• Condamné !

     

    Emmanuel GIBOULOT, viticulteur bio, vient d'être condamné (clic) pour avoir refusé de traiter avec un pesticide, ses vignes qui ne présentaient pourtant aucune trace de flavescence dorée.

    Amende de 500€, qui peut sembler minime, mais condamnation tout de même. Le préfet avait envoyé ses troupes chez les viticulteurs pour vérifier que le fameux traitement avait bien été effectué. Or, le cahier des charges bio s'oppose à cela.

    Condamné pour avoir des vignes en bonne santé ! Vive la France !

    Vive la France qui est le plus gros utilisateur de pesticides, et qui est incapable de respecter ses engagements de diminuer sa consommation. Vive la viticulture française qui est l'agriculture la plus gourmande.

    C'est ainsi que l'on peut voir ça :

    Condamné !

    Ou ça :

    Condamné !

    Pour être propre, c'est propre. mais est-ce encore de la terre ?

     

    Il n'y a pas que la vigne :

    Condamné !

    Condamné !

    Condamné !

    Inutile de raconter des histoires : on voit très nettement que la nature est bien réveillée, que les arbres sont verts, que les bas-côtés sont couverts d'herbe, et que RIEN ne pousse entre les pieds de vigne, ni où il y avait du maïs l'an dernier. C'est d'un triste, ces grandes étendues grises ! En avril, tout ce gris !

    Mais ils vont labourer, semer, irriguer, traiter et auront encore une belle récolte.

    Ce qui me conforte dans l'idée qu'il vaut mieux se nourrir bio.

    Mes photos ont été prises hier, 6 avril 2014, veille du jugement contre Emmanuel Giboulot. Nous avons été nous promener jusque dans le Gers, et j'avais envie de faire arrêter l'Ours à chaque coin de champ tellement je trouvais désolante la vue de ces terrains morts. Il y en a partout dans les Hautes-Pyrénées et le Gers, départements ruraux où il fait si bon vivre.

     

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    6
    Mardi 15 Avril 2014 à 19:43
    Cappuccinette

    Vive le bio, c'est sûr ! La planète le mérite et puis... nos petits-enfants aussi !

    5
    Mardi 8 Avril 2014 à 13:16

     J'ai souvenir d'une promenade dans la Drôme au moment ou ils traitent les vignes une horreur! 

    4
    Lundi 7 Avril 2014 à 22:57

    Bien d'accord... Les lobbies des grandes industries chimiques ne doivent pas être loin...

    3
    Lundi 7 Avril 2014 à 22:25

    Ben c'est pas moche mais ici, sur des routes de campagne étroites, ça déborde rapido sur la voie, et souvent, y'a du roseau dans l'affaire. J'avoue, faut rouler plus prudemment quand c'est à son paroxysme, mais j'ai toujours le coeur brisé quand ils fauchent ce fabuleux mélange de coquelicots fous, chardons et autres splendeurs que je ne saurais nommer .... J'essaierai de capter ça lors d'un prochain "sur le chemin de l'école" (j'ai vu trois quatre coquelicots récemment!!)

    Oh, entendu mon premier chant d'amour des rainettes ce soir, je jubile!!

    2
    Lundi 7 Avril 2014 à 22:16

    @ Lulette : j'ai remarqué ça depuis quelques années aussi. Z'ont qu'à mettre des biquettes, elles nettoieront. Oui, mais, avant on surveillait les troupeaux, plus maintenant.

    Et pourquoi a-ton décidé que l'herbe était moche et sale ?

    1
    Lundi 7 Avril 2014 à 22:09

    Tellement d'accord avec toi ... tellement triste et révoltée comme toi ... Je vois les vignes envahies de floriquettes, et j'envoie un merci-sourire télépathique à celui qui s'en occupe.

    Sur mon chemin de l'école, j'ai noté ces derniers jours des taches jaunes qui m'ont immédiatement dit "herbicide" ... puis j'ai noté que ce n'était QUE autour des poteaux d'indications ou le long des petits ponts par-dessus des rus.

    J'en ai conclu que ça doit coûter trop cher de désherber correctement à ces endroits là ... que personne était foutu de couper de l'herbe près d'un poteau ou d'un parapet

    Je suis verte-jaune :( "Bande d'incapables", voilà ce qui m'est monté à la bouche ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :