• Clédat, village abandonné

     

     Il y a trois jours, je vous parlais de la vie difficile des paysans d'autrefois. Mes souvenirs personnels les plus anciens datent du début des années 50 (allez, je vous le dis : je suis née en 1948), de l'époque où les campagnes ont commencé à se vider. 

    Durant notre périple en Limousin, nous avons passé une semaine en Corrèze à Gimel-les-Cascades. Nos propriétaires nous ont conseillé quelques balades, dont Clédat, un village perdu dont les derniers habitants sont partis en 1963.

    Parfois Élisa montre des villages fantômes des Alpes de Haute-Provence. C'est triste de voir disparaître les témoignages du passé.

    J'avais vu beaucoup de villages abandonnés en Aragon, dans le Nord de l'Espagne, mais jamais en France.

    Nous sommes donc allés voir ce lieu, au fond des bois, accessible par des kilomètres de routes forestières qui n'ont jamais dû connaître le goudron, sur une légère éminence. C'est poignant de se dire qu'il y avait là de la vie, une église, des paysans, des enfants, etc...

     

    Tout au bout du village, on arrive sur un beau point de vue, mais surtout sur une dalle de pierre naturelle :  le village est construit sur le rocher, entre les rochers.

     

    Clédat, village abandonné

     

    Vous les voyez les rochers, éparpillés entre les constructions ?

     

    Clédat, village abandonné

     

    Ou les constructions carrément appuyées aux rochers :

     

    Clédat, village abandonné

     

     

    Clédat, village abandonné

     

     

     

    Clédat, village abandonné

     

    L'église est bien restaurée, ainsi que quelques maisons. Le cimetière ne reçoit plus beaucoup de visites.

     

    Il y a tant et tant de rochers que cela a inspiré plusieurs artistes dont les œuvres sont éparpillées dans le village :

     

    Clédat, village abandonné

     

     

    Clédat, village abandonné

     

    Clédat, village abandonné

     

    On a conservé le matériel d'autrefois : partout le progrès arrivait avec son lot de tracteurs et de machines agricoles, il n'était plus possible de vivre aussi durement, sur ce sol si inhospitalier et pas mécanisable.

     

     Clédat, village abandonné

     

     

    Clédat, village abandonné

     

     

    Clédat, village abandonné

     

    Mon Ours-photographe n'a pas le même œil que moi : je trouve qu'il me manque la vue d'ensemble du village, qu'on ne voit pas bien ce que je ressentais. Mais c'est ainsi, notre "reportage " est visuellement plus réussi que si je l'avais fait moi-même.

    Une association œuvre pour animer ce lieu plusieurs fois par an, et que l'on n'oublie pas qu'il y a eu une autre vie avant celle que nous connaissons maintenant. Je vous conseille d'aller voir ici un beau sujet sur ce village et sur l'association "Renaissance des vieilles pierres"

     

    Clédat, village abandonnéClédat, village abandonné

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Clédat, village abandonné

    Pin It

  • Commentaires

    13
    myriam
    Lundi 17 Janvier à 09:57

    de superbes photos apaisantes ; un peu triste; c 'est bien si certains l entretiennent et le font revivre de temps en temps !

    tu me dois le respect : 1945 !!!tongue

    bonne semaine ici c'est grisaille ; humidité !!!!

      • Lundi 17 Janvier à 20:12

        Bien sûr que je te respecte. Et que je regrette qu'il y ait tant de km entre nous !

        Chez moi grand bleu depuis des jours, mais très froid.

    12
    Lundi 17 Janvier à 07:18

    Merci pour ce reportage sur ce village abandonné...

    la centralisation des ressources et des personnes de plus en plus importante dans notre pays va sans doute multiplier les petits villages qui se videront petit à petit, faute de pouvoir survivre... on ne peut que le regretter...

    Belle journée, bises

    11
    Dimanche 16 Janvier à 17:49

         Cela me fait penser à certains endroits de mon Finistère (bout du monde).....Des villages" abandonnés "faute à la pauvreté qui a fait partir les jeunes vers des villes .

    Je t'ai écrit sur ton article  sans gluten.Je revis et ce grâce à toi!

    bisous

    10
    Dimanche 16 Janvier à 10:03

    Bonjour Petite Fourmi,

    Les villages abandonnés sont souvent poignants. Je dis qu'il faut y aller lorsqu'il fait beau car on ne peut qu'être nostalgique devant ce temps passé. Souvent les églises sont là, elles restent comme les sentinelles du temps qui n'est plus. Le cimetière souvent est accolé à l'église .... quelques tombes puis rien d'autres. On s'imagine la vie d'avant, les enfants qui vont et viennent, les travaux des champs. Finalement on se dit que nous ne sommes pas grand chose. Dans les Alpes de Haute Provence il y en a beaucoup de ces lieux. J'en ai un devant chez nous de l'autre versant.

    Certains sont rachetés par des étrangers fortunés. Je crois que ces gens venus d'ailleurs prennent plus conscience des choses. Peut-être parce que chez-eux ils n'ont pas  ?

    Merci pour ce beau billet. Je te souhaite un doux dimanche

    9
    Arlette
    Dimanche 16 Janvier à 08:30

    Bonjour,

    Un bien joli reportage et quelle tristesse ces villages abandonnés, mais je crois qu'ils ont tous en commun, un environnement superbe et les conditions de vie étaient très difficiles, la pauvreté permanente, mais un courage incroyable. Ici il y en a un, il reste les soubassements des maisons et une grande partie de nef de l'église, mais un accès super difficile et on peut y aller en cherchant beaucoup dans la forêt car il est bien caché et n'est répertorié nulle part. Ce sont les très anciens qui disent qui vous donnent des indications approximatives.

    8
    Lalibricole
    Samedi 15 Janvier à 21:12

    Coucou la Fourmi

    C'est vraiment dommage un village abandonné, cela fait un pincement au coeur.

    C'est bien qu'il y ait des initiatives pour faire "revivre" un peu ce village. Les sculptures sont très jolies !

    Merci pour ce beau partage encore une fois !

    Bisous et bon week-end

      • Samedi 15 Janvier à 23:15

        J'ai encore plein de choses à montrer de mon voyage en Limousin. J'en ai bien profité et n'ai qu'une envie : y revenir.

        Bon dimanche

    7
    Samedi 15 Janvier à 17:20
    Marithé

    Bonjour la Fourmi

    En 20 ans l'Association a fait énormément de travail , ce village abandonné l'est moins maintenant et permet de faire voir le patrimoine .

    Les sculptures sur les pierres sont superbes . Un très bel endroit .

    Bises

    6
    Samedi 15 Janvier à 16:21

    Waouuuh ! Que c'est gentil ! Merci de tout coeur... J'ai rencontré des nuées de lucioles en plein champs de cannes à sucre en Guadeloupe, c'est impressionnant, surtout en pleine nuit... 
    Merci et Bisous

    5
    Samedi 15 Janvier à 16:01

    Coucou la Fourmi

    Merci pour ton reportage photos, j'aime ces pierres retravaillées suivant l'inspiration de son sculpteur.... 
    C'est pour moi un terrible crève coeur que de voir une maison abandonnée... Bizarre ce sentiment de colère, de désastre qu'elle soulève en moi... 
    Je suis de 1947, donc nous sommes de la même époque... c'est pourquoi je retrouve certains de mes souvenirs en te lisant... 

    Bisous

     

      • Samedi 15 Janvier à 16:16

        Je racontais en janvier 2016 que j'avais vu, (pour la seule fois de ma vie) des lucioles, ou plutôt leurs lumières en Corse. Je suis donc ravie d'en compter une parmi mes lectrices.

        Merci Luciole pour tes passages

    4
    Samedi 15 Janvier à 10:56

    C'est toujours triste un village abandonné, mais au moins celui-là connaît encore un peu d'activité. Je me souviens être passée un jour dans un village abandonné dont les maisons tombaient en ruine, ça fait plus de trente ans mais je me souviens encore comme si c'était hier du sentiment de tristesse et de mélancolie que cela avait déclenché en moi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :