quelqu'un y était rewriter (?) et qu'il y avait aussi un brand developer (???).

     

    ASAP

     

     

     

    Heureusement que les explications des ouvrages sont plus claires que les noms de ces métiers.

     

     

     

     

     

     

    Le french bashing : j'ai su ce que cela signifiait, mais mon cerveau fait de la résistance... et j'ai oublié.

    J'ai tendance à mélanger french bashing et benchmarking. J'ai de la chance, car notre ministre de l'intérieur (au fait, l'Intérieur, c'est bien en France ? ) m'a fait comprendre le deuxième truc :

     

     

     

     

     

    Et dire qu'on fait des "Semaines de la francophonie" dans le monde entier !

    Pourtant, quand on veut, on peut. Dans le temps, on voyait très souvent WC  dans les restaurants et lieux publics. Et maintenant, c'est "Toilettes" partout. C'est donc possible d'utiliser le français.

    Je n'ai cité que quelques exemples, mais je suis quotidiennement agressée par cette forme de modernisme.

    Voilà enfin l'explication de mon titre : si un de mes chefs de service m'avait envoyé une note de service conclue par "ASAP", je la lui aurais renvoyé en demandant des explications. C'est quelqu'un de proche, travaillant dans un organisme administratif français,  n'ayant pas de filiales à l'étranger, donc supposé parler français, qui a reçu ça. Vous comprenez, vous ? Ce sont les initiales de As Soon As Possible, autrement dit aussi tôt que possible. L'expression "faire diligence", formule très administrative, ne serait-elle pas plus appropriée ? Cette histoire m'a été racontée il y a des mois, et je n'arrive pas à comprendre comment on peut en arriver là.

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    9
    Samedi 8 Septembre à 13:04

    100% ok avec toi. On dirait que les mots français sont des vieux trucs dont il faut se débarrasser à tout prix. Ce qui m'agresse aussi ce sont les émissions radios où on parle des films. Ils y passent des extraits en anglais. Comme si on était tous bilingue.

    Entre les mots anglais et les sms qui détruisent l'orthographe, c'est une horreur. ... Mais bon, pourquoi s'inquiéter de la future morte du français puisque c'est l'espèce humaine entière qui va disparaitre. Tout va bien.

    8
    Vendredi 7 Septembre à 16:45

    Bonjour,

    Un très bon article et je pense bien la même chose que toi.

    Tu as été au Québec et tu as pu voir combien la langue française était aimée et chouchoutée. 6 millions de francophones entourés de 250 millions d'anglophones alors il faut bien faire barrière.

    Je suis en France depuis 1992 et je dis toujours fin de semaine pour week-end. Arrêt pour stop, stationnement pour parking etc etc .....

    Mes enfants ont été en classe au Québec et l'orthographe était important. Lorsque l'on parlait français on parlait avec des mots rien que français et lorsque l'on parlait anglais on parlait avec des mots anglais. (mes enfants sont bilingues)

    Je pense qu'ici, cela fait bien de mettre des anglicismes !

    Je rage lorsque j'entends de la publicité de parfum Français ou encore pour des voitures Françaises en Anglais.
    A croire que le Français n'est pas fier de sa langue et de son pays !

    Belle fin de journée "petite fourmi"

      • Vendredi 7 Septembre à 16:48

        Je trouve étrange qu'on n'ose plus vanter les parfums français en français...Tu n'es pas la seule. Que deviendra le "chic" français ?

        Tu crois que les vins deviendront des "Castle" Margaux ou autres noms curieux ?

    7
    Vendredi 7 Septembre à 14:19
    NiniDS

    Personnellement, je n'avais jamais entendu parler d'ASAP... merci pour l'info, hi hi...  

    On peut s'agacer aussi des sigles dont on a tellement pris l'habitude de parler en forme abrégée que plus personne ne sait vraiment ce que cela veut dire, SMIC, SMIG, EHPAD, APA, PIB... on pourrait en citer tellement !!

    Certains mots anglais incorporés à la langue française ne veulent rien dire pour les anglophones, comme "smoking" "water closet"...

    L'anglais reste la langue n° 1 des affaires, de l'économie, de la musique, etc. Elle profite un peu (certains diront beaucoup) de sa position de n° 1 dans le monde pour phagocyter d'autres langues comme la nôtre...

    Certains truffent leurs conversations de ces mots anglais parce qu'ils pensent que cela va prouver... leur supériorité intellectuelle ou sociale ? (même s'ils seraient parfois bien ennuyés de devoir expliquer ce que cela veut dire exactement...)

    Certains parce qu'ils ont peur d'être "sur le bord de la route", "ringards" "dépassés", emploient  ces nouvelles expressions tirées de l'anglais, comme ils utilisent des termes de "jeunes"...

    Personnellement, je n'intègre dans ma conversation que les termes que je comprends... et que cela m'intéresse : je veux bien retenir ce qu'est un podcast, mais pas un SUV ou un crossover...

    Belle journée, bises

    6
    myriam.masselin
    Vendredi 7 Septembre à 10:52
    myriam.masselin

    je suis comme toi cela m agace profondément et me pose des problemes avec mes ( grands) petits enfants qui utilisent de plus en plus tout c'est mots! et je me suis entendu dire : mamy il faut que tu évolues !! ah bon !!! et ils ont ete tres surpris de ma réponse , je suis en france , née en france ; je parle français et tous ces mots incorporés a notre langue , ne m interressent pas !meme si pour certains nous n'avons pas le choix !

    bonne journée et bon w e 

    5
    Vendredi 7 Septembre à 10:28

    Je te promets que désormais je vais matelasser et non plus quilter, par contre pour patchwork je n'ai trouvé comme traduction que : assemblage hétéroclite, mosaïque ou assemblage disparate...

    Ceci dit certaines disent quilter comme si c'était un k (comme moi) et mes cousines disent  "kouilter"

    L'anglais est une langue avec des mots courts pour dire les choses, le français utilise des centaines de termes, souvent des périphrases, très précises (on sait exactement de quoi on parle) et à cette époque où tout doit aller très vite on a la flemme de les utiliser...

    J'ai entendu ces jours ci à la télé le verbe anglais to crave (for something ou somebody), qui veut dire qu'on a tellement envie d'une chose qu'on souffre terriblement de ne pas l'avoir... en Français, c'est très long à expliquer...

    Nous avons vécu 7 ans en Afrique du Sud et notre français était si chargé en mots non seulement anglais mais aussi afrikander, et malgaches notre pays natal étant Madagascar, que quand nous sommes venus habiter en France (pour la première fois de notre vie...) les gens ne nous comprenaient pas... surtout quand on faisait des jeux de mots...en mélanges de langues bien sûr

    Nous avons dû faire beaucoup d'efforts pour ne parler que français, ce qui n'a jamais été vraiment possible, mais nous sommes arrivés à maitriser les lieux de langues...avec de gros efforts quand nous socialisions...(c'est pas un peu anglais ce verbe???)

    En arrivant en Afrique du sud on a découvert cependant que certains anglicismes de la langue française étaient totalement inventés, comme brushing chez le coiffeur... qui se dit blow drying, ou WC comme tu le cites, qui se traduit chez nous par water closet et qui ne veut rien dire en anglais où on utilise le mot toilet ...

    ...parfois on tombe sur la tête!

    Ouh, voilà un sujet de débat bien intéressant!

    J'espère ne pas t'avoir lassée avec mon discours...

    Bonne journée

    Bisous

      • Vendredi 7 Septembre à 11:01

        Je te comprends, bien, tu ne me lasses pas. Mais on arrive à des extrêmes, comme tu dis. J'ai fait un voyage au Québec, pays francophone (mais aussi anglophone par la force des choses) : là-bas, on ne comprend pas "patchwork" car on y dit "courtepointe". Quel casse-tête...

        Bises des montagnes

    4
    Hélène
    Vendredi 7 Septembre à 09:15
    Hélène

    C'est vrai. Aujourd'hui, j'associe beaucoup ce phénomène (même si ce n'est vrai qu'en partie) aux grandes entreprises qui ont des filiales à l'étranger. Aujourd'hui, quand on travaille dans une grande entreprise, même si son siège social initial est en France, on travaille avec des anglophones et certaines formules se propagent partout (ASAP, To do list, et tous ces mots de issu du "marketing", et de l'esprit "start up").

    A Paris, ca fait bien de coller des mots d'anglais partout et ça évolue vite. Moi-même je découvre de nouveaux mots maintenant quand je retourne dans la capitale. 

    Depuis que l'on passe la plupart du temps à la campagne et en dehors du cercle de l'entreprise, je recommence à parler français et je trouve vraiment ridicules ces mots anglais qui n'ont rien à faire dans notre manière de parler quotidienne.

    Je me rend compte que je les retrouve essentiellement dans les cercles branchés des grandes villes et auprès de ceux qui travaillent dans les grandes entreprises. Mais comme ce sont eux qui sont les plus actifs sur les réseaux sociaux et dans les moyens de communications très utilisés par les jeunes, leur usage se développe beaucoup.

    Enfin, tout cela, c'est ma théorie personnelle, je ne sais pas si elle est réaliste.

    Au début, nous avions choisi le nom SideWays pour notre série, avec notre objectif d'un projet européen. Il est sûr que si nous avions à choisir un nom aujourd'hui, nous le choisirions en français. C'est aussi la preuve qu'on peut parler français de nouveau ?

    Des bises :-)

      • Vendredi 7 Septembre à 09:22

        Super ! Une petite jeune qui pense comme moi.

        Pour SideWays, ce nom ne m'a jamais plu (tu le sais) bien que le contenu soit très intéressant, et écrit en vrai français.

        Bises des montagnes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :