•  

    Le 30 août 2013 Emmanuelle proposait de "Chouettes moufles" dont elle venait de traduire les explications. Trois hivers sont passés et j'ai enfin recherché dans mes réserves la laine qui allait bien, pris les 11 aiguilles nécessaires, et voilà !!!

     

    Chouettes moufles

     

    Je sais tricoter depuis au moins 60 ans, mais n'ai jamais bien tenu mes aiguilles, ni fait correctement le petit geste de l'index qui rend le tricotage facile. Pour ce modèle, je n'avais pas les bonnes grosseurs d'aiguilles circulaires, ni tout à fait ce qu'il fallait en 5 aiguilles. Vous savez que j'habite au bout du bout de la route, et que dans mon fond de vallée les magasins sont rares. J'ai donc utilisé ce que j'avais, à savoir des n° 4 pour les côtes et du 4,5 pour le reste. C'est peut-être un peu serré et le résultat un peu plus étroit que le modèle. Je suis habituée à tricoter des chaussettes avec de la laine assez fine, et j'ai trouvé que ce "gros" tricot était très rapide. Chouette !

    Si j'avais regardé les explications plus tôt, il y a longtemps que je les aurais faites !

    Je me suis bien amusée, car je n'ai imprimé que les pages des explications, et j'avais à peine regardé la photo. J'avançais pas à pas, en suivant bien les lignes, sans comprendre pourquoi on passait sans arrêt des mailles endroit aux mailles envers.

    Et je ne vous raconte pas le nombre de fois où j'ai perdu une aiguille ! L'Ours a vite pris l'habitude de m'aider à récupérer la fugitive, car il me voyait empêtrée entre ma pelote, mes pages d'explications, mon châle et mes quatre autres aiguilles.

    Il faut que je précise que je tricote surtout le soir, mal éclairée, enveloppée dans un grand châle, et du marron foncé ! D'où les multiples maladresses et erreurs (dites "margagnes" en Gironde).

    Hier, je suis allée à la ville, et j'ai acheté 2 aiguilles circulaires en 4 et 2 autres en 5. Quelle différence ! Un bonheur ! Je pense que je vais offrir des moufles à toute la famille au prochain Noël, et pas seulement à ma cousine collectionneuse de chouettes. Vous vous souvenez que j'ai été mercière et qu'il me reste du stock ?

    J'ai aussitôt commencé une nouvelle paire, avec la technique déjà bien éprouvée des DEUX aiguilles circulaires.

    Chouettes moufles

    Je pourrais vous amuser en vous décrivant la séance-photos. J'ai dû embaucher l'Ours, car seule je n'avais pas le recul nécessaire. Mais l'Ours n'est pas intéressé par mes histoires de tricot, et il n'a pas vu que je ne tenais pas mes deux mains de la même façon. Mes moufles sont bien symétriques, Emmanuelle a bien expliqué les deux mains : eh oui, des moufles, ce n'est pas comme des chaussettes, elles ont un sens !

    Vous pouvez deviner que j'ai commencé par la main gauche. Les augmentations sont bien plus jolies du côté droit, j'avais enfin retrouvé l'art et la manière.

    Chouettes moufles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vous voyez le défaut à gauche du ventre de la chouette ? C'est un mauvais passage de fil au changement d'aiguille.

    Pour les prochaines, j'aurai :

    - de l'entraînement

    - de bons outils

    - de bons yeux (pas moi, j'ai les lunettes orange, mais les chouettes, je leur en offrirai des jaunes avec un centre noir)

    Pin It

    15 commentaires
  •  

    Je suis vieille et rétro. . .

    J'ai été mercière et ai conservé mon stock, ça tombe bien. Parce que l'Ours a de belles chaussettes, mais il les troue :

    Raccomodage

     

    Alors je fouille dans mes cartons, je trouve ma laine St Pierre :

    Raccomodage

     

    Je fais des essais de couleur, 2 fils de l'une, 2 fils de l'autre :

    Raccomodage

    Raccomodage

     

    Je m'applique, comme dans mes années lycée où l'EMT (éducation manuelle et technique) n'existait pas, et que les filles faisaient couture, broderie et "reprises".

    Et voilà, l'Ours est content, notre budget pas écorné, et j'ai pris presque autant de plaisir qu'à broder :

    Raccomodage

    On n'y voit que du bleu ! et du gris !

     

    La laine St Pierre a une grande gamme de jolis coloris, et peut servir à faire des broderies décoratives. Cela doit plus attirer la majorité d'entre vous que mes histoires de raccommodage !

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Ma fille aînée, en se promenant sur le Net, a trouvé un porte monnaie comme je sais faire (explications ici) et m'a dit qu'elle aimerait bien, fabriqué de la même façon, un étui à lunettes dans de jolis tissus.

    Je pense que c'est la planisphère de sa fille lui a donné envie.

     

    Etui à lunettes

     

    J'ai assemblé, entre autres, de l'écossais et quelques tissus de Noël avec du rouge comme elle aime, des feuilles d'automne achetées sur un marché près de chez elle, un bout de l'ensemble que je m'étais fait pour mes 40 ans,  un morceau de robe de grossesse de 1971, des myrtilles de ma montagne, du vrai tissu de patch qui m'avait été donné par la sœur américaine de Voisine, quelques plumes et écritures car les lunettes c'est fait pour lire, et de jolis imprimés stockés pour le plaisir.

    Etui à lunettes

    Ce gros plan vous montre comment élargir autour du fermoir : il faut évaser sur les côtés.

     

    Pour faire plus doux et protecteur, j'ai tenté le coup de la polaire en doublure.

     

    Etui à lunettes

     

     

     J'espère que cela sera au goût de la destinataire :

    Ici, normalement il devrait y avoir une photo, oups, oublié de la faire.....

     

    Depuis mon voyage au Mexique, en janvier 1999, j'ai pour ma part ce type d'étui :

    Etui à lunettes

    En haut, l'original acheté dans un village de tisserands (où on ne reçoit quasiment pas de touristes, quel joli souvenir) et en dessous une copie car le premier était vraiment très usé. Juste un tissu, un peu de molleton, une doublure, un bout de Velcro pour fermer, un biais, et je mets tout le temps ça autour du cou. C'est bien pratique en été ou sur la neige, quand on passe de l'ombre au soleil et qu'on doit changer de lunettes.

     

    Pin It

    12 commentaires
  •  Je reçois régulièrement "Les Nouvelles", la très très belle revue de France Patchwork. On  y voit des tas de modèles qu'on a envie de faire, et on repousse...

    La semaine prochaine aura lieu la "journée de l'amitié" de la délégation France Patchwork dont je dépends, mais à plus de deux heures de route de chez moi.  Ce jour-là, ces dames ont prévu de travailler sur un Projet fou. Ce lien renvoie sur une autre région, mais j'ai l'impression que tous les clubs de France sont sur le coup, alors j'imagine que ça va être à peu près la même chose.

    Je n'irai pas, mais j'ai voulu participer.

     Croisière ou galère

    Il s'agit de faire un maximum de carrés au motif et aux couleurs imposés (gris, noir, blanc cassé, beige et rouge foncé).

    J'avais des tissus qui me semblaient convenir, mais la couture en courbe... m'inquiétait vraiment.

    Je pensais galérer un maximum. En fait, tout s'est très bien passé, grâce à cette vidéo de Nathalie Delarge. Mes arrondis furent une vraie croisière.

     

    page11 du N° 127 de la revue

     

     

     Croisière ou galère

    Quand mes œuvres furent achevées, je me suis dit qu'il fallait trouver un moyen pour les envoyer par la poste.

    J'ai bien regardé le block keeper qu'Isa-Miaou m'avait offert il y a pas mal d'années en m'expliquant que c'était hyper-simple à faire, histoire de minimiser l'importance de son cadeau. En passant, je vous explique, au cas où vous ne le sauriez pas, que cet affreux nom cache un tuyau enveloppé de tissu, dans le but de protéger un patch en cours ou une broderie. On devrait dire "range-ouvrage".

     Croisière ou galère

    Des points de croix qui patientent à l'abri depuis 7 ans

    Oui, c'est vrai que c'est simple. Il suffit d'un peu de tissu et d'un rouleau. Les tuyaux de carton des draps d'examen des médecins, ou ceux des tissus de votre magasin préféré font très bien l'affaire. N'hésitez pas à demander car, sans vous, ils iront direct à la poubelle. On pourrait perfectionner le modèle pour en faire une œuvre d'art, mais mon but était de réaliser un emballage afin que mes carrés n'arrivent pas trop froissés. Me voilà donc partie pour une croisière sur le chemin du bricolage fastoche !!! Et là, oh rage, oh désespoir, oh éléments ennemis ! ce fut une vraie galère. Quand on embarque, on ne sait pas où l'on va.

     

     Croisière ou galère

    J'avais assemblé, retourné et surpiqué mes tissus sans problème, et en cousant le velcro (hélas pas du Velcro de la vraie marque) mon fil a cassé. Horreur ! que des boucles à l'envers !!!  Vérification de la couture précédente :

     

     Croisière ou galère

    Mais c'est quoi tous ces points sautés ?

     

     Croisière ou galèreJ'ai mis un moment à comprendre. Mes fameuses bandes auto-agrippantes sont aussi auto-collantes.

    Elles collent tout, et surtout les aiguilles, le chas se colmate, le fil ne glisse plus, tout se paralyse.

    Les nettoyages au dissolvant n'en viennent pas à bout : regardez ce qui se passe sur le coton...

    Retenez bien la leçon : regardez attentivement ce vous achetez, et réservez le collant à des bricolages n'ayant pas besoin de couture.

     

    J'avais déjà cousu du dur, du glissant, de l'épais, du mou, de l'élastique, du poilu, presque de tout, mais alors PLUS JAMAIS du collant. J'ai connu le désespoir à ce moment.   

    À ma troisième aiguille, j'ai fini !

     

     Croisière ou galère

    Tout à droite, le fameux auto-agrippant sur l'endroit du tissu.

     

     Croisière ou galère

    Les carrés pour le "Projet fou" en cours d'emballage.

     

     Croisière ou galère

    Les deux "cousins" : en vert celui qu'Isa m'a offert, en bleu celui qui est parti par la poste.

    Avec ces mésaventures, je me dis qu'il faut avoir l'estomac bien accroché pour se lancer dans l'aventure la couture. Croisière ou galère, on ne le sait qu'à l'arrivée.

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    J'ai, paraît-il, des doigts de fée. Mais pas des méninges de bricoleuse.

    Je pourrais me contenter de surfiler et faire mes ourlets à la main, et de décorer avec des broderies à l'aiguille.

    Au lieu de rester sage, j'ai estimé qu'il ne me suffisait pas de posséder une simple machine à coudre, comme tout le monde :

     

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

     

     

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

     Il y a une vingtaine d'années j'ai voulu celle-là en plus.

     Il m'avait fallu pas mal de temps pour la dompter et l'enfiler sans prise de tête.

    C'est tellement génial de couper et surfiler en un seul passage. Les intérieurs de mes ouvrages sont impeccables.

     

     

     

     

     Cette année je viens d'acheter encore ça :

     

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

     

    C'est d'un compliqué !!!

     

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

     

    J'en suis à deux après-midi pour suivre les méandres des parcours de tous ses fils : trois boucleurs (je ne connaissais même pas ce mot il y a trois semaines, mon correcteur d'orthographe non plus, car il me le souligne en rouge), et la place pour cinq aiguilles verticales (qu'on n'utilise jamais toutes ensemble, heureusement).

     

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

     

     

     

     

     

     

    Avec cette surjeteuse-raseuse-recouvreuse, on peut couper/surjeter ou faire des ourlets et des applications en cousant sans couper. Mais pour en arriver là, il faut apprendre à changer l'enfilage, mettre ou neutraliser les couteaux, respecter des tas de consignes. Il y a 25 points possibles, et donc autant de possibilités d'enfilage...

    Je vous ai caché les marques pour ne faire ni pub ni contre-pub. Mes machines sont normales mais mon cerveau a des lacunes pour certaines fonctions (comme avec l'informatique).

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

    C'est-y pas beau ce zigzag bordé d'une chaînette ?

     

    Mes usines ... à gaz ou à tortures mentales...

    L'avantage de ce point-là, c'est qu'un seul passage suffit pour coudre solidement ( ce qui est marron), couper et surfiler. je viens d'assembler les morceaux d'un bermuda taillé l'été dernier. Le carrefour des deux jambes à l'entrejambe est nickel.

     

    La suite à un prochain numéro... Je vais attaquer de la vraie couture pour mon aînée qui veut que je lui reproduise des robes d'été pour les beaux jours.

    Je vais d'abord m'exercer et faire des gammes.

     

    Pin It

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique