• 11 novembre

     

    11 novembre 2018 = mauvaise journée.

    On commémore, on commémore....

    On dit que c'est fini, bien fini...

    S'intéresse-t-on au sort de ceux qui vivent une guerre en ce moment ? Qui les aide ?

    Mais surtout : QUI FABRIQUE ET VEND DES ARMES ?

    Facile de dire, pour les gouvernants, que si ce n'est pas nous qui les vendons, ça sera les autres. Ça rapporte à qui ?

    Et un "après-guerre", ça rapporte à qui ?

    Je suis pourtant sensible aux commémoration, il ne faut pas oublier. Je pense qu'on doit expliquer aux enfants, et je suis très choquée chaque fois que j'entends que des gens (pas forcément très jeunes) ne savent pas à quoi riment 11 novembre, 6 juin ou 8 mai.

    Pour ma part, j'ai toujours entendu parler des guerres qui ont touché notre pays.

    Mes deux grand-pères ont été mobilisés pendant la "Grande guerre". Ils ont eu quelques permissions qui leur ont permis de concevoir mes parents, nés en 1915 et 1917.

     

    11 novembre

    Le bleuet fleuri tout exprès aujourd'hui, 11 novembre.

     

    Je viens de consulter sur Internet l'état-civil de Limoges, et j'ai découvert que c'était mon arrière-grand-mère qui avait déclaré la naissance de mon père à la mairie, pendant que son fils était brancardier près du front. Mon grand-père a d'ailleurs reçu un éclat d'obus à un coude, et en avait gardé une grande cicatrice en forme d'étoile.

    Mon autre grand-père n'a pas été blessé, mais a passé le reste de sa vie à souffrir d'horribles douleurs dues à la vie dans les tranchées. Pendant que les hommes étaient à la guerre, ma grand-mère et sa sœur étaient seules à la campagne. Elles partageaient tout : quand l'une s'occupait des champs et des bêtes, et l'autre donnait la tétée à leurs deux bébés. Elles sont restées très liées, et ma mère et son cousin étaient presque frère et sœur.

    J'ai participé plusieurs fois, il y a longtemps, à des "fêtes pour la paix" à Paris.

    J'étais attristée de constater que la plupart des associations participantes étaient de gauche. Comme si l'amitié entre les peuples et la paix avaient le droit d'être des idées politiques !

    Heureusement, il y avait aussi des gens extraordinaires, pas engagés dans un parti, mais des humanistes.

    Je me souviens en particulier d'Albert Jacquard, dont j'avais "bu" les paroles. Cet homme, biologiste, était aussi altermondialiste, espérantiste, militant anti-nucléaire, écologiste dans ses tripes, militant pour le droit au logement, etc...

    J'aime beaucoup cette parole de lui " « J’ai vécu la libération comme un événement extérieur. J’ai été un passager de l’histoire. Je n’ai pas été du tout le conducteur. J’ai été très long à m’apercevoir qu’il fallait que je choisisse mon camp. J’étais dans le camp des salauds : ceux qui laissent faire et finalement attendent que toutes les choses s’arrangent. » Il était jeune pendant la guerre, il a compris plus tard.

    Hélas beaucoup trop de gens, pour tout ce qui devrait les concerner, préfèrent faire les autruches et font comme si tout allait s'arranger tout seul.

    Pendant mon séjour dans l'Aine, nous sommes passés par le "Chemin des dames" : pas de commentaire, pas d'images, c'était trop poignant.

    j'ai entendu une jolie chose à la radio ce matin : " la minute de silence, c'est une prière laïque".

     

    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    3
    myriam.masselin
    Lundi 12 Novembre à 18:15

    comme je suis d accord avec toi !

    la paix  !  nous en sommes tellement loin actuellement !

    la minute de silence , est une prière laique c'est tellement beau !!

    bonne soirée

    2
    Lundi 12 Novembre à 06:57

    les guerres !!! la paix !! mais tout cela est une histoire de pognon malheureusement !! sur le peuple qui souffre !!! et nous subissons indirectement !!

    j'ai été dans mon petit village de 600 habiants

    c'était très prenant !! et bien fait !!

    1
    Hélène
    Dimanche 11 Novembre à 19:00

    Il y avait une commémoration à côté du parking où nous étions garés ce matin, dans un petit village du Limousin. J'y ai été, et pendant la cérémonie qui parlait des morts, je me disais que l'objectif principal de commémoration est de ce souvenir, des morts, certes, mais aussi et surtout des raisons de la guerre, pour éviter que cela se reproduise.

    En tout cas, quand nous avions rencontré des résistants de la 2nd guerre quand j'étais à l'école, c'est le message principal que j'ai retenu : ne pas oublier, pour ne pas recommencer les mêmes erreurs.

    Mais il n'est point question des raisons de la guerre lors des commémorations, les politiques parlent (un discours de Macron a été lu par le maire du village), mais les raisons principales de la guerre sont éludées.

    Je suis tout à fait d'accord avec toi : la commémoration devrait être l'occasion de parler des vrais problèmes d'hier qui perdurent aujourd'hui : les guerres actuelles, les ventes d'armes, et ceux à qui la guerre profite... et qui à coup de manipulation rendent les guerres de plus en proches de nous, parfois sous des formes transformées, mais la violence est là.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :