•  

    Eh oui, je suis revenue des calanques, mais j'aurais bien prolongé mon séjour.

    Je vous fais un article fourre-tout, car j'ai quelque chose à vous demander.

    Nous sommes partis d'ici en laissant montagne à 6° et jardin sous une pluie abondante et persistante, avec le chauffage dans la maison (nous l'avons éteint juste parce que nous partions) et quelques heures de route plus tard, c'était l'été au bord de la Méditerranée.

     

    Je suis revenue

     

    Je n'en dis pas plus, mais je vous en reparlerai peut-être plus tard.

     

    Nous sommes rentrés chez nous, très surpris de trouver, là aussi, l'été. Le jardin a pousséééé !!! Nous avions l'herbe jusqu'aux genoux. Vous croyez que je devrais désherber ? Par endroits, il y a des plantes que je suis seule à voir.

    Je suis revenue

     

    Pas mal de trucs étaient en fleurs, le reste prêt à s'épanouir.

     

    Je suis revenue

     

    Je suis revenue

    Je trouve que les fleurs qui devraient donner des coings sont très jolies, mais comme nous avons essuyé plusieurs gros orages, je crains que ça ne donne rien.

     

    Je suis revenue

     

    Avant que l'Ours-Attilla ne sorte la tondeuse, j'ai ramassé des pâquerettes pour les mettre dans un cake. Mais voilà, j'ai un souci. Avant, je faisais certains gâteaux sans regarder la recette, tellement j'avais l'habitude. Depuis que j'ai un nouveau four, à chaleur tournante (que je ne peux pas neutraliser), rien n'est plus comme je veux. Les quatre quarts se décomposent en strates, et les clafoutis sont bizarres. Y a-t-il un truc que je ne connais pas ? À l'aide !

     

    Pour garnir notre morceau de terre terre dénudée à la place des racines du défunt tilleul, j'ai semé des tas de graines, et je me suis empressée d'oublier ce que c'était. Alors, je joue aux devinettes : c'est quoi ces petites fougères ? c'est quoi ce qui ressemble à du basilic pourpre (mais qui n'est pas du basilic). Je crois reconnaître des cosmos et des coquelicots. Mystère et boule de gomme pour le reste. Qui vivra verra...

     

    Je suis revenue

     

     

     

    Pin It

    12 commentaires
  •  

    Plein la tête...

    J'ai toujours voté, depuis que j'ai 21 ans car, "de mon temps" on n'était pas majeur à 18 ans.

    Parfois, je doute. Je me demande jusqu’au dernier moment quel bulletin choisir. Il m'est arrivé deux fois de voter contre mes idées et je l'ai regretté pendant cinq ans...

    Pour ces européennes, comment trier parmi les 34 listes en présence ?

    Voter pour mes idées politiques, et penser que nous ne serons pas assez nombreux pour faire un groupe "visible" ?

    Voter écologiste car je pense qu'il faut sauver la planète avant tout, l'homme n'aura aucune chance de survie si on continue comme ça.

    Où est le bon vote écolo ? Ils ne sont même pas capables de s'entendre entre eux. Dans les deux listes il y a des gens que j'estime : laquelle choisir ?

    Plouf plouf Ams tram gram pic et pic et colegram, bourre et bourre et rataplam, ams tram gram pic dam ! Je ne peux même pas faire ça car je n'ai pas reçu tous les bulletins. J'ai encore ce soir pour réfléchir.

    Demain matin dès 8h nous votons. Puis nous rejoignons les copains-copines de rando de l'Ours et...direction les Calanques de Marseille-Cassis pour une petite semaine.

    Un peu de chaleur nous fera du bien car, même si il a fait beau jusqu'à jeudi, il faisait frisquet (6° le matin). Et depuis 36 heures, déluge non-stop.

     


    11 commentaires
  •  

    Rien de plus facile à préparer qu'une truite en gravlax.

    Il faut juste respecter le planning :

    J-3 : commander une truite de 3 kgs à la pisciculture pour ceux qui peuvent, ou deux filets de grosses truites pour les paresseux

     

    Gravlax

    J-2 : - aller acheter votre poisson

           - le préparer, le mettre à mariner

    J-1 : retourner le poisson dans son plat (dessus dessous sans défaire l'ensemble)

    jour J : égoutter, trancher, faire les sauces

     

    Gravlax

     

    J'étais persuadée de vous avoir expliqué mon plus grand succès culinaire. En recherchant mon article afin de le recopier pour "Pâtes et potes" en stock, je m'aperçois que je cite souvent ma fameuse truite, mais que les explications sont tout bêtement dans mon traitement de texte, et je les envoie par mél à tous les gourmands qui me les demandent.

     

    C'est une recette tirée d'un très vieux 100 Idées de Marie-Claire. Le thème était « Poisson à la paléolithique »,  et c'est devenu très à la mode.

    C'est absolument INRATABLE, ni le poisson, ni les sauces n'ayant besoin de cuisson.

    Et ça régale TOUT LE MONDE.

    Normalement c'est du saumon car la recette est scandinave, mais depuis 19 ans je fais de la truite des Pyrénées, celle de l'élevage de Lau Balagnas.

     

    Pas de cuisson,

    mais 36 à 48 h de macération

     

    Pour la truite :

    4 c à soupe de gros sel

    2 c à soupe de sucre cristallisé

    1 c à soupe de poivre blanc moulu

    1 bouquet d'aneth

    (à défaut d'aneth frais, vous pourrez en trouver du surgelé, ou du sec)

     

    Sauce jaune aigre-douce :

    Savora, presque 1/2 pot

    jus d'1/2 citron

    beaucoup de sucre glace

    il faut goûter pour arriver à la douceur désirée

    aneth haché

    pas d'autre chose en plus

     

    Sauce blanche :

    un petit pot de crème fraîche (ou une briquette de soja, ou de riz)

    ½ pot de sauce raifort fort (couvercle vert) de la marque Kühne

    ni sel, ni poivre

     

    Et maintenant, au boulot !

     

    Gravlax

     

    On coupe la tête et la queue.

     

    Gravlax

     

    On enlève délicatement les arêtes en glissant le couteau contre la chair. On laisse la peau.

     

    Gravlax

     

    Déposer un filet dans un plat un peu creux (plat à gratin par exemple).

    Mélanger sel, sucre et poivre et les étaler sur le côté chair des filets. Je ne sais pas si vous voyez, mais j'installe mes filets tête-bêche pour qu'ils s'emboîtent bien.

    Recouvrir d'une partie de l'aneth, en l'étalant bien.

    Poser l'autre filet par dessus, chair contre chair.

    Recouvrir d'un film alimentaire. Poser par dessus un petite planche et si possible des poids (paquets de yaourts, beurre, ou autres).

    Mettre au frigo.

    Au bout de 12 h, retourner l'ensemble, le reposer dans le plat, et remettre le tout au frigo.

     

    Gravlax

     

    Mon "jus" est marron, car j'ai mis du poivre noir (panne de blanc) et du sucre roux (je n'ai que du bio qui n'est pas blanc !)

     

    Quand les 36 à 48 heures sont écoulées, jeter le liquide, et essuyer les filets. (opération pas très ragoûtante, mais après c'est beaucoup plus joli !).

     

    Gravlax

     

    Poser un filet, la peau sur une planche à découper, et émincer avec votre meilleur grand couteau, et partant de la queue, et en laissant glisser sur la peau en inclinant le couteau, en essayant de faire des tranches aussi fines et aussi grandes que possible. Équipez-vous d'une bonne pince à épiler, (ou mieux d'une pince spéciale pour poisson).

     

    Gravlax

     

    Gravlax

     

    Les arêtes sont dans le sens de la coupe, d'où l'importance de commencer par la queue, sinon on les coupe en morceaux.

     

    Trouvez quelqu'un pour vous aider à bien disposer vos tranchettes sur un lit de salade verte dans votre plus grand plat plat, où vous poserez aussi vos deux ramequins ou bols de sauces.

     

    Bien sûr, vous avez gardé quelques brins de feuillage frais de votre aneth pour décorer le plat (du fenouil fait l'affaire, ou certaines armoises). Des fleurs bleues font très joli. La bourrache est la plus spectaculaire, le bleuet va bien aussi.

     

     

    Rillettes :  Vous avez fait dans votre frigo la tête et la queue cuites à la vapeur il y a deux jours. Après tranchage des filets marinés, il vous reste les extrémités pas très présentables. Mixez-les un peu, et mélangez à la fourchette avec la chair cuite de la tête et la queue, et des pétales de bleuet si vous avez ça sous la main. Ajoutez un peu de crème, mais ni sel ni poivre.

     

    Le top du top, si vous n'avez pas une trop grande tablée, c'est chacun son assiette et ses ramequins miniatures pour les sauces.

     

    Comme je ne suis pas une blogueuse culinaire, et que je faisais cette recette bien avant les appareils-photo numérique et avant Internet, je suis tellement habituée que je n'avais jamais photographié toutes les étapes. Demain, nous mangeons avec des copains, et je porte "ma célèbre truite", alors l'Ours m'a aidée pour les photos. Quant au plat, que l'on servira... je crois qu'on oubliera encore la photo.

     

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Il y a quelques jours, j'ai regardé un reportage sur la construction de la cité de Carcassonne. Parmi les intervenants, j'ai revu avec plaisir Olivier de Robert dont je vous avais montré, il y a longtemps, une histoire de tomates. Je l'ai recherchée et revisionnée avec plaisir

     

          .

    Il y est question du CATALOGUE, une honte ce truc-là, et toujours d'actualité. Ou comment de gros semenciers brevètent et kidnappent le vivant. Et comment ce qui n'est pas breveté (et n'appartient donc pas à une grosse firme) est interdit. Voir à ce propos le procès Baumaux contre Kokopelli qui a duré une dizaine d'années.

    Ça m'énerve, ça me met en colère. Il n'y a pas que ça.

    Depuis novembre dernier, bien que je n'aie jamais enfilé de gilet jaune, je suis solidaire et ne décolère pas.

    Que dit notre Président ? Que tout va bien, qu'il est pour l’écologie : pourquoi continue-t-on à ne pas interdire le glyphosate ? Pourquoi s'acharner contre les médecines douces (ou alternatives, ou ce que vous voulez) au profit de Big pharma ? Nous sommes abonnés, depuis de très longues années à la revue "Nature et Progrès" : de quoi râler , mais aussi se réjouir, chaque fois qu'elle arrive à la maison. On peut être négatif et désespérer, mais aussi reprendre espoir quand on voit toutes les initiatives positives.

    Tout va bien car on aime les retraités et on va les aider : en 2020 on ajoutera des broutilles aux plus bas revenus. En 2021, si on n'a pas changé d'avis, on augmentera toutes les retraites. La vérité, c'est qu'on n'augmentera pas vraiment, on indexera juste sur le coût de la vie. Et les années non augmentées ? Combien a-t-on perdu depuis qu'elles sont bloquées. ? Et combien nous prend-on depuis l'an dernier avec la grosse augmentation de la CSG ?

    Il faudrait que notre président se souvienne -honnêtement- qu'il n'a pas été élu POUR lui, mais CONTRE quelqu'un... et que ce n'est pas une majorité d'électeurs inscrits qui a voté pour lui. Il n'a recueilli que 20 743 128 voix sur  47 568 693 inscrits. Au deuxième tour, il y avait eu moins de votants qu'au premier, et pourtant beaucoup plus de bulletins blancs et nuls (4 085 724 en tout)

    Il faudrait aussi qu'il admette que les retraites ont été gagnées par les cotisations versées pendant 40 années (ou plus) de travail. Il faut lui rappeler aussi que, souvent, les retraités ont cotisé à des caisses complémentaires : salaire imposé une première fois, et imposé de nouveau au moment du versement (à moins que quelqu'un m'explique que je me trompe).

    Pourquoi s'obstiner depuis des années à augmenter la durée de travail pour les "actifs", alors que certains croupissent désespérément dans le chômage et aimeraient bien partager le peu de production qui est restée en France. Qui a délocalisé ? Qui préfère faire fabriquer dans les pays lointains où les salaires sont si bas et la protection sociale inexistante ?

    Il faudrait aussi que les élus de son camp arrêtent de nous parler de très grosses retraites en parlant des anciens salariés qui ne sont pas dans la misère. L'Ours fait partie de ces nantis alors qu'il était un simple ouvrier d'imprimerie. Et moi qui n'ai cotisé que 20 ans (pour cause de trois enfants rapprochés que nous avons préféré élever à la campagne), est-il juste qu'"ils" fassent le total de nos deux retraites pour nous considérer comme très riches et taxables à volonté ? Est-ce vivre que de survivre avec 1 000€ de revenus mensuels ? Est-ce être trop aisé que de pouvoir vivre trente jours par moi sans se demander comment on va pouvoir acheter à manger ?

    Bon allez, c'est le premier mai, et bien que je n'aie pas encore de fleurs, je vais manifester à Tarbes tout à l'heure.

     

    Puisque nous sommes des nantis, tant que nos économies le permettaient, nous venons de nous acheter (ou plutôt de m'offrir) une deuxième voiture, une toute petite :

    Contestation et râlerie

     

    C'était vendredi dernier, il y a moins d'une semaine. Par chance, cette neige n'a pas tenu, car ma "cacahuète" n'est pas équipée de pneus-neige.

    Et, comme chaque année, mes jonquilles n'ont pas apprécié. Vous comprenez pourquoi je n'aime pas le mois d'avril ?

     

    Contestation et râlerie

     

    Vendredi, je vous rappelle "Nous voulons des coquelicots"

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    À la lumière on n'y voit rien, dans le noir on y voit.

    De quoi parlais-je quand j'ai dit ça à l'Ours ? Ce qui l'a fait rire, et pourtant c'était vrai.

    Il y a de ces phrases parfois...

     

    Je me souviens de celle-ci, entendue en septembre 1972 : "maintenant que le jeudi c'est mercredi alors c'est mardi". Il s'agissait du cours de  judo pour les enfants qui avait lieu la veille du jour de repos. Cette année-là on avait changé le jour. La semaine des quatre jeudis avait perdu sa raison d'exister, on était tous complètement déboussolés.

     

    "En descendant, montez-donc, vous verrez le petit comme il est grand" est une citation de la Mère Cottivet qui a été diffusée sur Radio-Lyon de 1927 à 1971. Elle habitait tout en haut de son immeuble qui était situé tout en bas d'une rue pentue.

    J'adore la façon qu'ont certaines personnes de jouer avec les mots.

    Si vous avez d'autres phrases rigolotes, faites-nous partager. La vie n'est pas si drôle, il faut profiter de tout ce qui peut nous amuser.

     


    5 commentaires