• Vous avez peut-être lu ici ce qui est arrivé au local que nous louions (elle est moche cette forme verbale, pourtant elle me semble correcte) au rez-de-chaussée de ce bâtiment:

    Voilà la façade qui donne sur la rue. C'est là qu'est la porte du garage au fond duquel nous avions notre "box", derrière la montagne de cailloux.

     

    Ci-dessous, voilà le dos du même bâtiment, face au torrent. Le champ de cailloux a remplacé la rue qui desservait l'autre bâtiment en arrière plan. Normalement, le torrent coule tout à gauche de la photo, bien en contrebas. Or, au moment de la crue,  il s'est dédoublé et a encerclé l'immeuble.

     

    Je vous ai déjà un peu raconté comment étaient nos affaires. Mais j'avais occulté (même dans ma tête) qu'il y avait aussi plein de laine. J'ai été mercière dans une vie précédente, et j'avais gardé mon stock quand j'ai cessé. Sans parler des "quelques" pelotes achetées au fil des ans, car on ne peut pas éviter de s'imaginer que ce tricot-ci, on va le faire tout de suite (vous me comprenez?). L'Ours avait tout bien rangé dans des sacs en plastique sous un auvent. Et, récemment, il a voulu récupérer son espace. Tout baignait dans l'eau boueuse, et faute d'aération, ça n'avait ni pourri, ni moisi. L'ours a tout étalé au jardin pour faire sécher, et ça donne ça:

     

     

    Admirez, au premier plan, un beau gilet dans un superbe dégradé de couleurs abricot à vanille, tricoté avec 3 fils. Presque fini, il ne lui manquait que quelques heures de soins pour être achevé: voilà ce que c'est de courir plusieurs lièvres à la fois. Il avait fini au sommet d'un sac, et lui il a moisi. Moi qui ai toujours froid, quel dommage.

    J'en arrive à mon titre: vous savez ce que c'est de ne pouvoir résister à l'achat ou la récupération de quelque chose dont vous n'avez absolument pas besoin? Vous avez déjà une armoire pleine de tissus (ou de laines, ou de point de croix), des cartons au grenier, des tonnes d'ouvrages en cours, et vous rajoutez des projets aux projets...

    Vos maris râlent, ou bien vous leur cachez à grand peine votre vice, et voilà:

    une cata comme la mienne et vous perdez tout. Comme Pérette et le pot au lait.

     

    Mais non, je n'ai pas tout perdu; J'ai lavé une partie de mes pelotes, dans l'évier au produit à vaisselle,

    Avis aux amasseuses, collectionneuses, acheteuses, conservatrices, et autres

    j'ai rincé, adouci, essoré,

    Avis aux amasseuses, collectionneuses, acheteuses, conservatrices, et autresAvis aux amasseuses, collectionneuses, acheteuses, conservatrices, et autres

     

     

     

     

     

     

     

     

    fait sécher, et je ne sais plus où stocker tout ça. J'en profite pour vous dire, au cas où vous l'ignoreriez, que l'essoreuse à salade est parfaite pour tous les lavages à la main. La preuve, c'est que mes pelotes, bien qu'un peu déroulées à cause de toutes ces manipulations, ressemblent encore à des pelotes.

     

    Avis aux amasseuses, collectionneuses, acheteuses, conservatrices, et autres

     

    Je pense que je vais tricoter au coin du feu tout l'hiver.

     

     

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Ma pâtisserie archi-simple....

    J'ai, comme presque tout le monde des tas de livres de cuisine, des recettes à foison sur le net, mais je fais depuis toujours, très souvent, mes vieilles recettes qui ne me font pas trop réfléchir.

     

    Par exemple le quatre quarts. Recette bien connue: un certain poids d’œufs + le même poids de farine + le même poids de sucre + encore le même poids de beurre, et un peu de levure.

    Or quand on a choisi de vivre sans gluten et sans lait, il faut remplacer tout ce qui est blé et produits laitiers.

    Pas de souci: un tour dans le bac à farineS + quelques souvenirs des réunions TW et   leurs célèbres recettes. J'y avais appris que 1/2 huile et 1/2 eau remplacent le beurre  et sur le plan pratique, on mélange d'un côté les "liquides" et de l'autre les poudres.

    Donc, dans un saladier pas très grand, on mélange farines, sucre et levure.

    Dans un autre plus grand, on mélange eau, huile (ou margarine 100/100 végétale sans graisses hydrogénées) et œufs.

    Il n'y a plus qu'à assembler le tout dans le plus grand des 2 saladiers (et l'autre est prêt à resservir pour une autre recette, car il est à peine "poussiéreux")

                                                                                                              

     

                                                                                                              

      Vous voyez ce qui reste après seulement un goûter de l'ours et la fourmi ? Je vous fournis la preuve que nous ne faisons pas un régime pour maigrir!!!  

    Aujourd'hui, j'avais mis:                                                                                                                                                                         

                - 4 œufs (on va dire que ça fait 250 g)

                -125 g d'eau et 125 g d'huile de tournesol

                - 250 g de farine (150 de riz complet et 100 de châtaigne), tous les mélanges sont permis

                -250 g de sucre blond

               -1/2 sachet de levure chimique (on n'est pas parfaits, la chimie entre encore dans ma cuisine). Je verse dans mon moule graissé et fariné, j'enfourne à four froid th5/6 et je cuis à peu près 40 '

     

     

     

    Quand le four est chaud, j'en profite pour faire autre chose.

    Je fais, assez souvent, de petits sablés que je range dans une boîte en fer. C'est "les gâteaux du café". C'est tout bêtement de la pâte sablée, et je varie à l'infini leur composition.

     Aujourd'hui, l'Ours passait dans la cuisine et a vu ça sur la table.

    Je lui ai demandé de tester. Il a trouvé ça étrange, et a conclu: "on dirait des biscuits apéritif". Gagné !!! C'est juste ce que j'essayais de faire. J'avais vu une chouette recette sur un blog, mais impossible de la retrouver, alors j'ai inventé.

    J'ai mixé 250 g d'olives noires, et j'ai rajouté 200 g de farine de riz complet, puis un peu d'eau et un peu d'huile pour avoir la bonne consistance. Plus une poignée de sésame pour la vue.

    J'ai partagé en 3 et ai pratiqué comme d'habitude : roulage de la boule farinée directement dans la plaque à bûche, sur un papier cuisson, découpage à la roulette avant cuisson, et, si tout va bien, au bout de 5 à 10 minutes, c'est cuit ça se casse facilement.

     

    Mais là, si ça a bien fonctionné du côté esthétique, ça n'a pas été terrible du côté consistance. Quelqu'un aurait-il une recette de biscuits pour l'apéro à base d'olives?

     

     

    Un de mes grands succès, c'est le clafoutis. Ma famille est limousine, et ma recette d'origine, c'est:

    6 cuillères à soupes bien bombées de farine   

    6 cuillères à soupe pas trop bombées de sucre

     5 œufs                                                         

    1/2 litre de lait.                                             

    On verse le mélange dans un plat beurré, dont le fond est recouvert de cerises NON dénoyautées (noyaux indispensables pour le goût).

    On peut remplacer les cerises par des pommes émincées et ça devient une flognarde (le clafoutis est toujours aux cerises)

    Avec mes histoires de sans  sans (lait et gluten), j'ai inventé le "clafoutis exotique".

    Je remplace la farine de blé par n'importe quelle autre farine ou mélange de farine (le riz complet est la plus courante, et la plus neutre en goût), et je remplace le lait par du lait de coco (parfois additionné d'un autre lait végétal pour obtenir le 1/2 litre).

    Pour achever le tout, je remplace nos fruits traditionnels par une boîte d'ananas en morceaux: facile, pas cher et toujours en réserve dans mon placard).

     

    Dans celui-ci, j'ai rajouté une poignée de cassis et groseilles, c'était assez joli.

     

              Et je vous assure que mes invités, soupçonneux à l'idée qu'on fait un "régime" qui leur semble étrange, apprécient beaucoup et sont rassurés.                            

     

     

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  • Bonjour tout le monde,

    je dis modestement "tout le monde" alors que, par rapport au Monde, presque personne ne me lit. Mais, si on ne fait rien contre ce qui nous menace, il n'y aura plus de monde du tout.

    Plus ça va, plus le monde scientifique est fou. Je viens de lire un article, dans la revue "Nature et Progrès" n°94 de septembre-octobre  2013, sur la biologie de synthèse. Connaissez-vous cela? Je l'ignorais jusqu'à ce matin. Il s'agit de FABRIQUER du vivant en laboratoire. Pire, bien pire que les OGM que nous sommes pourtant déjà très nombreux à rejeter. Alors que ces OGM se répandent dans la nature, faisant même perdre le caractère biologique de certaines productions, que vont faire ces organismes de synthèse? Après les accidents de Seveso, Bhopal, Tchernobyl, AZF, Fukushima, l'amiante, le DDt, les pesticides, où va-t-on?

    Je ne sais pas expliquer de quoi il s'agit exactement, car la biologie et la recherche ne sont pas du tout dans mes cordes, je vous conseille d'aller visiter ce site nommé piecesetmaindoeuvre   qui diffuse des enquêtes critiques sur les nanotechnologies. Quand on sait qu'un sénateur a osé dire "Avec la biologie de synthèse, vous avez un avantage, c'est que le grand public pour le moment ne connaît pas", c'est bien la preuve que nous devons nous inquiéter.

    Je n'ai pas de mots pour définir l'inquiétude et la colère qui m'envahissent quand je vois les réglementations et interdictions multiples contre les semences traditionnelles (semences paysannes et Kokopelli) et les plantes médicinales (SIMPLES), et au contraire la liberté et l'aide dont bénéficient les apprentis sorciers qui risquent tuer notre planète.


    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Mais que sont ces drôles de machines? Vous n'avez certainement jamais vu ça.

    Vous devinez la ligne oblique à travers les arbres? Elle part d'en bas à droite et va vers en haut à gauche.   

    Pour tout savoir, allez regarder le site de funitoy .

    Samedi et dimanche, notre funiculaire était inscrit au programme des Journées du patrimoine. Encore une occasion de monter tout là-haut et de profiter un moment de cet endroit merveilleux.

     

    Une vue panoramique à 360°.

     

    Là-bas, le Pic du Midi de Bigorre.

     

     

    Les "Laitons au naturel"

     

    Notre funiculaire a fonctionné jusqu'à l'automne 2000. Et, pour des raisons plus ou moins claires, son exploitation a cessé. L'association" Funitoy" s'est créée pour tenter de le remettre en marche. c'était tellement agréable de pouvoir monter si haut en toutes saisons! Tout le monde pouvait en profiter, quels que soient son âge ou son état de santé.

     

     

     

                                                                                                        

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Aujourd'hui, j'ai envie de vous montrer quelque chose de pas très original, mais que j'aime bien faire.

    Vous allez vous dire que j'arrive trop tard, car c'est déjà fané. Il faudra vous habituer, chez moi, tout est en retard d'un mois ou deux par rapport à chez vous.

    J'en profite pour vous glisser une des raisons qui m'ont fait ouvrir un blog: je cherche à connaître des jardiniers (ères) montagnards avec un climat, une altitude et une exposition aussi difficiles que les miens.

    Je vous montrerai des perce neige en mars, des jonquilles en avril (voire en mai comme cette année), du lilas en juin, du seringat en juillet et tout à l'avenant.

    Donc, en cette mi-septembre ma lavande est enfin fleurie.

    Il y a quelques années, en fouillant sur les blogs, j'ai trouvé CE modèle de fuseaux de lavande, mais je ne sais plus où. Il faut 21 brins de lavande. Prévoir de passer à l'action juste après la cueillette, sinon les tiges sont trop sèches et ne se plient pas bien. Les nettoyer des brindilles qui poussent sous les fleurs, glisser un ruban de 1,50 m au milieu du bouquet en laissant 40 cm parmi les têtes, et 1,10 m parmi les tiges.

    Ma photo est très moche, mais je crois qu'on comprend bien la manoeuvre. Il faut ficeler serré juste en dessous des fleurs et couper les bouts de ficelle qui restent.

    Puis on plie les tiges par dessus les fleurs, une par une, en les répartissant bien tout autour.

     

    Enfin, on attaque le tressage.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si on a bien les 21 brins, on tisse 3 brins dessus, 3 brins dessous et on tourne autour du fuseau qui se forme. Il faut serrer suffisamment au fur et à mesure. C'est juste un coup de main à prendre. Il vaut mieux prévoir d'en faire 2 ou 3, car on trouve en général le 2ème plus réussi que le premier (mais on mettra le 1er dans notre propre armoire, et on donnera les autres.

    Une jolie rosette, on retaille les tiges, et voilà de quoi faire de petits cadeaux parfumés.

    La première fois, j'avais peur que ça moisisse, mais non, tout s'est bien passé. Il faut juste que les fleurs soient bien sèches, l'après-midi, et non le matin dans la rosée.

    À bientôt

     

    Je ne radote pas tout à fait, mais les copines m'ont dit en 2015, en me voyant faire, qu'elles ne connaissaient pas la technique....Alors, j'ai recommencé , et la newsletter leur permettra de se remettre tout ça en mémoire.

    Pin It

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires