•  

    Vous connaissez le film "les bronzés font du ski ? " Je ne l'ai pas vu depuis longtemps, mais j'en ai gardé quelques souvenirs.

    Je vis dans un village envahi par les skieurs quelques semaines par an. J'espère que vous ne faites pas partie de cette race, car nous les estimons assez peu. S'il ne nous gênaient pas, nous nous amuserions autant que dans le film.

    Notre vie quotidienne est pleine d'anecdotes.

    Quand nous marchons dans la rue, ou plus exactement sur un trottoir, il n'est pas rare que l'un d'eux sorte d'un immeuble avec les skis sur l'épaule : surprise du piéton désarmé quand il se trouve nez à nez avec une paire de skis !

    Les mêmes, quand ils marchent dans le village, n'hésitent pas à regarder derrière eux pour voir un copain ou le paysage. Et comment font-ils ? Ils ne tournent pas seulement la tête, mais le buste entier. Et comme ils ont les skis sur l'épaule, voilà un moulin qui tourne à l'horizontale, tant pis pour les piétons qui ont la malchance d'être trop près. Pour ma part, je suis toujours sur le qui-vive.

    Quand nous sommes en voiture, méfiance aussi, car le skieur en vacances se croit tout permis : il est le roi.

     

    Skieurs contre habitants

    Vous ne devinez pas ici qu'il s'agit d'une rue. Le skieur qui tire son petit ne le sait pas lui non plus. La neige le fait exprès : elle tombe PARTOUT, même sur le seul itinéraire qui nous permet de monter chez nous. Et nous, nous sommes les gêneurs empêchant de skier librement, les dérangeurs de vacanciers. Notre voiture est capable de passer partout, à condition que les humains respectent un minimum le code de la route.

     

     

    Skieurs contre habitants

     

    Skieurs contre habitants

     Et là, que voyez-vous ? Un employé communal qui passe la fraise pour que nous puissions descendre au village. Mais les skieurs ont aussi des enfants et tout le monde (sauf nous) trouve très pratique de transformer notre ruelle en piste de luge.

    Les vacanciers n'arrivent pas à comprendre que la neige "lugée" et tassée devient une véritable patinoire inutilisable par les piétons. Ils s'en fichent car ils logent ailleurs.

    La solution ? Déneiger jusqu'au goudron. Mais il faut faire vite avant que les sans-gêne n'attaquent.

    La forêt est à quelques pas, mais c'est trop loin pour eux...

     

    Il y a aussi ceux qui se promènent sur la route qui monte chez nous. Ils sont sympas, dès qu'ils voient ou entendent la voiture, ils se mettent sur le côté...mais chacun du leur : quand ils sont trois, il y en a toujours un sur un côté, et deux de l'autre.

     

    Skieurs contre habitants

    Là, on oblique à droite, ce qui les surprend. Ils n'imaginent pas qu'on habite si haut. Et nous devons prendre notre élan.

     

    Skieurs contre habitants

     

    Et là, il y a un virage, on ne voit pas si des piétons traînent par là. Et il y a surtout plein de skieurs qui descendent, alors que c'est une rue où passent des chasse-neige, pas des dameuses.

    Mais le skieur ne respecte rien, ne comprend rien.

    Un copain dameur en a vu (et entendu un) qui croyait que la neige tombait en faisant de petites vagues; Il fut stupéfait de découvrir que des machines, conduites par des hommes, faisaient cela.

    Skieurs contre habitants

    Photo prise un soir à la lueur de la lune et de mon téléphone au retour d'un repas au restaurant, peu après le passage de la dameuse.

    Je suis pendant trois semaines hors des soucis de la vie quotidienne. Avant de partir, je me suis amusée à faire le tour des petites choses auxquelles j'allais échapper.

    Par contre, je me doute bien que la rééducation n'est pas un moment des plus agréable, mais j'espère vivre dans un cocon d'attentions loin du quotidien.

     

    À bientôt

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Hier, je vous ai montré comment la neige commençait à s'installer. Elle est tombée sans interruption nuit et jour et ce n'est pas fini...

    Ce matin, nous avons constaté que les prévisions météorologiques étaient exactes. Pas tout à fait l’horreur, mais presque.

     

    Jolie mer blanche

    Elle est vraiment trop là

     

     

    Elle est vraiment trop là

    Une partie de la neige du toit de la maison était tombée sur la véranda, et en glissant avait entraîné celle de la véranda sur l'allée.

