•  

    Malgré toute cette neige, certains n'ont pas froid.

    L'Ours manie la pelle avec force et dextérité :

     

    Même pas froid !

     

    Il dégage un peu l'escalier du jardin. Cela nous permettra de pouvoir aller d'un portail à l'autre sans passer par l'intérieur de la maison.

     

     

     

     

     

     

     

    Même pas froid !

     

     

     

    Il a fini l'escalier, et attaque le passage vers la véranda.

     

    Vous connaissez le "geste auguste du semeur" ?

    Ici, c'est le geste du jeteur de neige.

     

     

     

     

     

    Quand je vois ça, je me souviens d'un hiver passé. L'Ours s'était fait une entorse du poignet en bricolant. Je devais dégager le passage, et il neigeait sans cesse. Je passais au moins trois fois par jour pour ne pas en avoir trop à la fois.

    Mais à la fin, la sorte de tranchée que je faisais, entre deux remparts de neige compacte, était plus haute que moi et je n'arrivais pas à jeter ma pelletée assez haut !

    Je peux vous assurer que le travail physique, ça réchauffe.

     

    Regardez maintenant le bâtiment en face de chez nous :

    Même pas froid !

     

    De la neige partout, et une température avoisinant zéro. Que croyez-vous que certains occupants laissent jour et nuit sur la coursive ?

     

    Même pas froid !

     

    Ce n'est pas très visible à cause du lilas, mais je vous l'assure : les chaussures n'entrent jamais dans l'appartement, quel que soit le temps. Brrrr, j'en ai froid aux pieds, rien que d'y penser. Pourtant, cet immeuble a des casiers à skis avec chauffe chaussures de ski (ou sèche-chaussures, je me trompe peut-être)

     

    Et maintenant, une idée de mes bonheurs de février : le soleil vient de nouveau taper sur la véranda après trois mois d'absence. Il fait une brève apparition et se couche juste en face de moi.

    Hélas, la neige s'appuie sur la baie coulissante que je ne peux donc pas ouvrir. Je vous fais donc profiter de tous les reflets et de mes vitres pas nettoyées.

    Même pas froid !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Même pas froid !

     

    Je trouve que c'est bien la neige quand on est à l'abri !

     

    Les deux photos avec le soleil ont été prises le 9 février.

    Voilà ci-dessous à quoi ça ressemble le 14, cinq jours plus tard :

     

    Même pas froid !

     

    L'Ours a fait l'allée, ça aide à fondre. Mais sur les côtés, malgré le soleil, ça va durer encore un moment.

    Pin It

    13 commentaires
  •  

    Depuis quinze jours notre jardin est sous la neige qui se tasse peu à peu.

    Chat va, chat vient

     

     

     

    L'Ours attaque vaillamment l'allée avec sa pelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chat va, chat vient

     

    Juste avant, j’avais photographié des traces étranges :

     

     

    Chat va, chat vient

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis, de l'étage j'ai jeté un œil (ou plutôt un objectif ) :

     

    Chat va, chat vient

     

    Vous ne trouvez pas qu'il est courageux le minou qui a pris son chemin habituel malgré cet obstacle de taille ?

    Je me demande comment il fait dans la neige fraîche, car c'est vraiment impraticable.

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Vous connaissez "Tintin au pays de l'or noir".

    Vous savez qu'on appelle la neige, grâce à l'intérêt financier des stations de ski, l'or blanc.

    Je vais maintenant vous narrer une folle journée d'octobre où l'Ours et la fourmi ont découvert qu'un trésor se cachait dans leur jardin.

    Ce jour-là, la fourmi bricolait tranquillement dans sa maison, et l'Ours, nettoyait un coin du jardin où il avait entassé du vieux bois depuis longtemps. Armé de ses outils, il grattait le sol sur quelques centimètres pour faire place nette. Au bout d'un moment, le voilà qui débarque à la cuisine en montrant à la fourmi deux sortes de boules terreuses en disant "c'est quoi ça ? ".

     

    Trésor noir au pays de l'or blanc

     

    Cékoissa ? ? ? Pas des cailloux, mais une idée folle jaillit : pas des truffes quand même ? Le fou rire nous prit.

    Bien que dans des montagnes reculées, Internet fonctionne parfois, et grâce à lui nous avons accès à une foule de photos et de renseignements. Le résultat de nos recherche confirme que c'est bien des truffes.

    Il se trouve que nous connaissons un vieux géologue qui a déjà fait des essais  de réimplantation de ce champignon dans le département. L'homme de science consulté confirma la chose en affirmant " C'est une mélano". Tuber melanosporum est baptisée 
    diamant noir. Vous vous rendez compte ? Des diamants noirs au pays de l'or blanc.

    Depuis longtemps, on se dit que nous avons tout ici : des paysages enchanteurs, des torrents, des sources thermales, des stations de ski . . . et des truffes !

    C'était bien de le savoir, mais que fait-on avec cette récolte ? Nous n'en avions jamais vu et encore moins cuisiné.

    Je connaissais le "truc" pour faire une omelette aux truffes sans truffes. Il suffit d'enfermer un certain temps truffe et œufs dans une boîte. Je l'ai donc fait, bien qu'ignorant les proportions.

     

    Trésor noir au pays de l'or blanc

     

    Nous nous sommes concentrés sur notre dégustation. Eh bien c'est vrai, j'ai juste mis quelques petits morceaux, mais le parfum était bien dû à l'enfermement des éléments.

     

    Trésor noir au pays de l'or blanc

     

    J'avais partagé ma fortune nouvelle entre divers supports susceptibles de bien pomper la fragrance. Ça a très bien fonctionné avec la graisse de canard que j'utilise pour mes pommes de terre.

    J'ai également parfumé de la même manière du riz, qui nous a donné un très bon risotto.

     

    Trésor noir au pays de l'or blanc

     

    Nous avons aussi apprécié la truffe crue, en lamelles dans une petite salade.

     

    Vous n'avez pas pu sentir : dommage. Vous avez mal vu : normal. Comment aurais-je pu faire de jolies photos dans ces trois jours d'excitation ? J'avais tout de même pensé à peser : 47 grammes l'ensemble, pas de quoi faire exploser notre compte en banque si on les avait vendues. Mais si on surveille bien notre jardin et nos arbres, peut-être que, dans le futur, nous les ramasserons par paniers !

    Et si l'été est favorable, la récolte de safran sera bonne elle aussi. La fourmi joue à faire sa Perrette et le pot au lait.

     

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde,

    Des amies me demandent comment la fourmi peut toujours trouver des idées nouvelles. Facile ! Il suffit de regarder autour de soi.

    Hier, la météo annonçait pluie, pluie, pluie. Dans la soirée, je me suis aperçue qu'il neigeait (la météo persistait à dire pluie). Ce matin, je me suis précipitée dans la véranda au lever du jour. Je trouvais l'ambiance bizarrement jaunâtre. Vous savez pourquoi ?

    En plus de la neige, nous avons eu une arrivée de sable du désert.

     

    Le plafond de la véranda vu de dessous :

    Pas de grand blanc

     

    La véranda vue de dessus

    Pas de grand blanc

     

    Je trouvais qu'on ne voyait pas bien cette drôle de couleur. Je suis sortie (à peine car il pleut de nouveau) photographier les dalles de l'allée, avec des témoins blancs :

    Pas de grand blanc

     

    Enfin, j'ai gratté le dessus avec l'assiette : étrange, non ?

    Pas de grand blanc

    Sale dessus, blanc dessous.

     

    J'en ai ramassé un peu dans l'assiette, ai gratouillé pour rassembler ce qui était bien coloré, posé un peu de blanc au milieu, et voilà une idée de la neige du jour : on dirait du sucre coloré pour pâtisserie

    Pas de grand blanc

     

    La météo ne dit pas que des bêtises. Quand elle annonce du vent du sud, il vient vraiment du sud, de très au sud.

     

     

    Samedi, pour décorer mon plat de truite, je m'en fus au jardin dans le but d'y cueillir les dernières fleurs. Trouvant la bourrache et les campanules en mauvais état, je tournais avec mon ramequin, dans l'espoir de trouver quelque rescapée colorée. Et tout à coup, je vis ça :

     

    Pas de grand blanc

     

    Pas de grand blanc

    Pas de grand blanc

     Du safran le 19 novembre, après les premiers épisodes de neige et de gel !

     

    J'avais embauché l'Ours pour mettre ma plantation en valeur.

    Pas de grand blanc

     

    Pas de grand blanc

    Depuis, je ne suis pas revenue au fond du jardin car il plu tout le temps. Pourtant j'ai eu l'impression que d'autres fleurs se préparaient. Pour le moment j'ai 12 filaments du millésime 2016.

     

    Je vous répète une chose importante :

    Crocus sativus, le safran, ne pousse pas spontanément chez nous. est une liliaceae et a 3 étamines.

    Le colchique, famille des colchicaceae, est toxique dans toutes ses parties et comporte 6 étamines.

    Colchicaceae et liliaceae ne sont vraiment pas de la même famille. Il faut se méfier quand on ramasse des plantes, et s'équiper d'une flore pour les reconnaître.

     

    Pin It

    7 commentaires
  •   

    Il y a quelques jours, je vous racontais que nous avions enfin entrepris les travaux d'automne au jardin.

     

    Début d'hiver ?

    Nous n'avons laissé en place qu'un rosier, la glycine et deux buis en boule, tout le reste étant arraché et étalé sur des bâches.

     

    Voilà le résultat, après éclatement des touffes, multiplication et replantation :

     

    Début d'hiver ?

    Nous avons profité d'un ciel superbe et d'une température très douce. Mais voilà, les meilleurs choses ont une fin : ce temps que nous aurions aimé garder durant des mois va se gâter. On nous annonce la neige pour ces jours-ci.

     

     Les derniers troupeaux sont en train de descendre, l'hiver approche. Je jardinais et j'ai vu, alertée par les bruits de cloches, plusieurs passages de moutons dans la rue :

    Début d'hiver ?

     

    des vaches au dessus de la clôture :

    Début d'hiver ?

     

    et un âne sur le chemin où bientôt passeront les raquetteurs ou les skieurs :

    Début d'hiver ?

    Il semblait complètement affolé, je le croyais emberlificoté avec une corde dans les branches. En fait, son propriétaire l'avait attaché, le temps d'aller chercher la voiture et la remorque. J'ai eu l'impression que l'idée d'embarquer le terrorisait.

     

    Je devais me dépêcher de rentrer quelques plantouilles qui auront quelques chances de survivre dans la véranda, alors que la Mort les faucherait peut-être au jardin. Il s'agit de plantes, vivaces sous d'autres cieux, qui ont du mal à supporter nos longs mois de neige. Trop d'humidité ? Manque d'air ? Je n'sais point, mais les gauras, fuchsias, jasmins, félicias et autres, que je vois en hiver ailleurs, périssent en général chez moi.

     

    Il y a encore quelques fleurs au jardin :

    Début d'hiver ?

     

     

    Début d'hiver ?Début d'hiver ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai replié les tiges et le feuillage de l'agapanthe pour la protéger un peu, mais je n'ai pas taillé l'hydrangea Annabelle, car j'aime bien profiter de sa présence le plus longtemps possible.

     

    Début d'hiver ?

     

    Cette plante-là est encore une "erreur de casting". J'avais découvert ça il y a longtemps dans une rue de Strasbourg où j'étais allée voir les marchés de Noël.

     

    Mais le callicarpa ne supporte pas du tout la neige : ses branches cassent sous le poids, et les jolies petites billes disparaissent dans le grand manteau blanc.

     

    Chaque année, je me dis que je vais le donner. Mais à qui ?

     

     

     

     

    Et maintenant il me reste à ranger la véranda, mon jardin d'hiver, où j'ai mis un sacré bazar avec tous les pots que j'ai rentrés.

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique