• Le Familistère (l'Aisne 2)

     

    Depuis quelques jours, je vois à la TV des pubs de la marque Godin. Et je me dis qu'il faut que je continue mon récit de voyage dans l’Aisne.

    Nos amis nous ont conduits à Guise (prononcer GU-ISE) pour visiter un endroit incroyable, que nous avons vraiment beaucoup apprécié.

    Charles Godin (né en 1817), chef d'une très belle entreprise qui fabriquait déjà des poêles et des cuisinières, a voulu que ses employés profitent du progrès et de conditions de vie décentes, dès le XIX° siècle. Il voyait que leurs logements étaient misérables et leurs habitations insalubres, et il avait la solution.

    Il a fait construire, entre 1859 et 1884, cet immense bâtiment nommé Le Familistère en s'inspirant des travaux de Charles Fourier (mort en 1830) qui rêvait d'un lieu de vie nommé phalanstère. J'en avais entendu parler dans mon enfance, sans savoir où ça se trouvait, et l'idée était tout à fait à mon goût, car j'avais toujours vécu seule avec mes parents sans voisins ni copains proches.

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

    Le bâtiment des logements, dit le "palais social".

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

    Les habitations sont toutes traversantes : des fenêtres sur l'extérieur, pour que tout le monde profite des bienfaits de la lumière naturelle, et les entrées donnant sur des coursives articulées autour de la "place centrale". Les appartements sont "simple" ou double" selon la taille de la famille locataire.

    Une immense verrière éclaire l'ensemble et permet une vie de village animée par des rencontres et des fêtes.

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

     

    La mosaïque du   sol de cet espace est magnifique.

     

     

    Un escalier dans chaque angle, et l'eau ainsi que des cabinets d'aisance à tous les étages. Ici, des explications sur la conception et la construction du bâtiment.

     

     

     

     

     

    Et voilà la "Tour de la propreté" qui recèle des merveilles pour l'époque.

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

     

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)Le Familistère (l'Aisne 2)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vous imaginez ? Avant 1900, de l'eau chaude au robinet et une piscine à fond mobile ?

     

     

     

    Ci dessous, c'est le fond de la piscine, avec les plages sur les côtés.

     

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

    Une photo de vieille photo, c'est pas très beau. C'est juste pour imaginer...

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

    Dire que j'ai accompagné ma grand mère au lavoir dans les années 1960, presque un siècle plus tard...

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

    Le sol, d'origine, dans un des appartements. Une partie de cet ensemble est devenue musée, mais un bon nombre d'appartements est toujours habité par les descendants des premiers sociétaires.

     

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

    Le théâtre, toujours utilisé par la commune, ainsi que l'école.

    Il y a aussi les économats, et tout ce qui est nécessaire à la vie moderne. D'ailleurs, pour un prix très modique, nous avons mangé sur place, dans un de ces bâtiments annexes.

     

    Nous étions chez un fabricant d'appareils de chauffage, et nous en avons vu quelques uns au fil des salles, dont certains très mignons.

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

     Dans le courant du Fouriérisme, plein d'expériences plus ou moins idéalistes ont été menées. Cette carte les situant est exposée au Familistère :

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

    Pour des raisons qui nous échappent, le nord est en bas et le sud en haut. Vous voyez l'Espagne en haut à droite. Je vous en agrandis une partie à l'endroit, mais c'est les écritures qui sont à l'envers :

     

    Le Familistère (l'Aisne 2)

     

     En me servant de la carte, j'ai pu trouver des renseignements (plus ou moins digestes) sur :

    Terre libérée à Luynes, L'Intégrale à Puch d'Agenais, la Colonie sociétaire de Cîteaux, l'essai d'Aiglemont, la Colonie sociétaire de Condé sur Vesgre, l'Expérience, l'Imprimerie de Boussac de Pierre LEROUX, etc...

    Une des dernières survivantes de ces expériences est la SCI de la Colonie sociétaire de Condé sur Vesgre.

    J'adore ces histoires d'utopies devenues réalités. C'est juste dommage que les idéalistes n'aient pas assez "cadré" leurs tentatives de vie ou de travail communautaire.

    Maintenant les SCOP sont au point pour la gestion des entreprises, au grand dam des capitalistes.

    Pour l'habitat, il y a de plus en plus de réalisations d'habitats partagés (ou groupé ou participatif). Chacun son petit chez soi, mais gros investissements en communauté : grande salle pour repas de groupes, chambres "d'amis", jardin, animations. Bien sûr, l'Ours étant bien un ours, il n'aimerait pas ça. mais moi, si.

    Inutile d'avoir tous une grande maison remplie occasionnellement, il vaut mieux partager.

     

     

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    9
    Jeudi 11 Avril à 10:55

    Quel extraordinaire ensemble !

    8
    Samedi 6 Avril à 07:43

    c'est vraiment de toute beauté ♥

    7
    Hélène
    Samedi 6 Avril à 07:27
    Chouette de le voir en vrai ! J'en avais entendu parlé, je ne sais plus comment j'étais tombée dessus, via cette vidéo de l'INA : https://fresques.ina.fr/picardie/fiche-media/Picard00540/le-familistere-de-godin-l-utopie-realisee.html, pas mal réalisée...

    Des bises !
    6
    Vendredi 5 Avril à 07:03

    Je connaissais des logements "ouvriers" à Paris, logements sociaux avant l'heure, mais pas le familistère, même si j'ai appris au lycée, dans le cadre de l'étude des utopistes du XIXème siècle, les "phalanstères"...

    Je ne connais pas les logements participatifs, mais quand je vois dans les lotissements avec quelle hâte les habitants emmurent leur jardin.... je me demande aussi si ce genre de choses permet à ceux qui y habitent de s'isoler quand ils ont envie de solitude...

    Bises, belle journée

      • Hélène
        Samedi 6 Avril à 07:35

        Coucou NiniDS, 

        Je suis passée dans pas mal d'habitats groupés ces dernières années et l'idée est que chacun ait sa maison, son appartement ou son chez soi comme dans un habitat "normal", mais qu'à l'extérieur, il y ait des espaces communs, partagés et, la plupart du temps, les voisins sont cooptés pour garder un même esprit de voisinage. Aucune obligation de participer à des choses en commun, mais la possibilité de part la proximité géographique et l’existence d'espaces dédiés, de faire des choses ensemble. 

        C'est très loin de l'esprit "communauté" où tout le monde vit ensemble dans la même maison en travaillant tous ensemble par exemple.

        On avait écrit quelques lignes sur un habitat groupé en Belgique il y a quelques années si tu veux jeter un oeil : side-ways.net/webmag2

        Voici le site qui était, à l'époque, la référence dans le domaine :https://www.habitat-groupe.be/

        Belle journée !

    5
    Vendredi 5 Avril à 05:31

    Merci ! Quel reportage étonnant pour ne pas écrire "détonnant" ...

    4
    Jeudi 4 Avril à 21:46

    Coucou Jolie Fourmi! c'est très intéressant cet article! Oui moi aussi je m'étais bien penchée sur ces expériences communautaires. Le bâtiment est en tout cas étonnamment contemporain avec ses verrières!Je t'embrasse!biggrin!

    3
    Jeudi 4 Avril à 21:00
    Isabelle Miaou

    Pour moi petite le familistere etait un magasin cooperatif mais sur le net je n'ai trouve que cela https://fr.wikipedia.org/wiki/Familist%C3%A8re_(%C3%A9picerie)

    c'etait un magasin ou j'allais faire des courses pour ma Grand-mere ...

    Merci pour cette visite et cette decouverte.

    Bises de Charente

    2
    Jeudi 4 Avril à 20:11

    vraiment très intéressant ! merci pour ce reportage

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :