•  

    Jardiner en montagne, c'est un peu dur à cause du climat.

    Mais hélas, il n'y a pas que ça. Le froid ne détruit pas tout. Les gastéropodes sont multiples et variés. Une horde sauvage à l'assaut de mes plantes !

    Mes pires ennemies sont les limaces, énormes et noires :

     

    Mes gastéropodes

    Pas mal par rapport à mes gros sabots !

     

    Mes gastéropodes

    Et celle-là qui escaladait la véranda !

     

    Mes gastéropodes

     

     

    Je dois supporter qu'elles dévorent mes jonquilles. Ces pauvres fleurs printanières sont souvent anéanties par la neige, et quand il ne neige pas, d'autres calamités s'abattent sur elles.

    Si vous imaginiez combien la vie est difficile pour les premières fleurs, et pour leur jardinière !

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mes gastéropodes

    Là, elles ont fait un effort. Elles ont un tantinet grignoté l'hosta, mais elles ont laissé une dentelle de bave en guise de rapiéçage.

    Je dis elles, mais c'était peut-être ils :

     

    Mes gastéropodes

    Ils ont toutes les couleurs, du presque entièrement noir au presque entièrement blanc, en passant par tous les tons de jaune ou roux. J'en ai pris trois au hasard, juste pour l'exemple.

     

    Je préfère ceux-ci, je les appelle préhistoriques car je n'en ai jamais vu ailleurs :

    Mes gastéropodes

    Ils ont la couleur de la pierre ou du ciment, d'ailleurs je les trouve toujours sur les marches ou sur un mur. Ils sont rigolos, très aplatis, et ont des copains tout aussi curieux :

    Mes gastéropodes

    Mes gastéropodes

     

    Tous ces petits gris ne se montrent qu'après la pluie. Je ne connais rien de leurs habitudes.

     

    Mes gastéropodes

     

    Et là, qui a fait ce trait qui dessine des courbes sur le toit de ma véranda ? Pas un avion, non. Encore un de mes chers gastéropodes.

     

     Le lien que Macha donne dans les commentaires est si intéressant que j'en ai fait un autre billet sur le sujet.

    Pin It

    13 commentaires
  •  

    Horreur à mon retour chez moi : les herbes sont plus hautes que les plantes !!!!!!!

    Mariages ratés

    Ma gentille locataire a arrosé ce qui lui semblait en danger, mais elle n'a pas osé arracher quoi que ce soit. Les iris, pavots et ancolies qui font ma fierté en juin sont tout fanés. Le reste a un peu soif, ce qui est rare dans ma montagne. Je n'arrose quasiment jamais.

    Je dégage peu à peu ce qui me paraît le plus urgent.

    Mariages ratés

    le travail d'une seule heure

     

    Mariages ratés

    Le tas de compost transformé en meule de foin

     

     

    Il n'y a pas que ça qui me contrarie. Je constate que j'ai fait des associations nulles, et pourtant tout a été plus ou moins pensé pour copier les joli décors que j'admire chez les blogueurs jardiniers (voir dans "les mains vertes" colonne de droite) ou dans de beaux jardins qui se visitent.

    Par exemple, le rosier Ghislaine de Féligonde qui devrait devenir immense, et qui grimpe, n'aurait-il pas été du plus bel effet sur un de mes seringats ?

    Mariages ratés

    Mais voilà un problème insurmontable : ils fleurissent en même temps !

    Mariages ratés

    Vous voyez, vous, que dans ce joyeux mélange de fleurs il y a le seringat + le rosier ?

     

    Mariages ratés

    Il est joli, pourtant mon rosier, et son nom va si bien avec ma maison du XVIII ème.

     

    Je n'aime pas les fleurs rouges. Mais je reconnais qu'il faut un peu de couleur qui pète. Donc, en faisant une nouvelle plate-bande, gagnée grâce à la suppression du tilleul, j'ai mis une (non, deux) touche(s) de rouge.

    Mariages ratés

    Quelle drôle d'idée d'avoir planté cette heuchère-là juste devant cette  épine-vinette ? On ne voit ni l'une, ni l'autre.

     

    Dans un endroit sombre car trop ombragé, j'essaie d'installer des plantes à fleurs ou feuillage blanc. Encore une mauvaise association :

    Mariages ratés

     

    Il faut faire le tour pour deviner la pauvre petite qui se cache derrière la grande :

    Mariages ratés

    Encore heureux que les limaces ne l'aient pas dévorée !

     

    Et pour terminer la série, encore du déménagement dans l'air :

    Mariages ratés

    L'an dernier, tout cela était tout petit. Je n'ai pas imaginé que les Oreilles d'ours allaient pousser si vite (pourtant j'en ai déjà donné) ni que ma bouture de sauge grandirait autant. C'est la première fois qu'une sauge officinale fleurit ici, il va falloir lui donner un peu plus d'espace.

    Mariages ratés

     

    J'ai passé mes trois semaines de cure sans jardiner, fatigue oblige. Puis j'ai enchaîné les absences, et me voilà croûlant sous les herbes, les fleurs fanées à éliminer et les projets de transplantation. Quand on a un jardin, on ne devrait jamais s'éloigner.

    Encore une journée de grand bleu qui commence, alors que mon jardin et moi attendons la pluie. Mes plantes sont, pour la plupart, des plantes d'ombre humide, alors elles ont soif. Je ne suis pas bien équipée pour l'arrosage et la rosée du matin ne suffit pas.

    Je vais bientôt vous parler de la végétation corse : un autre monde pour moi !

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

     Testé et approuvé

     

    Que puis-je bien faire avec ça, à part bien ranger mes papiers ?

    Depuis que je jardine en montagne, avec ma cervelle de moineau (ou de poisson rouge) je suis obligée de mettre des "marque-place" à toutes mes plantes. Sinon, au printemps, je ne reconnais plus rien, et j'ai tout oublié. C'est ainsi que parfois, je me bagarre avec une racine en désherbant...jusqu'au moment où je me souviens qu'il y avait quelque chose à cet endroit-là.

    J'ai un problème technique : RIEN de ce qui se vend dans le commerce -souvent fort cher- ne résiste au poids de la neige. Et pourtant j'en ai essayé des sortes d'étiquettes !!! Des blanches qui se cassaient, des jaunes qui se tordaient, des élégantes en ardoise sur un piquet en bambou (qui ne passaient pas un seul hiver), des en bois (qui pourrissaient) , et des que j'ai oubliées. Les plus solides ont été des morceaux d'ardoise du toit avec des écritures au feutre argent. Mais elles se couchaient et finissaient par s'émietter.

    Un jour Zeph (qui n'écrit hélas plus très souvent sur son blog) m'a envoyé des bébés de ses plantes. Ses étiquettes ont résisté à l'hiver. Elles avaient un petit air de fait-maison.Je me suis dit que des intercalaires pouvaient convenir.

    À l'automne dernier, j'ai essayé, et ça a marché. Nickel !

    Au printemps on ne voyait que ça :

    Testé et approuvé

    Du néant et des étiquettes toutes guillerettes. Les écritures au crayon à papier résistent à tout.

    Je vous raconte ça aujourd'hui, car c'est le moment des trocs de plantes, des cadeaux et des plantations nouvelles.

     

    Testé et approuvé

     

    Je vais dorénavant offrir des petits pots bien étiquetés, c'est plus chic que des noms écrits au feutre sur le papier journal que j'utilise habituellement pour emballer les plantes.

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    En juin dernier, je m'étais acheté un épimedium. Je ne connaissais cette plante qu'en photos, et la mienne était déjà fanée au moment de l'achat.

    Elle a fort bien supporté l'hiver, et s'est mise à pousser dès que la neige a disparu. Je la trouvais curieuse, car je n'avais pas remarqué la couleur de son feuillage. Je le trouvais très foncé.

    Puis elle s'est mise à fleurir. C'était de plus en plus étrange, car les fleurs étaient très proches des feuilles et ressemblaient à des violettes, alors que je croyais qu'elles montaient assez haut au dessus du feuillage.

    Drôle de plante

    Il y avait d'autres feuilles (différentes des premières) qui sortaient du centre de la touffe.

    Et d'autres fleurs qui se détachaient de ce nouveau feuillage. J'avais l'impression de voir naître des poupées russes. Une recherche sur le net ne m'a pas été très utile. Je n'ai trouvé nulle part que cette plante avait plusieurs facettes.

    Hier matin, je suis allée à Argelès-Gazost pour le marché aux fleurs, et j'ai interrogé mon producteur. Il n'a pas semblé étonné et m'a dit qu'il avait chez lui des violas que se ressemaient partout partout, et qu'il me suffisait de les arracher.

     

    Drôle de plante

    J'ai fait ça en douceur, pas à la pince à épiler, mais presque. Il y en avait tout autour, comme s'il s'était agi d'une vraie plante.

    Mon épimedium est maintenant un peu nu du pied, mais il doit mieux respirer, et je vois enfin à quoi il ressemble.

     

    Et voilà une belle récolte de violas labradoricas, si j'ai bien retenu leur origine :

    Drôle de plante

     

    Drôle de plante

    J'ai fait quelques pots que je vais garder dans un coin pour récupérer des graines.

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde !

    Nous avons eu ici, comme ailleurs, pas mal de belles journées très chaudes. Les lilas ont fleuri si subitement que je n'ai pas eu le temps de les photographier. Et aujourd'hui....l'hiver revient. Il pleut depuis hier après-midi, nous avons perdu au moins dix degrés en quelques heures, et je vois que ça blanchit sur les hauteurs en face de chez moi. Trente centimètres prévus à 1700 mètres. Ouf ! je ne suis qu'à 1250.

    Le jardin a pris des couleurs, et les floraisons s'enchaînent bien comme il faut.

    Sitôt les jonquilles en bout de course, le relais est pris par les pavots de Pyrénées.

     

     

    Je suis fière d'avoir réussi une telle synchronisation. Ça fane d'un côté, ça fleurit aussitôt de l'autre. Devant la véranda, j'ai toujours du jaune bien lumineux. Les pots en arrière plan viennent de sortir prendre l'air. Je n'ai plus qu'à remettre leurs plantes en terre.

     

    Les muscaris finissants seront remplacés par myosotis et bugle rampant (ajuga reptans)

    C'est une herbe spontanée que je laisse vivre, et que l'Ours accepte de contourner un peu avec la tondeuse.

     

    Jacinthes roses fanées ? Les aubriètes arrivent ! Et aussi , les benoîtes (pas de photos, il pleut trop).

    Au fond du jardin, invisible de la maison, le lilas blanc double est magnifique. Mais il est trop grand et trop haut. je dois en porter un bouquet aux "filles" des Thermes (je suis en cure depuis lundi) et j'ai peur d'être complètement trempée.

     

     

    J'ai de la chance : mes limaces sympas m'aident à éliminer les fleurs fanées.

     

    C'est mieux que quand elles dévorent les tiges des iris en boutons.

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique