• Bio carburant

     

    Oh que voilà un gros mensonge ! Je fulmine chaque fois que j'entends parler de ça.

    Oser traiter les AGRO carburants de BIO carburants ! ! !

    Les agro carburants ne sont pas de l'énergie fossile, mais ils sont produits grâce à des cultures intensives bourrées de pesticides, et n'ont rien de biologique.

    Et pendant qu'on cultive pour mettre dans nos moteurs, en empoisonnant bien la terre, on ne produit pas de nourriture.

    Les aliments, eux, parcourent des milliers de kilomètres avant d'arriver dans nos cuisines. Voir ici quelques exemples de transports inutiles. Je parlais déjà ici des transports inutiles et des grands travaux tout aussi inutiles que cela entraîne.

    Je viens de lire le petit livre qui n'est pas un livre (disent les auteurs) "Nous voulons des coquelicots" de Fabrice Nicolino et François Veillerette. J'en ai déjà parlé, mais je n'avais pas tout lu. Merci Aline de me l'avoir offert. Cette lecture a attisé ou ravivé ma colère. C'est effarant. La collusion entre tous les gouvernants et tous les organismes de surveillance, l'INRA, la FNSEA, le SPV (service de protection des végétaux) et tous ceux qui -paraît-il- œuvrent pour notre santé et celle de la terre. Le nombre de groupes de travail, de conférences, de colloques coûteux pour rien ! Et le Grenelle de l'environnement, et la COP21, et le Écophyto.... Que du blabla qui ne mène à rien. Les lobbyistes des pesticides font remarquablement leur travail !

    Ne serait-ce point les mêmes qui font tout pour mettre hors-la-loi purins d'orties et de consoude ? (plantes comestibles)

    Si j'essaie de vous citer quelques exemples, ça fera aussi long que le livre (120 pages).

    Juste un : il a fallu presque 30 ans pour voir disparaître le Chlordécone qui a pourri le sol des Antilles pour des centaines d'années, et qui fait que les Antillais détiennent le record mondial de cancers de la prostate, ainsi que des formes atypiques de maladie de Parkinson. 1963 : une étude montre qu'il est très toxique. 1975, des employés d'une des usines sont malades. 1976 : Chlordécone interdit aux USA. 1977-1979 : un rapport français alerte sur la dangerosité. 1981 : nouvelle autorisation de mise sur le marché en France. 1990 : interdiction du chlordécone, mais dérogation de deux ans pour écouler les stocks. Pourtant, une commande de 1 560 tonnes est passée à une entreprise de Béziers. Mars 1992 : un an de plus de dérogation. Mars 1993 : nouvelle dérogation pour écouler les stocks (encore !). 2003 : saisie de 9,5 tonnes à la Martinique.

    Et puis un autre : "Nous sommes satisfaits, car nous avons obtenu l'assurance [...] d'un plan de réduction de l'utilisation des pesticides sans calendrier" annoncé par Pascal Férey, vice président de la FNSEA le 25 octobre 2007. On va réduire de 50% l'usage des pesticides "si c'est possible". Et cela n'a pas été possible, car entre 2007 et 2017 il a augmenté de 20%.

    La désinformation galope en faisant plus de tapage que l'information.

    Et le principe de précaution ?

    Et les abeilles, elles ont fait semblant de mourir ?

    Pourtant, il n'y a pas de pesticides, mais seulement des produits phytopharmaceutiques. C'est plus joli de les appeler comme ça.

    J'ai un rosier qui attire les pucerons verts : je les écrase un peu à la main (avec un gant de jardinage). J'ai de drôles de petits vers sur quelques orties : je les laisse vivre. Mes boules de neige ont plein de petits pucerons noirs : c'est la vie ! Si les jardiniers amateurs ne peuvent pas supporter la moindre nuisance, il ne faut pas s'étonner des dérives de l'agriculture.

    Maintenant que j'ai bien râlé, encore une fois, je vais me replonger dans mes photos de voyages, et on va repartir pour un tour de France (je crois qu'il me reste un peu de Corse, le Nord et Marseille).

    Je vous souhaite un bon dimanche


  • Commentaires

    5
    Lundi 10 Juin à 21:40

    J'ajouterai juste que je me suis faite livrée Foin / Paille pour les boucs. Mon fournisseur m'a racontée avoir du passé par les urgences  tant il allait mal. Là-bas il   a  vu un autre agri , comme lui allongé. Celui-ci lui a dit que c'était son 3ème séjour et comme mon fournisseur , la veille il avait traité des parcelles. 

    4
    Lundi 10 Juin à 16:04

    Bonjour la Fourmi

    Je suis allée au Musée du miel de Gramont à 5km de la maison  acheter différentes sortes de miel et la propriétaire qui vend du miel m'a dit que la moitié de leurs ruches avait disparu depuis le début de l'année une vraie catastrophe .
    Il y a certes les frelons asiatiques , les pesticides  et leur production de miel sera moindre .
    Oui il y a de quoi être en colère tu as raison , il faut en parler .
    Bises

    3
    myriam.masselin
    Lundi 10 Juin à 10:18

    bien triste tout ça !

    je rajouterai une info dont on ne parle pas c 'est  l irradiation des produits périssables  qui viennent " d ailleurs" meme les croquettes pour chats " o ......n " fabriquées au canada !

    bon une bonne nouvelle ( pour moi )10 ans que j ai un appart en rez de chaussée pas mal de plantes , j ai vu disparaitre les insectes , les oiseaux , il y avait meme des herissons ! et cette année de nouveau quelques oiseaux ( hirondelles entre autre ) insectes , lézards ( quand la minette des voisins ) ne les tue pas !

    une lueur d espoir qui fait du bien 

    bon lundi qui ressemble a une journée d automne

    2
    Lundi 10 Juin à 07:17

    Comme tu dis, c'est effarant et tellement vrai...

    Petite note d'espoir tout de même, ici, la ville donne des conseils aux jardiniers amateurs qui veulent jardiner en respectant l'environnement... si toutes les villes de France en faisaient autant, ce serait déjà un petit pas...

    Bises, belle journée

    1
    Dimanche 9 Juin à 10:55
    Milou

    Mon vote a été dicté par cette réalité...

    ya aussi plein de pucerons dans mes orties et sur certains rosiers et mon jardin est magnifique!

    Bon week end long

    Bizzzzzzzzzzzzzzzzz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :