• L'horreur à Paris

     

    Que penser, que faire, que dire aujourd'hui ?????

    La France encore plongée dans le drame, les français de plus en plus secoués.

    Je ne sais pas faire facilement, je n'ai pas envie de chercher, mais si je pouvais, je mettrais bien sur cette page tous les yeux qui saignent, tous les "Je suis Paris", etc...

    107514160_o

    Je suis profondément choquée, mais je me dis que pour résister à ces fous, il faut continuer comme si de rien n'était. Je ne peux pas me contenter d'écrire "blog en deuil". Je ne peux m'empêcher d'y aller de mon commentaire, comme en janvier.

    Il faut vivre, sortir, ne pas changer de comportement. On ne va pas tout s'interdire parce que cela ne leur plaît pas. Ils ne peuvent pas supprimer tous les humains qui ne sont pas fanatiques comme eux.

    Et si une grande marche est autorisée, il faudra encore plus de monde que le 11 janvier. J'ai vu et écouté le philosophe Abdennour Bidar sur l'A2 : il explique que ces fanatiques ont voulu punir les français qui avaient trop manifesté en janvier. Ce matin, j'ai déjà trouvé admirable que des quantités de volontaires assaillent les centres de transfusion pour donner leur sang.

     

    Jeudi, je suis allée au salon "Fils croisés" à Pau et j'en suis revenue avec 1,190 kg de projets :

     

     

    Hier, je n'ai rien déballé, car occupée à autre chose. Aujourd'hui, je n'ai pas la tête à ça. Si j'habitais en ville, je crois que j'irais dans les rues pour clamer "même pas peur !"

    Je ne peux pas céder à la terreur et me terrer avec mes ouvrages. Rester enfermée avec mes chiffons par choix, c'est le bonheur. Mais je ne supporte pas l'idée d'être cloîtrée à cause de la folie inhumaine.

     

    Les fleurs continueront à fleurir, et j'espère que nous nous en réjouirons encore longtemps, ainsi que des petits plaisirs de nos vies que les islamistes extrémistes voudraient nous interdire.

     

    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    10
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:25

    Non il ne faut pas changer nos modes de vies.

    Mais il ne faut surtout pas changer nos modes de pensées.

    Ne devenons pas raciste. 7fous ne représentent ni une nation ni une religion.

    9
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:35

    Nous sommes tous abasourdis par ce terrible drame survenu à Paris .

    Tous ces innocents tués au nom d'une cause obscure , il faut faire face et ensemble se battre .

    8
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:36

    moi j'ai peur!

    Je ne connais pas   Paris mais mon regard a change.

    J'ai peur et je ne sais comment je vais gérer cela!

    Bisous

    7
    Macha
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 13:26

    « Que penser, que faire, que dire aujourd'hui ????? » se demande la Fourmi suite aux drames que Paris vit.

    Là sont les questions que je me suis posées à la lecture du message de la Fourmi et des réponses données par vous, lectrices de ce blog.

    Me taire ou oser dire. Si je choisis de dire, que dire et comment ?

    Je choisis de dire et vais faire en sorte de dire au mieux de mon état...

    De vous dire, d’abord, que j’ai souvent ri à la lecture du blog de la Fourmi. Ce matin, j’ai mal, je suis triste, j’ai les larmes qui me viennent en découvrant vos propos.

    A Paris, j’habite. Au Bataclan me suis plusieurs fois rendu pour des spectacles ou au gala de fin d’année d’études de ma fille.

    Le quartier Oberkampf, ce 11ème arrondissement fréquente souvent pour ses galeries d’art, pour ses pimpantes boutiques, pour ses bistrots et autres lieux de vie, de restauration, de festivités.

    Je ne sais, ce matin, si j’arriverai à y retourner tant, au travers des images vues depuis hier, tant je l’ai vu blessé, abîmé, définitivement changé.

    Alors quand je lis « Oui il ne faut rien changer à nos vies », heureusement que l’auteure ajoute « c'est sûrement plus facile pour nous en province car nous sommes moins exposés ».

    Que vous le vouliez ou non, que vous l’acceptiez ou pas, nos vies sont changées avec de telles violences, de tels actes.

    Quand je lis, une fois :"même pas peur", puis une deuxième fois : « En effet même pas peur!!!!!! », puis une troisième fois : « Tu as raison il ne faut pas avoir peur »,  

    en réponse aux propos de la Fourmi :

    « Je suis profondément choquée, mais je me dis que pour résister à ces fous, il faut continuer comme si de rien n'était. Je ne peux pas me contenter d'écrire "blog en deuil". Je ne peux m'empêcher d'y aller de mon commentaire, comme en janvier. 

    Il faut vivre, sortir, ne pas changer de comportement. On ne va pas tout s'interdire parce que cela ne leur plaît pas. » 

    Quand je lis tous ces « même pas peur, il ne faut rien changer », j’ai mal car l’ai l’impression d’être bizarre d’avoir peur.

    J’AI PEUR, et je vais forcément changer, même à mon insu, ma façon d'arpenter, de flâner, de me distraire dans Paris.

    Je me permets de vous dire que je doute de vos « même pas peur ». Qui pour moi sonnent comme des dénis d’un réel effrayant.

    Je pense, et n’engage que moi en le disant, que la première étape est de reconnaître que l’on a peur. C’est normal et sain d’avoir peur, me semble-t-il

    La deuxième étape étant de se demander comment l’on va gérer cette peur, ce que l’on va en faire, comment l’on va la transmuter pour ne pas céder au repli sur soi ou au rejet de l’autre, à la haine, aux dénominations tels que : « ces fous », « ces fanatiques », « ces débiles tortionnaires et lâches ».

    Je pense qu’il nous appartient, enfin je parle pour moi, de reconnaître que ces personnes font partie de notre Humanité et qu’elles ne sont pas devenues ainsi par hasard.

    Je préfère me poser la question, à mon humble niveau d’humaine, dans sa soixante-dixième année, en quoi, chaque jour, je participe à augmenter, amplifier l’amour de moi-même et de celles et ceux que je rencontre ou en quoi, chaque jour, j’arrose –pour prendre une métaphore chère aux jardinières…- en quoi j’arrose, les autres et moi-même, de propos jugeants, discriminants, rejetants. Chacun d’entre nous, je pense, là où j’en suis de ma vie, participe positivement ou pas de ce qu’est l’HUMANITE. Pour éviter tout méprise, il ne s’agit pas de cautionner ou d’ignorer mais de se poser la question, ainsi que le fait la fourmi : « Que penser, que faire, que dire aujourd'hui ????? ».

    La Fourmi ajoute :

    « Je ne sais pas faire facilement, je n'ai pas envie de chercher, mais si je pouvais, je mettrais bien sur cette page tous les yeux qui saignent, tous les "Je suis Paris", etc... ». 

    Alors,  Fourmi chère à mon cœur, en osant faire un tout petit peu, en cherchant un tout petit peu, il y a des choses très simples, fort banales qui aident à ce que la VIE continue, se poursuive au mieux des possibles. Se manifester.

    Mais peut-être ces actes tout simples et, apparemment, anodins, demandent au préalable de reconnaître que oui, l’on a peur, qu’on en a le droit, voire la nécessité, car, de mon point de vue, seule cette reconnaissance nous empêchera de nourrir la haine et la vengeance.

    Mon cœur est lourd, mon cœur est triste, en ce dimanche de deuil national et de Paris aux portes majoritairement closes. Et j’ai besoin, nous avons besoin, nous parisiens et parisiennes, de signes, de gestes, de mots autres que « même pas peur ».

    Macha, un « cœur à l’envers »... dont les yeux ne saignent pas mais pleurent, ce dimanche 15 novembre 2015.

     

     

    6
    Sylvie
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 11:26
    Olala!!! Je reviens sur tes achats au salon de Pau! Tu vas fabriquer de jolis cadeaux de Noêl pour toute ta famille....N'oublie pas de les prendre en photos pour nous les montrer à la prochaine cure d'octobre ou sur ton blog. Tes fleurs continuent leur vie paisiblement... Bises de Sylvie
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    andrée
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 11:02

    Bonjour.

    Tu as raison il ne faut pas avoir peur, continuons notre vie

    personne ne peut nous en empêcher. J'ai un énorme chagrin

    pour tous ces gens ,

    Continue à nous enchanter avec tes fleurs, tes anecdotes etc.

    Bises. Andrée.

    4
    girondine
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 09:57

    En effet même pas peur!!!!!! au contraire il faut montrer à ces débiles tortionnaires et lâches que nous continuons à vivre même si notre coeur pleure. Hier soir j'ai mis une grosse bougies sur ma clôture elle ne sait pas éteinte de la nuit. Un petit geste que d'autres ont fait aussi. Il ne faut pas se terrer

    ils seraient trop fière d'eux.

    bises à vous

    3
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 09:39

    La violence aveugle et lâche peut sembler vaincre, mais ce n'est jamais que provisoire, la lumière, l'amour et la vie seront les plus forts. Tenons-nous debout, tu as bien raison, et "même pas peur"...

    Bises, bon dimanche.

    2
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 07:11
    CathyRose

    Oui il ne faut rien changer à nos vies mais c'est sûrement plus facile pour nous en province car nous sommes moins exposés ! S'il y a marche je ne pourrai pas en être, je pars en voyage pour deux semaines, mais je serai de tout cœur avec tous les français ! Hier soir j'ai allumé une bougie en hommage à toutes ces personnes qui ont perdu la vie dans ces carnages ...
    Bon dimanche malgré tout, bisous !
    Cathy

    1
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 01:19

    J'ai découvert le philosophe musulman Abdennour Bidar moi aussi sur la 2 , restons unis, solidaires, réactifs. Plein de bougies étaient allumées dans les villes, lundi nous serons beaucoup a etre habillés en noir et si il y a rassemblement ou marche, j'en serais.

    Merci de ton article

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :