•  

    Bonjour tout le monde,

    merci, merci pour tous vos mots gentils suite à mon dernier passage.

    Je croyais qu'Internet ne marchait pas dans ma chambre, l'Ours vient de me prouver le contraire. Je suis peu présente, mais je pense à vous et j'engrange photos et notes pour TOUT vos raconter de mes aventures. (l'Ours dit "pas trop gore quand même").

    Que dites-vous de ça ?

    un petit coucou

    Vous connaissez mon -non-sens de la photo, alors imaginez ce que je peux bien avoir trouvé si amusant. Pas une enseigne avec des néons, pas Ya bon Banania, mais tout bêtement...

    La réponse est .

     

    J'ai passé mes six premiers jours à l'hôpital de Lourdes, et de ma fenêtre je voyais le château :

    un petit coucou

     

    Opérée mercredi 8, je suis partie le lundi suivant à Bagnères de Bigorre, avec vue sur une superbe maison à vendre.

     

    un petit coucou à J+21

    J'étais dans une chambre double. Ma voisine, très agréable, est partie au bout de deux semaines et j'ai réussi à obtenir une chambre individuelle.

     

    un petit coucou à J+21

     

    Nouvelle orientation, nouveau  paysage. Je vois le printemps.

     

    Et je progresse. Voilà pour preuve un auto-portrait de J+15, car je me suis aperçue que les vitres faisaient miroir.

     

    un petit coucou à J+21

     

     

    Vous voyez ? Je tenais déjà debout sans fauteuil et sans cannes.

     

     

    Aujourd'hui, avec l'Ours, je suis allée en marchant jusqu'en ville, car j'avais envie de passer un moment à une terrasse de bistrot. Pour tout le monde, c'est juste à côté, mais pour ma première sortie (ou presque) c'est un exploit.

     

     

    La position assise sur une chaise m'est toujours pénible, mais assise sur mon lit devant mon ordi, c'est pas terrible non plus.

    Je vais donc vous laisser pour aujourd'hui. Je vous dis à bientôt.

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Bonjour tout le monde !

    Voilà une semaine que je suis nourrie, logée et rééduquée à Bagnères de Bigorre, au CRF.

    Il m'a fallu tout ce temps pour trouver le courage, puis trouver tout simplement le moyen d'obtenir le code d'accès à Internet (près de l'entrée du centre, de l'autre côté de la cour), et la salle où poser mon ordi.

    Et, enfin au but (promenant dans mon fauteuil roulant mon ordi et mes béquilles, on me dit que je ne peux pas profiter de l'endroit car le personnel est en train de préparer un buffet pour demain : tout l'espace est réquisitionné.

    J'ai juste eu le temps de voir que vous m'avez laissé pas mal de commentaires, et je ne suis pas certaine de pouvoir les lire aujourd'hui.

    Tout va bien pour moi, je progresse de jour en jour. Mon genou opéré ne me fait pas vraiment souffrir, toutefois je suis mieux dans mon lit qu'ailleurs. La liseuse est une excellente compagne et les ouvrages manuels attendront que je puisse m'installer confortablement. Et dès que j'ai un moment libre, je m'assoupis : voilà ce que c'est quand on fait trop d'exercice sans entraînement.

    L'Ours a oublié de me porter le câble muni des bonne prises pour mettre quelques photos.

    D'ici quelques jours, maintenant que je connais mieux l'endroit, je passe vous en dire plus.

    Sachez que depuis le jour de mon intervention, je note dans un carnet tout ce qui me passe par la tête, et mitraille avec mon téléphone. Je n'ai pas eu d'anesthésie générale, et c'est super : pas de réveil difficile, de bouche pâteuse ni de cerveau embrumé.

    Je sens que je vais bientôt gêner l'installation du buffet, alors je vous quitte déjà.

    À très bientôt.


    15 commentaires
  •  

    Vous connaissez le film "les bronzés font du ski ? " Je ne l'ai pas vu depuis longtemps, mais j'en ai gardé quelques souvenirs.

    Je vis dans un village envahi par les skieurs quelques semaines par an. J'espère que vous ne faites pas partie de cette race, car nous les estimons assez peu. S'il ne nous gênaient pas, nous nous amuserions autant que dans le film.

    Notre vie quotidienne est pleine d'anecdotes.

    Quand nous marchons dans la rue, ou plus exactement sur un trottoir, il n'est pas rare que l'un d'eux sorte d'un immeuble avec les skis sur l'épaule : surprise du piéton désarmé quand il se trouve nez à nez avec une paire de skis !

    Les mêmes, quand ils marchent dans le village, n'hésitent pas à regarder derrière eux pour voir un copain ou le paysage. Et comment font-ils ? Ils ne tournent pas seulement la tête, mais le buste entier. Et comme ils ont les skis sur l'épaule, voilà un moulin qui tourne à l'horizontale, tant pis pour les piétons qui ont la malchance d'être trop près. Pour ma part, je suis toujours sur le qui-vive.

    Quand nous sommes en voiture, méfiance aussi, car le skieur en vacances se croit tout permis : il est le roi.

     

    Skieurs contre habitants

    Vous ne devinez pas ici qu'il s'agit d'une rue. Le skieur qui tire son petit ne le sait pas lui non plus. La neige le fait exprès : elle tombe PARTOUT, même sur le seul itinéraire qui nous permet de monter chez nous. Et nous, nous sommes les gêneurs empêchant de skier librement, les dérangeurs de vacanciers. Notre voiture est capable de passer partout, à condition que les humains respectent un minimum le code de la route.

     

     

    Skieurs contre habitants

     

    Skieurs contre habitants

     Et là, que voyez-vous ? Un employé communal qui passe la fraise pour que nous puissions descendre au village. Mais les skieurs ont aussi des enfants et tout le monde (sauf nous) trouve très pratique de transformer notre ruelle en piste de luge.

    Les vacanciers n'arrivent pas à comprendre que la neige "lugée" et tassée devient une véritable patinoire inutilisable par les piétons. Ils s'en fichent car ils logent ailleurs.

    La solution ? Déneiger jusqu'au goudron. Mais il faut faire vite avant que les sans-gêne n'attaquent.

    La forêt est à quelques pas, mais c'est trop loin pour eux...

     

    Il y a aussi ceux qui se promènent sur la route qui monte chez nous. Ils sont sympas, dès qu'ils voient ou entendent la voiture, ils se mettent sur le côté...mais chacun du leur : quand ils sont trois, il y en a toujours un sur un côté, et deux de l'autre.

     

    Skieurs contre habitants

    Là, on oblique à droite, ce qui les surprend. Ils n'imaginent pas qu'on habite si haut. Et nous devons prendre notre élan.

     

    Skieurs contre habitants

     

    Et là, il y a un virage, on ne voit pas si des piétons traînent par là. Et il y a surtout plein de skieurs qui descendent, alors que c'est une rue où passent des chasse-neige, pas des dameuses.

    Mais le skieur ne respecte rien, ne comprend rien.

    Un copain dameur en a vu (et entendu un) qui croyait que la neige tombait en faisant de petites vagues; Il fut stupéfait de découvrir que des machines, conduites par des hommes, faisaient cela.

    Skieurs contre habitants

    Photo prise un soir à la lueur de la lune et de mon téléphone au retour d'un repas au restaurant, peu après le passage de la dameuse.

    Je suis pendant trois semaines hors des soucis de la vie quotidienne. Avant de partir, je me suis amusée à faire le tour des petites choses auxquelles j'allais échapper.

    Par contre, je me doute bien que la rééducation n'est pas un moment des plus agréable, mais j'espère vivre dans un cocon d'attentions loin du quotidien.

     

    À bientôt

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Par je ne sais quel miracle, bien que je mérite la palme d'Or de Reine du désordre, je n'ai jamais égaré cette trousse offerte par ma cousine :

     

     

    Il était imprimé dans ma mémoire qu'elle avait un rapport avec ce range-ouvrage que je vous ai déjà montré, et avec son contenu :

     

     

    Dans la trousse aux gentianes, il y avait ce fatras :

     

     

    Une fois trié, j'ai retrouvé tout le nécessaire pour enfin terminer trois miniatures qui devraient depuis longtemps être au mur de l'appartement :

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans la trousse, parmi le petit bazar, il y avait plein de moulinés, je ne sais plus pourquoi. Je vais donc les ranger dans les boîtes qui vont bien.

    Il y avait également ceci :

     

     

    Merveilleux : j'avais eu l'idée géniale de regrouper intelligemment les cotons pour le petit cadeau commencé pour Isa.

    En conclusion, le lien entre le range-ouvrage en toile de Jouy verte et la trousse aux gentianes bleues, c'est Isa.

     

    Et tout ça, hop ! dans le sac pour l'hôpital. C'est bien les petits ouvrages, non ?

    Normalement, au moment où cet article paraît, je suis calée dans mes oreillers et je fais quelques croix, ou bien je me cultive en lisant les auteurs anciens.

    Je ne sais pas quand je serai de nouveau connectée...

    PS , pour Isa qui veut de mes nouvelles : essaie d'appeler l'Ours le soir, sauf que tu sais bien qu'il n'aime pas le téléphone. Ou moi, j'ai peut-être le droit d'utiliser le mien bien que le règlement de l'hôpital dise le contraire.

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Je vous ai déjà parlé de la "route des gorges" qui permet à 16 villages, dont le mien, de communiquer avec le reste du monde.

    Or ces Gorges sont malades. La montagne au dessus n'est pas tout à fait stabilisée, et parfois des morceaux tombent sur la route. Pas de victimes pour le moment, mais les habitants commencent à avoir peur, car les incidents ne sont pas rares.

     

    Maux de gorges

     

    En janvier, l'Ours et ses copains randonneurs sont passés par le chemin qui domine la route (10 minutes par la route entre Soulom et Viscos).

    Au départ, un léger voile blanc recouvrait à peine le paysage.

     

    Maux de gorges

     

    Maux de gorges

    La neige faisait cruellement défaut, alors point de raquettes, mais les sentiers comme en été.

     

    Maux de gorges

     

    La falaise qui domine la route.

     

    Maux de gorges

     

    Ce filet fait partie des équipements installés récemment.

     

    Maux de gorges

     

    À gauche un des filets (on dit filet, mais il s'agit de gros grillage métallique posé sur une solide armature) au dessus, et au milieu de l'image un des paravalanches de la moitié du XX° siècle.

     

    Maux de gorges

     

    Maux de gorges

     

    Les derniers travaux "sérieux" de sécurisation datent de 1954 pour un des ouvrages, et de 1956 pour l'autre.

     

    Maux de gorges

    Une installation récente, réalisée après l'incident de novembre 2008. mais sérieusement endommagée en 2016.

     

    Maux de gorgesMaux de gorges

     

     

     

     

     

    Ce tunnel, qui date du début du siècle dernier était utilisé par un tramway nommé PCL Pierrefitte-Cauterets-Luz.

    Les services du département sont en train d'y travailler, il est goudronné de frais, et la circulation devrait s'y faire prochainement (en alternant, bien sûr vu son            étroitesse). Bonjour le bazar !

     

    Je vous ai programmé cet article avant de partir à l'hôpital. Opération le 8 mars, travaux annoncés à partir du 9. L'Ours a deux possibilités : ou il ne vient pas me voir, ou il passe avant 9h30, car dans cette phase de travaux, la circulation sera interdite de 9h30 à 17h30. Dures journées pour nous deux !

    Je viens de relire tout ce que Geneviève avait écrit sur les genoux (les siens ou ceux de son mari) avant et après opérations. Si je ne peux pas avoir Internet avant mon retour à la maison, allez regarder dans sa rubrique "genou" et vous saurez à peu près tout... Je souhaite simplement souffrir comme son mari (modérément, et sans allergies) et non comme elle (beaucoup avec pas mal d'ennuis). À l'heure où cet article paraît, j'en sais un peu plus sur les suites post-opératoires.

    J'ai choisi une rachianesthésie (loco régionale) car je déteste le réveil après une générale. Mais j'ai peur d'entendre ce qui se passe pendant l'opération. J'ai dit qu'il me fallait des bouchons dans les oreilles et un casque par dessus. Pas de musique, je préfère le calme ! L'avantage, c'est qu'on laisse le "branchement" et qu'on peut calmer la douleur localement dans les heures qui suivent.

    Et mon pauvre Ours navigue entre maison et hôpital, tout en gardant en tête les horaires des travaux.

     

     

     

    Pin It

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires