• Eth mau vesin

     

    Eth mau vesin, en gascon des Hautes-Pyrénées, c'est le mauvais voisin, et cela se prononce "ét maou bézi";

    Je viens d'apprendre que notre torrent, le Bastan, est appelé depuis toujours eth mau vesin, à Luz-Saint-Sauveur en particulier. La rue qui le longe a été nommée avenue de Maoubési. Je voyais ce nom écrit, mais ne connaissant pas l'histoire, je le prononçais mal dans ma tête, en accentuant mal, et je n'avais pas compris le pourquoi de ce nom.

     

    Eth mau vesin

     

    Le "mauvais voisin", autrement dit le Bastan, séparant les villages de Luz-Saint-Sauveur et Esquièze-Sère.

     

    Les rives ont été renforcées après la crue de 2013. Mais l'ensemble reste fragilisé, on le voit tout au long des 7 km de notre route.

     

     

     

     

     

     

    Savez-vous ce qui a été fait près de ce mauvais voisin ? On a construit une "maison médicale"... juste au ras du bord. C'était avant 2013, mais c'était quand même au ras du torrent :

     

    Eth mau vesin

     

    Il y a deux semaines, le mur de soutènement est parti sous l'effet des flots.

    Vous voyez les ombres noires sous chaque angle ? Le bâtiment est encore intact, mais certaines parties sont maintenant au dessus du vide. Les médecins et kiné ont été relogés à l'ancienne gendarmerie, et il n'est pas certain que la préfecture autorise le retour dans les locaux.

     

    Nous avons revu récemment une enquête sur la 2 au sujet des côtes océanes qui reculent. Même combat ici. Ou on admet qu'il faut bétonner, et bétonner encore Soulac, Lacanau et nos torrents de montagne, ou on regarde la vérité en face : on ne peut lutter indéfiniment contre la nature.

    De tous temps les côtes ont bougé, et les montagnes jeunes ont vieilli. Non, l'homme ne peut pas tout maîtriser.

    Il ne peut pas tout maîtriser, mais il joue au sorcier qui se croit plus fort que tout. Regardez ci-dessous :

     

    Eth mau vesin

     

    En bas du pré, le Bastan quasiment canalisé pour protéger la route, et les bâtiments qui se trouvent à droite, mais invisibles sur la photo. Et, juste en face, un grand immeuble construit, pile où il ne fallait pas (au pied d'une falaise) sans bien respecter les normes de sécurité liées à cet endroit dangereux. Ce qui risquait arriver est arrivé : un énorme bloc de roche est tombé derrière l'immeuble, ébranlant ses bases. Les propriétaires remboursent toujours leurs emprunts, n'ont plus le droit d'utiliser leurs appartements, et la bataille d'experts dure depuis des années.

     

    À cet endroit, lors de la crue de 1897, tout avait été emporté : route et immeubles. Et qu'a-t-on fait ? On a continué à construire au bord du mau vesin. Et on a recommencé en 2013.

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    4
    Samedi 30 Juin à 13:39

    L'homme est sot et arrogant. Mais c'est le début de la fin de sa suprématie. ENFiN.

    3
    Mardi 26 Juin à 20:31

    Bon courage à tous, c'est un vrai problème... la nature est toujours plus forte que nous...

    Bises

    2
    Lundi 25 Juin à 17:42

    Qui autorise ces constructions qui défient la loi du bon sens ?? en général, le maire, qui ne veut pas "perdre" des administrés en leur refusant quoi que ce soit... 

    Il faudrait que le Préfet ait plus de pouvoirs pour interdire ce genre de constructions, mais l'être humain se dit toujours qu'il peut maîtriser la nature... (cf les constructions en bord de mer...).

    Un peu de sagesse et de bon sens feraient du bien à certains...

    Bises, belle fin de journée

    1
    Lundi 25 Juin à 17:41

    Mais oui, tu as raison! Va voir mon billet sur mon icône de "La tempête apaisée"! On est bien d'accord mais...Y a pas moyen!

    Il faudra combien de plombes pour que les gens comprennent leurs conneries?! sarcastic!

    Enfin! Gardons la foi! Je t'embrasse jolie Fourmi! Bonne soirée! A plus!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :