•  

     

    Jolie fourrure ?

     

    J'ai trouvé ça joli, et je me suis dit que j'allais vous demander de quoi il s'agit.

    Cékoissa ? ? ?

     

    J'ai plein d'idées d'articles, ou même d'articles commencés, mais mon cerveau n'est pas très performant ces derniers temps.

    Alors, je joue. Vous aussi j'espère.

    À très bientôt

     

    Les explications sont ici.

     

     

    Pin It

    14 commentaires
  •  

    Je reviens juste d'un bref aller et retour dans les Landes. Je n'ai pas pu m'empêcher d'aller, encore une fois, faire un tour à Mimizan pour voir comment était la "Promenade fleurie" en ce début juillet : magique. C'est comme si on allait au spectacle, avec des costumes magnifiques et différents à chaque tableau.

    Je m'aperçois, en regardant mes photos, que je n'ai pas pris les plus belles fleurs, les plus beaux ensembles, mais seulement ce que je ne connais pas, ou ce qui m'étonne le plus. J'en suis à ma cinquième visite, et mes yeux sélectionnent.

     

     

     

    Dès le passage du pont, on est dans l'ambiance. Un bel hydrangea bleuté, au beau feuillage panaché, a attiré mon regard.

     

     

    Une idée générale de la promenade : des arbres en fond, et un habile mélange de plantes plus ou moins hautes, vivaces pour la plupart. Même si, par-ci, par-là, il y a quelques annuelles.

     

     

    Solanum Willandii

     

    Plectranthus ? si c'est ça, encore une découverte. je ne connaissais pas cette variété si florifère.

     

    Arbre inconnu de moi.

     

     

    Je suis fière de conserver un platycodon depuis des années. Mais il m'arrive aux mollets, alors que celui-ci doit bien m'arriver à l'épaule !

     

     

     

     

     

     

    Une des trouées sur le lac.

     

     

    Superbe floraison de l'erythrina crista galli, que je n'avais jamais vu de ma vie.

     

    Des touffes géantes de lis géants...

    CathyRose m'a fait douter. mais Marithé a mis un lien en commentaire : ce sont des crinums (dont j'ignorais l'existence)

     

     

    Quelques fleurs du bassin des nénuphars.

     

     

    Une vue du récent aménagement de plantes d'ombre.

     

     Il y a un monde fou sur les échinops.

     

    Et d'autres bestioles en grand nombre  partout ailleurs. Je rappelle qu'il y a un bel hôtel à insectes dans ce jardin.

     

    Qui a mangé cette plante ?

    Encore une fois, je fus très impressionnée par ma visite. Même jardin, mais toujours différent. Merci à la municipalité qui nous offre cette promenade, et bravo aux jardiniers qui sont très bons.  Il n'y a pas un brin d'herbe, tout est florissant quelle que soit la saison. Et surtout, quelle variété !

    Il faudra que je m'amuse à faire des photos de certains endroits à chaque visite, et que je compare.

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    La montagne où je vis est parsemée d'ouvrages ( barrages, conduites forcées, téléphériques, etc...) construits pour les travaux visant à faire descendre l'eau vers des centrales hydroélectriques.

    La centrale la plus connue, car la plus ancienne et la plus importante, est celle de Pragnères achevée en 1954. Si vous allez du côté de Gavarnie, vous ne pourrez pas la louper car elle est au bord de la route.

    Je pense à ça aujourd'hui, car nous y sommes passés hier.

     

     

    La cueillette de l'eau

     

    La cueillette de l'eau

     

    La cueillette de l'eau

    Ci-dessus, vous devinez une conduite d'eau, des câbles de téléphérique, et des câbles électriques.

    Parfois, en se baladant, on est choqué de voir ces câbles en pleine montagne. On devrait au contraire se réjouir de constater qu'on sait faire de l'électricité "propre".

     

    La centrale peut se visiter et c'est fort intéressant. EDF vous explique ici comment fonctionne le système. Vous apprendrez qu'il faut remonter l'eau, grâce à des stations de pompage, pour pouvoir mieux la faire descendre. EDF parle surtout du lac de Cap-de-Long, mais il est à deux cols (Tourmalet et Aspin) de chez moi, du côté de Saint-Lary, et je ne suis pas allée là-bas depuis des années.

     

    L'eau qui alimente cette centrale provient, en partie, du barrage des Gloriettes dont je vous parle si souvent (tapez "Gloriettes" dans la case "rechercher" de la colonne de gauche, et vous verrez...). Regardez ici les résultats d'un travail réalisé par l'école de Luz-Saint-Sauveur il y a des explications et plein de photos de 1947 à 1954.

    Il y a 3 ou 4 jours, l'Ours est parti en balade, par les hauteurs, au dessus de Pragnères :

     

    La cueillette de l'eau

    Impressionnant comme vue ! L'Ours a pris sa photo depuis la gare d'arrivée du téléphérique de chantier. Il paraît qu'il y a 1200 mètres de dénivelé.

    La photo suivante, c'est l'autre côté du bâtiment qui est dénommé "l'Ancrage". La petite tour à droite est une "cheminée d'équilibre" qui a une fonction en lien avec Cap-de-Long (je l'ai lu quelque part, mais je me suis empressée d'oublier laquelle).

     

    La cueillette de l'eau

     

     

     

    La cueillette de l'eau

    Et ça, Machu-Pichu ? Non, les restes d'une installation pour les wagonnets qui évacuaient les pierres sorties lors du percement du tunnel. Notre montagne est truffée de tunnels et de galeries.

     

     

    La cueillette de l'eau

     

    Il n'y avait pas d'autres randonneurs sur le chemin, mais les marcheurs étaient surveillés. Le voyez vous, l'hôte de ces lieux, caché dans les herbes recouvertes de gouttelettes ?

    La cueillette de l'eau

     

     

     

    La cueillette de l'eau

     

    Il y avait un drôle de nuage à mi-hauteur. Il est resté toute la journée.

     

    La cueillette de l'eau

     

    Et moi, depuis la maison, je voyais le même.

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Il y a peu, je vous montrais quelques unes de mes fleurs.

    Un matin, quelle surprise ! Tous mes géraniums vivaces étaient taillés en étoiles.

     

    Mon beau Magnificum :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    L'érodium de Manescau, une sauvage solide :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Le petit rose très florifère :

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

     

    Et celui-ci, très vif, qui pousse comme du chiendent :

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Tous, absolument tous, grignotés. Je n'ai pas vu la bestiole ravageuse. Qui peut autant aimer ce type de fleurs ? Depuis 17 ans que j'en ai, c'est la première fois que je vois ça.

     

    La nature est épargnée, seul mon jardin est touché. Je fais régulièrement des rondes, et je n'ai pas remarqué d'invasion particulière de nuisibles. J'ai juste rencontré une punaise rose et verte (sans photo), un gendarme (qui est aussi une punaise, sans photo non plus), peut-être un hanneton, et un beau scarabée doré (que j'ai toujours appelé ainsi, mais d'après mon livre, il s'agirait d'une cétoine)

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    Ce n'est quand même pas lui qui a dévoré tous mes géraniums ! Ni les insectes jaunes qu'on voyait chaque année au printemps, sur le tilleul. Depuis qu'on a abattu le tilleul, plus de bébêtes jaunes, sauf si on regarde de très près :

     

    C'est qui qu'a fait ça ?

     

    D'habitude, je me plains des rongeurs et des gastéropodes. Cette fois, il s'agit probablement d'autres voraces. Vous avez une idée ?

     

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Pendant que vous souffriez presque tous de la chaleur, il commençait à pleuvoir sur ma montagne. Pas toute la journée, mais au moins un peu tous les jours. Ça a empiré ces derniers jours.

    Ciel voilé, horizon bouché, (genoux endoloris), énormes averses, il faut se contenter de ce que l'on a. Et en ce moment, j'ai le chèvrefeuille.

    Toute une histoire celui-là. Voisine l'avait planté il y a longtemps dans le jardin que nous allions acheter quelques années plus tard. Mais voisine n'avait pas prévu le support pour le faire grimper.

     

    Grand plaisir

     

    Ci-dessus, voilà comme il était en juillet 2014 : une grosse masse en bas, et des branches qui faisaient ce qu'elles pouvaient avec les fils de fer trop fins mal arrimés aux murs.

    Comme chaque hiver, avec le poids de la neige, tout est tombé. J'ai encore passé un temps fou à faire ce que je pouvais en taillant et démêlant tout ce fatras écroulé au sol.

    Je commençais vraiment à m'agacer, et l'Ours a subitement eu une envie de prendre les choses en main. Les choses ? Non, pas le végétal, il s'est attaqué au métal.

     

    Grand plaisir

     

    Grand plaisir

     

     

     

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

    Résultat : en avril 2015, il ne restait presque rien de la grosse masse écroulée, et j'ai à peine réussi à trouver une petite liane à faire grimper sur la nouvelle déco bien fixée au mur. Je trouvais dommage que l'Ours ait fabriqué ces arabesques juste pour les voir disparaître dans la végétation.

     

    Et, deux ans plus tard ?

     

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ça pousse, ça grimpe et ça parfume tout à l'entour. Chaque matin, je mets les mains dedans. Tant pis si c'est mouillé, c'est un plaisir de trifouiller pour attacher mon volet.

     

    Grand plaisir

     

     

    Nous avons un système particulier. Une pièce plate de métal fixée au mur, avec un trou. Et une chaînette munie d'une tige. Le matin, il faut donc farfouiller dans le chèvrefeuille pour récupérer la chaîne, et planter le poinçon dans le trou.

    Même mouillé, ça embaume.

     

     

     

    Comment cela a-t-il pu monter si haut ? Encore toute une histoire. Il y a une grosse touffe de roses trémières. Ça aussi, ça s'écroule ( avec la pluie). L'an dernier, j'ai donc relié leurs têtes à l'attache du volet avec de la ficelle à rôti. Le chèvrefeuille s'est empressé d'utiliser ce support inespéré, pâle copie des cheveux de Raiponce.

    Je n'ai plus qu'à remettre une autre ficelle cette année.

     

     

     

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     J'ai un autre chèvrefeuille, rose celui-là, issu d'une bouture volée au bord d'un jardin.

    Grand plaisir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai, en pépinière, d'autres boutures d'un chèvrefeuille encore plus foncé repéré cette année sur une clôture. Début d'une collection ?

    Pin It

    10 commentaires