     

    Elle est vraiment trop là

     

    L'Ours devait dégager cette montagne compacte pour que nous puissions sortir.

     

    Elle est vraiment trop là

    Non, je n'ai pas dit "attention au rosier", il ne pouvait pas faire autrement. Tout à gauche, il y a l'aucuba dont je vous parlais hier. Comprenez-vous pourquoi il se casse souvent ?

     

    Elle est vraiment trop là

     

    Derrière  la maison, il y a une sorte de venelle où l'Ours descend parfois pour la nettoyer. Le bas de la fenêtre à volets gris lui arrive à peu près au niveau du cou en temps normal. De ce côté de la maison, nous avons supprimé les arrêts de neige, alors tout tombe, et le toit souffre moins.

     

    Elle est vraiment trop là

     

    Cette photo est pour mes petits. C'est la fenêtre des Gentianes, que certains appellent le dortoir.

     

    Je voulais leur montrer ce qui est entassé, tout à fait naturellement par le ciel, sur le toit de l'auvent qui est en contrebas.

     

    Je crois que Pitchounette ne pourrait pas voir le jardin.

     

     

     

    Elle est vraiment trop làElle est vraiment trop là

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après avoir dégagé le passage, l'Ours a essayé de faire le vide sur le toit de la véranda. tantôt par en haut, tantôt par en bas.

     

    Elle est vraiment trop là

     

    Cette énorme photo a été prise dans la matinée. L'Ours a chaussé les raquettes dans un but précis : aller chez Voisine et tasser un peu la neige pour pouvoir y jeter une partie de la nôtre.

     

    Elle est vraiment trop là

     

    Et voilà la touche finale.

    Le petit portail a réapparu, le chemin est tout propre.

    La météo nous annonce encore 50cm.

    Je ne sais pas comment on va transporter à la voiture les quelques bagages qui nous restent.

    Bon, dans tous les cas on y arrivera et nous partirons respirer l'air marin.

     

     

     

     

    J'ai programmé quelques trucs ... et je vous ferai signe à mon retour.

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Elle était attendue depuis l'automne. Eh bien, ce coup-ci, elle est bien là.

    Tout était blanc depuis mardi, et au cas où les déplacements deviendraient difficiles, l'Ours et moi sommes descendus vendredi  dans la vallée pour quelques courses.

    Au retour je me suis amusée à vous faire un petit reportage.

    Elle est un peu là !

    On part pour 550m de montée en 7 ou 8 kilomètres. "En bas" il neige assez peu : nous habitons deux mondes différents.

     

    Elle est un peu là !

    Plus on monte, moins les traces sont visibles.

     

    Elle est un peu là !

    Le chasse-neige est passé peu de temps avant nous.

     

    Elle est un peu là !

    On arrive à la petite rue qui grimpe chez nous (nous y sommes les seuls habitants, le chasse-neige était passé le matin, mais il neige depuis des heures)

     

    Elle est un peu là !

    Presque arrivés au but.

    Rassurez-vous. Nous n'avons rien de héros. Notre voiture est équipée de pneus-neige, et  Direction Départementale des Territoires et Mairie font bien leur boulot. Nos routes et rues sont dégagées régulièrement. Aujourd'hui dimanche, les ouvriers communaux ont passé la fraise dans notre ruelle où seuls passent des piétons.

    Il a beaucoup neigé aujourd'hui, et le plus gros reste à venir.

     Aujourd'hui, je continue à vous montrer comment ça se passe les jours de neige.

    Elle est un peu là !

    Ci dessus, camouflage au fil des heures. Explications ci-dessous.

     

    Elle est un peu là !

      Mon aucuba, âgé de 16 ans se casse fréquemment sous le poids de la neige.

     

    Cette année, l'Ours lui a fabriqué une armature de tipi, et j'ai jeté dessus un vieux bout de chiffon synthétique.

     

    C'est à cause de cette protection qu'il ressemble à une pyramide.

     

    L'Ours a pris ses précautions :

     

     Elle est un peu là !

    Un petit portail à claire-voie est plus facile à ouvrir qu'une énorme porte en bois.

    Nous partons mardi pour quelques jours. Nous avons monté la voiture, l'avons chargée de ce qui est lourd, et l'Ours l'a redescendue à l'abri au garage dans le cœur du village.

    J'espère que cette météo ne vous cause pas trop de soucis, et que tout se passe bien pour vous. Je viens de voir la TV, c'est la joie pour personne, même pas pour les skieurs.

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Nous voilà déjà en décembre !

    Mon village et la station de ski attendent désespérément la bonne chute de neige. L'ouverture est reportée de semaine en semaine.

    Les commerçants sont prêts. La copine a ré-ouvert son restaurant, étrennant les nappes neuves :

     

    DécembreDécembre

     

     

     

     

     

     

     On ne voit pas que j'ai ramé, et ça fait très joli.

     

    La neige sale tombée le 22 novembre est toujours là. Je vois des îles à l'envers : un centre en eau, entouré de sable, avec le sol dur tout autour :

     

    Décembre

     

     

    Décembre

     

    Décembre

     

    La neige ramassée dans mon assiette s'est évaporée. Comme à la mer le fond a dessiné des vagues, alors que je n'ai pas fait de mouvements :

    DécembreDécembre

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce n'est pas vraiment du sable, on dirait des pigments.

    Le chasse-neige était passé sur notre chemin. Les tas du bord s'évaporent peu à peu, la poussière rouge reste en surface, par moments cela ressemble à des blocs de sel de l'Himalaya, celui qui sert à faire des lampes :

     

    Décembre

     

    Vendredi je suis allée à Pau au salon "Fils croisés". J'ai fait des provisions de fournitures introuvables en magasins. J'ai parlé à d'autres acheteuses : elles m'ont confirmé qu'on ne voit pas ce genre de choses dans les Hautes-Pyrénées, ni les Pyrénées-Atlantiques.

     

    Décembre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au retour, en m'arrêtant à peine,(pourtant rien ne pressait, ma route des gorges était fermée de 14 à 18 heures) j'ai admiré la chaîne des Pyrénées (un peu brumeuses) qui forment un vrai rempart bordant la plaine :

    Décembre

     

     

    Décembre

    Vous devinez la montagne la plus haute, toute grise, dans la partie gauche ? C'est le pic du midi de Bigorre au pied duquel je vis.

     

    Notre famille reporte elle aussi les décisions de semaine en semaine. Pourtant il ne nous reste guère de temps pour décider de chez qui nous faisons Noël, du thème que nous choisissons et de "qui fait quoi". Un thème déterminé, c'est bien : on évite la routine, ça change tous les ans, on fait travailler nos méninges et on s'amuse autant dans la préparation que dans la journée elle-même.

    Les années passées, il y a déjà eu l'Italie,  le noir et blanc, les graines et épices, Noël de crise, ici aussi) l'Asie, et j'en oublie.

    On va choisir entre Scandinavie, Espagne, une région, une ou deux couleurs, et pourquoi pas une forme particulière (boule ou autre), ou encore autre chose.

    Chacun et chacune est très occupé, mais nous sommes optimistes. Nous avons toujours réussi, nous réussirons encore.

    Parmi vous, j'en connais qui s'affairent, publient plein de belles choses : je suis en admiration. J'ai entrepris -un peu tard- de la couture, des bricolages : pourvu que j'y parvienne dans les temps.

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    La météo avait raison, nous avons vu hier les premiers flocons au village. Très gros, vilains, tout mouillés, ils s'écrasaient au sol, et faisaient des flaques sur la véranda :

    Premiers flocons

     

    Sur les hauteurs, juste au dessus de chez nous, entre deux nuages, on voyait que ça blanchissait un peu.

    La température est passée de +11 vendredi soir à seulement +5 hier soir et +2 ce matin.

    Voilà ma carte postale du jour :

     

    Premiers flocons

    Pour mémoire, voilà celle du 15 octobre :

    Premiers flocons

    Vous constatez que c'était moins blanc, et que ça descendait moins bas. C'est à ces petites différences qu'on voit que l'hiver arrive. En face, sur la droite, il y a la station de ski de Luz-Ardiden, qui devrait ouvrir le 3 décembre.

    Et de ce côté, on se dirige vers celle de Grand-Tourmalet dont les pistes finissent au coin de notre portail (quand tout va bien), et dont l'ouverture est prévue le 26 novembre :

    Premiers flocons

    Toutes ces photos sont prises depuis la maison, avant que le soleil n'attaque la pellicule blanche.

    Il va en falloir des jours de neige et de froid pour que les skieurs puissent réinvestir notre montagne ! Je crains pour eux qu'il ne faille repousser, comme très souvent.

    En attendant, nous sommes toujours entre l'automne et l'hiver :

     

    Premiers flocons

     

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique