• Un an après

     

    l'an dernier, 18 et 19 juin 2013, notre vallée connaissait LA catastrophe.

    Elle était prévisible, dans la mesure où nous cumulions tous les ingrédients :

    - un hiver beaucoup trop enneigé

    - un printemps tardif

    - un mois de mai très froid, pluvieux et neigeux

    - un radoucissement subit accompagné de pluies et d'orages.

    Toute la neige accumulée s'est mise à fondre d'un coup, et les torrents n'étaient pas assez larges pour écouler ces énormes flux :

    Un an après

    Torrent en furie emportant la neige et tous les arbres poussant au bord.

     

    Un an aprèsUn an après

     

     

     

     

     

     

    mardi 18 juin

     

    Un an aprèsUn an après

     

     

     

     

     

     

     

    Mercredi 19 juin

     

    Un an aprèsUn an après

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et enfin, à notre retour au village, le 24 juin.

    Colonne de gauche, la maison forestière.

    Colonne de droite, deux grands chalets que tout le monde pensait à l'abri ... Certaines de ces photos ont été prises en roulant.

    Depuis la crue, ces maisons ont été entièrement démolies.

     

    Dans le village, une des routes principales partait au torrent dès le mardi :

    Un an après

    Un an après

    Le même endroit quelques jours plus tard : le torrent s'est carrément installé à la place de la route (il faut dire que, quelques dizaines d'années auparavant, on l'avait un peu "poussé" pour améliorer la circulation dans la rue centrale)

     Le mardi soir, tout un côté du village ayant été évacué, nous avons hébergé des gens chez nous, loin des flots et du bruit des cailloux et rochers roulés par les eaux (en fait, de la boue, plutôt que de l'eau).

    À l'heure où je vous écris, nous étions 10 à la maison, à la bougie, sans eau, sans téléphone (et quelques heures avant, nous n'avions jamais vu les 8 autres !). Depuis, nous sommes presque devenus amis, une histoire pareille, ça crée des liens.

     

    Le mercredi 19 juin, la décision a été prise d'évacuer le village par le Tourmalet (tant que la route était encore à peu près en état, car elle commençait déjà à tomber par endroits).

    Nous avons su par la suite que, en aval, elle était comme bombardée :

     

    Un an après

    Un an après, nous ne nous habituons pas à ces paysages, ni au nouveau profil de notre route: on nous l'a élargie et on lui a enlevé pas mal de virages.

     

    Et aujourd'hui, voilà les dernières images de france3 : du beau goudron tout neuf !

     

    Un gros travail de collecte, puis d'études, est entrepris par GEODE. Vous pouvez voir, sur ce site, des photos prises avant, pendant et après. Regardez dans "Les images", "contributeurs", J. Acquier et B. Platon montrent mon village et la route jusqu'à notre petite ville quelques km plus bas dans la vallée. Ce n'est pas du voyeurisme, c'est de l'information. Tant qu'on n'est pas confronté directement à ce genre d'événement, on ne l'imagine pas du tout.

    Un an après, nous n'avons rien oublié, et les télés pensent encore à nous. TF1 hier soir, et hier également, france3 était chez nous pour nous présenter un sujet du magazine "Pyrénées-Pirineos" diffusé le 4 mai dernier.

    Aujourd'hui, ils ont parlé de nous dans l'émission de 19 h, ils ont tourné une partie du sujet sur la place, juste avant l'émission :

    Un an après.

    Demain, nous aurons la diffusion d'un film (sur la crue, bien sûr), puis un concert de l'Orphéon de Luz, un buffet dinatoire et un bal.

    Semaine bien remplie, et pendant ce temps, grâce aux orages, l'herbe pousse, pousse, et je ne m'occupe pas de mon jardin :

    Un an après

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    6
    Dimanche 22 Juin 2014 à 10:16

    Oui, c'est impressionnant! Nous avons eu aussi ce genre de dégât par la neige et les pluies torrentielles, des murs de neige de 2m sur les plateaux et fermant des routes...! C'est la vie en haute montagne où l'on apprend ce que veut dire la force de la Création!  oops

    5
    Samedi 21 Juin 2014 à 17:18

    Il faudrait qu'un jour l'homme se souvienne que la terre ne lui appartient pas plus que le chien appartient à la puce qui décide d'y vivre et de s'en nourrir.

    Comme je suis puce parmi les puces, voir ma maison coupée en 2, ne me ravirai certes pas, mais j'aime mieux un torrent à une guerre.

    4
    Vendredi 20 Juin 2014 à 09:02

    il y a encore de nombreuses traces! bises

    3
    Jeudi 19 Juin 2014 à 20:20
    j'ai vu le reportage, c'est impressionnant! .. tu sembles ne pas avoir eu de dégâts personnellement!? ...mais bon au village ça a dû être dur!
    2
    Jeudi 19 Juin 2014 à 13:28

    J'ai VU, ça fait de la peine !... J' ne sais pas quand on y reviendra si on revient ?!... Impossible de voyager même pour aller voir Cédric, terrain de la zone artisanale acheté avec la Mairie (fin du bail) et suite erreur du géomètre (y'a vraiment des C... mais tu en sais quelque chose!) assignation devant huissier pour nous dire qu'on a dépassé les limites de notre parcelle (délimitée par le géomètre de celui qui nous assigne devant l'huissier, j' te dis, à dormir debout)... Affaire à suivre pour tous ceux de notre côté de zone...

    1
    la pyrénéenne
    Mercredi 18 Juin 2014 à 23:14

     Tristes souvenirs, nous avons revu ce soir au JT les images de st Béat et ils ne sont pas tous encore indemnisés. Il faut dire qu'à st Béat la Garonne est très proche.

    Nous étions repartis de Luchon un semaine avant  ces terribles évènements et Luchon a été touché aussi très fort.

    Voilà ma Belle essaies d'oublier et pense à ton jardin et à tes jolies fleurs.

    Bisous et bonne nuit. Andrée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :