•  

    Je ne dois pas être la seule....mon Ours se plaint que j'envahis trop la maison avec mes chiffons.

    J'ai beau prendre toutes les bonnes résolutions qui s'imposent après chaque achat pas raisonnable, c'est plus fort que moi. Dès que la voiture s'approche d'une ville, il FAUT absolument que j'aille voir mes lieux préférés.

    L'Ours, quand il m'accompagne (et qu'il conduit) trouve tous les prétextes pour éviter certains quartiers : trop loin, trop de circulation, pas le temps, oublié (comme si on pouvait oublier un magasin sur les trois qui existent...).

    C'est ainsi que, la dernière fois, je n'ai pas pu trouver ce que je voulais pour tenter les kaléidoscopes (technique Stack and whack)    que j'avais admirés à Ciboure. Vous vous souvenez ? C'est comment faire des motifs différents en partant d'un seul tissu.

    Je me suis rabattue sur cet imprimé, joli certes, mais loin d'être idéal pour le but recherché :

     

    Des chiffons, toujours des chiffons

     

    Et j'ai joué, en déplaçant mon triangle à fenêtre ( comme un pochoir) au fil de mon manque d'  inspiration.

     

    Voilà ce que ça donne :

     

    Des chiffons, toujours des chiffons

     

    Des chiffons, toujours des chiffons

    Des chiffons, toujours des chiffons

     

    Tant qu'on les regarde deux par deux, c'est convenable.

    Mais, si on juge l'ensemble, ça fait incroyablement fouillis, et c'est là qu'on comprend que je suis la reine des gourdes.

     

    Des chiffons, toujours des chiffons

     

      - j'ai zappé le fait que les moulins avaient un sens : les miens tournent tantôt à droite, tantôt à gauche.

      - je les ai tous faits, et à la fin, j'ai enfin vu que les rectangles noirs du bord sont trop étroits. Je suis donc obligée de rajouter une bande noire entre chaque, et je vais couper les pointes... C'est ça ou tout recommencer !

    Quand j'étais petite, les instits disaient de moi : "étourdie !" . Je pense que c'est toujours d'actualité.

     

     

    Pin It

    14 commentaires
  •  

    Hier, la météo était sympa, et nous avons fait un p'tit tour au Pays Basque.

    Je vous ai parlé il y a quelques jours d'Arnaga, et j'ai eu envie de voir l'Océan. En fait, le ciel était bleu, mais un petit vent frisquet m'a coupé l'envie de lézarder sur la plage ou de patauger.

    Je voulais voir une expo de patchwork à Ciboure. Nous avons pique-niqué dans la voiture, en regardant le fort de Socoa :

    Un p'tit tour

    Nous étions au pied de la tour de Bordagain, sur la colline du même nom, tellement ventée que je suis restée à l'abri pour faire ma photo. Même en me déplaçant, la ruelle étant étroite et en pente, je n'aurais pas pu éviter tout ce qui est panneaux, et antennes.

    L'Ours n'étant pas passionné par le sujet, j'avais un temps limité. Parmi toutes les œuvres exposées, j'ai surtout retenu celles qui étaient réalisées dans le même esprit. J'avais déjà remarqué ça il y a deux ans dans une autre expo, et j'ai envie de tenter cela moi aussi. les patcheuses comprendront sans explications, mais pour les autres, je dis tout (ou presque): toutes les étoiles de chaque patch ont été découpées dans un même tissu imprimé.

     

    Un p'tit tour

    Un p'tit tour

    Un p'tit tour

    Un p'tit tour

    Un p'tit tour

     

    Je suis fascinée par la variété de motifs que l'on peut obtenir avec un seul tissu. Bon, d'accord, il faut en ajouter un ou des autres pour faire le remplissage et les bordures. Mais quand même ....

    Je viens de chercher un bon moment et j'ai trouvé !!! On appelle cette technique Stack and whack, et il y a ici pas mal de photos. aussi.

    Marmotte rousse que je remercie me dit qu'on appelle aussi cet exercice Kaléidoscope.

    Mon souci, c'est que malgré mon stock de chiffons, je n'ai rien qui soit adapté à ce type de découpage. je sais qu'à Biarritz il y a de super magasins de tissus. Mais je n'ai pas réussi à les trouver hier. Il y avait des travaux sur les routes, c'était le bazar. Mais, j'y reviendrai avec une copine (hein, Evelyne, on sortira de nos "tutas" ?)

     

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Nous avons une Grande Sauterelle dans la famille. Elle a choisi elle-même ce nom. Ce qui me fait drôle, c'est que nos sauterelles locales sont très souvent vertes, bien vertes, et Grande Sauterelle m'a fait faire, pour le mariage de son oncle, une robe rouge, très rouge.

    J'ai vraiment fait tous les styles pour ce mariage : les petites filles modèles pour Pitchounette et Grande Sœur, Marie-Antoinette pour moi, très simple pour une de mes filles et gothique pour celle dont je vous parle aujourd'hui. Elle dit gothique, mais pas noir, et sans croix.

    J'avais juste deux photos prises sur le Net en guise de modèle :

     

    Grande Sauterelle

    Grande Sauterelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pas de patron, pas de descriptif ! Dans les magasins de tissus, Mlle a choisi un voile rouge que j'ai trouvé difficile à travailler, et une sorte de cachemire qui glissait lui aussi entre les doigts.

     

    Grande Sauterelle

     

    Il m'a fallu doubler le voile avec un coton rouge pour le buste. Et surfiler tous les morceaux au fur et à mesure tellement ça s'effilochait.

    Nous nous sommes mises d'accord pour que les manches soient des volants accrochés à l'encolure :

     

    Grande Sauterelle

     

    J'ai pensé à mettre ma griffe avant l'achèvement des travaux, bien que cela soit plus de la copie que de la création.

     

    J'ai froncé, froncé comme pour les cousines.

    Grande Sauterelle

    Grande Sauterelle

     

    Ci-dessus, c'est le bas de la jupe dont j'ai trouvé le tissu à Pau avant le sorbet au vin rouge. On était toujours dans la même couleur !

     

    Grande Sauterelle

     

    Mon vieux mannequin est bien utile, mais il aurait besoin que je le rhabille.

     

    Grande Sauterelle

    Bracelet et collier réalisés avec une belle passementerie ornée de dentelle et de chaînes.

     

    Grande Sauterelle

     

    Ma Grande Sauterelle était ravie, car je lui ai fait exactement ce qu'elle voulait.

     

    De mon côté, je pensais qu'il aurait fallu plus de jupons pour ressembler au modèle. Mais les jupons, j'en avais ras-le-bol. Au bout de quatre, (Pitchounette, Mlle Lune, Grande Sauterelle et moi), je n'en pouvais plus de me bagarrer avec ce matériau si peu agréable à manipuler.

     

    Grande Sauterelle

     

    Je ne savais plus où les ranger.

    Je suspendais les robes achevées à un énorme crochet qui est fixé sur une poutre :

     

    Grande Sauterelle

     

     

    Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, le mariage a eu lieu en septembre. J'ai aussi parlé de la déco

    Je raconte ma robe ici, et celles des Pitchounettes .

     

     

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Mes idées sont toujours en vrac, alors je me force vraiment pour tenter d'expliquer comment j'ai fabriqué ce qui suit.

    Peu de jours avant Noël, Pitchounette m'a demandé de lui faire une écharpe et un bonnet.

    Je n'avais pas le temps (ni la laine) pour les lui tricoter. Mais j'avais de la polaire dans des couleurs gaies, et des yoyos en réserve qui me restaient du sac de Malicette.

     

    On voit partout de très jolis chapeaux-bonnets, alors j'ai tenté le coup.

    Sachant que son tour de tête (oreilles à l'abri à l'intérieur) fait 52 cm, j'ai préparé une bande de cette dimension, que j'ai fermée comme un tuyau, assez large pour pouvoir être repliée.

    Je trouvais ma polaire un peu molle, et comme, de plus, elle électrise beaucoup les cheveux, je l'ai doublée d'un petit coton rigolo.

    J'ai décidé de faire comme un béret. Pour cela j'ai taillé un cercle de 26 cm de diamètre (appelé galette dans mes explications) dans ma polaire rouge, comme le fond d'un béret.

    Et un autre cercle dans la polaire verte, de 26 cm de rayon également.

    Et deux autres cercles dans le coton.

     

     

    Bonnet et écharpe Pitchounette

     

    Puis j'ai repris la formule magique déjà cherchée pour la jupe 1950 et reprise pour la basque de la chemise des cravates : périmètre= 2ΠR   2 X Pi X rayon ce qui fait 2 X 6,28 X rayon

    J'ai fait appel à mes souvenirs des cours de maths sur les équations, et c'est ainsi que je peux vous annoncer que vous devez diviser votre tour de taille (ou de tête, ou de napperon ou de n'importe quel cercle) par 6,28 pour obtenir la largeur du rayon, ce qui est l'écartement nécessaire du compas pour tracer le cercle correspondant.

    Le rayon d'un trou de 52 cm de périmètre fait donc 52 : 6,28 = 8,28 cm. Au centre de mon disque vert et d'une épaisseur de coton, j'ai repositionné le compas et j'ai fait mon fameux cercle de 8,28 cm de rayon. J'ai évidé pour obtenir ce que j'appelle couronne.

     

     

    J'ai empilé - "galette" en coton imprimé tourné vers le bas

                    - "galette" en polaire rouge endroit vers le haut

                     - couronne en polaire verte endroit vers le bas

                     - couronne en coton, imprimé vers le haut

    J'ai surjeté le tout à l'extérieur avant de faire la vraie couture, car avec toutes ces épaisseurs, ça s'écartait un peu trop. Je suppose, après coup, que si on surfile aussi les deux couches de l'intérieur ensemble, cela doit être plus facile à travailler.

     

     

    Bonnet et écharpe Pitchounette

     

     

    En remettant à l'endroit, super ! Polaires à l'extérieur, doublure à l'intérieur. J'avais bien réfléchi, et réussi à faire tout juste ! Pas de photos, pas le temps. 

     

    Il n'y avait plus qu'à poser la bande de 52 cm tout autour du trou, et la retourner à la main.

     

    Au fil du Net, j'ai retenu une bonne idée : au lieu de coudre les fleurs et le cœur directement sur le bonnet, les fixer avec des pressions, cela permet de changer facilement la déco :

     

    Bonnet et écharpe Pitchounette

    Les yoyos n'étaient pas finis. Il m'a suffi d'écarter les centres pour y passer une partie de mes pressions.

    J'ai fixé les autres parties sur le bonnet, avant de le terminer. Et je n'ai pas dit ça à Pitchounette pour qu'elle ne joue pas trop avec.

     

     

     

     J'ai zappé le fait que je voulais faire des photos pour me vanter de mes créations.... J'ai juste quelques souvenirs du jour de Noël. Pitchounette a trouvé le paquet à son goût. Dedans, il y avait bonnet, écharpe et roman. " Le saboteur de Noël" des éditions "De plaines en vallées" semblait vraiment passionnant...

     

     

     

     

     

    Bonnet et écharpe PitchounetteBonnet et écharpe Pitchounette

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le bonnet est à peine posé sur la tête, on ne voit pas que l'écharpe a de petits volants dans le tissu rigolo. Ce qui est certain, c'est qu'elle était satisfaite de ses cadeaux.

    Je me suis aperçue que j'avais mal calculé mon coup. En raison des épaisseurs, j'aurais dû faire mon tuyau rouge un peu plus large, d'autant plus que le coton n'est pas extensible.

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Avant Noël, j'avais présenté le sac que j'avais confectionné pour ma belle-fille il y a quelques années. Elle m'en avait commandé un nouveau, coloré. Ah elle voulait de la couleur !... elle en a eu :

    Sac Malicette

    J'ai aussitôt pensé à ce velours orange-rouille que je trouvais beau, bien que ne sachant pas quoi en faire. C'est dans des moments comme ça qu'on se dit qu'on fait bien d'accumuler de tout et de rien. Et c'est bien confortable de faire ses courses à la maison.

    En fin d'été, j'avais eu la chance de participer, dans mon village, à des ateliers de broderie et embellissement de patchwork, avec Catherine de l'Aiguillée d'Ovalie. J'ai, à cette occasion, attrapé le virus des yoyos et eu envie de me remettre à la broderie.

    J'ai encore une fois déballé mes bazins multicolores et mon carton de perles. J'ai yoyoté un peu au hasard, et quand j'ai obtenu une quantité nécessaire de matériaux, j'ai fait des essais de disposition.

     

    .Sac Malicette

     

    Tous vers le bas ? Comme un bouquet ? Répartis sur toute la surface ?

     

    J'ai finalement opté pour le style fleurs des champs : plein de tiges partant du bas, portant chacune une fleur, voire deux. Tiges en point d'épines pour qu'on les voie bien, agrémentées de quelques perles.

    Sac Malicette

     

    Chaque yoyo est unique, monté différemment des autres :

    Sac Malicette

    Broderies, perles variées, miroirs comme dans les années 70, tissus fantaisie.

    Je suis partie au hasard, me creusant la tête pour imaginer un truc nouveau à chaque fois.

     

    J'avais a également, dans mes réserves, ce tissu dans lequel j'avais eu l'intention de me coudre un vêtement, mais à force de reporter, j'ai fini par en utiliser un morceau pour la doublure et pour un yoyo (celui qui a un miroir vert).

    Sac Malicette

     

    À l'intérieur, on ne voit rien tant la doublure est chargée. J'ai mis 2 poches (une verte et une orange) et un petit ruban-porte-clés (bleu) :

    Sac Malicette

    Et aussi une fermeture à glissière jaune : plus coloré, je ne pouvais pas ! Pour compléter, je n'ai plus qu'à confectionner un étui à lunettes et une trousse.

     

     

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique