•  

    Il y a quelques jours, des copines du groupe de randonnée de l'Ours sont allées aux myrtilles. Celle qui faisait office de chauffeur a perdu dans les myrtilliers toutes ses clés, voiture et maison.

    Le surlendemain, les courageux ont monté une opération de recherche. Ils sont partis à quatre, équipés d'un détecteur de métaux (vulgairement appelé "poêle à frire") et d'un gros aimant fixé au bout d'une tige. Pas de chance ! Le beau temps n'était pas de la partie, c'est le brouillard mouillant qui recouvrait la montagne...

     

    Quelques myrtilles

     

    Quelques myrtilles

     

    Quand on monte là-dedans, rien ne ressemble autant à une touffe de myrtilliers qu'une autre touffe, on perd tous ses repères, et les chercheurs ont déclaré les clés définitivement perdues.

     

    Ils ont donc sortis les peignes et les seaux et ont fait une petite cueillette qu'ils m'ont offerte.

     

    Voilà la récolte avec ses feuilles et brindilles à trier (et quelques framboises que je me suis empressée de savourer ).

     

     

    Pour trier, je salis plein de matériel, et je ne vous montre pas mes mains : plusieurs jours avant de retrouver une couleur normale.

     

     

    Un énorme saladier plein à ras bord pour faire des tas de gâteaux.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mon quatre-quarts habituel : à gauche, les myrtilles posées sur la pâte, à droite après cuisson.

     

     

     

    L'Ours, malgré le temps pourri, froid et humide, a fait un sorbet.

     

     

    Une petite assiette de gâteries. C'était mes premières myrtilles depuis je ne sais combien d'années, et je n'en avais pas mis assez. Le suivant fut mieux garni. Elles tombent pendant la cuisson, mais pas trop, et elles sont finalement assez bien réparties sur toute la hauteur.

     

     

    Et la tarte que toute la famille adore. Une pâte brisée, un peu sablée, une grosse couche de myrtilles roulées dans le sucre, et du sucre saupoudré par dessus. 30 à 40 minutes de cuisson. C'est tout : c'est comme ça qu'on l'aime depuis bientôt 40 ans.

     

     

    Ma pâte, faite en vitesse sans trop réfléchir :

    100 gr de farine de riz complet,100 gr de farine de maïs, 3 c à soupe de sucre, 50 gr d'huile, 50 gr d'eau, 1 oeuf.

    ( à l'origine, c'est la grande classique : un certain poids de farine, et la moitié de ce poids en beurre. Je me contente de changer des éléments pour faire du "sans produits laitiers, sans gluten")

    Mélanger avec une maryse, étaler avec les mains directement dans le moule.

    Qui m'accompagnera l'année prochaine, quand mes deux genoux me permettront de nouveau de crapahuter dans la montagne ?

     

    La semaine dernière, nous nous sommes offert un restaurant à la ville. Superbes assiettes, mais les grosses myrtilles cultivées manquaient un peu du parfum des sauvages.

     

    Quelques myrtilles

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Il y a quelques semaines, un copain a eu sa messagerie piratée. Certains de ses contacts (pas nous) ont reçu un message de détresse : il était prétendument dans des ennuis assez loin d'ici, et il avait d'urgence besoin d'un dépannage financier.

    On espère que personne n'a mordu à l'hameçon, mais J-L a perdu tout son carnet d'adresses et doit se servir d'une autre messagerie et c'est très ennuyeux quand on a une vie active.

     

    Avant-hier, je reçois un message assez curieux d'une amie :

    RE : Soucis 

    Bonjour

    Comment vas-tu ? Moi pas du tout. 

    Ce texte laconique n'est pas du tout du genre de sa supposée expéditrice. Toutes les personnes ayant reçu ce message se sont jetées sur leur téléphone pour l'alerter. Fait étrange, quelques jours avant, elle s'était aperçue qu'elle avait un carnet d'adresses VIDE. Elle aussi a perdu ses contacts (heureusement qu'elle sauvegardait parfois !)

    En regardant bien l'adresse de son faux message, elle a vu une différence subtile : un tiret et un point avaient été échangés, ni vu, ni connu pour les destinataires.

     

    Alors, méfiance, méfiance...

     

    Et pour finir, une arnaque dont l'Ours et moi sommes victimes.

    Hier, réception du relevé mensuel de notre banque. D'habitude, je regarde le solde au début de la période, le solde final, et je jette un œil sur les lignes. Si une somme un peu grosse ou anormale m'interpelle, je vérifie. Tout est OK.

    Hier donc, je fais comme chaque mois, et je m'étonne d'un prélèvement de 15€ par clbavant. Je me demande qui est ce Cl Bavant. On regarde mieux, et on lit :

    Carte clbavant.fr 05 56 55 4768  03/08

    Je tape clbavant.fr dans mon moteur de recherche et je tombe sur des pages de plaintes : il s'agit du "Club des avantages" auquel nous aurions souscrit de notre plein gré en faisant un achat sur Internet (Darty probablement), et nous sommes engagés à un prélèvement de 15€ par mois depuis un an. Ma réaction fut immédiate : courrier électronique, demande du remboursement de 195€ (15€ X 13 mois) avec menace de saisie de la justice.

    "Ils " disent que tout est légal, mais les usagers remboursés s'étonnent d'être si facilement remboursés. Je vous raconte bientôt la suite. En attendant, méfiez-vous quand vous achetez : lisez bien les fenêtres qui semblent s'ouvrir intempestivement, ne cliquez pas trop vite pour les fermer...

    Ce même genre de souci nous était arrivé avec C Discount, et nous l'avions réglé très vite.

    Et surveillez de très près vos relevés bancaires ! Eh oui, 15€ sur deux pages, on n'y prête pas toujours attention...

    Ma montagne a retrouvé le ciel bleu et le soleil; mais 7° dehors et 16 dedans après des jours et des jours de nuages et de brouillard.

     

    Piratages et arnaques

     

    Piratages et arnaques

     

    Bon weekend à tous

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  •  

     

    Monsieur X

    C'était un vieux hibou
    affreux comme un pou
    avec son caillou
    nu comme mon genou.

    Mais comme il était chou
    quand il faisait joujou
    avec son chien BIJOU !

    Jean l'Anselme

     

    Nu comme mon genou, c'est même pas vrai. Je ne sais pas à qui faire part de ma découverte. Depuis quelques mois (3 ou 4 ), mon genou opéré n'est plus tout à fait nu : il est POILU

     

    Aux poils !

    Bon, je reconnais que ce n'est pas une belle toison, mais il y a des poils. Là, ils sont enduits de crème, et tous orientés dans le même sens (sinon, ils poussent en ordre dispersé). Je vous accorde qu'il faut regarder avec beaucoup d'attention.

    Il n'y a RIEN sur l'autre genou. Quel est ce mystère ? Sont-ce les multiples crèmes pour nourrir la cicatrice ? Les désinfectants passés pendant les trois premières semaines ? Il y a peut-être une piste à explorer pour traiter la calvitie ...

     

    Ci-dessous, un autre mystère.

    Aux poils !

     

    Ce mini-tortillon blanc poussait sur ma tête parmi mes cheveux normaux. Que faisait cet intrus ? Comment un cuir chevelu normal peut-il fabriquer un crin si étrange ?

    Aux poils !

    Là, il est posé sur mon coeur-boîte à épingles. On voit qu'il est minuscule, ce petit poil frisé.

     

    Et maintenant une série de vues de mon paysage.

     

    Aux poils !

    10 Juillet 2014 : quelques névés encore bien visibles.

     

    Aux poils !

    13 octobre 2014 : il a déjà commencé à neiger sur les sommets, et les névés n'ont pas encore tout à fait disparu. Nous parlons des "moustaches" pour désigner les petits restes qu'il y a sur la droite. 

     

    Aux poils !

    2 juillet 2017 : les moustaches sont bien nettes

     

     

    Aux poils !

     3 août 2017 : plus un poil de moustache.

    Dans les années 70/80 il restait carrément de la neige au moment de la rentrée des classes, alors que le temps commençait déjà à se refroidir. Maintenant, c'est souvent fini avant la fin de l'été.

    Réchauffement climatique ou pas ? Déficit de chûtes de neige ?

     

    J'évoquais récemment les cheveux de Raiponce, voilà comment ça se passe chez moi :

    Aux poils !Aux poils !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une bonne averse, un grand coup de vent, et les roses trémières se trouvent mal. Je m'arme de ficelle et de ciseaux, et j'attache comme je peux à la ferraille de mon volet. Le chèvrefeuille a un nouveau support pour grimper.

     

    Aux poils !

     

    Cet angle de maison serait "au poil" si les roses trémières étaient moins pâles.

     

    Aux poils !

     

    Et pour finir, le bouquet à poils et épines que ma locataire a trouvé en arrivant.

     

     

    Pin It

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires