• Presque six semaines

     

    Presque six semaines

    Vous me voyez là et vous me trouvez très ordinaire ? Un banal index gauche. Eh bien, il y a presque six semaines, je l'ai échappé belle ! Vous connaissez le sens de gauche pour dire maladroit ? C'est la main droite de la fourmi qui fut gauche en éminçant des poireaux début septembre. Il faisait déjà un peu frisquet et la nécessité de faire une soupe s'était imposée.

    Depuis plusieurs décennies, elle coupe ses légumes sur une planche au moyen d'un grand couteau. Ce jour-là, armée seulement d'un petit couteau, elle taillait sans barguigner, quand... je ressentis un drôle de truc. Aïe, la bêtise !

    Normalement c'est les pommes de terre ou les pommes qu'on épluche en entamant légèrement la chair, pas les doigts. On n'a pas retrouvé le copeau de peau : il a dû partir à la soupe !

     Je vous fais le film à l'envers : la guérison tout d'abord, la partie sanglante à la fin.

     

    Cinq semaines

    Me voilà il y a une bonne dizaine de jours, au moment où la fourmi a enfin décidé de se passer de pansement. Ça commençait à lui coûter cher ! Elle en a tout de même utilisé plus d'une boîte, vous savez, les bandes qu'on coupe aux ciseaux.

    La semaine d'avant, la croûte était enfin tombée, mais la peau nouvellement reconstituée était très fine et fragile. C'était hypersensible.

     

    Cinq semaines

     

     

     

    Cinq semaines

    Après quelques jours sanguinolents, ça avait fini par sécher un peu, et la croûte protectrice s'était enfin formée..

     

    Je vous présente enfin la grosse blessure qui a tant fait rigoler l'Ours. Le premier jour, il a tout de même regardé, constaté avec la fourmi que c'était propre et pas profond. Donc, les jours suivants, il l'a jugée bien douillette.

    Cinq semaines

    ( Non, ce n'est pas une entaille profonde et béante, c'est juste comme on faisait des galips* dans les Landes pour gemmer les pins. )

    Ils ont bien arrosé la plaie avec de l'eau oxygénée. Elle a protégé, surveillé : tout s'est bien passé. Elle posait le pansement (super, ils ne collent plus aux plaies comme dans le temps !) en laissant circuler l'air pour faire sécher.

    Elle mettait des gants, faisait de jolies poupées pour la douche. Bien fait pour elle ! Elle n'avait qu'à faire attention. C'est pas la peine de regarder des cuisiniers à la télé : on sait bien qu'ils plient les doigts au lieu de les offrir au couteau. Elle a vécu le doigt en l'air. Pas le petit doigt en tenant sa tasse de thé comme dans le grand monde, non, moi son index gauche.

    Je me demandais si je retrouverais une empreinte digitale normale. Je suis un peu rassuré pour mon devenir immédiat. MAIS... d'autres dangers menacent. La fourmi a acheté un cutter rotatif pour son patchwork !!!!! Ça coupe drôlement ce truc-là. Et j'ai peur que ça dérape quand elle coupe avec élan le long de sa belle règle graduée. En plus, depuis que Mme blogue, la fourmi s'amuse de tout. Elle pense tout le temps à vous. Vous vous amusez, vous, à photographier vos bêtises ? Non, vous êtes des gens raisonnables, pas elle.

     

     * galips : je vais aller en vacances dans les Landes, et je vous raconterai la vie de la forêt

    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    13
    Dimanche 18 Octobre 2015 à 18:00

    Merci à tous ceux qui compatissent. Mais, même si ça a mis 6 semaines pour ne plus me gêner, je n'ai pas eu mal. Il y a juste que c'est encore très sensible.

    Quant aux couteaux japonais, j'en ai peur et les cutters de toutes sortes je m'en méfie. J'ai réussi à me blesser avec une scie de jardinier...en la sortant de l'étui.

    Je n'ai pourtant pas l'impression d'être particulièrement maladroite. Il faut croire que les trucs qui coupent ne m'aiment pas.

    12
    Dimanche 18 Octobre 2015 à 17:50

    C'est certain que cela a dû être douloureux et long à guérir .

    Il faudra faire très attention au cutter qui est pour moi encore plus dangereux .

    L'année dernière j'ai acheté un couteau japonais et je me suis blessée au doigt lors de la première utilisation et maintenant je fais très attention  .

    Ce matin il a plu et cet après-midi temps gris .

    Bises

    11
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 21:34

    bon et bien c'est décidé : je n'irais pas manger de soupe chez toi : je suis végétarienne. La soupe aux pois oui, aux doigts NON.

    Tout est bien qui fini bien, c'est pour ça que j'ose l'humour.

    10
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 16:42

    Bonne guérison, comme cela est difficile à cicatriser les bouts de doigts.

    L'an dernier je mettais gelé le bout d'un pouce et j'avais des crevasses qui ne voulaient pas cicatriser. C'était douloureux et s'ouvrait toujours. On ne se rend pas compte lorsque tout va bien comment le bout de nos doigts est important.
    Bon repos et reviens vite. Bises

    9
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 14:15

    Aïe ouille !! ... Gare au cutter rotatif, quand même, c'est vicieux ces bestioles !

    8
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 08:00
    Cappuccinette

    Ouille ! J'ai mal pour toi ! 

    Je me rappelle m'être taillé un petit Cappsteak dans des circonstances du même genre (on veut aller vite, ne pas sortir la planche, ne pas avoir à la laver... quelle bêtise !) et c'est fort long ! Mais ta première photo (ou dernière dans le temps) montre que ton doigt est tout beau ! Ouf ! 

    Fais attention à toi ! Bises de Capp

    7
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 20:16
    CathyRose

    Oh ma pauvre tu as dû déguster quand même ! C'est presque pire qu'une coupure un peu plus profonde ! Bon heureusement ça n'est plus qu'un mauvais souvenir alors ... attention la prochaine fois que tu éplucheras des légumes !
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

    6
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 11:37

    Ah la la, je compatis, faisant partie de la grande famille des "maladroites qui se font mal pour un oui ou pour un non" des Gaston Lagaffe, quoi, hi hi...

    Ado, j'ai même réussi à me brûler en penchant ma tête au-dessus d'une casserole de purée : résultat : une elle brûlure sur le nez... aïe... je me suis entamé le gras du pouce un jour, en épluchant des pommes de terre... et là, ça saigne +++...

    Tu les racontes bien, tes aventures quotidiennes...

    Bises, belle journée;

     

    5
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 09:48
    Couleur-Parenthèse

    Cela m'arrive fréquemment ce genre d'ennui! Avec les épingles en couture ou les couteaux de cuisine, pas plus qu'hier encore! C'est long à cicatriser! Et c'est très douloureux! Et moi je déguste avec ma peau fine comme du papier à cigarette! Tu peux enduire ta plaie avec de l'huile essentielle de lavande en bio, c'est très réparateur! Je l'ai fait quand je suis tombée dans les ronces et que j'étais toute griffée!

    Nous partons aussi en Cévennes demain! Suis contente!Bonne vacances à toi avec les tiens! Bise de jour! biggrin

    4
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 09:40

    C'est vrai que c'est un Petit Bonheur pour moi de te lire à chaque article !

    En ce moment il faudrait une encyclopédie pour noter mes "betises" et ton talent pour les raconter.

    Tu as bien cicatrisé : tu es en "bonne santé", donc concluerais-je. Mais que c'est gênant ces "trucs" là!

    Prend bien soin de toi.

    Isabelle de d''Angouleme ( ca sonne bien, non? LOL :p)

    3
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 09:32

    oh là là tu t'étais bien entamé !

    2
    Danielle
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 09:04

    Trop beau reportage même si cela fut douloureux pour vous

    C'est un régal de vous lire à chaque fois

    Bonne fin de guérison et à bientôt pour d'autres aventures

      • Jeudi 15 Octobre 2015 à 09:21

        Je suis "trop contente" de votre commentaire. Je ne sais absolument rien de vous, et je trouve ça magique. Que du bonheur de recevoir des compliments ! Merci beaucoup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :