• Couverture Pitchounette

    Vous avez déjà lu le début de l'histoire.

    Je dois faire un top posé sur une polaire (Mademoiselle veut une couverture, et moi je l'imagine douillette) et assemblé je ne sais trop comment. Je n'ai pas de modèle, donc l'"artiste" travaillera sans filet...

    Couverture Pitchounette

     

    Voilà maintenant la suite. Je voulais un ouvrage facile qui aille vite. Mais je souhaitais aussi continuer mes exercices. Donc, en avant pour une étoile de Bethléem. mais une étoile vite faite, pas trop bien faite.

    Couverture Pitchounette

    Certains endroits sont parfaits, d'autres très moches. Mais c'est une couverture utilitaire et j'espère qu'on ne verra que l'ensemble.

    j'ai au moins appris comment on fait une telle étoile par la méthode rapide.

     

    C'était bien d'avoir réussi l'étoile, mais je ne savais toujours pas comment caser mes fées, et pourtant ces fées étaient l'élément déclencheur de l'aventure.

    D'abord, entourer l'étoile pour la faire ressortir et ne pas perdre les fées dans tous ces petits losanges.

    Couverture Pitchounette

    Deux tours rose et rouge, quelques roses pour faire du remplissage.

     

     

    Couverture Pitchounette

    Quelques petites pièces rouge et vert pour atteindre la bonne dimension, voilà les fées casées, il n'y a plus qu'à rajouter quelques bandes pour arriver à 150X150 (la polaire faisait 150 de large).

     

    Couverture Pitchounette

     

    La fameuse polaire est d'un très joli corail orangé, et va bien avec le dessus qui est moins fuschia que sur mes photos. (pour tout vous dire, quelques photos m'ont été envoyées par mon Titi chéri (le papa de Pitchounette) et leurs couleurs sont plus vraies que certaines des miennes). Le bazin vert foncé fronce horriblement.

    Couverture Pitchounette

    Ne cherchez pas de joli quilting, il n'y en a pas. je voulais du rapide, j'ai fait rapide: une sorte de faufil, juste pour maintenir les épaisseurs, mais en gardant la souplesse de la polaire..

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    3
    Macha 3
    Dimanche 2 Février 2014 à 21:07

    Pour la fourmi aux aiguilles si agiles...

      

    http://www.eclats-de-mots.fr/

     De ma boîte à couture

    Vieille de plus de trente ans

     S’échappaient par ses flancs

     En faisant grincer sa fermeture

     Des bouts de ficelle et des rubans,

     Un joyeux méli-mélo coloré,

     Des bouts de tout, des bouts de rien,

     Des souvenirs amusants

     Et des boutons dépareillés.

     C’est si ennuyeux un bouton

     Qui vient à manquer !

     Elles sont si traîtresses

     Les aiguilles piquées

     Dans des bobines qui ne demandent

     Qu’à tomber et se dérouler

     Sous la patte de la chatte aux aguets !

     Soudain surgit de nulle part

     Un dé trop petit ayant accompagné

     De mon enfance les premiers essais !

     Voilà les doigts piqués, les jurons envolés

     C’est dangereux une aiguille dédaignée !

     

    De ma boîte à couture

     Vieille de plus de trente ans

     Il fallait voir ses flancs pansus !

     lIs menaçaient de déverser

     Des épingles n’en faisant qu’à leur tête

     Et d’autres pour réparer l’irréparable

     Celles que l’on dit de sûreté.

     Quant à ces bouts de tissu, ces perles amassées

     Venus de cette robe-fleur, je les avais oubliés !

     Pourtant elle avait accompagné des pas de deux

     Dans un joyeux élan amoureux !

     Vint le tour des écheveaux de laine abandonnés

     Et des scratchs bien pratiques qui faisaient scrouitch

     Sur des étiquettes  qui disaient son nom

     Quand le petit fit ses premières valises.

     J’entrepris alors, parce qu’il le fallait bien,

     De vider peu à peu tous ces bouts de vie

     Ces « ça peut servir, ces bouts de rien

     De mettre bon ordre au fouillis du passé.

     

    De ma vieille boîte à couture

    De toutes les images de ses trente ans

     J’ai déroulé à mon tour ce symbole de femme

     Parce que chacune se devait

     D’avoir son trésor, sa boîte d’intervention

     En urgence ou en décoration.

     Et je me souviens maintenant

     De ces rares après-midi

     Où ma mère enfin s’asseyait

     Dans un cérémonial bien ordonnancé :

     ELLE AVAIT DE LA COUTURE !

     Chaque bouton était renforcé

     Et les misères reprisées

     Les ourlets c’était de la bagatelle

     On vous tournait un col de chemise

     On remplaçait de la jupe, l’élastique :

     Deuxième jeunesse obligée !

     Que reste-t-il de la couture

     Dans un monde de  prêt-à- jeter ?

     J’aime toujours revoir les  boutons,

     Ils fleurirent parfois à la boutonnière.

     J’aime faire un point par-ci, un point par-là

     Comme si les aiguilles esquissaient sur la toile

     Un simple pas de danse.

     J’aime fouiller dans la boîte

     Trouver la petite chose, le petit rien

     Qui fera qu’avec ma boîte à couture

     Vieille de plus de trente ans

     Je trouve enfin le tout  petit bonheur du jour.

     

     

     

    2
    Dimanche 2 Février 2014 à 20:21

    Bravo, c'est superbe !

    1
    Dimanche 2 Février 2014 à 19:42

    Du bel ouvrage !  Je serais bien incapable d'en faire autant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :