• Bonsoir,

    le 21 juillet j'ai lancé la graine de mon bébé blog.

    Neuf mois après, je suis plutôt fière de moi, car cela ressemble à ce que je voulais. Que du bonheur chaque fois que quelqu'un me laisse un commentaire, que de la joie (ou presque) quand je fais un article.

    Pendant plusieurs semaines, j'écrivais en cachette de l'Ours, car je croyais qu'il serait mécontent, et aussi pour me prouver que je pouvais y arriver seule.

    Je n'ai eu que 2 coups de pouce :

     - le mari d'une amie m'a montré comment trafiquer dans l'ordi pour alléger une photo trop lourde pour la mettre en page de fond (ma montagne vue de chez moi)

     - une administratrice d'Eklablog m'a tout expliqué et presque tenu la main pour le curseur-fourmi (je signale au passage que je suis très contente d'Eklablog, car j'ai toujours trouvé dans le "mode d'emploi" les réponses à mes questions).

    Tout le reste, c'est moi toute seule : je suis fière comme un enfant qui progresse.

    J'ai fini par tout avouer à l'Ours et maintenant il me propose parfois son aide.

     

     

    Cette semaine, nous avions deux de nos petites-filles. Un jour, nous les avons emmenées faire de la luge, à quelques minutes de route de la maison :

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'en ai profité pour admirer le paysage :

     

     

     

     

     

     

     C'est la fin de la saison, il n'y a pas grand monde, et nous étions à deux pas de la voiture : aucun effort à faire pour les grands. Mais les petites ont remonté leurs luges sans rechigner, un grand nombre de fois.

     

     

    Pour finir, j'ai ramené la voiture et les luges, et l'Ours est redescendu par le sentier dans la forêt avec nos championnes : 45 minutes jusqu'à la maison, et elles étaient encore en forme pour courir au jardin.

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

     

    Aujourd'hui, je vous propose une petite histoire tirée du bocal de l'an dernier.

    Mon Tonton fut hospitalisé, le soir du 31 décembre, sur un appel de lui-même au SAMU. Il a cru faire un malaise grave, et n'a pas voulu alerter sa famille.

    Quand les médecins de l'hôpital ont vu ce vieux monsieur de 87 ans, ils n'ont pas hésité à lui poser une sonde. Il faut dire que mon Tonton a une maladie neurologique invalidante qui l'empêche de se mouvoir facilement. Ses pieds et le bas de ses jambes ne répondent plus très bien. Il a donc des difficultés à aller aux toilettes. Et se retrouver immobilisé aux urgences et dépendant ne facilite pas les choses

    Au bout de quelques jours, il s'est avéré qu'il allait bien et que la sonde n'avait aucune raison de rester en place: il suffisait de lui laisser le temps de vivre à son rythme. Mais voilà que le corps médical n'arrivait pas à retirer la sonde. 

    Et qu'ont dit les médecins (ou infirmiers) ? "POUSSEZ COMME POUR ACCOUCHER !"

    Il rigolait bien, de son lit d'hôpital, en me racontant ça. Vous en connaissez beaucoup des hommes de cet âge-là qui ont enfanté, et qui savent comment on pousse ?

    Expliquez aux hommes de votre connaissance, s'ils n'ont pas assisté à un accouchement, comment on "pousse". Ça pourra leur servir !

    Mais moi, je trouve triste que les hôpitaux et les maisons de retraite manquent de personnel au point de "mal traiter" les personnes âgées. Quand la personne est encore très lucide, il lui est terrible de s'apercevoir qu'elle devient un objet. Depuis cette histoire, Tonton est rentré chez lui. Il ne peut plus profiter de sa cave (bricolage), ni de son grenier (train électrique géant), mais il apprécie d'être autonome dans sa maison.

     

     

    Et un petit point météo: aujourd'hui, il a neigé, demain pareil, ça ira mieux après.

     

    Bocal 2013

    Le lilas ne doit fleurir que fin mai, alors cette neige ne lui fait aucun mal.

    À bientôt

     

    Pin It

    4 commentaires
  • 9 janvier 2013

    - joie d'acheter des tissus à 4,75€ le mètre

    - acheté enfin un pantalon normal, dans un vrai magasin de la ville, avec une taille à la taille, ni trop grand, ni trop petit, à un prix très raisonnable, même avant les soldes

     

    Ça, c'était il y a un an. Il y a quelques jours, après avoir été faire les soldes, j'ai mis dans mon bocal 2014: "acheté, dans le même magasin que l'an dernier, un pantalon une taille en dessous"

     

    Double victoire !! On m'a indiqué une marque qui fait des pantalons confortables, bien adaptés à des femmes NORMALES, et en plus ma courbe de poids est sur la bonne pente.

     

    N'empêche que je fulmine sans cesse contre tous ces marchands de fringues qui s'obstinent à négliger la femme moyenne. En effet, la dernière campagne de mensurations de 2006 donne pour résultat moyen une femme française de 162,5 cm pour un poids de 62 kgs. À peu de choses près, je fais ça.

    Regardez au bas de la p2/6 de ce document de l'IFTH. Ils (les professionnels du textile) osent écrire au dernier § que la moyenne est 163 cm, mais qu'ils font leurs calculs pour 168 cm. Leur cible commerciale est, très nettement, la nana longue et mince. Et la petite ronde ? Comment fait-elle, quand on voit que la moyenne fait partie du tiers des femmes qui ont du mal à trouver des vêtements à leur taille. Il se trouve que, bien que je sois simplement bien enveloppée, mais non difforme, j'ai les bras et les jambes assez minces. Ainsi, tout le poids (et le volume qui va avec) se trouve sur le tronc. Je ne suis pas un cas isolé, alors, que faut-il faire?

     


    4 commentaires
  •  

    Hier, journée d'hiver normale, comme j'aime.

    Je me suis installée pour broder dans ma véranda adorée. Il n'a pas trop neigé avant-hier, donc le plafond était lumineux, et j'y voyais bien:

    Jour d'hiver

    Quelques traces de neige, et du ciel bleu.

    Pendant ce temps, l'ours est parti se promener dans la forêt. Nous sommes des gens bizarres. Il paraît que , choisir d'habiter une station de ski et ne jamais aller sur les pistes, c'est curieux.

    L'Ours, comme il le fait souvent, m'a ramené quelques photos: c'est quoi ça ?

    Jour d'hiver

    Rien à gagner, juste le plaisir de jouer.

    À bientôt

    PS: aujourd'hui, temps moche, mais on doit aller à la ville ( révision de la voiture, ravitaillement, et grande première du nouveau "repaire de Là bas si j'y suis", avec retour hasardeux sur notre route bien après l'heure de passage du dernier chasse-neige).

     

    Réponse le 26 janvier  "réponses" dans "mon village", avec quelques photos complémentaires sur le sujet.

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Il y a quelques jours, j'ai eu le plaisir de voir le nom d'une amie et d'une autre personne dans les nouveaux abonnés à ma newsletter. Oh joie ! Mais aujourd'hui, amie déjà absente de la liste.

    J'en conclue que j'ai fait encore une fausse manœuvre. Quand je dis que je je suis nulle en informatique, ce n'est pas une impression. Je ne comprends pas les consignes, alors j'ai dû cliquer où il ne fallait pas. Et qui donc est l'autre personne que j'ai peut-être aussi supprimée par erreur? Eh oui, les commentaires s'écrivent sous un pseudo ou un prénom et l'adresse mél est différente: et ma tête, ma pauvre tête, n'arrive pas toujours à associer les deux.

    À part ça, il fait encore presque beau, la neige fond toujours, je me suis enfin attelée au quilt mystère de France Patchwork (5 mois de retard à rattraper), je devrais quilter celui de l'an dernier, j'ai tellement de choses à faire que je ne sais pas quoi commencer ( ménage, courriers, etc...), et j'ai un autre casse tête que voilà:

     

    Et ma tête ?

     

    Vu de près, de loin, d'en haut, d'en bas,  en hiver, en été, je vous explique. Lors de nos gros travaux à la maison (changement de charpente entre autres) nous avons créé un petit appartement dans ce qui était le fenil, sur la grange, contre la maison.

    Et le casse-tête? C'est que je loue cet appartement essentiellement à des curistes, que les Thermes ouvrent 26 semaines (pas divisibles pas 3, durée d'une cure), que quelqu'un veut venir à partir de mi-juillet, quelqu'un obligatoirement en août, deux en septembre mais à une date précise pour l'un, que ce ne sont que des habitués que j'aimerais satisfaire, que, que.... je n'arrive pas à tomber juste.

    Je vous montre pourquoi les gens l'aiment:

    Casse-tête

     

    Un séjour très lumineux grâce à 3 ouvertures, un salon de jardin, un côté cuisine spacieux, du calme, tout le nécessaire pour passer un bon séjour.

    Et ma tête ?

    Une vraie chambre, quelques décos maison ou copines (Miaou), WC et salle d'eau séparés.                                                                                                                         

    Tout ça pour dire qu'on l'a fait avec amour, et qu'avec ses 38 m2 il est bien plus joli que notre maison, et il est fini, lui. Quand on a refait le toit, on a choisi de poser sur la charpente des panneaux isolants avec une finition intérieure lambris. Trop beaux pour être cachés, c'est ainsi que, tout naturellement nous avons créé une ambiance chalet. Charpente apparente, meubles en vrai bois, cœurs pour la chambre et sapins pour le séjour.

    Et porte clefs assorti:

    Casse-tête

    Pour cet hiver, pas de problème: je n'ai fait aucune pub, pas passé d'annonce, alors on est tranquilles. L'Ours n'aura pas souvent besoin de déneiger le chemin et l'escalier du jardin.

    Quant au petit portail, qui va directement à l'appartement depuis le grand chemin public du haut du terrain, il a été défoncé l'hiver dernier par une dameuse. Vous avez bien lu: une dameuse. Normalement c'est sur les pistes de ski, ces engins. Mais il y avait tant et tant de neige que l'avalanche menaçait de les écrabouiller à leur stationnement habituel. Alors elles ont été mises à l'abri au village. Notre maison est juste à l'arrivée d'une piste mais... le passage était un peu trop étroit pour ces énormes machines. Puis, entre le trop de neige pendant trop longtemps, la crue de juin, les soucis avec la route, l'entreprise débordée, nous voilà un an après avec notre portail toujours défoncé.

     

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique