•  

     

    Je tiens de mes ancêtres campagnards un grand amour pour tous les légumes de saison. En ce moment, c'est la saison de quoi ? Des cucurbitacées.

    À vrai dire, dans ma famille on consommait essentiellement la bonne grosse citrouille à verrues, celle que l'on ne trouve plus que rarement, car détrônée par des variétés plus modernes.

    Il y a quelque temps, je suis tombée sur tout un étal de courges variées, et je n'ai évidemment pas résisté : j'en ai ramené un bon nombre à la maison. Je fais ça chaque automne. En 2013, je vous montrais comment je faisais.

    Les cucurbitacées

     

    Dans le magasin, je m'étais livrée à un bref calcul : sachant que dans 4 semaines je partais me faire opérer, que selon leur grosseur elles font entre un et trois plats, que je peux faire gratin, soupe, gâteau ou compote, mes achats étaient raisonnables.

     

    J'ai commencé par la Rouge vif d'Etampes, la plus grosse de mes acquisitions. Elle m'a donné un beau gratin, puis une bonne soupe, et enfin un gâteau.

    Pour la soupe, rien de plus simple : je fais cuire mes morceaux dans un peu d'eau, je rajoute une boîte de lait de coco, à peine un peu d'assaisonnement, et je bats au fouet : même pas besoin de sortir le batteur électrique.

    Pour le gâteau que je fais depuis bientôt 50 ans, c'est un peu plus compliqué.... Je fais comme faisait ma grand-mère : "Comme ça ". Je n'avais pas pu avoir plus d'explications. "Comme ça", accompagné d'un vague geste des mains, signifiait sans recette, sans mesurer. Facile à comprendre quand on a 20 ans et qu'on ne sait pas cuisiner. Facile à expliquer sur un blog !

    J'ai essayé de faire attention pour pouvoir vous dire... Je m'inspire de ma recette de clafoutis.

    6 cuillères à soupe bombées de farine

    6 cuillère à soupe pas trop bombées de sucre

    4 ou 5 œufs

    et une assez grosse quantité de citrouille cuite à la vapeur et réduite en purée (probablement plus d'un kilo, voire presque deux..., puisque, dans mes clafoutis, c'est 1/2 l de lait).

    Je ne mets que les ingrédients cités ci-dessus : la citrouille remplace le lait et  les fruits du clafoutis.

    On obtient une masse crémeuse, moins liquide que la pâte à clafoutis, mais bien plus fluide que la pâte à quatre quarts.

    Je verse ça dans mon moule à manqué de 30 cm bien graissé et fariné, et je cuis à peu près 45 minutes à four moyen. Comme ma grand mère, tout simplement "comme ça".

    Et surtout, je ne pense pas à faire de jolies photos :

     

    Les cucurbitacées

    Il ne restait qu'une part de ce malheureux qui était resté au four au moins une demie heure de trop.

    Je n'en refais pas, car il ne me faudrait pas de sucre, et dès qu'il y a un gâteau à la maison, j'en mange trop.

     

     

    Il y a quelques jours, on m'a apporté toute cette jolie petite famille :

    Les cucurbitacées

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La plus petite est grosse comme un pamplemousse. Chouette, encore de bon plats en perspective. Merci Jean-Claude.

     

    Une année où nous étions courageux, l'Ours et moi avions épaté la famille. Au repas du soir de Noël, nous avons servi une soupe dans la citrouille. Seule, je n'aurais jamais pu la creuser, c'est beaucoup trop dur. Nous avons réchauffé la "soupière" au four (car pour garder la surprise elle avait passé la journée dans la voiture et il faisait très froid) et versé dedans la soupe chaude au dernier moment.

    Hélas, pas de photos en ce temps-là. On se rend compte que tout a bien changé dans la vie. Sauf mes achats de légumes : toujours ceux qui poussent sous notre climat, à la saison NORMALE.

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    que vous dire ?

    QUE JE VAIS BIEN, mais que je n'arrive pas à mettre mes idées en ordre, et que je ne sais pas par quel bout commencer sans faire trop de blablabla.

    Jeudi, je devais entrer à l'hôpital pour faire faire mon deuxième genou hier.

    Mais voilà que la cardiologue s'est opposée : elle veut d'abord trouver la cause de ma super-hypertension.

    Je pourrais écrire que je ne savais plus sur quel pied danser depuis cette mauvaise nouvelle mais cette expression me paraît inadaptée pour quelqu'un comme moi qui n'a jamais su danser et qui en serait bien incapable en ce moment.

    Comme j'ai du temps libre, je fais de petits bricolages pour Noël et le premier de l'an. Bien sûr je vous montrerai tout plus tard, mes idées vous serviront peut-être l'année prochaine.

     

    Mais surtout, pour une raison que je ne comprends pas, je n'arrive pas à me concentrer sur mon ordi. Je fais un rejet inexpliqué. J'ai envie de faire des articles, mais comme je ne lis pas trop les Copinettes en ce moment, et que je ne leur laisse plus de commentaires, j'ai honte. Tout le monde me croit absente, alors que je regarde bêtement ma montagne habituelle. Je délaisse également ma messagerie, ce qui me vaut ennuis et remontrances.

    J'ai regardé tomber la neige :

     

     

    puis le soleil se lever :

     

     

    et le soleil se coucher :

     

     

    puis fondre la neige

     

     

     

     Neige fondue ? Tant mieux. On a enfin pu recevoir une grosse livraison annulée la semaine dernière pour cause d'accès impraticable : les joies de la montagne !

    L'Ours avait  bien préparé la place :

     

     


     

    La livraison attendue a pu arriver hier.

     

    Trois énormes cartons dont vous verrez le contenu plus tard.

     

    Mon gentil facteur a mis dans ma boîte au lettres une enveloppe très sympa qui contenait devinez quoi :

     

    Cela venait de chez Marithé et Alain, pour que j'aie moi aussi l'impression de vivre dans un jardin de Paradis. Vivement le printemps : deux genoux neufs et plein de graines !

     

    J'ai aussi essayé d'identifier un petit oiseau qui ressemblait à un moineau, ou à un rouge-gorge sans couleurs :

     

    L'accenteur mouchet ? ? ?  Il était loin de moi et n'arrêtait pas de se déplacer.

     

    J'ai enfin une nouvelle date pour mon deuxième genou : le 26 janvier. D'ici là, il faudrait que je me donne des coups de pied au cul pour ne plus procrastiner. Autre expression idiote, car mes genoux ne me permettent plus cette gymnastique : ils ne pourront plus jamais plier comme avant.

     

    Je vais essayer de retrouver ma vie habituelle et :

    - de ne plus me laisser dépasser par des centaines de messages     non lus

    - de répondre aux amis dans des délais raisonnables

    - de me tenir un peu plus sérieusement aux ouvrages que je me programme

    - de bien faire les exercices prescrits par mes kinés

    Je vous souhaite un bon dimanche et un bon début de semaine, tout en vous disant "à bientôt".

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Quel drôle de temps cette année !

    Mercredi, grand bleu sur ma montagne, et quelques taches de couleur sur mon jardin. Regardez-moi ça :

     

    Temps de Toussaint

    Ce n'est pas l'opulence de juin mais, pour la Toussaint, je trouve que c'est plutôt pas mal.

     

    Temps de Toussaint

    Juste un soupçon de gelée blanche, et la surprise :

     

    Temps de Toussaint

    Que dire ? Que je n'y comprends rien, car mes pavots fleurissent habituellement en juin.

    Un rose en premier plan, et un presque blanc un peu plus loin. Très bien formés tous les deux, comme si c'était normal de fleurir maintenant.

     

     

    Temps de Toussaint

     

    Temps de Toussaint

     

    Je profite de ce beau temps pour faire mes foins. J'ai de quoi édifier une belle meule si je rattrape le temps perdu : je peux passer des jours et des jours à arracher et couper toute l'herbe qui est installée partout.

     

    Temps de Toussaint

     

    Vendredi dernier, pour ma Grande qui est arrivée chez nous à la nuit, j'avais fait un petit bouquet. Cri d'horreur quand elle arriva dans sa chambre : "c'est quoi ce bouquet en plastique que tu m'as mis ?". Cri scandalisé de la mère : "non mais, regarde mieux !". Elle n'en revenait pas que j'aie encore autant de variété en fleurs pas de saison.

     

    Temps de Toussaint

    LA nigelle de 2017 : une seule fleur, bien tardive. Dire que, chez tout le monde, quand on en eu une fois, ça se resème partout pour la vie... et que je m'extasie quand une graine arrive à passer l'hiver dans mon jardin.

     

     

    Temps de Toussaint

     

    Les arbres de la forêt derrière chez moi.

     

    Temps de Toussaint

    Le cerisier issu de noyau qui pousse joliment devant ma véranda.

     

    Vous ai-je déjà parlé de ce qui se dit ici ? Il paraît que, quand il y a un tremblement de terre, il neige juste après. Eh bien ça a tremblé samedi ( force 4) et la neige est annoncée pour dans deux jours. L'Ours ne croit pas ces histoires, et pourtant...

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    J'aime les subtilités de notre langue même si, parfois, je me laisse aller à faire quelques fautes.

    En vous montrant le funiculaire du Pic du Jer, j'ai expliqué ce qu'est l'évitement.

    Mais l'évitage ? Aucune chance de voir ça dans mes Pyrénées. J'ai appris ce mot quand je vivais au bord de la Garonne, et que j'y voyais de grands bateaux faire demi-tour dans un espace limité. cette manœuvre se nomme l'évitage.

    Par contre, dans ma montagne, il est difficile d'éviter de rencontrer des horreurs :

     

    Evitage et évitement

     

    On dirait des ressorts de pinces à linge, mais il s'agit des "canapés" des télésièges qui attendent qu'on les remette en place.

     

    Evitage et évitement

     

    Là-bas, au soleil, c'est la station de La Mongie, un des plus beaux ratages au point de vue architectural. On ne voit rien sur ma photo, mais ce n'est pas grave, inutile de s'attarder sur les "mochetés".

     

    Evitage et évitement

    Près du col du Tourmalet, on remarque toujours ça au bord de la route. J'en parlais déjà en octobre 2014, et cela ne s'est pas arrangé : on dirait toujours qu'ils ont agrafé de la toile de jute sur la montagne. Trois ans après, même vision : l'herbe et les fleurettes ne repoussent pas. C'est tout simplement laid.

     

    Evitage et évitement

     

    Comme si les dégâts provoqués par les travaux ne suffisaient pas, il faut que les agriculteurs s'expriment...

     

     

    Evitage et évitement

     

    Je ne vous demande pas cékoissa : on dirait des jardins en terrasses, mais la réalité est moins sympathique. Il s'agit de  sortes de rigoles pour éviter les glissements, suite aux travaux de terrassement pour aménager une piste de ski entre le col du Tourmalet et Super-Barèges.

    Voilà tout ce que j'ai vu en quelques centaines de mètres (voire en une seule centaine) : pas moyen d'éviter ça.

     

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Balade au sommet

    Les élus de mon village ne veulent pas remettre en service notre funiculaire, arrêté depuis 17 ans.

     

    Pour me remémorer les sensations provoquées par ce moyen de transport, je suis allée faire un tour à Lourdes, où le funiculaire du Pic du Jer est en service depuis plus de 100 ans.

     

     

     

     

     

     

    Balade au sommet

     

     

     

    Ici, et sur la photo précédente, vous voyez "l'évitement", autrement dit la double voie qui permet le croisement de la benne montante et de la descendante.

     

     

     Un grand casier permet de monter les vélos.

     

     

     

     

    Balade au sommet

     

    Pourquoi des vélos ? Parce que certains aiment les émotions de la descente en VTT.

    Le Pic du Jer reçoit régulièrement une épreuve du championnat du monde de "mountain bike".

    J'ai juste, posée sur mes deux pieds, regardé le départ de la piste : descendre ça à vélo n'est vraiment pas pour moi.

     

     

     

     

     

    À l'arrivée du funiculaire, on peut visiter des grottes et se promener sur un sentier botanique. J'avais oublié qu'on était en montagne, et je suis montée sans lunettes de soleil ni chapeau pour la balade, ni pull pour les grottes (11° ) et de surcroît mal chaussée. j'ai donc mal profité de l'endroit. Il faisait une chaleur de plein été.

     

     

    Balade au sommet

     

    D'un côté, une vue panoramique sur Lourdes et la plaine. Vous pourrez revoir ici le château, et  une visite en haut du château..

     

     

     

    Balade au sommet

     

    De l'autre côté, des montagnes et encore des montagnes. Finalement, je m'aperçois qu'il n'y a pas que Bernadette et les lieux de culte à Lourdes. On peut aussi y faire du vrai tourisme.

     

    Sur mes deux dernières photos, on voit la "frontière" entre la plaine et les Pyrénées. Il suffit de prendre les routes, qui zigzaguent entre les montagnes en longeant les gaves, pour changer de paysage sans grimper.

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires